Amiens - Épinal (Ligue Magnus, 4e journée)

Le suspense sourit aux Amiénois

2013-10-05-Amiens-Epinal-1Pour cette rencontre entre les Gothiques d’Amiens et les Dauphins d’Épinal, peut-on déjà parler de « match de la mort » ? La saison de Ligue Magnus débute seulement, et ce championnat réserve tout le temps son lot de surprises. Il suffit de penser par exemple au parcours atypique de Chamonix la saison passée, lanterne rouge pendant sept journées avant de réaliser une remontée incroyable dans le Top 4. Il est donc sans doute trop tôt pour le dire, reste que pour les deux rivaux du soir la situation est grave à défaut d’être désespérée.

Après trois journées de championnat, Amiens est dans le doute, n’ayant décroché qu’un seul point en poussant les Dragons de Rouen en prolongations lors de l’ouverture de la saison (5-4 a.p.). Depuis, les Gothiques peinent à installer leur jeu, et le feuilleton à épisodes Kévin Hecquefeuille n’a sûrement pas aidé. Rappelons que l’international français avait obtenu le droit de jouer avec Amiens le temps de trouver un nouveau club, qu’il s’était engagé avec Bolzano dans la semaine avant de voir son contrat annulé pour des raisons assez obscures. On se demande ce qu’il en sera pour lui, retour à l’entraînement avec Amiens ou « retour temporaire » sur la glace. Une situation qui ne joue pas en faveur de la stabilité amiénoise.

Pour Épinal les nouvelles ne sont guère plus rassurantes. Les Dauphins se présentent avec trois défaites sèches, mais en ayant perdu à chaque fois par un petit but d’écart. Il est donc impératif pour les joueurs des Vosges d’ouvrir le compteur en championnat, avec le désavantage de ce déplacement au Coliséum. Une patinoire qu’ils ont déjà arpentée pour le compte de la Coupe de la Ligue, et où ils s’étaient déjà inclinés sur la plus petite des marges (5-4). Pour le coup les deux équipes vont vraiment passer le week-end ensemble, puisqu’à l’issue de cette rencontre, Gothiques et Dauphins se retrouveront le lendemain en terres spinaliennes pour le match de Coupe de la Ligue reprogrammé, Amiens ayant demandé son report cette semaine car amputé de plusieurs éléments mobilisés par l’équipe de France U20.

2013-10-05-Amiens-Epinal-3La rencontre débute sur une très belle initiative du kop amiénois, ayant rédigé une banderole de soutien pour les deux joueurs gapençais Lucas Savoye et Etienne Chiappino, blessés cette semaine dans un accident de voiture. Une preuve de plus, s’il en faut une, que le hockey français sait se montrer extrêmement solidaire.

Les Dauphins ont à cœur de contrôler le puck dès le coup d’envoi. Suite à un beau lancer de Cacciotti, Aziz Baazi est sanctionné pour charge incorrecte. Épinal cherche à mettre en place son jeu de puissance, mais la défense locale veille. Seul Breault a une possibilité intéressante, mais Sopko est présent pour dévier le palet. De retour au complet, Amiens s’infiltre pour la première fois dans la défense vosgienne, et Gascon trouve Santala dans l’intervalle qui bute sur Hocevar. Les Gothiques s’installent et provoquent la première pénalité, en l’occurrence un accrochage de Petrak. Le favori du public amiénois David Bastien se met en évidence par deux fois, mais le portier adverse écarte le danger avec autorité. En revanche il ne peut rien faire sur la phase suivante, une superbe construction de jeu pour Amiens avec un palet qui circule à grande vitesse pour désarçonner la défense. Bouchard en profite, comme souvent il ne se pose aucune question et réussit un tir glissé qui se loge dans la cage vosgienne (1-0, 6’47’’).

