Bélarus - Slovénie (tournoi EIHC d'Innsbruck)

KOVAL Vitali-120506-369Slovénie-Bélarus en ouverture, cela rappelle un certain tournoi de qualification olympique en février. Les Slovènes y avaient conquis une performance historique et une chance de se faire un grand nom dans le monde du hockey. Mais leur quotidien reste le même. Alors que tous ses concurrents rejoueront en décembre, même ceux qui ne seront pas aux JO, la "petite" Slovénie joue ce soir son seul tournoi de préparation au grand rendez-vous de Sotchi. Elle estime en effet qu'il serait trop difficile de rassembler plus régulièrement ses hockeyeurs, dispersés aux quatre coins de l'Europe, notamment en raison de l'absence de trêve internationale en DEL.

Pourtant, dès qu'ils se remettent à jouer ensemble, c'est comme s'ils ne s'étaient jamais perdus de vue. Le premier trio Jeglic-Ticar-Sabolic, qui a grandi ensemble à Jesenice, développe ce même jeu agressif et énergique qui ridiculise totalement la défense biélorusse dès sa deuxième présence, avec un très beau but inscrit de la ligne bleue par Robert Sabolic.

La deuxième ligne n'est pas en reste : le pensionnaire habituel David Rodman, qui a tout juste retrouvé un club au deuxième niveau suédois (Oskarshamn) après un essai manqué à Nuremberg, n'est pas présent, et Jan Mursak a donc retrouvé la même place qu'il occupait à l'automne dernier pour ses débuts internationaux, avant de retourner en Amérique du nord. Sur l'action suivante, ce deuxième bloc double la mise par l'intermédiaire de Jan Urbas. Sabolic et Urbas, ce sont les deux mêmes joueurs - mais dans l'ordre inverse - qui avaient déjà donné un avantage de 2-0 aux Slovènes en février dernier...

Les Biélorusses peuvent-ils s'en remettre cette fois ? Ils ont normalement un atout offensif supplémentaire : Geoff Platt. Le Canadien a été naturalisé et endosse pour la première fois les couleurs de son nouveaux pays. Glen Hanlon, redevenu sélectionneur, loue les efforts de Platt pour parler russe avec ses coéquipiers. Il écoute sans traduction les consignes des nombreux adjoints : Hanlon a en effet invité deux entraîneurs de club d'Extraliga, en plus des assistants habituels, pour mobiliser tous les spécialistes biélorusses autour de l'objectif national, l'organisation réussie du Mondial 2014.

Sur la glace, malheureusement, l'équipe ne paraît guère mobilisée. Défensivement passive, elle est trop nerveuse et bien peu créative. Platt est noyé dans la masse, et même s'il tente de se distinguer par quelques actions solitaires, ses trucs ne semblent guère déstabiliser des Slovènes très concentrés dans l'application des consignes de l'entraîneur. L'individualité saillante, c'est plutôt Jan Mursak, qui échappe encore à la défense adverse pour marquer le troisième but. Même si le Bélarus se réveille au troisième tiers-temps et arrive enfin à approcher de la cage adverse, Robert Kristan assure le blanchissage, sachant que les trois gardiens doivent tourner et qu'il doit donc marquer son territoire s'il veut être titulaire aux JO.

Ce n'est jamais que la troisième victoire de la Slovénie contre le Bélarus en treize confrontations, mais la deuxième sur leurs trois affrontements de l'année civile 2013 (les Biélorusses ayant pris leur revanche de justesse aux championnats du monde). C'est un signe du net resserrement de niveau entre ces deux nations.

Désignés joueurs du match : Vitali Koval pour le Bélarus et Robert Kristan pour la Slovénie.

