Amiens - Caen (Ligue Magnus, 6e journée)

Amiens réagit

2013-10-19-Amiens-Caen-9Amiens-Caen, ou l'histoire d'un match à ne pas perdre pour les locaux. Après un cinglant revers à Briançon (5-0), conjuguée à une élimination prématurée en phase de poules de la coupe de la Ligue suite à une défaite mardi à Strasbourg (5-4), et voilà les Gothiques dans l'obligation d'un résultat au Coliséum.

Pour affronter ces Drakkars en bonne forme en championnat, Amiens est privé de Martin Gascon, touché à la main à Briançon, et d'Aziz Baazzi, touché à la cheville face à Rouen en U22. Du côté des visiteurs, le début de saison est en dents de scie. Capables du pire (lourde défaite à Brest en coupe de la ligue, ou à Strasbourg en championnat), comme du meilleur (victoire contre Dijon), les Caennais se déplacent au Coliséum avec la ferme intention de plonger les Gothiques encore un petit peu plus dans la crise, en s'appuyant sur leur excellent troisième tiers contre Angers où ils étaient passés de 0-3 à 3-3, avant de s'incliner aux tirs aux buts. À l'instar d'Amiens, Caen est privé de deux éléments, Jean-Christophe Gautier et Fabien Métais.

2013-10-19-Amiens-Caen-4Le premier palet est lâché, quelques minutes après l'heure prévue, les arbitres constatant un petit défaut sur la glace. Le match peine à trouver un rythme emballant, les deux équipes adoptant un système défensif rigoureux, en évitant toute prise de risque inutile, pour ne pas tirer de l'arrière tôt dans le match. La première occasion intervient après 3 minutes, et elle est amiénoise. François Ouimet pénètre côté droit, trouve David Bastien au centre qui décale rapidement Danick Bouchard seul sur sa gauche, mais celui-ci trouve Lucas Normandon sur sa route. Cette action lance le match, et les Caennais répliquent, par Jérémie Romand qui part sur le côté droit, repique au centre et tente de glisser le palet entre les jambières de Sopko qui a bien fermé la porte.

Rémi Thomas se retrouve en prison pour avoir retenu son adversaire contre la bande, et le powerplay des Drakkars obtient sa première opportunité. Le jeu s'installe dans la zone amiénoise, les Caennais tentant à tout prix de trouver Romand, qui tente une première fois sa chance d'un slap puissant, mal repoussé par Sopko qui laisse un rebond dangereux, mais sans conséquences puisque la défense locale parvient à dégager la seule occasion de ce jeu de puissance.2013-10-19-Amiens-Caen-3

Les Gothiques prennent le contrôle du palet, sans partir à l'abordage, ni se montrer réellement dangereux. Il faut attendre la seconde moitié du premier tiers pour voir une nouvelle action intéressante chez les Amiénois, elle est une nouvelle fois l'oeuvre de la première ligne, et elle vient à nouveau de Ouimet à droite, pour Bastien au centre, qui passe à Bouchard encore seul à gauche, qui trouve une nouvelle fois Normandon sur sa route. Les visiteurs ont du mal à sortir de leur zone, attendant beaucoup derrière leur cage avant de lancer des contres qui n'aboutissent pas.

Le dernier jeu dangereux de la première période vient d'un tir de Johan Ohlsson dévié par David Bastien dans le slot, mais le cerbère normand veille. Le premier tiers se termine, avec un rythme peu emballant, tant les deux équipes s'appliquent sur chaque action, à ne pas commettre d'erreur.