Les Gothiques poursuivent leur marche en avant et le remuant Bouchard met à contribution Hocevar sur deux dangereux tirs. Quelques secondes plus tard, il a une possibilité en face-à-face, mais lui qui excelle habituellement dans l’exercice se loupe totalement cette fois-ci. Il faut dire qu’Hocevar apporte des garanties d’assurance à son équipe, et il le prouve encore devant Carpentier.

Épinal tente de répliquer et entrevoit peut-être une possibilité quand Baazi est à nouveau sanctionné pour charge contre la bande en la personne de Cacciotti, d’abord sonné mais qui se relève sans trop de difficulté. Malheureusement pour le coach Marciano, ses joueurs ne savent profiter de cette supériorité, et hormis un lancer de Meilleur non cadré, la plus belle occasion de est au crédit des Amiénois et de Ouimet qui ne parvient à tromper la vigilance du gardien slovène.

Sans étouffer leurs adversaires, les Gothiques ont la main mise sur le jeu. Sur un beau lancer de Bouchard, Hocevar s’y reprend à deux fois pour poser le gant sur le palet. Il met encore en échec les attaquants locaux sur une longue passe de Bastien pour Ouimet. Cacciotti prend deux minutes de pénalité pour cinglage. Amiens profite bien moins de cette supériorité que de la précédente, et le gardien d’Épinal veille sur les deux tentatives de Claireaux puis de Dusseau.

2013-10-05-Amiens-Epinal-9À l’issue de cette pénalité, les Vosgiens sont une nouvelle fois rattrapés par la patrouille : grâce à un dribble déroutant, Bouchard enrhume littéralement Leroy qui tombe à la renverse. Peut-être vexé par cet affront, il se relève et commet la faute sur l’ancien Dauphin. Cette fois-ci les Gothiques ne laissent pas passer leur chance. À peine quelques secondes de powerplay et Ouimet fait une passe qui traverse toute la largeur pour Santala laissé totalement seul. Ce dernier a alors tout son temps pour armer un slapshot qu’Hocevar touche mais dont il ne parvient à dévier la trajectoire (2-0, 18’01’’). Les Gothiques rentrent au vestiaire avec un avantage de deux buts qui auraient pu être plus lourd encore sans le talent du gardien adverse.

Trop de fougue chez les Dauphins

Les Dauphins doivent réagir, et Plch s’y emploie mais ne parvient à mettre Sopko en danger. Quelques instants plus tard, Hocevar commet sa première erreur du match sur une relance totalement ratée, mais Ouimet n’en profite pas. Ce même Ouimet qui n’est pas plus en réussite quinze secondes après sur un tir qui passe à quelques centimètres du poteau. Carpentier ne cadre pas plus. Kuralt tente alors une percée et part au but, il faut une grosse défense de Bastien pour empêcher le natif de Kranj de se présenter devant Sopko.

D’une manière générale, Épinal se met seul en difficulté en étant pénalisé, comme Slovak pour un coup de genou. Perna tente bien de partir seul en contre mais il est imprécis sur son lancer. S’il en est un qui adore les supériorités numériques, c’est bien Bouchard ! Il est encore crédité de trois lancers supplémentaires, dont un sur une phase de jeu qui n’est pas sans rappeler le premier but amiénois avec un palet qui tourne rapidement sur des passes en un temps, mais le lancer fuit à droite de la cage. À l’issue de la pénalité, Épinal ne se décourage pas et parvient même à porter le danger en contre, par Chauvière puis Breault à deux reprises, sans pouvoir tromper Ramon Sopko. Mais sur l’engagement (définitivement le gros point faible amiénois en zone défensive), Kuralt trouve une excellente position et fait déjouer le gardien Gothique d’un lancer placé (2-1, 29’33’’).

2013-10-05-Amiens-Epinal-7La rencontre se muscle alors et les échanges se veulent moins courtois. Sur un cafouillage devant la cage, on s’explique entre hommes et Susanj prend deux minutes de pénalité pour charge avec la crosse assorties de dix minutes de méconduite. Durant celles-ci, il sera suppléé dans les alignements par Martin. On s’explique encore entre Meilleur et Bastien quelques instants plus tard, mais sans sanction cette fois-ci.

