Suède - Russie (Euro Hockey Tour 2)

EREMENKO Alexander-100516-277Les champions du monde n'arrivent plus à se vendre. Non pas sur la glace - la Tre Kronor a humilié jeudi la République Tchèque 6-0 - mais bel et bien dans les gradins. Délocalisé à Gävle, seulement 2000 places s'étaient arrachées en début de semaine pour ce duel contre les Tchèques. Au final, ce sont moins de 5000 spectateurs qui ont assisté à la rencontre, soit 1000 de moins que le souhait de la fédération et 5000 de moins (!) que les voisins finlandais qui accueillaient le même jour la Russie.

Après une co-organisation de championnat du monde catastrophique dont les faibles affluences ont été assimilées par les médias au plus grand fiasco du hockey suédois, il semble que les cicatrices soient encore ouvertes.

En attendant, la Suède a rejoint Helsinki pour la suite du Tournoi Karjala pour y affronter la Russie. Une équipe russe qui a toute l'admiration du sélectionneur suédois Pär Mårts. Il estime que la Sbornaïa est beaucoup plus forte sous l'ère Bilyaletdinov que sous Bykov, la rigueur défensive prôné par "Bill" ayant opéré une petite révolution et incité à la prudence.

Tandis que Konstantin Barulin n'a pu empêcher la défaite de jeudi face à la Finlande (2-3), le vétéran Aleksandr Eremenko est titularisé pour faire face à David Rautio. Le voilà, le premier match de Rautio devant la cage suédoise, à 28 ans. Le gardien de Luleå est resté souvent dans l'ombre depuis son arrivée au sein du LHF en 2010. Désigné titulaire depuis cette saison, il possède le troisième meilleur pourcentage de la ligue et franchit enfin le seuil de la sélection.

À trois mois d'une compétition majeure, même sans ses renforts NHL dont elle aura à disposition pour Sotchi, la Russie veut des résultats car elle ne totalise qu'une victoire en quatre matches d'Euro Hockey Tour. C'est donc logique de les voir attaquer dès le début du match, le trio Panarin - Burmistrov - Varnakov s'installe durablement en zone offensive, une séquence qui va porter ses fruits. Artemi Panarin conserve brillamment le palet, le protège derrière le but, ressort et repique au centre, le palet écrase la lucarne opposée (0-1, 01'51"). La Suède est donc menée rapidement, elle tente de réagir mais la défense russe tient le choc et privilégie les contres rapides.

Si celui de Kablukov échoue, le suivant va fonctionner. Viktor Tikhonov, couloir gauche, sert Enver Lisin, couloir droit, Rautio nage en plein cauchemar pour ses débuts internationaux (0-2, 10'18"). La Suède se retrouve alors dans la même situation que son adversaire de jeudi, la République Tchèque, tandis que l'entonnoir de Zinetula Bilyaletdinov fonctionne à la perfection. Si les Scandinaves peinent à se créer des occasions franches, leurs adversaires continuent de se montrer dangereux.

Maksim Chudinov décoche un lancer-frappé puissant de la ligne bleue, Rautio arrête mais ne peut capter le rebond, Mikhaïl Glukhov, de passage devant l'enclave, touche alors le petit filet. Avant la pause, ni Oscar Möller (slap en entrée de zone), ni Nicklas Danielsson (tir balayé lointain), ni Simon Hjalmarsson (trop excentré) ne dérangeront Eremenko.

La Suède a mal démarré la première période. La Suède va mal démarrer la seconde. Lisin part encore en contre mais cette fois-ci avec Egor Averin qui balaie avec succès le rêve brisé de Rautio (0-3, 21'20"). La situation ne s'arrange donc pas pour la formation aux trois couronnes, et même en supériorité numérique, elle ne réussit pas à réduire la marque. La pénalité de Burmistrov est tuée malgré les essais de Klingberg et de Klasen. La pénalité de Tereshchenko est tuée malgré la reprise de Pär Arlbrandt suite à une transversale de Hjalmarsson.

TERESHENKO Alexei-130505-370De nouveau à forces égales et même en avantage numérique pour un surnombre suédois, la Russie remet beaucoup de rythme en zone offensive. D'ailleurs, à la 34e minute, Varnakov, derrière le but, passe à Burmistrov qui échoue devant le but. Le ton monte par la suite lorsque Fälth, chargeant Prokhorin dont le visage heurte le plexiglas, échappe à une sanction qui aurait été juste. Évidemment, l'inévitable se produit. Tereshchenko exécute le même geste sur Thörnberg... qui lui vaut le séjour en prison !

La sanction sera double puisque, après un slap de Danielsson repoussé de la jambière droite de Eremenko, Oscar Möller se saisit du rebond et marque en plusieurs temps (1-3, 35'58"). Treize secondes plus tard, Ullström rejoint à son tour le banc des pénalités. Le capitaine Nikulin effectue un lancer frappé, le palet ricoche plusieurs fois sur la glace et finit sa course au fond du but (1-4, 36'21"). Après deux périodes, la Russie conserve donc une large avance avant un troisième tiers-temps qu'elle peut aborder avec sérénité.

