Grenoble - Caen (Ligue Magnus, 4e journée)

Grenoble sans forcer

2013-10-04-Grenoble-Caen2Co-leaders de la Ligue Magnus, les Brûleurs de Loups ont réalisé un gros coup samedi dernier en allant gagner à Briançon, avec un blanchissage à la clé. Cette victoire leur permet de rester invaincus en championnat. Après ce premier gros test, Grenoble doit confirmer en recevant Caen, une des bonnes surprises du début de saison avec déjà deux victoires au compteur contre Gap et Dijon. Même si les Drakkars ont un peu plus de mal à voyager, ils ne sont pas venus en Dauphiné faire du tourisme. D'ailleurs Jean-Christophe Gauthier a été ménagé mardi en coupe de la ligue contre Rouen afin d'être opérationnel ce soir. Pour les reste, les Normands seront presque au complet puisque seul Fabien Métais manque à l'appel.

Côté grenoblois, la rencontre de samedi a laissé des traces puisque Joffre a rejoint l'infirmerie avec une côte cassée. Mais la grande nouvelle ce soir, c'est le retour attendu de Francis Charland, blessé depuis la première journée à Villard-de-Lans. Pour la première fois de la saison, Grenoble peut donc se présenter avec ses quatre lignes de titulaires en attaque. Seul ombre au tableau : la première défaite de la saison concédée mardi à Villard-de-Lans en coupe de la ligue. Malgré tout, les Grenoblois sont qualifiés pour les quarts de finale et peuvent tourner entièrement leur esprit vers la Ligue Magnus.

2013-10-04-Grenoble-Caen1Les Brûleurs de Loups ont la mainmise sur le palet et effectuent une grosse pression sur la défense caennaise qui subit mais tient le choc. D'entrée, Jean-François Dufour envoie ses quatre lignes sur la glace et Grenoble étouffe son adversaire. Mais cette domination est stérile. Incapable de concrétiser, les locaux se laissent même parfois surprendre sur des contre-attaques caennaises bien près de faire mouche. D'abord, en deux contre un, Yohann Robert se présente face à Lessard, parvient à tirer mais Raibon fait l'arrêt. Un premier avertissement suivi d'un autre lorsque Jérémie Romand tire sur le poteau après avoir intercepté une passe de Jason Crossman. Les Drakkars sont donc à l'affût de la moindre occasion et Charles Geslain n'est pas loin d'ouvrir le score sur une échappée, mais il est repris in extremis par Antonoff.

Malgré toutes ces petites frayeurs, les Grenoblois ne relâchent pas leur étreinte à l'image de Sivic qui oblige Normandon à faire un gros arrêt. À force de subir, Caen se fait pénaliser lorsqu'Alexis Gomane retient Tartari. Grenoble s'installe mais se montre guère plus efficace. Les deux minutes s'achèvent par un 2 contre 1 caennais encore dangereux lorsque Gomane sort de prison. À cinq contre cinq, les Brûleurs de Loups continuent leur pressing sur la défense caennaise qui est bien près de céder sur une déviation de Charland ou un lancer de Selan dévié. Finalement, Tartari obtient une nouvelle pénalité en poussant Geffroy à la faute. Ce power-play sera le bon pour Grenoble : Bedin trouve Lafrance d'une belle transversale et le Québecois ouvre le score d'un tir précis au-dessus de la jambière de Normandon (1-0, 18'26"). La persévérance a payé pour une équipe grenobloise dominatrice mais en manque de réussite.

2013-10-04-Grenoble-Caen3Après une faute de Poudrier en fin de premier tiers-temps, Grenoble commence la seconde période en power-play. Une nouvelle fois, c'est le siège devant la cage caennaise, mais une pénalité de Crossman vient libérer les Drakkars de la pression iséroise. Pas pour longtemps car une faute de Deshaies remet les deux équipes à égalité numérique alors que Kévin Da Costa avait une belle opportunité devant une cage grande ouverte, mais son tir a été contré par Antonoff.

Le capitaine Geffroy met quelques secondes à se relever après avoir subi une grosse charge de Yorick Treille. Mais malgré les apparences, ce sont bien les Caennais qui sont les plus mordants dans les bandes. Gauthier récupère un palet en zone neutre, accélère et prend un lancer sur Raibon... qui laisse le palet filer entre ses jambières et passer tout doucement la ligne de but (1-1, 25'32"). Un mauvais but pour Raibon qui relance complètement la rencontre.

