Autriche - Bélarus (tournoi EIHC d'Innsbruck)

STEPANOV Andrei-120504-534En déclarant "vouloir jouer pour une médaille" aux Jeux olympiques de Sotchi dans une interview à la presse autrichienne la veille du match contre la France, le sélectionneur Manny Viveiros a provoqué des yeux écarquillés. Certes, une équipe monte sur la glace pour gagner, mais comment imaginer que les Autrichiens, qui font l'ascenseur sans jamais s'installer dans l'élite mondiale, puissent se mêler aux choses sérieuses aux JO ? Dans ce tournoi à des années-lumière du niveau olympique, un tournoi déjà remporté par l'équipe de France, ils ne jouent plus que pour la deuxième place, contre un adversaire qui fait figure de bête noire : le Bélarus a remporté 12 victoires contre l'Autriche en 16 confrontations.

Les Autrichiens peuvent-ils vraiment compter sur leur public pour renverser la tendance ? Innsbruck, qui accueille toujours la majorité des rencontres de l'équipe nationale par la qualité de ses installations, réserve un accueil toujours froid avec à peine 1650 spectateurs. Leurs protégés attaquent les premiers, par Oliver Setzinger à ras glace dans l'enclave sur une passe de Manuel Latusa.

Après guère plus de six minutes, Evgeni Kovyrshin entre en zone avec une bonne protection de palet, le laisse à ses coéquipiers, se fait oublier dans le dos de son vis-à-vis Koch et du défenseur Altmann et reçoit la passe d'Artyom Kisly : il est seul face au gardien qu'il n'a plus qu'à dribbler avant de lever son palet. Menée au score, l'Autriche réplique par un jeu direct, avec des tirs et des rebonds. Le gardien Vitali Koval se montre cependant solide.

Au début de la deuxième période, Andreas Nödl charge avec le coude orienté vers la tête de Filichkin et prend une méconduite pour le match. Johannes Reichel - qui fête sa 100e sélection ce soir - part aussi en prison un peu plus tard. Aleksandr Stepanov feinte la passe pour que le défenseur (Altmann) écarte sa crosse gênante, puis il tire entre les jambes de l'arrière et du gardien : le palet flirte avec le poteau mais Kovyrshin le remet en retrait sur Stepanov qui conclut son action.

Menée 0-2, l'Autriche est en plus privée de deux joueurs, Brian Lebler et Andre Lakos, qui quittent leurs coéquipiers avant terme à cause d'une légère blessure. Elle se croit parvenue à bon port sur un tir de la bleue de Setzinger, quand Latusa travaille dans le slot et glisse le palet entre les bottes du gardien, mais le but est refusé car la crosse de Latusa a atteint le visage d'Antonov : en lieu et place, l'Autriche prend deux minutes de pénalité et finit le deuxième tiers en infériorité.

KLIMBACHER Sven-130504-056Le troisième tiers-temps donne lieu à une large domination autrichienne aux tirs cadrés (16 à 5), sans compter une tentative de Gregor Baumgartner qui frôle la lucarne. En ce qui concerne les poteaux, il y a ex-aequo : à celui d'Efimenko réplique un slap de Mario Altmann sur la transversale à 5 contre 3. Les hommes de Viveiros sont faibles en jeu de puissance, même à 6 contre 5 quand ils sortent leur gardien. Le Bélarus est plus incisif sur un engagement dans sa zone et Filichkin marque ainsi le dernier but en cage vide.

L'Autriche était privée durant ce tournoi de trois défenseurs titulaires, Gerhard Unterluggauer, Matthias Trattnig et Thomas Pöck, et ses lignes arrières n'ont pas rassuré. Stefan Ulmer a été le plus convaincant : même si certains sont jaloux des places accordées aux joueurs de LNA suisse, il est clairement meilleur que ses collègues du championnat autrichien comme les habitués Schumnig ou Altmann. Tandis que le géant André Lakos était loin de sa meilleure forme (il faut dire qu'il est sans club depuis qu'il s'est fait virer de son club tchèque Chomutov le mois dernier), Sven Klimbacher a sans doute marqué des points dans le rôle important de défenseur défensif. Quant à l'offensive, elle s'en remettra clairement à ses renforts NHL.

