Grenoble - Brest (Ligue Magnus, 11e journée)

Enfin la victoire... non sans mal !

2013-11-23-Grenoble-Brest2Il faut remonter à presque dix ans (mars 2004 exactement !) pour retrouver la trace d'un affrontement entre les Brûleurs de Loups et les Albatros sur la glace de Pôle Sud. En demi-finales, Grenoble s'était imposé en trois manches sèches avant de perdre en finale contre Amiens. Depuis, les Brestois ont écumé les divisions inférieures avant de retrouver la Ligue Magnus cette saison après plusieurs vaines tentatives. Mais ces « retrouvailles » ne sont pas la préoccupation majeure des Grenoblois ce soir. Actuellement dans une série de sept matchs consécutifs sans victoire toute compétitions confondues (et quatre défaites d'affilée en Ligue Magnus !), les Brûleurs de Loups n'ont qu'un seul objectif : gagner pour sortir de cette spirale infernale dans laquelle ils se sont enfermés depuis un match de coupe de France de sinistre mémoire face à Gap.

Malgré les deux (courtes) défaites du week-end dernier, Jean-François Dufour a choisi de reconduire Antoine Bonvalot devant la cage grenobloise. Ce sera donc son troisième départ consécutif en Ligue Magnus cette saison, une première pour lui. Du côté de Brest, on attend également un sursaut car les Albatros glissent dangereusement au classement. Battus successivement par Strasbourg puis Dijon, ils voient les play-downs se rapprocher et espèrent profiter de la méforme grenobloise du moment. Pour son retour à Grenoble, Arnaud Goetz est titularisé devant la cage alors que Graham Avenel et Erwan Pain retrouvent une patinoire qu'ils connaissent bien.

2013-11-23-Grenoble-Brest1Même si la plupart des Albatros n'ont pas connu Pôle Sud, ils ne sont guère impressionnés et réalisent un début de match canon. Les premières secondes sont brestoises et les Brûleurs de Loups, acculés dans leur zone, semblent surpris de la vivacité des visiteurs. Une pénalité d'Avenel permet à Grenoble de souffler un peu, mais la supériorité numérique ne se passe pas très bien pour les Brûleurs de Loups qui n'arrivent pas installer leur jeu de puissance, principalement à cause de passes approximatives. Il faut attendre un bon décalage de Petit pour Sivic pour voir une première grosse occasion grenobloise mais Goetz fait l'arrêt. À part ça, pas grand-chose à se mettre sous la dent dans une première période bien insipide.

Maks Selan pénalisé, Grenoble se retrouve à son tour en infériorité numérique. Pour à peine trente secondes car Pain récupère le palet près de la cage grenobloise se retourne et marque du revers sans être inquiété (0-1, 11'07"). Douche froide à Pôle sud. Les Grenoblois tentent logiquement de réagir mais une attaque de Petit et Treille finit sur le poteau. Une remontée de palet de Baylacq donne le ton mais un tir d'Amar finit sur la barre. Pas vernis les Grenoblois ! De nouveau en infériorité après une pénalité de Gervais, ils s'en sortent sans trop de difficulté mais Bonvalot doit effectuer deux arrêts en fin de tiers pour éviter le pire. La maladresse grenobloise continue avec Sivic qui manque le cadre suite à une passe du revers de Petit. Un tiers à oublier pour des Brûleurs de Loups en manque total de confiance.

2013-11-23-Grenoble-Brest3Avec une pénalité de Croteau en fin de première période, Grenoble commence le deuxième tiers en supériorité numérique. Sivic tente de sonner le réveil dès les premières secondes mais le power-play isérois ne trouve pas l'ouverture. Pire même, il se fait surprendre en contre lorsque Maks Selan perd un palet en zone neutre et ne parvient pas à rattraper David Croteau qui tout seul s'en va battre Bonvalot (0-2, 22'03"). Cela commence à grogner sévère dans les travées de Pôle sud, d'autant plus que Bonvalot est contraint à un sauvetage miraculeux sur Avenel quelques secondes plus tard.

Grâce à une nouvelle pénalité d'Avenel, les Brûleurs de Loups peuvent pourtant enchaîner avec une deuxième supériorité numérique... au cours de laquelle ils se font de nouveau contrer. Erwan Pain s'échappe mais cette fois Bonvalot fait l'arrêt. La prestation grenobloise frise le ridicule mais les pénalités bretonnes s'accumulent. Après un débordement de Luc Tardif, Erwan Pain est pénalisé à son tour. Cette troisième pénalité consécutive sera celle de trop pour Brest : Toby Lafrance est présent au rebond suite à un tir de Charland et libère enfin ses coéquipiers (1-2, 27'05").

