France - Autriche (tournoi EIHC d'Innsbruck)

AUVITU Yohann-120515-305L'équipe de France ne pouvait pas trouver meilleur adversaire pour ouvrir sa saison internationale : les Autrichiens, qu'elle a battus en mai dernier, n'ont jamais digéré cette défaite synonyme de relégation et ne se pensent pas inférieurs. Le défi est donc intéressant pour les Bleus, venus sans leurs trentenaires.

Si parfois l'Autriche aligne des effectifs expérimentaux à l'automne, ce n'est plus le cas. La raison est simple et évidente à la fois : cette équipe est qualifiée pour les Jeux olympiques de Sotchi et n'a donc pas de temps à perdre. Avec trois ailiers actuellement en NHL (Vanek, Grabner, Raffl), la concurrence s'annonce notamment rude à ce poste pour les joueurs présents. La défense est expérimentée, même si le recordman des sélections Gerhard Unterluggauer, malade, a finalement été remplacé par le petit gabarit Dominique Heinrich. La force autrichienne est cependant à relativiser car la première ligne Latusa-Koch-Lebler est mise au repos en tribune pour ce premier match. Mathias Lange, gardien germano-autrichien d'Iserlohn qui a pas mal joué en ce début de saison de DEL grâce aux déboires des titulaires, fait ses débuts internationaux.

Comme souvent dans les tournois internationaux, le premier tiers-temps consiste à se mettre dans le rythme. Les deux advesraires commettent des erreurs. Mario Altmann perd le palet dans sa zone face à Robin Gaborit, mais Nicolas Ritz n'en profite pas et son tir va droit sur Lange. L'ancien banni Oliver Setzinger profite quant à lui d'une mauvaise passe en zone neutre de Kévin Dusseau pour un rare titr dangereux, tranquillement capté par la mitaine de Florian Hardy.

ALTMANN Mario-130504-035En deuxième période, les Bleus enchaînent les punitions, ce qui devrait en théorie leur être fatal. C'est tout le contraire. Ils se donnent confiance en résistant à 3 contre 5 : le trio Manavian-Fleury-Auvitu conclut sa présence par un dégagement tranquille du dernier nommé.

Ensuite, pendant une pénalité de Kevin Hecquefeuille, Florian Iberer ne ferme pas la ligne bleue, récupère le palet au repli mais se fait contrer par Anthony Rech. Face au but, Loïc Lampérier décoche aussitôt un tir à mi-hauteur (0-1, 27'51"). Au moment où Hecquefeuille sort de prison, David Schuller se fait voler le palet par Anthony Rech au passage de la ligne bleue : le Rouennais s'échappe en solitaire et marque son premier but en équipe de France en glissant le palet du revers sous les bottes de Lange (0-2, 29'23"). Non crédité d'une assistance méritée sur le premier but, Rech aura persévéré, lui qui n'avait inscrit aucun point en bleu en 17 sélections, souvent dans des rôles d'attaquant défensif sur la quatrième ligne. C'est donc en grattant des palets en infériorité numérique qu'il a débloqué son compteur international.

Il ne faut quand même croire qu'on peut impunément accumuler les pénalités. Le second passage dans la geôle de Jonathan Janil, pour une charge contre la bande, est de trop. Nicolas Besch n'arrive pas à bloquer la crosse de Michael Schiechl qui conclut une passe de derrière la cage d'Andreas Nödl (1-2, 34'19"). Mais si la France commet beaucoup de fautes, l'Autriche commet beaucoup... d'erreurs. L'Autriche continue de faire circuler le palet en zone offensive après la fin d'une pénalité de Lampérier, Raphael Herburger effectue une passe aveugle par la bande alors que son coéquipier Daniel Oberkofler n'a pas suivi le mouvement. Yohan Auvitu l'a devancé et envoie ainsi Brian Henderson en contre-attaque. Celui-ci sert côté droit son coéquipier angevin Julien Albert qui contrôle et marque d'un slap croisé (1-3, 39'26").

Au troisième tiers-temps, la meilleure occasion est encore française quand Brian Henderson hérite d'un palet face au but après un bon travail de ses ailiers et tire sur la transversale. L'Autriche finit le jeu à 6 contre 4 avec Besch en prison et réalise parfois de bonnes séquences en powerplay, mais la France défend solidement jusqu'au bout.

Commentaires d'après-match

Manny Viveiros (entraîneur de l'Autriche) : "La France a été très compacte et n'a pas laissé beaucoup d'espaces. L'ambiance est très positive dans le vestiaires malgré la défaite, j'attends un autre résultat contre la Slovénie."
 

France - Autriche 3-1 (0-0, 3-1, 0-0)
Jeudi 7 novembre 2013 à 18h30 à Innsbruck. 1258 spectateurs.
Pénalités : Autriche 4' (2', 0', 2'), France 18' (4', 10', 4').
Tirs : Autriche 26 (8, 12, 6), France 31 (8, 15, 8).

Évolution du score :
1-0 à 27'51" : Lampérier (inf. num.)
2-0 à 29'23" : Rech
2-1 à 34'19" : Schiechl assisté de Nödl et Rotter (sup. num.)
3-1 à 39'26" : Albert assisté de Henderson et Guttig
 

France (2' pour surnombre)

Gardien : Florian Hardy.

Défenseurs : Yohann Auvitu (+1, 2') - Antonin Manavian ; Kévin Hecquefeuille (4') - Nicolas Besch (2') ; Kévin Dusseau (+2) - Jonathan Janil (+3, 4').

Attaquants : Damien Fleury - Loïc Lampérier (+1, 2') - Charles Bertrand ; Julien Albert (+1) - Brian Henderson (+1) - Anthony Guttig (+1) ; Anthony Rech (+2) - Damien Raux (+1) - Luc Tardif jr (+1, 2') ; Valentin Claireaux - Nicolas Ritz - Robin Gaborit.

Remplaçants : Ronan Quemener (G), Florian Chakiachvili (D), Eliot Berthon (A).

Autriche

Gardien : Mathias Lange.

Défenseurs : Robert Lukas (-1) - Martin Schumnig (-1) ; Stefan Ulmer - André Lakos (A, -1) ; Johannes Reichel (-1) - Mario Altmann (-1) ; Florian Iberer (-1) – Dominique Heinrich.

Attaquants : Andreas Kristler - Thomas Hundertpfund - Oliver Setzinger (2') ; Markus Peintner (-1) - Daniel Oberkofler (-1, 2') - Gregor Baumgartner (-1) ; Rafael Rotter (-1) - Michael Schiechl (-1) - Raphael Herburger (-1) ; Thomas Raffl (C, -1) - David Schuller (-1) - Andreas Nödl (-1).

Remplaçant : Bernhard Starkbaum (G). En réserve : Rene Swette (G), Sven Klimbacher (D), Thomas Koch, Manuel Latusa, Brian Lebler, Martin Ulmer (A).