Brest - Gap (Ligue Magnus, 8e journée)

Le match de la peur

2013-11-02-Brest-GapL’avant dernier (Brest) contre le dernier (Gap) du championnat. Telle est l’affiche proposée ce soir aux 1305 spectateurs bretons et gapençais (certains ont fait le long déplacement). Après une semaine cauchemardesque, les Albatros ont une ultime occasion de se relancer avant la trêve internationale. Les deux matchs contre Nantes puis Caen devaient être l’occasion de relancer l’équipe après une série de défaites. Ce fut un fiasco complet en coupe de France et une énorme désillusion en Normandie contre un adversaire que les Albatros avaient dominé quatre fois en autant de possibilité depuis le début de saison.

Le moral au ras de la glace, couronné par des problèmes financiers poussant le club à un appel au don, le staff brestois a appris la suspension prévisible pour deux matchs du meilleur buteur Nicholas Pard pour un geste inutile de frustration en fin de match à Caen. C’est donc toujours incomplet, malgré le retour en défense d’Aurélien Gréverend, que les Albatros abordent ce match de la peur.

En face, les Rapaces sont certes derniers, mais leur dynamique est plus positive après tous les déboires que le club a traversés depuis le début de saison (accident de Luc Savoye et Étienne Chiappino, départ de Tim Boron). Après avoir écarté Grenoble de la route de Bercy, les Hauts-Alpins ont empoché leur première victoire en championnat face à Amiens.

L’entame du match confirme les tendances actuelles. Brest, équipe la plus pénalisée du championnat, se retrouve à quatre contre cinq après seulement 49 secondes de jeu. Aussi trouée qu’un emmental suisse, la défense locale laisse filer Jouni Virpiö qui s’en va tromper Michael Dupont sur un caviar de Kai Syväsalmi (0-1 à 1’19’’). Le défenseur finlandais est de nouveau passeur décisif sur le deuxième but des siens inscrit par Colin Moore qui parvient à dribbler le pauvre Dupont sans aucune opposition brestoise (0-2 à 5’54’’).

L’entraîneur de Brest Sébastien Oprandi (originaire de Gap) prend son temps mort après l’entame de match catastrophique de son équipe. L’effet escompté est là mais ne perdure pas. Brest exerce un pressing à deux joueurs sur le porteur du palet adverse. Ceci met au jour une faiblesse gapençaise : face au pressing brestois, les Rapaces s’emmêlent les pinceaux et perdent beaucoup de palets. C’est ainsi que Nicolas Motreff parvient à chiper le disque en zone offensive qu’il remet à Jaroslav Prosvic. Ce beau mouvement collectif est conclu par un centre que Michal Dian reprend victorieusement (1-2 à 9’00’’). Dans la foulée et la confusion, Erwan Pain égalise même (2-2 à 9’48’’).

Revenus de nulle part, les Albatros vont être immédiatement remis au tapis. Avec une défense laxiste qui rappelle beaucoup celle du match amical face à Rouen, Nicolas Arrossamena ajuste Dupont d’un tir à bout portant en lucarne (2-3 à 10’30’’). Et ce n’est pas fini puisque 12 secondes tout juste après ce but, Syvasalmi en rajoute une couche en étant à la conclusion de plusieurs passes qui ont complètement mis en déroute la défensive brestoise (2-4 à 10’42’’).

Déjà six buts inscrits après la moitié du premier tiers, c’est dire si les gardiens ne sont pas à la fête. Même s’il a déjà usé de son temps mort, Sébastien Oprandi parvient à re-mobiliser et réorganiser ses troupes qui couraient droit à une déroute totale. Peu à peu la défense se resserre et les Albatros respirent un peu plus. En toute fin de période, David Croteau inscrit un but très important pour le moral des troupes en décochant un lancer du poignet qui rentre avec l’aide du poteau (3-4 19’20’’).

Ce retour brestois un peu inespéré se confirme très nettement dans un deuxième tiers bien mieux géré par les Albatros. Sérieux et appliqués défensivement, ils fournissent un gros effort sur le pressing offensif qui déstabilise toujours l’adversaire. Les Rapaces perdent plusieurs palets, mais Brest n’en profite pas comme sur ce tir non-cadré de Berthon (25’15’’). La prison de David Poulin (25’33’’) aurait pu permettre à Gap de refaire le break mais Dupont ne cède pas.

Brest finit par être récompensé de son bon tiers-temps. Privé de son acolyte Nicholas Pard, David Croteau se mue en buteur en inscrivant un doublé après un gros effort qui lui permet de s’engouffrer en zone offensive. En situation de deux contre un avec Berthon au centre, il choisit de tirer et fait mouche face à un Michael Garman pas exempt de reproche (4-4 à 35’38’’).

Jonathan Avenel a beau contester la décision arbitrale, sa pénalité pour charge avec la crosse (36’11’’) ne fait pas les affaires de son équipe tout juste revenue à hauteur de son adversaire à la marque. Mais Brest confirme sa solidité retrouvée en ne laissant pas l’adversaire adresser un seul tir sur Dupont durant cette phase de jeu.