Épinal recherche l’égalisation et Sopko capte un lancer de Cacciotti alors que Breault ne cadre pas. Seulement les Dauphins tombent encore dans le piège de l’indiscipline et Perna va tenir compagnie à Susanj pour cinglage. Ils ne ferment pas le jeu pour autant mais cela manque de tirs cadrés, à l’image encore d’une tentative de Kuralt.

Reste que ces pénalités successives offrent des possibilités aux Gothiques, et quand Perna retrouve la glace, il n’a le temps de se replacer dans la défense d’Épinal qui cède sur une construction pourtant poussive et un palet qui flirte avec la ligne de but. Dans la mêlée, Ohlsson surgit et pousse la rondelle dans la cage pour redonner un peu d’air aux Amiénois (3-1, 35’35’’).

La domination n’est pas totale, mais les Dauphins ne peuvent espérer revenir en multipliant les pénalités de la sorte. Chauvière retient son adversaire, et les coéquipiers de Cacciotti perdent un peu leurs nerfs en cette fin de tiers : Ouimet invective un peu tout le monde depuis le banc, et Meilleur est à deux doigts d’offrir un 5 contre 3 aux Gothiques. Ces Gothiques qui en auront une bribe malgré tout (4 secondes) suite à un lancer de François Ouimet et à la faute de Leroy pour cinglage. Épinal peut alors remercier son gardien qui ne rompt pas sur une triple tentative amiénoise (tour à tour Ohlsson, Gascon et Claireaux), puis sur un superbe lancer de Bouchard et une déviation tout aussi magnifique du dernier rempart spinalien.

Les Gothiques retombent dans leurs travers

2013-10-05-Amiens-Epinal-10La dernière période amiénoise se déroule sans Mathias Arnaud. On retrouve le Savignien sans équipement car blessé à la clavicule. Leime modifie alors ses alignements en faisant monter Bault sur l’aile et en tournant sur ses cinq défenseurs restants.

Le jeu reprend très timidement, et si le palet circule énormément, les occasions se raréfient encore. Un lancer de Dusseau sur lequel Hocevar intervient ne parvient à rompre l’apathie, témoignée dans une accumulation de hors-jeu ou de maladresses techniques en tout genre. Une pénalité largement évitable de Claireaux (cinglage) offre au match la possibilité de retrouver du rythme, et offre surtout à Épinal une occasion en or de revenir dans la partie. Las, les Dauphins n’arrivent pas à installer le jeu de puissance, et seul Maxime Ouimet a une opportunité mais son lancer est dévié. Et paradoxalement, c’est quand la pénalité est tuée par Amiens que la brèche s’ouvre, et de la gauche Perna transmet à Cacciotti qui trouve la faille (3-2, 50’06’’).

On se dit alors que le match peut être relancé, toutefois ce troisième tiers-temps reste pauvre en lancers. Un frisson traverse alors les travées du Coliséum quand Sopko se loupe complètement sur une relance de derrière la cage, mais il se rattrape juste après sur des tirs de Petrak et de Plch. Pour autant Amiens retombe clairement dans ses travers des situations où la confiance a changé de camp, et c’est criant dans les constructions de plus en plus hasardeuses en zone défensive. Marius Serer apporte alors sa fougue et se bat comme un beau diable dans la défense vosgienne pour décrocher un lancer sur lequel Hocevar est vigilant. Mais sur le contre, Épinal trouve Kuralt à mi-zone, ce dernier prend sa chance et son lancer passe juste en dessous du gant gauche de Sopko, offrant alors aux siens l’égalisation tant attendue (3-3, 54’29’’).

