Une étincelle pour un déclic psychologique

MODOL'influence qu'un seul joueur peut avoir sur son équipe peut parfois être incroyable.

À 26 ans, Kyle Cumiskey n'a probablement plus aucune chance d'intégrer la NHL. Repêché en 2005 par l'Avalanche du Colorado, ce défenseur canadien avait choisi en 2012 la Suède et Örnsköldsvik pour y poser ses valises. Il y fut très vite un cadre, un meneur qui se plaça dans le top 5 des défenseurs les plus prolifiques de la ligue. Le 18 juin 2013, après une parenthèse suédoise très convaincante, malgré les nombreuses offres de la KHL et de grands clubs européens, et au grand désarroi du MODO Hockey, les Ducks d'Anaheim lui firent signer un contrat à deux volets.

Toutefois, après les camps d'été, le 23 septembre, la franchise californienne décide finalement de céder Cumiskey à son club-école en AHL, à Norfolk.

Il faut dire que, pour une ligue aussi exigeante en terme de rudesse et d'intensité, aligner sur les lignes arrières Cumiskey, haut de "seulement" 178 cm, semblait risqué. Cependant, jouer en Ligue Américaine, ce n'était pas l'objectif de ce retour sur le Nouveau Continent, comme l'avait laissé penser son agent Ross Gurney. Cumiksey ne voulait que la NHL mais celle-ci ne veut définitivement pas de lui. Ni au Colorado, ni à Anaheim. Mais ce coup du sort n'a pas échappé à Markus Näslund, directeur général du MODO, qui n'a pas mis longtemps à composer le numéro de téléphone de ce leader à l'échelle SHL.

Quand Kyle rejoint "Övik", le club de hockey, quart de finaliste ces deux dernières années, connait une reprise moribonde. Le MODO est 11e au classement sur douze équipes. Dix matches ont été joués, seulement 10 points de pris. Le 10 octobre, Kyle Cumiskey joue sa première joute de la saison suédoise face à Linköping. Les effets sont immédiats, le pantin désarticulé s'est mis à sprinter. La formation entraînée par Anders Forsberg gagne cette partie 4-3 et effectue par la suite un bond impressionnant au classement. Ses protégés amassent en effet huit victoires de rang, dix en douze matches depuis le retour de Cumiskey, une série qui leur a permis d'obtenir le troisième rang de la ligue suédoise.

Évidemment, on peut supposer que le plan de jeu exigeant du nouveau coach Forsberg fut difficilement assimilable au premier abord. Il a fallu un certain temps d'adaptation à de nombreux joueurs pour qu'ils trouvent leurs sensations malgré les solides prestations des deux gardiens, Linus Ullmark et Anton Forsberg. Mais il est clair que l'arrivée de Kyle Cumiskey (9 points) a actionné ce fameux déclic psychologique, ce nouvel élan collectif que toute équipe en complication souhaite apprivoiser.

En difficulté depuis la rentrée, d'autres équipes ont cherché à se relancer, quitte à dépenser sans compter. Le HV71, une puissance par le passé, éliminé des quarts ces trois dernières années, a mis sur la table plus d'un million d'euros en faisant venir quelques jokers : les défenseur Anssi Salmela et Chris Campoli, les attaquants Erik Christensen et Toni Rajala. Cela marche pour le moment puisque le club de Jönköping a enregistré samedi un cinquième gain consécutif. Rajala, jeune ailier supersonique dont les Oilers d'Edmonton ont résilié leurs droits, a déjà 12 points (7+5) en 10 matches.

BERTRAND Charles-120506-016Plus pondéré dans ses investissements, Färjestad, souvent placé ces dernières années, a rappelé une ancienne gloire, Pelle Prestberg, et l'international français Charles Bertrand. Pour l'ex-attaquant du TPS Turku qui n'a pu confirmer ses belles promesses en Finlande, il s'agit d'un contrat d'essai.

Bertrand aura jusqu'à début décembre pour convaincre son entraîneur Leif Carlsson, une chance tout de même inespérée pour un joueur qui a alterné les rôles de titulaire, remplaçant et détaché en tribune à Turku. Et il semble que notre Bleu ait pris crânement sa chance à chaque temps de glace. Aligné sur le quatrième trio, dédié aux jeunes, Charles Bertrand a inscrit 3 points dont 2 buts à ses 3 premières parties.