Le retour d’Aurélien Gréverend en défense a permis à Nicolas Motreff de retrouver son poste de prédilection en attaque. Aligné au côté du duo slovaque Prosvic-Dian, ils constituent le meilleur bloc brestois ce soir. De la vitesse, du mouvement et de bons décalages grâce à des passes habiles leur permettent de créer régulièrement du danger sur la cage de Gorman. Servi intelligemment en profondeur par Michal Dian, Nicolas Motreff inscrit son premier but en championnat et permet à Brest de passer pour la première fois de la rencontre devant son adversaire (5-4 à 39’16’’).

2013-11-02-Brest-Gap-1Gap a une nouvelle fois encaissé un but juste avant la sirène et rentre donc aux vestiaires avec cet événement marquant en tête. Mais pour Brest le plus dur commence quand on connaît les difficultés que connaît l’équipe pour terminer les rencontres. Les Albatros se sont fait piéger à plusieurs reprises par des remontées au score adverse cette saison.

De nouveaux jeux stratégiques se mettent en place dès l’entame du troisième tiers. La prudence est le maître mot. Les deux équipes campent prudemment sur leur position et attendent une faute adverse. Gap semble laisser les Brestois venir à eux, sans doute pour les forcer à se découvrir pour ainsi profiter des espaces laissés. Mais à ce petit jeu, les Albatros se procurent une énorme occasion par Dian puis Motreff qui est privé d’un but certain par un bon geste défensif gapençais alors que la cage était grande ouverte (43’10’’).

La suite du tiers est un long calvaire breton. Les Rapaces sont bien décidés à revenir au score et survolent la fin de match en assiégeant la cage de Dupont. De manière prévisible, Brest souffre face au retour gapençais et s’en remet à son gardien pour tenter de conserver la courte avance au score. Le cerbère brestois à beau sortir un arrêt grand écart-mitaine sur Nyko Mäntylä (47’14’’), que peut-il faire face à un Jouni Virpiö seul au monde dans le dos de la défense ? Logiquement l’attaquant finlandais égalise dans un silence de mort pour un but qui est la copie conforme du premier de la rencontre (5-5 à 47’41’’).

Il y a du chaos dans l’air au fur et à mesure que le money time approche. Brest alerte à quelques reprises Michael Gorman mais se sont bien les Gapençais qui sont le plus dangereux mettant régulièrement le feu sur Dupont qui s’en sort par miracle (51’). Jeremy Baridon est tout proche de libérer son équipe mais son tir frappe le montant droit de la cage brestoise (55’57’’).

Dans la dernière minute Gap conservent prudemment le palet derrière son but afin d’assurer un point sous les sifflets d’un public qui n’apprécie pas la manœuvre mais qui au fond n’est certainement pas malheureux de voir son équipe s’en tirer ainsi au vu de la physionomie du dernier tiers.

Sur le gong des petites frictions entre joueurs se produisent conduisant Gap à écoper de ses premières minutes de pénalités. Jonathan Avenel est également pénalisé pour Brest (60’). La prolongation débute donc normalement à quatre contre quatre, jusqu’à une crosse haute de Syväsalmi sur Dian qui réduit Gap à trois joueurs (60’42’’).

Le public a donc enfin l’occasion de voir son équipe évoluer en supériorité numérique. Un exercice où Brest connaît de graves difficultés depuis un certain temps, et force est de constater qu’aucune amélioration n’est à déceler : un jeu de puissance statique où les joueurs sont certes installés mais ne produisent pas de mouvement et trop peu de tir.

Gap tue tranquillement la pénalité et bénéficie à son tour d’une prison du revenant Aurélien Gréverend (62’58’’). Lassé des discussions du capitaine brestois Daniel Carlsson, Alexandre Hauchart lui inflige une méconduite. Deux minutes et autant de solides mitaines de Dupont plus tard (63’24’’ et 64’02’’), Brest revient au complet. Le gardien breton aura effectué l’arrêt du match durant cette infériorité en sortant in extremis sur sa ligne la tentative de Mickaël Perez (64’42’’).

La séance de tir au but se rapproche à grand pas lorsque sur un oubli défensif bleu et blanc, Thomas Evans lance Michal Dian en échappée. L’attaquant slovaque a un défenseur aux trousses mais fonce décidé vers Gorman. Il semble mal s’embarquer dans sa feinte en se dirigeant vers la gauche fermant ainsi son angle de tir mais il parvient tout de même à glisser de justesse le palet dans la cage (6-5 à 68’45’’).

C’est donc avec deux points supplémentaires que les Albatros partent au repos pour une trêve internationale bienvenue pour les organismes de plus en plus éprouvés des Bretons. D’un point de vue moral, cela ne peut être que bénéfique après les temps récents très difficiles où les défaites et les désillusions se sont enchaînées. Cependant l’entame de match catastrophique et la mauvaise gestion des supériorités numériques montrent qu’il y a encore beaucoup d’erreurs à corriger.

