Épinal - Chamonix (Ligue Magnus, 7e journée)

Décidément renversants !

caccioti chamonixPoissompré résonne encore des effusions de joie ayant accompagné, puis fêté la fantastique remontée des Dauphins, renversants tombeurs du CHC (le 9 mars dernier) sur un but libérateur de Stéphane Gervais. Un souvenir indélébile auquel spectateurs et supporters spinaliens aiment se référer. Mais qui appartient désormais au passé.

Les Kuralt, Hočevar, Perna et Meilleur seraient toutefois bien inspirés d'imiter leurs prédécesseur, les Vosgiens devant impérativement s'imposer pour satisfaire un besoin de points qui se fait de plus en plus urgent. On peut même parler d'obligation de résultat pour l'ICE, mal classée en championnat... mais toujours en lice en Coupe de France. Contrairement aux Chamois, sortis d'entrée par Lyon (4-6) à Richard-Bozon, pour une quatrième défaite d'affilée à la maison (toutes compétitions confondues).

C'est dire s'ils aspirent à rebondir, les coéquipiers d'Arnaud Hascoët, qui éprouvent actuellement les pires dificultés à faire trembler les filets (et notamment en supériorité). Concrétiser les temps forts est même devenu le point faible des hommes de Stéphane Gros, apparus consternants d'inefficacité samedi dernier devant Villard-de-Lans (1-3).

Le seul but marqué par les Chamois, ce soir-là, fut l'œuvre de leur "top scoreur" Julien Tremblay, nullement dépaysé en Haute-Savoie car toujours accompagné de Kevin Gadoury et Benjamin Rubin, qui affolèrent les compteurs à ses côtés sous les couleurs de Courbevoie (avec 79 buts marqués et 184 points complilés à eux-trois).

Gadoury Cette triplette valait donc son pesant de points en D1 l'an passé. Mais remplacer Jay Latulippe, Carl Lauzon et Francis Charland n'est pas chose aisée. Surtout pour le Franco-canadien Rubin, improductif à ce niveau et désormais dissocié de ce duo Tremblay-Gadoury toujours réuni, pour le meilleur de Chamonix... et le pire de leurs adversaires !

Les deux compères ne mettent d'ailleurs pas longtemps à s'illustrer sur la glace de Poissompré. Tremblay débordant côté gauche et poursuivant son effort derrière la cage d'Hočevar, remettant le palet à un Gadoury s'essayant d'un premier tir en coin (01'58").

La première occasion d'une longue série pour les Chamois, plus entreprenants en ces premiers instants et surtout plus présents défensivement à l'image d'un Kevin Gadoury écartant in-extremis une rondelle que Fabien Leroy, bien placé, s'apprêtait à frapper (4e). Clément Fouquerel n'aura donc pas eu à intervenir sur ce coup, contrairement à Andrej Hočevar, qui détourne le tir de Vincent Kara (03'04") et bloque parfaitement le slap d'un Kyle Hardy venant de récupérer le palet (04'45").

Évoluant bien en deçà de leurs possibilités, les Spinaliens sont dominés par un ensemble alpin combatif, travailleur et particulièrement d'attaque sous l'impulsion de Julien Tremblay et Kevin Gadoury. L'ex-Mulhousien (de 2009 à 2011) place une accélération côté gauche en se jouant "facilement" de Chauvière en un-contre-un pour remiser vers l'un de ses partenaires (06'00"). Mais personne n'a suivi. Pas même Tremblay, pourtant si remuant durant ce premier tiers-temps...

Eh bien, "Tremblay" maintenant !

Prié de rallier le banc des pénalités (07'41"), Victor Pivron (qui remplace Peter Slovák, blessé, au côté de Martin Charpentier) va desservir ses coéquipiers, contraints d'affronter un powerplay multipliant les lancers. Des tirs essentiellement non cadrés... jusqu'à ce maître-shoot d'un Julien Tremblay expédiant le puck sous la barre d'Hočevar, côté mitaine. Le "serial buteur" chamoniard, parfaitement décalé par Gadoury au cercle d'engagement, réglant la mire pour ouvrir le score d'un superbe lancer nettoyant la lucarne opposée (0-1 à 09'32").

