Suède - République Tchèque (Euro Hockey Tour 2)

ROLINEK Tomas-110513-002Dans trois mois débutera le Tournoi de hockey aux Jeux Olympiques de Sotchi. Pour les quatre puissances engagées dans l'Euro Hockey Tour (Russie, Finlande, Suède, République Tchèque), il s'agit des dernières revues d'effectif. Et pour peu de joueurs, des derniers espoirs pour disputer l'Olympiade 2014.

Quand le destin s'en mêle, certains peuvent nourrir de profondes déceptions. C'est le cas de l'artiste tchèque Roman Červenka, indisponible pour des douleurs persistantes à la cuisse. Malgré l'intervention d'un physiothérapeute, Červenka a dû jeter l'éponge et s'est dit bouleversé par cette décision. Néanmoins, avec la Channel One Cup de décembre et d'excellentes statistiques en KHL (23 points en 22 matches), l'attaquant du SKA Saint-Pétersbourg conserve une chance pour Sotchi.

Pour ce Tournoi Karjala, la sélection tchèque offre d'ailleurs quelques surprises dont la présence d'un revenant. Cela faisait en effet trois ans et demi que Tomas Kaberle n'avait plus côtoyé l'équipe nationale. C'est donc une opportunité inespérée pour le coéquipier de Sacha Treille à Kladno qui bénéficie d'une expérience du haut niveau non négligeable. Surtout que, dans l'esprit du sélectionneur Alois Hadamczik, il est encore prématuré de se décider quant à la proportion de joueurs NHL / "européens" pour constituer l'effectif olympique.

Un point de vue que ne partage pas son homologue suédois ! En effet, cette semaine, Pär Mårts a affirmé que, sur les 25 sélectionnés, 23 seront estampillés NHL. Pour les deux dernières places, a priori ne batailleront qu'une minorité de joueurs. Joel Lundqvist, dont la polyvalence et les valeurs sont appréciées de Mårts, aurait semble-t-il un pied dans l'avion.

Toutefois, si la pré-sélection est large (63 têtes), il faudra prendre en compte les éventuels forfaits sur blessure et... certains caprices. D'ores et déjà, le défenseur Tobias Enström a décliné l'invitation des Jeux Olympiques pour se consacrer à son club de Winnipeg. Une décision qui, vous l'imaginez, n'est pas passée inaperçue en Suède.

Mis à part une poignée qui ont encore le privilège de prouver qu'ils sont en forme olympique, pour les autres, il s'agira de rester dans les bons papiers du coach, notamment pour l'échéance mondiale au Bélarus. À noter que l'équipe suédoise présentée est relativement inexpérimentée puisque seulement cinq joueurs comptabilisent plus de 20 sélections. Devant les buts, c'est le collègue de Pierre-Édouard Bellemare, Henrik Karlsson, qui défie Jakub Štěpánek, ce dernier ayant retrouvé son meilleur niveau au Severstal Tcherepovets.

Karlsson est le premier testé, et dès le coup d'envoi. Les Suédois peinent à freiner Rolinek qui s'avance dans leur camp, Nedorost et Smoleňák tirent successivement sur le portier de Skellefteå. Si le tir en entrée de zone de Fälth constitue la première opportunité de la Tre Kronor, celle-ci bénéficie d'une faute de marquage de la Tchéquie. Derrière la cage, Martin Thörnberg offre une passe à Niklas Olausson qui la prolonge vers Linus Klasen, démarqué plein axe, qui ouvre le score (1-0, 03'54").

Menée rapidement, la République Tchèque prend alors le jeu à son compte et se créer deux occasions très nettes. À la 6e minute, Petružálek entre en zone offensive, temporise et envoie dans le paquet, la déviation de Kašpar est à la limite de tromper la vigilance de Karlsson. Deux minutes plus tard, Sekáč met la pression le long de la bande, la relance suédoise est interceptée poteau gauche par Rachůnek qui transmet poteau droit à Roman, le portier suédois effectue alors un arrêt sublime de la mitaine.