On notera le bon retour d’Aurélien Gréverend qui inscrit ses deux premiers points en carrière à ce niveau pour son premier véritable match de la saison. En effet, sa présence sur le banc à Épinal ne servait que pour le quota de JFL. À noter aussi l’excellente tenue du nouveau bloc Motreff-Prosvic-Dian. Nicolas Motreff récolte trois points mérités après un match étincelant. Michal Dian aurait dû faire un match à quatre points, mais étrangement une assistance lui a été retirée. Pas mal pour un joueur qui n’évoluait qu’en Division 2 l’an passé.

Gap ne décolle pas de la dernière place malgré le point largement mérité obtenu ce soir. Après un départ canon, les Rapaces ont semble-t-il été gênés par le pressing adverse. Leur gardien a également été fébrile par moment, notamment sur les buts inscrits par David Croteau. Mais les deux points ne sont malgré tout pas passés loin pour eux. Ils s’en contenteront d’un seul, toujours bon à prendre après un aussi long déplacement.

Commentaires d’après match (Source : Le Télégramme)

Sébastien Oprandi (entraîneur de Brest) : « Je ne suis pas très content de notre démarrage où nous avons été catastrophiques dans notre zone défensive. Je suis satisfait de la réaction dans la deuxième période où on a resserré les boulons. Il y a eu du caractère. Je pense que ça n’a pas été notre meilleur match. Il faut qu’on apprenne de nos erreurs. Gap n’a rien à faire à cette dernière place. C’est une équipe que l’on va retrouver certainement bien au-dessus. Ils repartent avec un point. Au vu du match, ils le méritaient. Pour nous, c’était important de prendre les deux points. »

Ari Salo (entraîneur de Gap) : « On a bien entamé la rencontre mais on a un peu trop pensé à l’offensive aujourd’hui. Il y a eu un déséquilibre. On perd beaucoup trop de palets. Brest nous a aussi bien pressés. Nous avons manqué d’intelligence de jeu. Quand on mène 2-0 puis 4-2, on doit jouer plus simple. On avait aussi fait de bonnes choses contre Amiens et même contre Angers. Mais on est toujours derniers. »

 

Brest – Gap 6-5 après prolongation (3-4, 2-0, 0-1, 1-0)
Samedi 2 novembre 2013 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 1305 spectateurs.
Arbitrage de Alexandre Hauchart assisté de Clément Goncalves et Matthieu Loos.
Pénalités : Brest 20' (2’, 4’, 0’, 4’+10’), Gap 4' (0’, 0’, 0’, 4’).

Évolution du score :
0-1 à 01’18’’ : Virpio assisté de Syvasalmi et Circelli (sup. num)
0-2 à 05’54’’ : Moore assisté de Syvasalmi et Valchar
1-2 à 09’00’’ : Dian assisté de Prosvic et Motreff
2-2 à 09’48’’ : Pain assisté de Holik
2-3 à 10’29’’ : Arrossamena assisté de Hirvonen et Perez
2-4 à 10’41’’ : Syvasalmi assisté de Moore et Virpio
3-4 à 19’20’’ : Croteau assisté de Dian et Motreff
4-4 à 35’38’’ : Croteau assisté de Gréverend et Rambelo
5-4 à 39’16’’ : Motreff assisté de Gréverend
5-5 à 47’43’’ : Virpio assisté de Circelli
6-5 à 68’45’’ : Dian assisté de Dupont et Evans

Brest

Gardien : Michael Dupont.

Défenseurs  : Daniel Carlsson (C) – Thomas Evans ; Vladimir Holik – David Hennebert (A) ; Aurélien Gréverend (Nicolas Motreff de 17’ à 20’) – David Poulin.

Attaquants : Nicolas Motreff (David Croteau de 17’ à 20’) – Jaroslav Prosvic (A) – Michal Dian ; Jonathan Avenel – Erwan Pain – Graham Avenel ; Aïna Rambelo – David Croteau – Quentin Berthon ; Valentin Dumélié (une présence à 55’).

Remplaçants : Arnaud Goetz (G), Gaëtan Cannizzo, Clément Gonzales, Dimitri Motreff. Absent : Nicholas Pard (suspendu)

Gap

Gardien : Mike Garman.

Défenseurs : Jérémy Baridon – Pasi Hirvonen ; Niko Mäntylä – Kai Syväsalmi ; Alexandre Cornaire (C) – Milan Tekel (A).

Attaquants : Radim Valchar – Mickaël Perez – Nicolas Arrossamena ; Jouni Virpiö – Colin Moore  – Collin Circelli (A) ; Yoanne Lacheny – Niklas Nilsson – Daniel Despotovic.

Remplaçants : Guillaume Duquenne (G), Paul Schmidt, Brice Mansouri, Charly Brugière, Maxime Pilote-Griet. Absents : Lucas Savoye (accidenté), Étienne Chiappino (accidenté), Mathieu André (rupture du ligament croisé antéro-externe).