Mulhouse - Épinal (Coupe de France, 16e de finale)

Les Dauphins s'en tirent bien...

chipaux 1La probabilité pour deux clubs géographiquement rapprochés de se voir opposés, en Coupe de France, est tellement élevée que certaines affiches se répètent d'année en année. Ainsi Dauphins et Scorpions s'affrontent-ils, dans cette compétition, pour la deuxième saison d'affilée... et la quatrième fois en six ans !

Pour l'originalité, on repassera... surtout qu'Alsaciens et Vosgiens n'en finissent plus de se rencontrer depuis la "rentrée" ! Leur dernière confrontation remonte à la semaine passée, à l'occasion d'une sixième journée sans enjeu en Coupe de la Ligue entre des Dauphins sûrs de terminer premiers de la poule B et des Scorpions n'ayant plus rien à espérer de cette compétition. Une parenthèse refermée comme elle s'était ouverte : sur une défaite (3-5)...

Prenant la Coupe de France très à cœur depuis son "épopée" l'ayant mené jusqu'au P.O.P.B. (en 2007), l'IC Épinal voyait surtout ce "derby" comme une "répétition générale" du seizième de finale. Aussi Andrej Hočevar fut-il ménagé, ce soir-là, au profit de ses doublures habituelles (Pierre Mauffrey et Nicolas Ravel), qui ne s'en sont pas si mal tirées dans cette rencontre marquée par l'expulsion d'un Christer Eriksson ayant vu rouge suite à l'insidieuse charge de Benjamin Breault sur Pavel Mrňa.

Épinglé par la commission de discipline, le Suédois a écopé de quatre matchs de suspension (dont deux ferme) destinés à le rendre inopérant jusqu'à la prochaine réception du Mont-Blanc. C'est donc depuis les gradins de Jean-Bouin (à Nice) qu'Eriksson a vu ses Scorpions décrocher leur première victoire à l'extérieur (3-2 a.p.)... pendant qu'à Rouen, les Dauphins tenaient tête aux Dragons sur l'Ile-Lacroix (4-7, mais 4-4 jusqu'à la 52e), dans une patinoire bien connue de Julien Guimard !

Devenu l'adjoint d'Eriksson cet été, l'ancien responsable du centre de formation rouennais est encore appelé à quitter son costume d'assistant pour endosser celui d'entraîneur suppléant dans ce "derby" qu'Épinal aborde en qualité de favori. Toujours sans son "joker" Mario Larocque, mais avec un Benjamin Breault apte à jouer en dépit d'une blessure au poignet contractée samedi en Normandie.

Il n'était de toute façon pas question, pour Breault, de rater ce court déplacement sur les terres d'un adversaire réussissant généralement bien aux Dauphins. Et on comprend l'entêtement du centre canadien, qui a vite cerné le caractère très particulier d'une "rivalité" plus que jamais d'actualité dans Cacciotti4les travées.

Des tribunes remplies et bien évidemment acquises à la cause des Scorpions. À l'exception du coin de tribune investi par des supporters spinaliens rendus confiants par la prétendue supériorité de leurs protégés. Mais vite conscients que ce match n'aura rien d'une promenade de santé pour leurs Dauphins préférés. Les Scorpions, déterminés à ne rien lâcher, se battent sur tous les palets en dévoilant rapidement leurs talents de contre-attaquants. Une transmission de Ouimet interceptée par Poživil servant de rampe de lancement à Mrňa, dont le tir excentré est détourné par Hočevar (00'25").

Des Scorpions plus mordants

Guillaume Richard est soulagé de voir Francis Meilleur trop croiser son lancer (03'15") suite à une bonne temporisation d'un Benjamin Breault décalant, ensuite, Steven Cacciotti au second poteau (04'55"). Mais tout bascule sur une récupération de Michal Klejna, qui va accélérer côté gauche avant de renverser, à l'opposé, sur un Tarik Chipaux passant la bleue pour s'essayer d'un lancer aussi lointain qu'excentré. Un tir anodin pour un gardien de la trempe d'Andrej Hočevar, pourtant surpris par la trajectoire d'un palet filant dans sa lucarne, côté fermé  (1-0 à 05'09").

Trop souvent livré à lui-même en ces premiers instants, Hočevar laisse d'inquiétant rebonds, comme sur ce tir de Fiset repoussé sur Vydrov (06'33") ou cette tentative de Mrňa manquant de profiter à Klejna (06'55"). Mais l'ex-Angevin sort, malgré tout, quelques parades salvatrices. Il est même décisif devant un Kevin Fiset qui profite d'une mauvaise appréciation de Peter Slovák dans sa zone (09'46").