Ce but fait du bien aux Grenoblois qui semblent repartis vers l'avant à l'image d'une belle combinaison entre Baylacq et Delemps, pas loin de faire mouche. Mais David Croteau, véritable poison pour la défense grenobloise toujours aussi fragile, se joue d'Amar et Antonoff mais manque de réussite puisque son tir trouve le poteau sur sa trajectoire. Puis c'est au tour de Sivic de partir tout seul et se présenter face à Goetz, mais le gardien brestois est décisif.

2013-11-15-Grenoble-Angers4Le match s'anime et devient un peu plus ouvert qu'au premier tiers. Jason Crossman se fait subtiliser le palet par David Croteau et fait faute sur lui dans la foulée. Brest est en supériorité numérique mais pas pour longtemps, car dans les secondes qui suivent, Croteau fait trébucher Petit. Sur un centre de Sivic, Yorick Treille reprend instantanément et obtient l'égalisation (2-2, 32'02").

La réaction brestoise est rapide mais tour à tour Berthon se heurte à Bonvalot et Pain ne cadre pas son tir. Cette fois, les Albatros ont laissé passer leur chance. Car une nouvelle reprise fulgurante de Yorick Treille, cette fois suite à un centre de Petit, permet à Grenoble de repasser devant au tableau d'affichage (3-2, 33'28'').

Même s'il y a encore des moments de panique devant la cage de Bonvalot, le match semble avoir tourné. Le temps mort demandé par Sébastien Oprandi après le troisième but grenoblois n'y change rien. C'est au tour de Joris Bedin de transpercer Goetz suite à un centre de Baylacq (4-2, 36'48''). Le jeu s'affole et les boulevards s'ouvrent en défense : sur un palet perdu par Antonoff, Pain tire mais rate une cage grande ouverte. Mais les Albatros n'y sont plus vraiment défensivement et sont tout près de la rupture sur un 3 contre 1 mal négocié par Tardif. Finalement, la sentence vient de Félix Petit qui trouve une splendide lucarne (5-2, 37'32''). Après ce cinquième but encaissé en dix minutes, Arnaud Goetz laisse sa place à Michaël Dupont pour stopper l'hémorragie.

2013-11-23-Grenoble-Brest5Après ce deuxième tiers cauchemardesque, les Albatros essaient de retrouver leurs esprits au début de la troisième période, en supériorité numérique après une pénalité de Tardif dans les dernières secondes avant la pause. L'occasion pour Antoine Bonvalot de se signaler à deux reprises dès le début du power-play brestois. Il réalise encore un arrêt décisif sur un 2 contre 1 Croteau-Pard, enlevant ainsi tout espoir de retour aux Brestois.

Les Grenoblois en profitent pour attaquer et sur une échappée, Charland est repris irrégulièrement par Evans qui est pénalisé sur l'action. Les Brûleurs de Loups effectuent un bon power-play avec notamment des lancers d'Amar et Gervais, mais ils ne parviennent pas à tromper la vigilance de Dupont qui rentre bien dans la rencontre.

Pain termine la rencontre plus tôt que prévu en prenant dix minutes pour contestation. Charland ne trouve pas le cadre en 2 contre 1 avec Tardif, alors que Lessard effectue un magnifique retour défensif sur Croteau parti en échappée. Finalement, le dernier but est grenoblois grâce à Toby Lafrance qui insiste avec raison au rebond d'un tir de Charland (6-2, 56'05''). Un petit accrochage entre Dupont et Bedin vient pimenter la fin de match alors que ce même Dupont frustre une nouvelle fois Mitja Sivic. La dernière occasion est grenobloise avec un très beau mouvement de Lafrance bien relayé par Charland, mais Tardif manque la conclusion face à la cage ouverte. Peu importe, le score est acquis depuis longtemps en faveur de Grenoble qui signe ainsi sa première victoire en huit matchs.

2013-11-23-Grenoble-Brest6Les Albatros ont tenu une petite moitié de match pendant laquelle ils semblaient à même de créer la surprise. Jouant crânement leur chance face à une équipe désorientée, ils ont créé de l'offensive sous l'impulsion d'un David Croteau qui a fait très forte impression. Mais à force de trop vouloir ouvrir le jeu, ils ont fini par craquer, laissant des boulevards en défense aux attaquants grenoblois. Le malheureux Arnaud Goetz en a fait les frais après pourtant un bon début de rencontre. Pour ne pas avoir su fermer le jeu au bon moment, les Brestois repartent donc avec six buts dans la valise, un score lourd au vu de la physionomie de la rencontre. Puisse cette défaite ne pas trop les atteindre en vue de leurs prochaines échéances et notamment la réception d'Angers vendredi prochain.