La première ligne fait le boulot

2013-10-19-Amiens-Caen-14La deuxième période démarre sur une pénalité à l'encontre de Valentin Claireaux. Cette fois les Drakkars s'installent rapidement, et Jérémie Romand sur la droite trouve Charles Geslain esseulé à gauche, sur une passe lumineuse, mais ce dernier rate une cage vide en tirant au-dessus. Les Gothiques se dégagent, et les Caennais n'arrivent plus à rester longuement en zone amiénoise. En fin de pénalité, Danick Bouchard récupère le palet à la bleue, lance François Ouimet à droite qui se débarrasse de deux défenseurs avant d'éliminer Normandon et pousser le palet au fond des filets sur une action individuelle magnifique (1-0, 22'38).

Moins d'une minute plus tard, Claireaux, encore lui, est rattrapé par la patrouille, et finit à nouveau sur le banc de pénalité. Le troisième jeu de puissance des visiteurs accouchent d'une des plus grosses occasions du match. Comme à chaque jeu à 5 contre 4, les Caennais s'acharnent pour trouver Romand à droite, et sur une passe de Geslain, le sniper des Drakkars est trouvé, il arme un slap que tout le monde croit au fond, mais c'est sans compter sur un arrêt presque miraculeux de Sopko qui sauve les siens, et Jérémie Romand écope d'une méconduite, a priori pour avoir demandé à l'arbitre de valider le but.2013-10-19-Amiens-Caen-16

Sans son « maître à jouer », le jeu en supériorité des Drakkars devient inoffensif, et plus aucune action n'est à mettre au crédit de Caen, même à 5 contre 3, lorsque Romain Bault puis Johan Ohlsson sont envoyés tour à tour en prison, et ce sont même les Gothiques qui se retrouvent dangereux sur les fins de pénalité, Bastien lançant Bouchard qui arme un tir du poignet, mais Stuart réalise un superbe un retour pour prendre le palet dans la crosse du Québécois.

Les visiteurs savent qu'à 1-0 rien n'est joué, et ils tentent leur chance, dans toutes les positions, mais soit ils ne cadrent pas, soit ils se heurtent à un Sopko des grands soirs. La deuxième ligne des Gothiques se procure enfin une grosse occasion quand Mathias Arnaud tente un tir du poignet en entrée de zone, Normandon se troue, mais touche suffisamment le palet pour le dévier sur son poteau, et le geler ensuite. Mais c'est finalement la première ligne qui trouve, à nouveau, le fond des filets gardés par Lucas Normandon. Danick Bouchard à la bleue tire, Brice Chauvel, s'est couché pour contrer le tir, sur David Bastien, qui pousse le palet au fond du tibia, but mystérieusement attribué à Johan Ohlsson (2-0, 38'14).

Bouchard dépendance ?

2013-10-19-Amiens-Caen-7Le troisième tiers n'offre toujours pas un rythme emballant, et rien ne se passe de vraiment intéressant, hormis un début de bagarre entre Udo Marie et Kévin Dusseau, vite arrêté par les arbitres, qui envoient les protagonistes au cachot.

À 4 contre 4, le jeu offre plus d'espaces, et ce sont les Gothiques qui en profitent, lorsque Johan Ohlsson, d'une superbe passe, trouve Danick Bouchard seul dans l'axe. Le sniper amiénois avance, et prend un tir rapide du poignet qui perce Normandon et permet d'augmenter l'avance à trois buts (3-0, 44'20).

Caen n'a pas le temps de respirer, et Ohlsson, bien trouvé par Arnaud sur une passe qui traverse la zone offensive, tente un tir, mais Normandon s'est replacé rapidement et arrête ce tir dangereux. Mais le gardien des Drakkars ne peut rien quelques secondes plus tard. Danick Bouchard, encore insatiable ce soir, transmet à François Ouimet qui tire instantanément, le portier visiteur repousse mais laisse un rebond, et Ouimet, seul pour le reprendre, marque son deuxième but de la soirée (4-0, 46'28). Luc Chauvel prend alors son temps mort, pour tenter de remettre ses hommes à flots, et éviter la déroute.2013-10-19-Amiens-Caen-12

La soirée caennaise, et celle de son gardien avec, aurait pu tourner au cauchemar, lorsque Normandon, derrière sa cage, veut dégager, mais trouve Quentin Fauchon sur sa trajectoire qui tente sa chance, mais le portier Drakkar se couche et arrive à repousser le palet de la jambière.