S'avérant incapables d'élever leur niveau de jeu, les Spinaliens éprouvent les pires difficultés à créer le danger malgré l'abattage et l'incessante activité des Rapenne, Leroy et Hordelalay. Benjamin Breault et Dominic Perna, qui n'ont marqué que trois buts en cinq journées de championnat, peinent à se mettre en évidence et à faire la différence. Le trio composé d'Anže Kuralt, Michal Petrák et Ján Plch est lui aussi en retrait, même s'il parvient à se montrer occasionnellement menaçant. Comme sur cette situation permettant à Chauvière de trouver le relais d'un Plch centrant vers Petrák, pour une reprise bien captée par Richard (08'50").

Reste qu'Épinal finit par égaliser, un peu contre le cours du jeu... et en supériorité ! Klejna accorche Ouimet (10'13") et une longue phase de circulation du palet en zone offensive débouche sur une offrande de Ján Plch vers Anže Kuralt, bien placé à la droite du gardien (1-1 à 10'46")...

Hocevar5Les Dauphins refont surface. Mais la noyade les guette : Perna est sanctionné pour avoir fait trébucher Poživil (alors que l'Italo-canadien amorçait une contre-attaque après avoir contré le lancer du Tchèque, 11'31"). Deux minutes durant lesquelles les Scorpions ne relâchent pas la pression en faisant gronder l'orage devant la cage d'un Andrej Hočevar pas toujours très rassurant (et surtout pas avare de rebonds), mais répondant présent devant Marc-André Levasseur, venu le défier à bout portant (suite à un contre favorable, 12'35"). L'international slovène récidive, dans la foulée, face à Dubé (12'44") avant de voir le puissant slap de Vydrov contré (14e).

Après avoir fait parler la poudre en supériorité, les hommes de Julien Guimard poursuivent sur leur lancée. Se donnant vraiment à fond, ils ne ratent pas une occasion de contrer et de lancer, tirant souvant de loin à l'image d'Aki Uola (15'06") ou d'un omniprésent Pavel Mrňa (16'48"). L'ailier tchèque bénéficie, il est vrai, du parfait soutien de Michal Klejna, Ondřej Poživil et Tarik Chipaux, qui unissent leurs efforts pour contrarier les vélléités de bien décevants spinaliens. Lesquels auraient pris les devants sans cette mitaine salvatrice de Guillaume Richard à bout portant, sur un revers de Ján Plch (17'57")...

L'exploit était à portée de crosse...

Loin d'avoir réalisé un premier tiers du tonnerre, la troupe de Marciano tente de rassurer ses supporters au retour des vestiaires. En renvoyant derrière la cage pour générer un rebond exploité par Perna, Breault passe tout près de signer son premier point de la soirée (20'40"). Mais au lieu de marquer, les Spinaliens se font pénaliser par la double faute d'un Francis Meilleur réagissant de manière trop véhémente à la mise en échec de Pavel Mrňa (23'26"). Une tentative d'étranglement valant deux pénalités mineures au Canadien... et quelques frayeurs aux Dauphins, qui voient l'essai de Joé Dubé tutoyer le montant (24'00") !

mrnaLe powerplay mulhousien se contente surtout de faire tourner le palet, cherchant la faille sans la trouver. Un contre de Breault, enrayé d'une mitaine ferme par Richard (25'34"), est suivi du tir non cadré d'un Maxime Joly pourtant bien placé (26'05"). Niko Uola, à l'origine de cette action, remet ça peu après en parvenant à décaler Joé Dubé au second poteau. L'angle, ouvert, est toutefois refermé en un éclair par Hočevar, dans son style instinctif si spectaculaire (26'51").

Parvenant à garder sa concentration malgré dix bonnes minutes d'interruption (pour consolider  la "fixation"  d'une cage spinalienne bougeant intempestivement), le Slovène aura su se racheter de son entame ratée et empêcher le piège de se refermer sur ses coéquipiers, qui vont ensuite bénéficier d'une double supériorité numérique après une crosse haute d'Ondřej Martinka (28'49") et une obstruction de l'ex-Rouennais Mathieu Chevalier (29'46").

Assurément le tournant de ce "derby" équilibré et indécis, puisque les Dauphins finiront par marquer, à force de chercher le joueur démarqué au second poteau. Steven Cacciotti trouvant Dominic Perna opportunément placé à la droite de Guillaume Richard (1-2 à 31'01").

Un nouvel arrêt de jeu de cinq minutes (cette fois près de la cage du portier alsacien) permet aux Scorpions de reprendre leur "domination" au chapitre des lancers. Hočevar se voit ainsi "menacé" par Mrňa, bien lancé par Klejna (32'18"), avant de parer du bouclier la tentative de Dubé (33'55"). Et si Cacciotti, en embuscade, manque de surprendre Richard (35'09"), Chipaux passe lui tout près d'un doublé (36'20"). Mais Andrej Hočevar veille au  grain, même masqué par Sušanj et Dubé au départ d'un lancer frappé de Vydrov (37'25"). Le Slovène doit même sortir le grand jeu devant ce diable de Mrňa, qui a profité d'un raté de Meilleur pour repiquer dans l'axe et s'en aller défier le cerbère vosgien en un contre-un (38e)...