2013-10-04-Grenoble-Caen4La réaction grenobloise est immédiate : Normandon doit faire des prouesses couché sur la glace pour éviter un but grenoblois. Perret manque le coche à bout portant. Les Drakkars ne sont pas en reste et font passer quelques sueurs froides à la défense grenobloise. Finalement, la solution vient de Francis Charland qui, derrière le but caennais, adresse une passe « caviar » à Mitja Sivic dont la reprise instantanée fait mouche (2-1, 30'49").

Ce but intervient à un bon moment pour Grenoble qui commençait à douter. Mais les hommes de Jean-François Dufour vont passer les minutes suivantes en infériorité numérique : Treille est sanctionné pour une crosse haute et un geste d'énervement de Selan lui vaut deux minutes de prison au moment où les deux équipes allaient se retrouver à cinq contre cinq. Mais les Caennais ont des difficultés pour inquiéter Raibon sur le power-play même si ce dernier doit sortir une belle mitaine. Un exercice guère mieux maîtrisé par Grenoble dans les deux dernières minutes suite à une pénalité de Birolini. Dommage car avec un alignement au complet, les Brûleurs de Loups avaient de quoi faire bien mieux dans cet exercice.

2013-10-04-Grenoble-Caen5Avec seulement un but d'avance au début de la troisième période, les Brûleurs de Loups n'ont pas beaucoup de marge de manœuvre. Ils doivent creuser l'écart rapidement pour s'éviter une fin de match compliquée mais c'est tout le contraire qui se produit : sur une sortie hasardeuse derrière sa cage, Sébastien Raibon se fait surprendre et perd le contrôle du palet. Il retourne en catastrophe devant la cage mais n'est pas encore suffisamment bien positionné pour arrêter un tir de Kévin Da Costa qui passe dans un trou de souris (2-2, 42'04").

Tout est à refaire pour Grenoble alors que les Caennais commencent à sentir qu'il y a peut-être un coup à jouer ce soir à Pôle Sud. Ils montrent plus de détermination dans les duels le long des bandes et parviennent à faire douter une équipe grenobloise qui a perdu de sa superbe. En faisant trébucher Palis, Petit reçoit deux minutes de pénalité et Grenoble se retrouve en infériorité numérique. Le banc caennais a une petite frayeur lorsque Gauthier reste quelques instants au sol. Le jeu reprend et Geslain est bien près de surprendre Raibon.

2013-10-04-Grenoble-Caen6Les pénalités s'enchaînent alors pour les Drakkars : Deshaies fait tomber Charland puis Poudrier commet une faute à l'engagement face à Le Blond : malgré près de quatre minutes consécutives en supériorité numérique, les Brûleurs de Loups n'arrivent pas à faire la différence. Pire même : par moments, ils n'arrivent même pas s'installer, en étant constamment repoussés dès leur entrée en zone caennaise. Un manque de coordination en power-play assez flagrant ce soir côté grenoblois. Les minutes passent et à sept minutes de la fin, le score est toujours de parité. Finalement Joris Bedin provoque une nouvelle faute de Birolini. Cette fois le power-play grenoblois s'installe, Lafrance prend un lancer qui heurte la barre mais Bedin est présent au rebond et marque dans la cage ouverte (3-2, 54'10"). Il était temps pour les coéquipiers de Baptiste Amar ! Cette fois pas question de laisser Caen revenir une nouvelle fois au score même si Lessard concède une dernière pénalité. La défense grenobloise tient le choc et Luc Chauvel doit demander un temps mort à une minute de la fin. Il sort son gardien dans l'ultime minute mais la manœuvre échoue et Felix Petit met fin au suspense en marquant en cage vide (4-2, 59'30").

Les Drakkars n'ont pas à rougir de leur défaite à Pôle Sud. Ils ont su résister au pressing grenoblois avec beaucoup d'énergie et de combativité, s'imposant bien souvent dans les duels le long des bandes et en se montrant bien organisés défensivement, notamment en infériorité numérique. À quelques minutes près et avec un peu moins d'indiscipline dans le troisième tiers-temps, ils pouvaient même ramener un point de leur déplacement. Lucas Normandon est à créditer d'un bon match dans les cages et a très bien tenu le choc. Offensivement, les Caennais ont su tirer profit des erreurs défensives grenobloises. De quoi être optimiste pour la suite de la saison des Drakkars, surtout s'ils conservent un tel état d'esprit.