Stupeur à Poissompré, où les Dauphins se retrouvent logiquemenTremblayt menés. L'égalisation est pourtant à portée de crosse de Petrák, idéalement servi par Plch, mais le Tchèque rate la cible (10'46"), imité dans la foulée par un Perna contrant sur le flanc droit pour finalement s'échouer dans les bottes de Fouquerel (11'13").

Pas de quoi toutefois déstabiliser de solides Chamois, suffisamment bien portants défensivement pour résister à un powerplay spinalien toujours aussi avare de lancers. Les esprits s'étant échauffés près du banc chamoniard, où Biscard, Veydarier et Meilleur ont écopé chacun d'une pénalité mineure (14'06"), générant une infériorité durant laquelle Fouquerel devra surtout détourner l'essai d'un Breault involontairement servi par un mauvais renvoi d'Audibert (15'43").

Doublement punis d'une approximation défensive ayant ouvert une brèche dans laquelle Laurent Gras n'a pas manqué de s'engouffrer (17'15"), les Spinaliens se retrouvent ensuite contraints d'évoluer avec deux hommes de moins. Une aubaine pour le CHC, qui trouve rapidement la faille sur une triangulation initiée par Gadoury (dans l'enclave) et relayée par Terrier, à l'affût sur la gauche du gardien, vers un Audibert totalement démarqué devant la cage (0-2 à 17'37").

Rien d'immérité pour les protégés du président Bibollet, qui ne parviennent pas à exploiter leur deuxième supériorité restante malgré ce shoot de Brent Patry détourné de la botte (17'53") ou cette incursion d'un Laurent Gras (18'37") trouvant lui aussi porte close. Dominic Perna, au rebond d'un tir repoussé par Clément Fouquerel (sur une première tentative de Cacciotti), se montre quant à lui le plus dangereux (18'52") côté spinalien, dans cette fin de premiers tiers marquée par l'impressionnant solo d'un Julien Tremblay filant côté gauche. Un "slalom géant" accablant une défense décidément bien trop permissive devant Hočevar, qui ne s'en laisse heureusement pas conter (19'32")...

Forts d'un avantage substantiel, les hommes de Stéphane Gros freinent leurs ardeurs offensives au retour des vestiaires et s'en remettent d'abord à Fouquerel, impérial devant Perna (bien lancé par Breault, 21'33"). L'Italo-Canadien est néanmoins tout près de le tromper en profitant du rebond d'un tir préalable de Cacciotti. Mais l'ex-Tourangeau lève insuffisamment son revers (22'09")...

Autant d'avertissements sans frais pour le CHC, qui ne tarde pas à mettre en place un système défensif contrariant les velléités de Spinaliens s'échinant à le déjouer. Les Chamois, bien regroupés derrière, laissent venir pour mieux "cueillir" le porteur du palet. Une "trappe" s'accompagnant d'un patinage incessant, pour entretenir un échec-avant de tous les instants.

Aussi les Vosgiens apparaissent-ils sans solutions et à court de munitions, malgré toute leur bonne volonté. Et même en supériorité, comme en témoigne cette récupération d'un Clément Masson lançant en profondeur Hocevar6Matthias Terrier, qui aurait filer au but sans l'intervention salvatrice (mais clairement illicite) d'un Benjamin Breault aussitôt sanctionné (29'05").

Sur la trajectoire d'une reprise de Kyle Hardy manquant de retomber dans ses propres filets (29'07"), Andrej Hočevar va lui confirmer sa propension à rester fort durant les temps faibles.

Une assurance tous risques pour des Dauphins tombant, pour ne rien arranger, sur un Fouquerel des plus inspirés. Le Normand détourne notamment le tir d'Anže Kuralt (32'10"), parvenu à s'infiltrer dans une défense que les Patry, Silvennoinen et autres Hardy s'évertuent à rendre impénétrable.