Malgré ce temps fort tchèque, la Suède va mettre K.O. son adversaire avant la pause en marquant deux buts consécutifs avec le même bloc. Tout d'abord, Pär Arlbrandt, fixée à droite sur la ligne bleue, offre une magnifique diagonale à Simon Hjalmarsson, son compère de Linköping, qui devance tout le monde et marque du revers (2-0, 16'03"). Puis un bon échec-avant permet à la Suède de s'installer, Daniel Rahimi frappe et Arlbrandt dévie légèrement la trajectoire (3-0, 16'32"). Un dernier arrêt de la mitaine de Karlsson sur Irgl juste avant de rejoindre les vestiaires clôturera un premier tiers-temps contrôlé par la troupe de Pär Mårts.

Surclassée en première période, la République Tchèque repart à l'abordage et domine largement l'entame de la deuxième période. Deux nouvelles opportunités franches vont voir le jour. D'un côté, Janmark-Nylén, seul devant l'enclave, ne cadre pas son tir qui passe à quelques centimètres. De l'autre, Irgl essaie de déborder Henrik Karlsson qui arrête de la jambière droite avant de repousser un éventuel rebond pour Hubáček.

Kutlák écope de la première pénalité de la partie. C'est un exploit personnel, brillant, qui permet aux Suédois de valider ce jeu de puissance. Linus Klasen part de sa zone défensive, passe en zone neutre, dribble trois joueurs tchèques, bat Štěpánek côté gant et inscrit son deuxième but de la rencontre (4-0, 27'49").

Le compte est bon pour Alois Hadamczik qui décide de sortir le portier du Severstal au profit de Jakub Kovář. Dès son entrée sur la glace, la mitaine de Kovář est utilisée face à Rahimi et Klingberg. Malheureusement pour lui, la démonstration suédoise se poursuit. David Ullström, coin droit, donne à l'opposé pour Pär Arlbrandt qui sert à droite Simon Hjalmarsson. Malgré l'opposition de Nakládal, l'attaquant de Linköping, après plusieurs essais, inscrit également un doublé (5-0, 32'18"). Klasen, Arlbrandt, Hjalmarsson, les trois meilleurs marqueurs de la SHL se régalent.

THORNBERG Martin-110430-280Même si le score tourne à la correction, les Tchèques tentent de durcir le ton en fin de tiers. Deux mêlées se forment devant la cage de Karlsson. D'abord après un essai de Vrána que contrôle mal le gardien de Skellefteå. Puis, suite à un slap puissant de Krajíček, Kaberle hérite du rebond mais l'angle est totalement bouché. En supériorité numérique à une minute de la deuxième pause, Nedorost conclut un fabuleux jeu en triangle, mais Henrik Karlsson reste intraitable sur sa ligne.

Le rythme baisse largement dans les premières minutes du troisième tiers. Une sanction contre Fälth et un avantage numérique vont toutefois permettre à la Tchéquie de se créer une nouvelle occasion mais cette fois-ci de manière involontaire. Radek Smoleňák effectue un slap, le palet ricoche sur la bande puis... dans le dos de Karlsson qui repousse de justesse ! La Tre Kronor sera de nouveau dangereuse par la suite. Un mauvais changement de ligne tchèque aurait pu sourire à un contre suédois. Puis un bon appel de Janmark-Nylén est maîtrisé par Nakládal, toutefois irrégulièrement. Sa pénalité sera annulée par celle de Danielsson qui interviendra quelques secondes après.

