Suisse - États-Unis (Deutschland Cup)

DU BOIS Felicien-110429-047Des ingrédients pour un match spectaculaire ? Prenez une équipe suisse inexpérimentée, avec une moyenne d'âge de 23,5 ans, qui a même laissé en tribune ses deux joueurs-clés Romy et Wick. Opposez-lui une équipe américaine bâtie sur ses qualités traditionnelles, beaucoup de patinage et un forechecking agressif, des domaines dans lesquels Steve Moses, le jeune ailier de Jokerit, n'est pas le dernier à se mettre en valeur.

Si la ligne Mueller-Stapleton-Bourque (trois joueurs qui évoluaient il y a peu en NHL) concentre comme prévu toute l'attention dans l'équipe américaine, la révélation du week-end vient en effet des deux hockeyeurs de petit gabarit qui jouent à Helsinki pour Jokerit. Le second, c'est le défenseur Jeremy Dehner, le cousin de Ryan Suter qui sera sûrement aux JO de Sotchi : Dehner reprend dans le cercle droit une passe transversale de Peter Mueller pour ouvrir le score.

La Suisse renverse une première fois la situation en fin de première période. Étienne Froidevaux attaque le slot en contre-attaque et laisse inteligemment le palet à Juraj Simek qui envoie un tir lointain entre les jambières de Jeff Frazee. Julien Sprunger donne ensuite l'avantage 2-1 aux Helvètes sur un engagement remporté par Michael Liniger face à Ryan Shannon. Les débuts internationaux de Jeff Frazee, le gardien de Valpellice, n'auront pas duré longtemps : après vingt minutes, il est remplacé par Ryan Zapolski, qui joue lui aussi en Finlande au Lukko.

Il s'incline cependant lui aussi rapidement, quand Reto Schäppi convertit un rebond pendant une pénalité de Reese. L'infériorité suivante se passe beaucoup mieux pour les Américains avec deux contre-attaques. Lukas Meili arrête magnifiquement l'échappée de Dan Sexston, mais c'est finalement Tim Stapleton qui lui glisse le palet sous les bottes.

La Suisse est encore devant, mais sa mission se complique par les problèmes de genou de Patrick Bärtschi, qui doit quitter le jeu. Les joueurs des autres blocs se relaient donc pour prendre sa place en première ligne aux côtés de Liniger et Sprunger. C'est dans cette position de "pigiste" que Juraj Simek marque le 4-2 d'un tir à mi-distance au premier poteau. Avec deux buts d'avance à treize minutes, la Nati devrait normalement ramener la victoire, mais tout se complique quand Liniger commet un cinglage alors qu'il y a déjà un joueur de chaque équipe en prison.

La situation de 4 contre 3 est trop belle pour Clay Wilson qui s'avance sans opposition et place un tir du poignet dans la lucarne proche. Les Américains n'ont plus qu'un but de retard et poussent de plus en plus fort. Sean Simpson sent venir le vent du boulet et prend un temps mort, en vain. Trente secondes plus tard, Tim Stapleton égalise... de derrière la cage, en utilisant les jambières du malheureux Meili pour un ricochet. Et ce n'est pas fini : Reto Schäppi part en prison pour une charge contre la bande, et Steve Moses marque le but gagnant.

Lukas Meili, prolongé à Bienne jusqu'en 2016 il y a 10 jours après un solide début de saison, se remémorera donc ses débuts internationaux autant que Frazee...

Désignés joueurs du match : Julien Sprunger pour la Suisse et Tim Stapleton pour les États-Unis.

Commentaires d'après-match

Steve Moses (attaquant des États-Unis) : "Je suis très heureux d'avoir pu aider mon équipe de cette manière, et en particulier de mon premier but pour l'équipe nationale. C'était un match amusant, ça allait d'une cage à l'autre pendant soixante minutes. Nos adversaires étaient meilleurs au début, puis nous nous sommes relevés et nous avons pu renverser la partie. J'en suis aux débuts de ma carrière internationale. Mais je connais mes forces et je vais tout faire en les développant pour participer dans l'avenir à un grand évènement."

Sean Simpson (entraîneur de la Suisse) : "Les Américains ont patiné toujours plus fort et nous avons connu des problèmes avec leur forechecking. Je ne suis pas heureux de perdre, mais je suis heureux pour les jeunes qui ont pu acquérir de l'expérience à ce niveau. Douze joueurs étaient en U20 ces trois dernières années, et j'espère que certains seront prêts dans l'avenir pour un grand tournoi. Je voulais tranquilliser les joueurs par mon temps mort : dans leurs yeux, je voyais des étoiles comme s'ils étaient sous le choc."

 

Suisse - États-Unis 4-5 (2-1, 1-1, 1-3)
Samedi 9 novembre 2013 à 19h45 à l'Olympia Eisstadion de Munich. 4300 spectateurs.
Arbitrage de Gordon Schukies et Jens Steinecke (ALL) assistés d'Andreas Hofer et Marcus Höfer (ALL).
Pénalités : Suisse 10' (2', 2', 6') ; États-Unis 6' (0', 4', 2').
Tirs : Suisse 35 (11, 13, 11) ; États-Unis 39 (11, 12, 16).

Évolution du score :
0-1 à 10'50" : Dehner assisté de Mueller et Stapleton
1-1 à 16'30" : Simek assisté de Froidevaux et Huguenin
2-1 à 18'54" : Sprunger assisté de Liniger
3-1 à 23'17" : Schäppi assisté de Sprunger et Loeffel (sup. num.)
3-2 à 25'07" : Stapleton assisté de Dehner et Bourque (inf. num.)
4-2 à 44'53" : Simek assisté de Liniger et Sprunger
4-3 à 47'46" : Wilson assisté de Kolarik et Moses (sup. num.)
4-4 à 53'03" : Stapleton assisté de Mueller et Bourque
4-5 à 58'34" : Moses assisté de Shannon (sup. num.)


Suisse

Gardien : Lukas Meili [sorti à 58'44"].

Défenseurs : Félicien Du Bois (C) - Romain Loeffel ; Samuel Guerra (-1) - Dominik Schlumpf (2') ; Alessandro Chiesa (-1) - Dean Kukan ; Patrick Geering (+1) - Anthony Huguenin (+1).

Attaquants : Patrik Bärtschi (A, -1) - Michael Liniger (+1, 4') - Julien Sprunger (A, +1) ; Tristan Scherwey (-1) - Reto Schäppi (-1, 2') - Dino Wieser (2') ; Inti Pestoni (+1) - Gregory Hofmann - Samuel Walser (-1) ; Juraj Simek (+1) - Étienne Froidevaux (+1) - Joël Vermin.

Remplaçant : Daniel Manzato (G). Absents : Roman Wick, Kevin Romy, Benjamin Plüss.

États-Unis

Gardien : Jeff Frazee puis à 20'00" Ryan Zapolski.

Défenseurs : Andy Wozniewski (C, -1) - Dylan Reese (-2, 2') ; Clay Wilson - Nick Bailen (+2) ; Jeremy Dehner (+2) - Gabe Guentzel ; Grant Lewis (-1).

Attaquants : Nick Palmieri (2') - Chad Kolarik (-1) - Steve Moses (-1) ; Chris Bourque (+3) - Tim Stapleton (A, +3) - Peter Mueller (+2) ; Chris Connolly (-1) - Ryan Shannon (A, -1) - Dan Sexston (-1, 2') ; Phil McRae (-1) - Derek Ryan (-1) - Pete MacArthur (-2).