Loin de bénéficier d'une telle assise défensive, Hočevar est lui exposé à des contres parfois rondement menés. Comme cette accélération côté droit d'un Kyle Hardy monté aux avant-postes pour renverser sur Laurent Gras, libre de tout marquage à l'opposé. L'ex-international français a suffisamment de champ pour s'en aller défier le Slovène en duel singulier. Mais le vétéran tergiverse trop face au gardien... et rate ainsi son breakaway (33'45") ! Vincent Kara, bien servi par Brent Patry (qui avait jaillit au devant d'Hordelalay), voit lui le cadre se dérober (36'58"). Une dernière alerte d'Anže Kuralt (39'47") sonne comme la fin d'un deuxième tiers à oublier pour les supporters spinaliens, très déçus de la prestation de leurs "poulains".

Souviens-toi, le printemps dernier...

L'heure est donc grave à Poissompré. Mais la situation n'est pas encore désespérée. Parfaitement conscients qu'un petit but suffirait à relancer la machine, les Dauphins ne lâchent rien. Et s'en voient récompensés au terme d'une action entachée d'un "écran" très musclé de Gašper Sušanj sur Damien Torfou. L'arrière chamoniard se dressait, il est vrai, sur la route d'un Michal Petrák voyant ainsi s'ouvrir un grand boulevard lui permettant de s'en aller nettoyer la lucarne opposée (1-2 à 42'44").

action perna chamL'idée d'une fantastique remontée commence à traverser l'esprit des spectateurs présents à Poissompré, à peine refroidis par la méconduite infligée à Yannick Offret (2'+10'), coupable d'une charge dans le dos d'un Brent Patry mettant quelques instants à récupérer (43'36"). Une impression confirmée par la solidité retrouvée d'un box-play parvenant à éloigner toute forme de danger jusqu'à ce débordement de Terrier suivi d'un revers de Tremblay (46'10").

Défendant plus qu'ils n'attaquent vraiment, les Chamois contiennent de plus en plus difficilement les assauts spinaliens. Jérémy Arès, Laurent Gras et autres Arnaud Hascoët ne ratent pourtant pas une occasion de contrer. Mais la précision fait défaut à leurs lancers, pour la plupart non cadrés. Contrairement à cette opportunité d'un Benjamin Breault parvenu à se frayer un chemin jusqu'au gardien (49'58"). Ou à cette longue ouverture de PatryMeilleur déviée par Breault sur le côté droit, vers Perna (50'48").

La menace se précise d'autant que les pénalités s'accumulent au CHC. Après le faire trébucher de Veydarier (46'31"), c'est un cinglage d'Arès (51'37") qui permet à Plch d'arracher l'égalité. Le vétéran slovaque poussant, au fond des filets, un tir de Breault préalablement repoussé (2-2 à 53'36").

Un feu d'artifice comme bouquet final !

Tout est à refaire pour les Alpins, qui avaient pourtant le match en main. Mais à force de subir, ils ont fini par craquer dans ce troisième tiers ne ressemblant décidément pas aux deux premiers. Une récupération d'Arès permet pourtant à Masson de se présenter devant Hočevar... sans que le "lutin" chamoniard, pourtant très bien placé, ne parvienne à cadrer (57'08") !

Clément Masson peut s'en vouloir. Son tir trop enlevé (au-dessus de la barre d'Hočevar), sert de rampe de lancement au troisième but spinalien. Dominic Perna, mis sur orbite par Yoann Chauvière, filant dans le dos de la défense pour mener à bien son un-contre-un face au gardien en logeant la rondelle entre les grands "compas" de Fouquerel (3-2 à 57'17"). Une belle récompense pour le petit ailier italo-canadien, longtemps inefficace... mais combatif à souhait tout au long de la soirée !

Il n'en fallait pas davantage pour embraser Poissompré, redevenu ce bouillant "chaudron" nourri par la ferveur de supporters chavirant de bonheur après l'exploit d'un Petrák slalomant devant la cage... pour mieux dribbler le gardien (4-2 à 57'49") ! Le Tchèque faisant parler toute sa dextérité pour glisser le palet dans le dos du gardien...

Le temps mort, aussitôt demandé par Stéphane Gros, n'aura pour effet que d'amplifier le score, alourdi sur cette cage vide adroitement visée par un Steven Cacciotti pourtant déséquilibré (5-2 à 58'13").