La possession est tchèque dans les dix dernières minutes. À la 51e, Jakub Petružálek profite d'une mauvaise relance suédoise et tire en pivot devant le but, cela passe encore une fois à quelques centimètres de la cible. Quelques minutes plus tard, les essais de Petr Vrána et Tomáš Rolinek seront arrêtés par les jambières de Karlsson. Cependant, l'addition s'alourdira davantage pour les visiteurs. Martin Thörnberg part en direction du but, gagne son duel en 1 contre 1 face à Kutlák et envoie le palet au fond des filets (6-0, 58'31").

La défaite est lourde pour la Tchéquie du sélectionneur Hadamczik, totalement surclassée ce jeudi soir face à la Suède. Au-delà du fiasco collectif, la plupart vont perdre beaucoup après ce match. De son côté, la Suède aura été impressionnante, rigoureuse, sûre en défensive, inspirée offensivement et capable d'accélérer quand il le fallait. Comme des champions du monde.

Commentaires d'après-match

Tomas Kaberle (défenseur de la République Tchèque) : "Je pense que le score ne reflète pas la réalité du jeu. Les Suédois ont été très efficaces, dès le début. Si nous avions marqué en première période, la physionomie aurait été différente. Cela dit, nous n'avons pas à chercher des excuses."

Pär Arlbrandt (attaquant de la Suède) : 'Nous étions très efficaces aujourd'hui. J'espère que l'on restera dans cette dynamique ce week-end."


Suède - République Tchèque 6-0 (3-0, 2-0, 1-0).
Jeudi 7 novembre 2013 à 19h00 à la Läkerol Arena de Gävle. 4775 spectateurs.
Arbitrage de Roman Gofman et Aleksei Anisimov (RUS) assistés de Jimmy Dahmén et Henrik Pihlblad (SUE).
Pénalités : Suède 6' (0', 2', 4'), République Tchèque 6' (0', 2', 4').
Tirs : Suède 23 (8, 7, 8), République Tchèque 30 (13, 10, 7).

Évolution du score :
1-0 à 03'54" : Klasen assisté de Thörnberg et Rahimi
2-0 à 16'03" : Hjalmarsson assisté de Arlbrandt et Ullström
3-0 à 16'32" : Arlbrandt assisté de Rahimi et Alm
4-0 à 27'49" : Klasen assisté de Klingberg et Möller (sup. num.)
5-0 à 32'18" : Hjalmarsson assisté de Arlbrandt et Ullström
6-0 à 58'37" : Thörnberg


Suède

Gardien : Henrik Karlsson.

Défenseurs : Niclas Andersén (+2) - John Klingberg (+1) ; Daniel Rahimi (+2) - Elias Fälth (A, +1, 2') ; Niclas Burström (+1) - Sebastian Erixon ; Johan Alm (+3).

Attaquants : Linus Klasen (+2) - Niklas Olausson (+1) - Martin Thörnberg (+2) ; Oscar Möller - Dennis Rasmussen - Nicklas Danielsson (2') ; Robin Figren - Joel Lundqvist (C, 2') - Mattias Janmark-Nylén ; Simon Hjalmarsson (A, +3) - David Ullström (+4) - Pär Arlbrandt (+3).

Remplaçants : David Rautio (G), Daniel Bång, Anton Rödin.

République Tchèque

Gardien : Jakub Štěpánek puis Jakub Kovář à 27'49".

Défenseurs : Tomáš Kaberle (A, -1) - Lukáš Krajíček (-2) ; Jakub Krejčík (-1) - Jakub Nakládal (-1, 2') ; Zdeněk Piskáček (-2) - Zdeněk Kutlák (-3, 2').

Attaquants : Tomáš Rolinek (C, -2) - Václav Nedorost (-2) - Radek Smoleňák (-2) ; Lukáš Kašpar (-2) - Petr Vrána (-3) - Jakub Petružálek (-3) ; Petr Hubáček (A) - Jan Kovář - Zbyněk Irgl ; Ivan Rachůnek - Ondřej Roman (2') - Jiří Sekáč ; Jan Buchtele (-1).

Remplaçants : Robert Kousal, Milan Doudera.