2013-10-05-Amiens-Epinal-13Les approximations défensives amiénoises depuis quelques minutes laissaient penser que cela devait arriver. Et cette égalisation à 5 minutes du terme débride la rencontre : c’est d’abord Amiens qui régale par Bastien auteur d’un superbe dribble au sortir duquel il ne cadre pas. Puis Épinal réplique par Chauvière et Petrak mais Sopko intervient brillamment par deux fois. Sur un départ rapide en contre, Bouchard se retrouve au combat avec Ouimet, et sur l’intervention de Meilleur celui-ci est sanctionné d’une obstruction.

Leime demande alors le temps-mort pour organiser ces 48 secondes restantes en supériorité numérique. Pas étonnant de retrouver alors Bouchard au lancer mais Hocevar ne relâche ni le puck, ni sa concentration. Alors qu’on pouvait imaginer le siège devant la cage spinalienne, la dernière énorme opportunité sera pour les Dauphins : suite à une grosse incohérence de placement dans la défense rouge, Cacciotti transmet à Breault totalement seul face à Sopko. Décrié depuis le début de saison, le gardien sort là l’arrêt décisif du match pratiquement à la sonnerie de cette rencontre qui nous offre donc une prolongation.

Avantage Amiens au bout de la nuit

Élément primordial de ce temps supplémentaire, il débute avec 1’13’’ de 4 contre 3 pour les Amiénois. Une situation qui offre assez régulièrement des prolongations à l’issue prématurée, mais dans cette rencontre les trois courageux Vosgiens vont tenir le choc, sans vraiment permettre aux Picards de trouver des possibilités. Les locaux sont alors déstabilisés et prennent la plus idiote des pénalités, un surnombre. C’est alors Épinal qui se retrouve en position extrêmement favorable. Durant une minute, les visiteurs butent sur une défense bien regroupée devant la cage de Sopko. Cette défense laisse plus de possibilités ensuite, mais entre les arrêts du gardien slovaque (sur Meilleur notamment) et les ratés techniques (Cacciotti qui loupe le palet sur un lancer), le couperet ne tombe pas sur les Gothiques.

2013-10-05-Amiens-Epinal-11À 4 contre 4, Danick Bouchard ne cadre pas et Baazi se met également en évidence à deux reprises : son premier lancer est arrêté par Hocevar, le second part dans le filet de protection. On sent alors que les organismes ont besoin de souffler, ce qui n’empêche pas Francis Meilleur de prendre sa chance et de buter sur les jambières de Sopko. Bouchard continue lui son numéro. Auteur d’un gros dribble, il ne cadre pas à l’issue de ce dernier, mais quelques secondes plus tard, il transmet parfaitement à Gascon qui s’emmêle un peu les pinceaux et les patins alors qu’il était idéalement placé.

Dans ces derniers instants décisifs, c’est Amiens qui domine. Sur un gros travail de Serer, le joueur local remet devant la cage et Hocevar se couche sur le palet. Ce n’est pas académique mais c’est efficace, d’autant qu’il sait également réaliser des arrêts de très grande classe, comme ce superbe reflexe de la jambe pour dévier un tir de Bouchard que tout le public voyait déjà au fond des filets. La dernière opportunité est sans surprise pour ce même Bouchard qui feint la passe pour glisser finalement le puck en direction du but, mais le gardien ne se fait pas surprendre, envoyant les deux équipes dans la séance des tirs au but.

2013-10-05-Amiens-Epinal-15Le premier à s’élancer sera le capitaine spinalien Cacciotti. Pas assez vif, il bute sur Sopko. Gascon se présente alors en spécialiste de la discipline et parvient à trouver la faille et à offrir l’avantage aux siens. La pression est sur Épinal, mais sous les huées du public, Breault feinte à droite et trompe le gardien amiénois. Le deuxième tireur amiénois est Bouchard. On sait le joueur capable de tous les gestes, mais il demeure sobre sur son dribble efficace pour le deuxième but amiénois. Plus le choix pour Perna, il faut marquer, mais ce ne sera pas le cas.