Les hommes de Raphaël Marciano ont donc fait passer leurs supporters par toutes les émotions. Jusqu'à leur faire vivre le grand frisson, d'une de ces remontées dont ils ont le secret. Le piège a pourtant bien failli se refermer sur les Dauphins, qui nous habituent décidément à ce genre de scénarios renversants.

Plch5À force d'insister, les Spinaliens sont donc parvenus à remonter la pente, arrivant à leurs fins (c'est-à-dire faire sauter le verrou chamoniard) en puisant dans leurs ressources physiques et morales.

Mais derrière cette force de caractère se cache réelle une dépendance au rendement de plusieurs joueurs clés. Benjamin Breault, Dominic Perna et Steven Cacciotti n'ont pas démérité, mais ce trio canadien paraît moins influent que la ligne emmenée par Anže Kuralt et Michal Petrák, sur qui semble véritablement reposer  le poids de l'attaque. Il suffit d'ailleurs que ces trois-là "toussent" pour que toute l'offensive se grippe...

Aucune victoire n'est toutefois possible sans le concours d'Andrej Hočevar, dont les bonnes performances sont autant de dénominateurs communs aux gains spinaliens. Répondant pleinement aux attentes placées, en lui, l'international slovène fut encore décisif, faisant le métier devant le filet pour largement contribuer à la bonne série de ses coéquipiers... qui signent ainsi leur quatrième succès d'affilée à Poissompré ! Loin des soucis de Chamonix, qui ne sait décidément plus gagner...

Réactions d'après-match (dans Vosges Matin)

Raphaël Marciano (entraîneur d'Épinal) : "On ne lâche jamais et on a encore montré beaucoup de caractère. Ce sont nos vertus depuis le début de saison. Et physiquement on voit que nous sommes prêts car nous avons fini très fort."

 

Épinal - Chamonix 5-2 (0-2, 0-0, 5-0).
Samedi 26 octobre à 18h00 à la patinoire de Poissompré. 1 400 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Hauchart assisté de Thomas Caillot et Anne-Sophie Boniface.
Pénalités : Épinal 22' (8', 2', 10'+2') ; Chamonix 18' (6', 4', 8').
Tirs : Épinal 36 (9, 12, 15) ; Chamonix 33 (15, 9, 9).

Évolution du score :
0-1 à 09'32" : Tremblay assisté de Gadoury (sup. num.)
0-2 à 17'37" : Audibert assisté de Terrier et Gadoury (double sup. num.)
1-2 à 42'44" : Petrák (sup. num.)
2-2 à 53'36" : Plch assisté de Chauvière et Breault (sup. num.)
3-2 à 57'17" : Perna assisté de Sušanj et Cacciotti
4-2 à 57'49" : Petrák assisté de Plch et Kuralt (sup. num.)
5-2 à 58'13" : Cacciotti assisté de Perna et Breault (cage vide)

Épinal

Gardien : Andrej Hočevar.

Défenseurs : Maxime Ouimet (A) - Francis Meilleur ; Yoann Chauvière - Gašper Sušanj ;  Martin Charpentier - Victor Pivron.

Attaquants : Steven Cacciotti (C) - Benjamin Breault - Dominic Perna ; Anže Kuralt - Michal Petrák - Ján Plch (A) ; Yannick Offret - Pierre-Charles Hordelalay - Fabien Leroy.

Remplaçants : Nicolas Ravel (G), Romain Mauffrey, Kevin Benchabane, Maxime Martin. Absents : Mario Larocque (en instance d'arrivée), Anthony Rapenne (genou), Peter Slovák (blessé à l'entraînement).

Chamonix

Gardien : Clément Fouquerel (sorti de sa cage à 57'49" à 58'13").

Défenseurs : Brent Patry - Damien Torfou ; Kyle Shearer-Hardy - Fabien Veydarier ; Riku Silvennoinen - Clément Colombin.

Attaquants : Vincent Kara - Clément Masson (A) - Matthias Terrier ; Alexandre Audibert (C) - Kevin Gadoury - Julien Tremblay ; Jérémy Arès - Laurent Gras (A) - Arnaud Hascoët ; Benjamin Rubin - [Gras ou Masson en alternance] - Patxi Biscard.

Remplaçant : Victor Goy (G). Absent : Arthur Cocar (entorse du genou).