Dans cette fin de match, les Amiénois attendent un peu plus pour préserver ce résultat, synonyme de premier blanchissage de la saison, alors que les Caennais tentent de sauver l'honneur. Mais les tentatives tardives d'Alexis Birolini et Thierry Poudrier trouve la mitaine d'un Ramon Sopko impeccable ce soir. Le temps file, la sirène retentit, le public exulte, Amiens tient son premier match plein au Coliséum !

Amiens a réalisé un très bon match, autant offensivement, avec une première ligne qui a réalisé un match plein, ou des joueurs comme Mathias Arnaud, au four et au moulin, que défensivement, où les joueurs se sont appliqués à ne pas se précipiter dans les relances, pour ne pas concéder de but stupide. Ramon Sopko, de son côté, a été parfait, réalisant quelques arrêts de grande classe. De bon augure avant deux déplacements plutôt importants pour la suite, à Meudon en coupe de France, et Gap en championnat.

Du côté des Drakkars, il n'y a pas à rougir de la performance, face à une équipe qui peut largement titiller les plus grosses écuries dans un bon soir. Ils ont tenté, trop souvent sans cadrer, mais se sont souvent heurtés à un portier irréprochable. Les absences de Fabien Métais et Jean-Christophe Gautier se sont fait clairement ressentir dans le jeu, où seule la première ligne tenait vraiment le choc. La défense a fait un bon travail, hormis face à un Danick Bouchard exceptionnel ce soir. Il faudra tout de même hausser le niveau de jeu pour espérer titiller le voisin rouennais en coupe de France.

Elus meilleurs joueurs du match : Lucas Normandon pour Caen et Ramon Sopko pour Amiens

 

Amiens – Caen 4-0 (0-0, 2-0, 2-0)
Samedi 19 octobre 2013 à 20h à la patinoire du Coliséum, 2750 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez assisté de Sébastien Geoffroy et Jérémie Douchy
Pénalités : Amiens 14' (2', 8', 4'), Caen 16' (2', 10', 4')
Tirs cadrés : Amiens 22 (10, 6, 6), Caen 18 (2, 11, 5)

Évolution du score :
1-0 à 22'38 : François Ouimet assisté de Danick Bouchard et Johan Ohlsson
2-0 à 38'14 : Johan Ohlsson assisté de Danick Bouchard
3-0 à 44'20 : Danick Bouchard assisté de Johan Ohlsson et Jimi Santala
4-0 à 46'28 : François Ouimet assisté de Danick Bouchard et David Bastien

Amiens

Gardien : Ramon Sopko

Défenseurs : Johan Ohlsson – Jimi Santala, Romain Bault – Kevin Dusseau, Vincent Bachet – Nicolas Leclerc

Attaquants : Danick Bouchard – David Bastien – François Ouimet, Valentin Claireaux – Marius Serer – Mathias Arnaud, Fabien Kazarine – Quentin Fauchon – Rémi Thomas

Remplaçants : Léo Bertein (G), Romain Carpentier. Absents : Martin Gascon (fracture du poignet), Aziz Baazzi (entorse de la cheville)

Caen

Gardien : Lucas Normandon

Défenseurs : Jordan Dewey – Alexis Birolini, Shawn Stuart – Nicolas Deshaies, Vadim Gyesbreghs – Alexis Gomane

Attaquants : Jérémie Romand – Thierry Poudrier – Charles Geslain, Teddy Da Costa – Thibault Geffroy – Brice Chauval, Alexandre Palis – Udo Marie – Damien Grendka

Remplaçant : Quentin Kello (G). Absents : Jean-Christophe Gautier, Fabien Métais.