2013-10-04-Grenoble-Caen7Comme face à Épinal, les Brûleurs de Loups n'ont pas su se mettre à l'abri rapidement et ont dû batailler ferme pour préserver leur succès dans les ultimes minutes d'un match pourtant largement à leur portée. La faute à un manque de réalisme offensif qui contraste avec une possession du palet impressionnante. Mais se faire des passes, c'est bien, marquer c'est mieux. Et les Grenoblois n'ont pas toujours su mettre l'intensité nécessaire pour faire la différence plus tôt au tableau d'affichage avec notamment très peu de mises en échec dans les bandes et pas ou peu de trafic devant le gardien. Si leur supériorité technique est évidente, elle n'est pas forcément suffisante face à une équipe combative qui se jette sur tous les palets.

La prestation offensive est donc quelque peu décevante par rapport à l'alignement grenoblois ce soir même s'il faudra un peu de temps pour que les joueurs de retour de blessure retrouvent leurs marques. La défense n'est guère plus rassurante avec deux buts encaissés largement évitables sur lesquels la responsabilité de Raibon est partiellement engagée. Heureusement les Brûleurs de Loups peuvent compter sur des joueurs en forme : Félix Petit, Mitja Sivic et Joris Bedin, trois attaquants en pleine réussite depuis le début de saison. Et s'ils ne jouent pas trop « faciles », la série de victoires des Brûleurs de Loups en Ligue Magnus pourrait bien continuer...

Désignés meilleurs joueurs du match : Joris Bedin (Grenoble) et Lucas Normandon (Caen)

(Photos Philippe Crouzet - www.ipernity.com/doc/182273/album)

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

Jean-François Dufour (entraîneur de Grenoble) : « Caen a une très bonne défense. Ils te laissent le palet mais il y a toujours des joueurs devant la cage. Avec 54 lancers, on aurait dû marquer plus. On manque encore d'agressivité devant la cage »

Francis Charland (attaquant de Grenoble) : « Leur gardien a été très fort. Il faut créer encore plus de trafic devant la cage. Je suis content de ma prestation. Cela faisait trois semaines que je n'avais rien fait. »

Lucas Normandon (gardien de Caen) : « C'était sympa de revenir à la maison. Grenoble, on sait que c'est une équipe qui finira dans le Top 3. »

 

Grenoble – Caen 4-2 (1-0, 1-1, 2-1)

Vendredi 4 octobre 2013 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 2500 spectateurs.
Arbitrage de Benjamin Gremion assisté de Guillaume Florentin et Guillaume Gielly.
Pénalités : Grenoble 10' (0', 6', 4'), Caen 18' (6', 4', 8')
Tirs cadrés : Grenoble 36 (12, 12, 12), Caen 17 (6, 8, 3)

Évolution du score :

1-0 à 18'26" : Lafrance assisté de Bedin et Lessard (sup. num.)
1-1 à 25'32" : Gauthier
2-1 à 30'49" : Sivic assisté de Charland et Petit
2-2 à 42'04" : Da Costa
3-2 à 54'10" : Bedin assisté de Amar et Lafrance (sup. num.)
4-2 à 59'30" : Petit assisté de Charland (cage vide)

 

Grenoble

Gardien : Sébastien Raibon

Défenseurs : Pierre-Luc Lessard (2') – Stéphane Gervais ; Baptiste Amar (C) – Jason Crossman (2') ; Nicolas Antonoff – Maks Selan (2').

Attaquants : Mitja Sivic – Felix Petit (2') – Francis Charland ; Joris Bedin – Toby Lafrance (A) – Yorick Treille (2') ; Luc Tardif Jr – Christophe Tartari – Mathieu Le Blond ; Julien Baylacq (A) – Jordann Perret – Sébastien Delemps.

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G), Quentin Scolari, Mathieu Pons. Absents : Kévin Martenon (entorse de la cheville), César Joffre (côte cassée).

Caen

Gardien : Lucas Normandon (sorti de 59'02'' à 59'30'')

Défenseurs : Shawn Stuart – Nicolas Deshaies (4') ; Jordan Dewey – Alexis Birolini (4') ; Vadim Gyesbreghs – Alexis Gomane (A) (2').

Attaquants : Charles Geslain – Thierry Poudrier (A) (4') – Jean-Christophe Gauthier ; Brice Chauvel – Kévin Da Costa – Jérémie Romand ; Thibault Geffroy (C) (2') – Alexandre Palis – Yohann Robert (2').

Remplaçants : Quentin Kello (G), Damien Grendka, Hugo Damy, Martin Ropert. Absent : Fabien Métais (blessé).