Avant son arrivée, le Färjestads BK n'avait pas encore marqué plus de 3 buts dans une rencontre. C'est désormais chose faite avec les deux victoires auxquelles a contribué le natif de Champigny : 5-2 contre Linköping (jeudi) et 6-2 contre Brynäs (samedi). Si Bertrand n'a semble-t-il pas la même aura que Cumiskey au MODO ou les Finlandais du HV71 Salmela et Rajala, son arrivée pourrait néanmoins servir de détonateur.

La fusée Skellefteå AIK est lancée ! Le champion en titre, qui avait littéralement assommé toute opposition la saison dernière, a désormais retrouvé son rythme de croisière. Le SAIK connait une série de cinq succès consécutifs et conserve 9 points d'avance sur son dauphin. Certains joueurs de Skellefteå ont passé la vitesse supérieure, c'est le cas notamment de Pierre-Édouard Bellemare. L'autre joueur français de la SHL, détenteur d'un solide ratio de +7, a accumulé pour le moment 12 points dont 4 buts à ses 5 dernières sorties. Et même son coéquipier Bud Holloway se met à marquer ! Le meilleur joueur de l'exercice précédent, le premier Nord-Américain à remporter ce casque d'or - le Guldhjälmen - a en effet attendu la 20e journée pour trouver le chemin des filets et déjouer cette malédiction.

Le dauphin de Skellefteå se nomme Frölunda, également en forme avec quatre gains de suite. Les plans de l'entraîneur Roger Rönnberg, qui a officié avec succès derrière le banc de la Suède U20, fonctionnent à merveille et l'ossature de Göteborg est dorénavant prisée. Quatre indiens du FHC ont été sélectionnés par Pär Mårts pour le Tournoi Karjala, six juniors pour le Tournoi des 4 Nations. La révélation de Frölunda s'appelle Andreas Johnson, un ailier rapide et très réactif, meilleur buteur de l'équipe avec 11 réalisations à seulement 18 ans.

Les deux promus ont des destins opposés. Leksand est au pied du podium. Le gardien Oscar Alsenfelt continue d'impressionner et les buts sont collectionnés par... le défenseur Patrik Hersley ! À 26 ans, Hersley ne comptait qu'une centaine de parties en ligue élite avant d'amorcer la saison. Ses 13 buts constituent le deuxième meilleur total du championnat. Quant à Örebro, après une entame satisfaisante, l'euphorie est largement retombée puisque l'ÖHK est lanterne rouge de la SHL.

Enfin, en Allsvenskan, Södertälje, qui a changé d'entraîneur à la mi-octobre, continue de décevoir, loin, très loin de la fameuse zone pour prétendre à la promotion en SHL. Le SSK, à la recherche de ce déclic, est actuellement avant-dernier de l'Allsvenskan, c'est donc le maintien qui sera également en jeu cette année pour l'équipe de Damien Fleury. Fleury compte 14 points (6+8) en 19 parties. Au sommet du classement, on retrouve le BIK Karlskoga, qui est parvenu à détrôner l'équipe-surprise, Karlskrona. Néanmoins la meute Malmö / Västerås / Djurgården continue leur chasse !


Classement SHL au 17 novembre :

1. Skellefteå AIK 50 pts
2. Frölunda HC 41 pts
3. MODO Hockey 36 pts
4. Leksands IF 36 pts
5. Luleå HF 34 pts
6. Växjö Lakers 34 pts
7. Brynäs IF 32 pts
8. Linköpings HC 30 pts
9. Färjestads BK 28 pts
10. HV71 27 pts
11. AIK 25 pts
12. Örebro HK 23 pts

Meilleurs marqueurs :

1. Linus Klasen (Luleå) 31 pts
- Pär Arlbrandt (Linköping)
3. Simon Hjalmarsson (Linköping) 24 pts
- Joakim Lindström (Skellefteå)
5. Niklas Olausson (Luleå) 21 pts

Meilleurs buteurs :

1. Simon Hjalmarsson (Linköping) 14
2. Linus Klasen (Luleå)
- Patrik Hersley (Leksand)

Meilleurs gardiens :

1. Linus Ullmark (MODO) 94,2%
2. Oscar Alsenfelt (Leksand) 93,9%
3. Anton Forsberg (MODO) 93,6%

Meilleures fiches :

1. Erik Forssell (Skellefteå) +12
- Fredrik Lindgren (Skellefteå)
3. Per-Åge Skrøder (MODO) +11
4. Simon Bertilsson (Brynäs) +10
- Johan Alm (Skellefteå)