Désignés joueurs du match : Stefan Ulmer pour l'Autriche et Aleksandr Stepanov pour le Bélarus.

Commentaires d'après-match

Manny Viveiros (entraîneur de l'Autriche) : "Nous devons dans tous les cas améliorer notre powerplay, car nous avons laissé passer beaucoup d'occasions. Avant notre premier match aux Jeux Olympiques, nous pourrons nous préparer dix jours, ça devrait nous aider. En janvier, nous ferons connaître notre liste de 25 joueurs. Jusque là, nous observerons chaque joueur encore une fois en championnat."

Glen Hanlon (entraîneur du Bélarus) : "Peu importe ce qu'on raconte sur les tournois de préparation, seule la victoire peut donner pleinement satisfaction. Nous n'en avons remporté qu'une, mais je suis plutôt content, parce que je pense que la compétition s'est accrue pour les places en équipe nationale pendant notre séjour à Innsbruck. Je nous donnerais 8 sur 10, nous n'avons vraiment manqué que les cinq premières minutes contre la Slovénie. Le principal, c'est de s'améliorer à chaque match, et le dernier était le meilleur : bonne mobilité, un jeu efficace en infériorité, un but en supériorité... et un gardien au sommet, comme tout le week-end. En décembre, j'attends Kostitsyn, Demagin, Kalyuzhny, mais il faut réfléchir à leur rôle. Je m'explique : nos meilleurs joueurs sont des ailiers, donc nous devons chercher des centres fiables. J'ai confiance en Kitarov et Stas. Mais, par exemple, Kalyuzhny est polyvalent. Kisly a commencé la saison au centre, mais il a été utile à l'aile contre les Autrichiens."

 

Autriche - Bélarus 0-3 (0-1, 0-1, 0-1)
Samedi 9 novembre 2013 à 18h30 à la TWK Arena d'Innsbruck. 1650 spectateurs.
Arbitrage de Manuel Nikolic et Georg Veit (AUT) assistés d'Oskar Johnstone et David Nothegger (AUT).
Pénalités : Autriche 42' (2', 10'+10'+20', 0'), Bélarus 16' (2', 8', 6').
Tirs : Autriche 33 (10, 7, 16), Bélarus 35 (14, 16, 5).

Évolution du score :
0-1 à 06'28" : Kovyrshin assisté de Kisly et Efimenko
0-2 à 32'32" : Stepanov assisté de Kovyrshin (sup. num.)
0-3 à 58'38" : Filichkin assisté de Kovyrshin


Autriche

Gardien : Rene Swette [sorti de 57'22" à 58'38"].

Défenseurs : Stefan Ulmer (-1) - Dominique Heinrich (-1) ; Mario Altmann (-1) - Johannes Reichel (-1, 2') ; Robert Lukas - Martin Schumnig ; Sven Klimbacher - André Lakos (A).

Attaquants : Manuel Latusa (-2, 2') - Thomas Koch (C, -2, 4') - Brian Lebler (-1) ; Thomas Raffl (-1) - David Schuller (2') - Andreas Nödl (2'+10'+20') ; Andreas Kristler - Michael Schiechl - Oliver Setzinger (-1) ; Markus Peintner - Daniel Oberkofler - Gregor Baumgartner.

Remplaçant : Bernhard Starkbaum (G). En réserve : Mathias Lange (G), Florian Iberer (D), Rafael Rotter, Thomas Hundertpfund, Martin Ulmer, Raphael Herburger (A).

Bélarus

Gardien : Vitali Koval.

Défenseurs : Nikolaï Stasenko (+1) - Oleg Goroshko (+1, 2') ; Andrei Filichkin (+1) - Andrei Antonov (2') ; Andrei Karev (+1, 2') - Yevgeni Nogachev.

Attaquants : Geoff Platt - Aleksandr Kitarov (+1, 4') - Konstantin Zakharov ; Aleksei Ugarov (C, 2') - Yevgeni Kovyrshin (+2) - Andrei Stepanov ; Artyom Kisly (+1) - Artyom Volkov (2') - Aleksei Efimenko (+2, 2') ; Aleksandr Pavlovich - Mikhaïl Stefanovich.

Remplaçants : Vitali Belinski (G), Georgi Yaskevich, Igor Revenko, Yevgeni Dadonov.