La Suède revient des vestiaires découragée, elle a lâché la corde face à une Russie qui semble difficile à contrarier dans sa zone. Cela se ressent durant un troisième tiers fermé. Néanmoins, Simon Hjalmarsson parvient à toucher la plaque du gardien russe et Olausson, sa mitaine. À dix minutes de la fin, la Suède retrousse de nouveau ses manches mais va retomber dans ses travers.

C'est une fois de plus une contre-attaque russe qui va aboutir. Enver Lisin surprend la défense suédoise, se libère du pressing de Pär Arlbrandt et déjoue Rautio qui se couche devant ses dribbles (1-5, 54'41"). En configuration à 5 contre 5, la Suède n'arrivera pas à déstabiliser son sérieux adversaire, même pas David Ullström, bien décalé à droite mais peut-être trop patient dans sa finition. Cependant, à 5 contre 4, c'est une autre affaire et la Tre Kronor va finalement limiter les dégâts. Alors que Panarin est pénalisé pour un coup de crosse, Ullström, servi par Möller, se place derrière la cage, s'en éloigne, revient sur lui-même, tire et marque son premier but en sélection senior, in-extremis (2-5, 59'59").

Si incisive dès le début face aux Tchèques, la Suède s'est révélée trop prudente face à une Russie qui a accompli un départ parfait, sérieuse devant son but et efficace en contre. Eremenko a fait taire les critiques avec 28 arrêts et la ligne Lisin - Tikhonov - Averin, avec 7 points et un ratio de +8, aura eu une lourde influence sur la partie. Pour la Suède, la séance de rattrapage est prévue dimanche face à la Finlande, toujours invaincue dans cet Euro Hockey Tour 2013/14.

Commentaires d'après-match

David Rautio (gardien de la Suède) : "Que dire ? Les Russes sont très habiles quand il s'agit de créer des situations dangereuses. Ils ne m'ont pas facilité la tâche. Ce n'est pas le début de match dont je rêvais. Il y a eu de bonnes choses mais il y aurait eu mieux à faire."

Zinetula Bilyaletdinov (entraîneur de la Russie) : "Nous avons bien joué. Contre la Finlande, notre match était correct mais nous avions commis trop d'erreurs individuelles. Face à la Suède, nous avons été plus disciplinés et la défense s'est bien comportée. L'attaque est aussi un motif de satisfaction. Agressive, elle a généré beaucoup d'occasions tout en forçant les Suédois à commettre des erreurs. Notre jeu dans son ensemble a été très satisfaisant, j'ai apprécié."

 

Suède - Russie 2-5 (0-2, 1-2, 1-1).
Samedi 9 novembre 2013 à 12h30 à la Hartwall Areena de Helsinki. 7729 spectateurs.
Arbitrage d'Antti Boman et Petri Lindqvist (FIN) assistés de Sakari Suominen et Masi Puolakka (FIN).
Pénalités : Suède 8' (0', 6', 2'), Russie 12' (2', 6', 4').
Tirs : Suède 30 (11, 10, 9), Russie 23 (12, 5, 6).

Évolution du score :
0-1 à 01'51" : Panarin assisté de Medvedev
0-2 à 10'18" : Lisin assisté de Tikhonov
0-3 à 21'20" : Averin assisté de Lisin
1-3 à 35'58" : Möller assisté de Danielsson (sup. num.)
1-4 à 36'21" : Nikulin assisté de Zubarev (sup. num.)
1-5 à 54'41" : Lisin assisté de Tikhonov et Tereshchenko
1-6 à 59'59" : Ullström assisté de Möller et Danielsson (sup. num.)
 

Suède (2' pour surnombre)

Gardien : David Rautio.

Défenseurs : Niclas Andersén (-1) - John Klingberg ; Daniel Rahimi (-2) - Elias Fälth (A, -2) ; Niclas Burström (-1) - Sebastian Erixon (-2) ; Johan Alm.

Attaquants : Linus Klasen (-1) - Niklas Olausson (-1, 2') - Martin Thörnberg (-1) ; Oscar Möller - Dennis Rasmussen - Anton Rödin ; Daniel Bång - Joel Lundqvist (C, 2') - Mattias Janmark-Nylén ; Simon Hjalmarsson (A, -3) - David Ullström (-3, 2') - Pär Arlbrandt (-3) ; Nicklas Danielsson.

Remplaçants : Henrik Karlsson (G), Robin Figren.

Russie

Gardien : Aleksandr Eremenko.

Défenseurs : Ilya Nikulin (C) - Yuri Aleksandrov ; Maksim Chudinov (+3) - Evgeni Medvedev (+3) ; Evgeni Biryukov (+1) - Andrei Zubarev (+1) ; Evgeni Ryasensky - Bogdan Kiselevich (2').

Attaquants : Aleksandr Popov - Aleksei Tereshchenko (A, +1, 4') - Aleksandr Perezhogin ; Egor Averin (+1) - Viktor Tikhonov (A, +3, 2') - Enver Lisin (+3) ; Artemi Panarin (+1, 2') - Aleksandr Burmistrov (+2, 2') - Mikhaïl Varnakov (+1) ; Nikolaï Prokhorin - Mikhaïl Glukhov - Ilya Kablukov.

Remplaçant : Konstantin Barulin (G).