Évry - Toulouse-Blagnac (Division 2, 2e journée)

2013-10-05-Evry-Toulouse3Les divisions nationales se sont si resserrées que le sort d'un relégué est parfois difficile. Il débarque avec la réputation d'une équipe de division supérieure, même s'il n'en a que l'étiquette. C'est le cas de Toulouse-Blagnac, avec son effectif renouvelé à 85%, qui n'a plus grand-chose à voir avec celui vu en D1. La difficulté supplémentaire pour les Bélougas est qu'ils doivent commencer la saison à l'extérieur pendant les travaux de la patinoire de Blagnac. Des travaux qui ne les empêchent pas de s'entraîner à la patinoire Alex-Jany de Toulouse : c'est l'avantage de disposer de deux glaces, comme peu de clubs en France.

Le TBHC craint un atterrissage difficile en D2, paradoxe pour une agglomération "aéronautique". Les hommes de Benoît Pourtanel, menés 3-0 lors de la première journée à Meudon, ont réussi à s'imposer aux tirs au but. Mais ce deuxième déplacement est plus compliqué chez une équipe d'Évry qui a elle aussi l'ambition d'atteindre les demi-finales.

Les deux adversaires abordent le match avec sérieux et discipline. Ils sont bien placés et vigilants à appliquer leur système. Mais sur la première action où les attaquants toulousains oublient le repli défensif, ils en sont immédiatement punis. Harond Litim (l'entraîneur-joueur de Viry qui prête main forte ce soir car la D3 ne joue pas du fait de problèmes de patinoire à Dammarie) décale les deux attaquants nord-américains avec beaucoup de champ, Dana Borges s'échappe sur l'aile droite pendant que Carlo Ricci prend la direction du but. Le dernier défenseur toulousain pose bien sa crosse pour empêcher le centre, et Borges ne peut que tirer du revers... mais Kevin Ledoux arrive en troisième homme pour prendre le rebond (1-0, 06'06").

2013-10-05-Evry-ToulouseAprès ce souci de repli, la défense toulousaine est aussi prise en flagrant délit de passivité au rebond sur le deuxième but, car Dimitri Juan a le temps de s'y prendre à deux fois pour loger le palet dans les filets (2-0, 13'13"). Dans la minuite qui suit, Jaakko Kerisalmi prend la seule pénalité du premier tiers-temps. Le gardien évryen Nicolas Deslonchamps sort de sa cage pour récupérer un palet et se fend d'un dégagement hasardeux, intercepté en zone neutre par Sébastien Savajol qui vise aussitôt les filets déserts : Deslonchamps réussit un plongeon spectaculaire pour se rattraper de son erreur. C'est juste après la fin de la pénalité que Juan marque à nouveau, dans le haut du filet (3-0, 16'12").

La forte pression toulousaine à la dernière minute de la première période, avec trois dégagements interdits de la troisième ligne évryenne, suggère quand même que le match n'est pas fini. Mais à la reprise, Clément Blaser est sanctionné pour un cinglage. Les Peaux Rouges creusent encore l'écart sur la supériorité numérique par une offensive rapide à 2 contre 1, Éric Blossier offrant une cage ouverte à Dana Borges (4-0, 23'02"). Un handicap encore plus lourd à remonter. Sur une passe au second poteau de Santeri Halme, l'attaquant canadien Manuel Plamondon-Ratte glisse en deux temps le palet sous le gardien (4-1, 25'20").

2013-10-05-Evry-Toulouse2Ce but n'enlève finalement rien à la mainmise évryenne sur le match, bien au contraire. Les Peaux Rouges appliquent une nette domination, emmenés par le patinage toujours intense de Kevin Ledoux qui harcèle les adversaires et ne les laisse pas respirer. Il manque seulement le dernier geste. Lancé dans l'axe par une belle longue passe d'Yvan Kerneis, Vladimir Mikula laisse filer le palet. Éric Blossier rate le cadre pour la troisième fois alors qu'il est seul face au gardien. Évry, qui s'était fait très peur après avoir également mené 4-1 au premier contre Champigny, va-t-il regretter ces cartouches gâchées ?