Au bout du suspense, Amiens décroche sa première victoire de la saison aux tirs au but et peut laisser exploser sa joie. Cela offre une belle communion entre les supporters et les joueurs, notamment Arnaud qui malgré sa blessure n’est pas le dernier pour ambiancer le kop des Gothiques. Fin de match un peu plus douloureuse pour la mascotte amiénoise qui chute lourdement sur un contact involontaire avec un Léo Bertein hilare. L’avantage est que, grimaçante ou pas, la mascotte aura toujours la même expression du visage !

Quant à Épinal, les joueurs de Marciano auront réalisé une partie très sérieuse et mérite amplement de prendre leur premier point de la saison. Un point qui devrait en appeler d’autres, si l’équipe parvient à ne plus tomber dans le piège des infériorités, trop fréquentes sur ce match. Mais malgré cela, les Dauphins ont su s’arracher pour aller chercher la prolongation, et c’est un motif d’espoir légitime pour l’avenir.

Désignés joueurs du match : Andrej Hocevar pour Épinal, Danick Bouchard pour Amiens.

Commentaires d’après-match

Danick Bouchard (attaquant d’Amiens) : « Une victoire vraiment pas facile, mais l’important, ce n’est pas la manière, ce sont les deux points. Un peu comme face à Chamonix, on a été mis en difficulté et Épinal est revenu au score, mais cette fois-ci on a su le gagner. »


Amiens – Épinal : 4-3 t.a.b (2-0, 1-1, 0-2, 0-0, 1-0)
Samedi 5 octobre 2013 à la patinoire du Coliséum. 2314 spectateurs.
Arbitrage de Laurent Garbay assisté de Matthieu Loos et Aurélien Smeeckaert.
Pénalités : Amiens 8’ (4’, 0’, 2’, 2’) ; Épinal 28’ (6’, 20’, 2’, 0’)
Tirs : Amiens 40 (13, 18, 6, 3) ; Épinal 24 (3, 6, 12, 3)

Évolution du score :
1-0 à 06’47’’ : Bouchard assisté de Ohlsson et Gascon (sup. num.) 
2-0 à 18’01’’ : Santala assisté de Ouimet et Bastien (sup. num.)
2-1 à 29’33’’ : Kuralt assisté de Plch
3-1 à 35’35’’ : Ohlsson assisté de Claireaux et Gascon
3-2 à 50’06’’ : Cacciotti assisté de Perna et Breault
3-3 à 54’29’’ : Kuralt assisté de Chauvière

Tirs au but :
Amiens : réussis pour Gascon et Bouchard ; 
Epinal : réussi pour Breault, ratés pour Cacciotti et Perna.


Amiens

Gardien : Ramon Sopko.

Défenseurs : Aziz Baazi – Jimi Santala ; Kevin Dusseau – Johan Ohlsson ; Romain Bault – Vincent Bachet (C).

Attaquants : Valentin Claireaux – Martin Gascon (A) – Danick Bouchard ; Romain Carpentier – David Bastien – François Ouimet ; Fabien Kazarine – Marius Serer (A) – Mathias Arnaud (puis Romain Bault).

Remplaçants : Léo Bertein (G), Nicolas Leclerc.

Épinal

Gardien : Andrej Hočevar.

Défenseurs : Maxime Ouimet (A) – Francis Meilleur ; Peter Slovak – Yohann Chauvière ; Gasper Susanj (Maxime Martin pendant la méconduite) – Fabien Leroy.

Attaquants : Steven Cacciotti (C) – Benjamin Breault – Domenic Perna ; Anze Kuralt – Michal Petrak – Jan Plch (A) ; Martin Charpentier – Pierre-Charles Hordelalay – Yannick Offret.

Remplaçants : Nicolas Ravel (G), Anthony Rapenne, Kevin Benchabane.