Malmenés par de valeureux Scorpions (qui vendent décidément chèrement leur peau), les Dauphins commencent le troisième tiers en infériorité (mais avec Yannick Offret, sorti du banc pour remplacer Anthony Rapenne au côté de Fabien Leroy et Pierre-Charles Hordelalay).

Mais s'ils s'en remettent à Andrej Hočevar sur les lancers d'Ondřej Martinka (40'17") et Aki Uola (40'27"), les visiteurs ne pourront exploiter cette "gourmandise" d'un Pavel Mrňa ayant vainement tenté de dribbler Benjamin Breault (42'58"). Il faut dire que les Scorpions font corps devant leur gardien, à l'image d'un Aleksandrs Galkins remarquable d'abnégation. Le défenseur letton a ce soir bloqué un nombre important de lancers, tout en s'échinant à couper les lignes de passe. Comme sur ce contre mené par Plch et Kuralt (46e)...

VydrovAprès le retard de jeu sifflé à l'encontre de Breault (43'59"), Hordelalay provoque une nouvelle pénalité en prenant Vydrov de vitesse (46'55"). Une pénalité parmi tant d'autres durant cette fin de partie tellement disputée... qu'aucun autre but ne sera marqué ! L'ICE fait le métier en infériorité, face à des Scorpions toujours aussi combatifs, mais maintenant à court de munitions. Pierre-Charles Hordelalay, mis sur orbite par Francis Meilleur, est pourtant passé bien près de corser l'addition (son revers passant de peu à côté, 51'48").

Les Scorpions n'ont pourtant pas démérité. Et s'ils manquent un peu de lucidité, les Haut-Rhinois ne manquent de jeter leurs dernières forces dans la bataille à l'instar d'un Levasseur qui s'arrache côté gauche pour récupérer le palet et servir Mrňa à l'opposé. Mais Hočevar se détend pour cueillir le tir du Tchèque (58'55").

Lancé par Breault, Perna passe lui tout près de clore le score dans une cage vidée de son occupant, s'ouvrant le chemin des filets en résistant à Galkins. Mais c'était sans compter sur la vigilance d'un Michal Klejna sauvant in-extremis devant sa ligne (59'29")...

Battus d'un rien par des Spinaliens sans génie (et qui n'ont jamais donné l'impression d'évoluer une division au-dessus des Scorpions), les Mulhousiens sont tombés les armes à la main avec, pour seul regret, leur inefficacité en supériorité. Un petit détail qui aura fait toute la différence...

Réactions d'après-match (dans Vosges Matin)

Raphaël Marciano (entraîneur d'Épinal) : "L'essentiel est fait. Je savais que ça allait être difficile. On s'est mis en difficulté en prenant trop de pénalités. On a réussi à trouver la solution pour gagner. Il y avait un peu de fatigue du match de Rouen. Mais ce n'est pas une excuse car Mulhouse a eu aussi un long déplacement à Nice samedi."

 

Mulhouse - Épinal 1-2 (1-1, 0-1, 0-0).
Mardi 23 octobre à 19h30 à la patinoire de l'Illberg. 1 413 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre assisté de David Courgeon et Sébastien Geoffroy.
Pénalités : Mulhouse 10' 2', 2', 4') ; Épinal 14' (2', 6', 6').
Tirs : Mulhouse 34 (14, 12, 8) ; Épinal 31 (13, 10, 8).

Évolution du score :
1-0 à 05'09" : Chipaux assisté de Klejna
1-1 à 10'46" : Kuralt assisté de Plch et Chauvière (sup. num.)
1-2 à 31'01" : Perna assisté de Cacciotti et Petrák (sup. num.)

 

Mulhouse

Gardien : Guillaume Richard (sorti de sa cage à 58'55").

Défenseurs : Ondřej Poživil (A) - Ondřej Martinka ; Aleksandrs Galkins - Denis Vydrov ; Mathieu Chevalier - Aki Uola (A).

Attaquants : Pavel Mrňa - Michal Klejna - Tarik Chipaux ; Kevin Fiset - Joé Dubé - Marc-André Levasseur ; Lucas Bini (C) - Niko Uola - Maxime Joly ; Mans Papaux - Raphaël Papa - Michaël Marchand (A).

Remplaçants : Mickaël Muller (G), Nicolas Lehericey, Charles Ferrigno.

Épinal

Gardien : Andrej Hočevar.

Défenseurs : Maxime Ouimet (A) - Francis Meilleur ; Yoann Chauvière - Gašper Sušanj ; Martin Charpentier - Peter Slovák.

Attaquants : Steven Cacciotti (C) - Benjamin Breault - Dominic Perna ; Anže Kuralt - Michal Petrák - Ján Plch (A) ; Anthony Rapenne [puis Yannick Offret à 40'] - Pierre-Charles Hordelalay - Fabien Leroy.

Remplaçants : Pierre Mauffrey (G), Romain Mauffrey, Kevin Benchabane, Maxime Martin. Absents : Mario Larocque (en attente de visa), Victor Pivron.