Commentaires d'après-match

Glen Hanlon (entraîneur du Bélarus) : "Deux buts dans les cinq premières minutes, on ne peut pas expliquer ça autrement que par la nervosité. Les joueurs, surtout ceux qui n'avaient pas évolué au niveau international, ont juste regardé le palet se promener dans notre zone. [...] J'ai changé, et c'est bien. Si on ne change pas, on stagne, on ne se développe plus. Même dans mes précédents passages à la tête de l'équipe nationale du Bélarus, elle a joué à chaque fois de faaçon différente : à Riga en 2006, elle avait une philosophie, à Berne et Kloten trois ans plus tard, elle en avait une autre. Mais il y a des fondamentaux qui ne changent pas : j'exige de l'agressivité en attaque et de la ténacité en défense, un secteur qui commence là où s'arrête l'attaque, dans la zone offensive. Sur ce point, vous pouvez être sûr que je suis le même."

Jan Muršak (attaquant de la Slovénie) : "Je suis vraiment heureux de porter à nouveau le maillot de l'équipe nationale. C'était un match spécial, au moins dans la première partie. Nous avons joué un très bon match contre une équipe qui demeure forte. Je suis heureux que les jeunes aient fait un très bon travail et se battent pour leur place. Je crois qu'avec Jan et Marcel nous avons joué notre meilleur match depuis que nous jouons ensemble. Peut-être parce que je suis maintenant plus habitué à ce grand match. J'espère que ce sera pareil demain contre l'équipe-hôte. Jouer les Autrichiens est toujours spécial, il s'agit peut-être de notre pire ennemi quand il s'agit de prestige. Les Croates dans le hockey ne sont pas à ce niveau, nous avons donc choisi l'Autriche. Je suis sûr que l'équipe locale voudra gagner, mais elle ne le fera pas."

 

Bélarus - Slovénie 0-3 (0-2, 0-1, 0-0)
Jeudi 7 novembre 2013 à 14h30 à la TWK Arena d'Innsbruck. 100 spectateurs.
Arbitrage de Michael Graber et Roland Kellner (AUT) assistés d'Oskar Johnston et Florian Widmann (AUT).
Pénalités : Bélarus 12' (2', 8', 2'), Slovénie 12' (2', 6', 4').
Tirs : Bélarus 20 (3, 9, 8), Slovénie 28 (16, 9, 3).

Évolution du score :
0-1 à 02'55" : Sabolic assisté de Jeglic et Ticar
0-2 à 03'20" : Urbas assisté de M. Rodman et Mursak
0-3 à 21'48" : Mursak assisté de Gregorc et M. Rodman


Bélarus

Gardien : Vitali Koval (2') [sorti de sa cage de 57'04" à 59'02"].

Défenseurs : Nikolaï Stasenko (-1) - Oleg Goroshko (-2, 4') ; Andrei Filichkin - Andrei Antonov (-1) ; Andrei Karev (-1, 2') - Yevgeni Nogachev (2') ; Georgi Yaskevich (-1).

Attaquants : Aleksei Ugarov (C, -1) - Artyom Kisly (-1) - Andrei Stepanov (-1) ; Geoff Platt (-1) - Yevgeni Kovyrshin (-1) - Mikhaïl Stefanovich (-1) ; Yevgeni Dadonov - Aleksandr Kitarov - Konstantin Zakharov (2') ; Aleksandr Pavlovich (-1) - Artyom Volkov (-1) - Aleksei Efimenko (-1) ; Igor Revenko.

Remplaçant : Vitali Belinski (G).

Slovénie

Gardien : Robert Kristan.

Défenseurs : Sabahudin Kovacevic (+1) - Blaz Gregorc (+2) ; Klemen Pretnar (+1, 2') - Matic Podlipnik (+2) ; Ziga Pavlin - Andrej Tavzelj ; Luka Tosic - Matevs Erman.

Attaquants : Robert Sabolic (+1, 2') - Rok Ticar (+1) - Ziga Jeglic (+1) ; Jan Urbas (+2, 4') - Marcel Rodman (C, +2) - Jan Muršak (+2) ; Gregor Koblar - Ales Music - Bostjan Golicic (2') ; Anze Kuralt - Miha Verlic - Gal Koren (2').