Il aura donc fallu dix minutes aux Brûleurs de Loups pour conjurer le mauvais sort et inscrire cinq buts, s'assurant ainsi une fin de match relativement tranquille. Pourtant cette rencontre n'a pas été un long fleuve tranquille pour les Grenoblois qui n'en menaient pas large à 2-0 en leur défaveur. Pôle Sud commençait à gronder et les solutions offensives semblaient manquer. Mais le vrai mal grenoblois cette saison, c'est cette fébrilité défensive qui fait déjouer toute l'équipe. Trop d'occasions sont laissées aux adversaires sur des mauvaises passes ou des mauvais contrôles.

Heureusement, Bonvalot a réalisé un bon match, signant ainsi sa deuxième victoire en Magnus après Strasbourg. Et surtout, l'attaque s'est remise à fonctionner sous l'impulsion de Yorick Treille et Toby Lafrance, chacun auteur d'un doublé. Jean-François Dufour a peut-être enfin trouvé deux premières lignes performantes et équilibrées. À revoir et à tester contre un adversaire plus résistant. Ça tombe bien, les Brûleurs de Loups se déplacent à Rouen vendredi prochain.  L'occasion de voir s'ils sont vraiment guéris.

Désignés meilleurs joueurs du match : Yorick Treille (Grenoble) et David Croteau (Brest)

(Photos Philippe Crouzet - www.ipernity.com/doc/182273/album)

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

Jean-François Dufour (entraîneur de Grenoble) : « Je pense que l'on était un peu trop stressé. On n'était pas bons dans nos choix. Au repos, j'ai demandé aux joueurs d'arrêter de se casser la tête. De se lâcher et de jouer. On va pouvoir travailler sur cette victoire et se déplacer sereinement à Rouen. »

Yorick Treille (attaquant de Grenoble) : « Même si on ne veut pas y penser, un petit doute s'installe. C'est pour cela que cette victoire fait du bien. D'ailleurs on n'avait pas le choix. On va pouvoir tester Rouen maintenant. On ira relâché, on n'a rien à perdre. »

Baptiste Amar (capitaine de Grenoble) : « Au début du match, on a joué un peu avec les fesses serrées. Ce n'est pas aussi facile de reprendre de la confiance tout de suite. »

 

Grenoble – Brest 6-2 (0-1, 5-1, 1-0)

Samedi 23 novembre 2013 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3500 spectateurs.
Arbitrage de Bruno Colleoni assisté de Matthieu Barbez et Gwilherm Margry.
Pénalités : Grenoble 16' (4', 4', 2'), Brest 26' (4', 6', 2'+10')
Tirs cadrés : Grenoble 44 (11, 15, 18), Brest 32 (10, 12, 10)

Évolution du score :

0-1 à 11'07" : Pain assisté de Pard et Croteau (sup. num.)
0-2 à 22'03" : Croteau assisté de Avenel
1-2 à 27'05" : Lafrance assisté de Charland et Lessard (sup. num.)
2-2 à 32'02" : Treille assisté de Sivic et Amar
3-2 à 33'28'' : Treille assisté de Petit et Lessard
4-2 à 36'48'' : Bedin assisté de Perret et Selan
5-2 à 37'32'' : Petit assisté de Gervais et Lessard
6-2 à 56'05'' : Lafrance assisté de Charland et Joffre

 

Grenoble

Gardien : Antoine Bonvalot

Défenseurs : Baptiste Amar (C) – Nicolas Antonoff ; Pierre-Luc Lessard – Stéphane Gervais (2') ; Jason Crossman (2') – Maks Selan (2') ; Mathieu Pons.

Attaquants : Mitja Sivic – Felix Petit – Yorick Treille (A) ; Francis Charland – Toby Lafrance (A) – Luc Tardif Jr (2') ; Joris Bedin – Mathieu Le Blond – Jordann Perret ; César Joffre – Julien Baylacq – Sébastien Delemps.

Remplaçants : Sébastien Raibon (G). Absents : Christophe Tartari (clavicule), Kévin Martenon (rechute).

Brest

Gardien : Arnaud Goetz (puis Michaël Dupont à 37'32'').

Défenseurs : Aurélien Gréverend  – David Poulin ; Vladimir Holik – Thomas Evans (2') ; Daniel Carlsson – David Hennebert.

Attaquants : Aina Rambelo – David Croteau (4') – Nicholas Pard ; Michal Dian – Jaroslav Prosvic – Graham Avenel (4') ; Jonathan Avenel – Erwan Pain (2'+10') – Quentin Berthon ; Valentin Dumélié – Gaëtan Cannizzo.

Absent : Nicolas Motreff.