Blossier ayant été pénalisé juste avant de rentrer aux vestiaires, Toulouse-Blagnac obtient sa seule supériorité numérique dans ce match propre. Elle n'est pas concrétisée, et même si Blossier manque son breakaway en sortie de prison par manque de vitesse de patinage, le but arrive sur l'engagement qui suit. Dimitri Juan, rentré dans son club formateur cet été, trouve une belle lucarne et signe donc le premier triplé de sa carrière (5-1, 42'11"). Cette fois-ci, Évry construit son succès en maintenant son jeu jusqu'à la sirène finale.

2013-10-05-Evry-Toulouse4Une victoire convaincante pour Évry, dans le résultat mais aussi dans la manière. Quand on se souvient de la fragilité défensive des Peaux Rouges il y a quelques années, on se dit que Sébastien Roujon a vraiment réussi à mettre en place un fond de jeu dans cette équipe. Le nouvel arrière canadien Terry Watt contribue à cette sérénité en se distinguant par sa lecture du jeu, ses interceptions propres et la maîtrise de ses gestes. Son défaut est presque d'être trop posé, ce qui le conduit à perdre des palets parce qu'il joue sous trop faible tension - un paradoxe quand on s'appelle Watt !

Les Toulousains ont vécu le retour sur terre qu'ils craignaient. Malgré leur sept Finlandais, ils ont été dominés dans tous les compartiments du jeu, et par-dessus tout en patinage où ils n'ont jamais été en mesure de suivre le rythme. Il faut cependant rappeler que c'est une équipe jeune (comme Évry) et qu'elle a tout juste été assemblée avec peu de repères communs. On peut donc lui accorder une certaine marge de progression qui peut lui permettre d'arriver au niveau de son adversaire du soir d'ici la fin de saison.

Commentaires d'après-match

Sébastien Roujon (entraîneur d'Évry) : "On n'avait pas maîtrisé notre match à Champigny, on avait joué avec le feu. Aujourd'hui, on a réussi. C'est ça que je veux voir : un match construit défensivement et offensivement. On a été un peu défaillants dans le jeu court, on a tardé à donner en première intention. On jouera notre premier match à l'extérieur à Chambéry, c'est là qu'on verra vraiment si on est compétitifs."

 

Évry - Toulouse-Blagnac 5-1 (3-0, 1-1, 1-0)
Samedi 5 octobre 2013 à 19h00 à la patinoire François-Lecomte. 250 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Phelippe assisté de Yann Furet et Nicolas Elbaze.
Pénalités : Évry 4' (0', 2', 2') ; Toulouse-Blagnac 8' (2', 2', 4').
Tirs : Évry 42 (12, 18, 12) ; Toulouse-Blagnac 22 (10, 7, 5).

Évolution du score :
1-0 à 06'06" : Ledoux assisté de Borges et Litim
2-0 à 13'13" : Juan assisté de T. Gautron et Pigeot
3-0 à 16'12" : Juan assisté de T. Gautron et Pigeot
4-0 à 23'02" : Borges assisté de Blossier et Ledoux (sup. num.)
4-1 à 25'20" : Plamondon-Ratte assisté de Halme et J. Laine
5-1 à 42'11" : Juan assisté de T. Gautron et Pigeot


Évry

Gardien : Nicolas Deslonchamps.

Défenseurs : Harond Litim - Terry Watt ; Alexandre Chrétien - Yvan Kerneis ; Clément Radolanirina - Thomas Edwiges.

Attaquants : Kevin Ledoux (C) - Dana Borges - Carlo Ricci ; Éric Blossier - Mickaël Marouillat (A) - Vladimir Mikula ; Jérémy Pigeot - Dimitri Juan - Thomas Gautron ; Geoffroy Berardet.

Remplaçant : Julien Roullier (G). Absent : Yann Morette (raisons personnelles).

Toulouse-Blagnac

Gardien : Niklas Lehti.

Défenseurs : Veli-Matti Talonen (A) - Aleksi Laine ; Joni Laine - Jussi Korvakangas ; Sébastien Pommier - Kevin Codevelle.

Attaquants : Sébastien Savajol (C) - Jaakko Kerisalmi - Alexis Codevelle ; Manuel Plamondon-Ratte - Santeri Halme - Kevin Marias-Magill ; Marvin Krukoff - Clément Blaser ou Maxime Faup (A) en alternance - Fabrice Faure.

Remplaçant : Paul Gigomas (G).