Reims - Nice (Division 1, 13e journée)

Les Aigles plument les Phénix...

SusiAtteAprès une nouvelle défaite en déplacement à Bordeaux cette semaine pour Reims, les Phénix reçoivent les Aigles de Nice dans une patinoire Barot à huis clos. En plus des problèmes de résultats sportifs, Reims doit faire face à de gros problèmes d'infrastructure depuis la fermeture de sa patinoire Bocquaine. Problèmes qui pourraient remettre en question l'avenir du club rémois. Un match entre une équipe en confiance et une équipe en quête de confiance.

Le match démarre fort, tant sur le plan physique qu'au niveau du jeu. Le début est à l'avantage des Niçois qui font rapidement le siège de la zone rémoise. Malgré cela, sur un slap à la bleue d'Akseli Mattila, Atte Susi ouvre le score sur le rebond laissé par le gardien des Aigles (1-0 à 5'33).

Les Niçois mettront peu de temps à revenir au score puisque, une minute après, ils égalisent par Andrej Brejka (1-1 à 6'33). Sur une nouvelle attaque niçoise et surtout sur une erreur défensive rémoise, Nice prend l'avantage grâce à Anthony Courcelles (1-2 à 7'01). Dans l'euphorie et sur un tir renvoyé par la bande derrière le but, Andrej Brejka reprend le palet et inscrit le troisième but des Aigles dans une cage laissée libre par Filip Kubis (1-3 à 7'57). Trois buts inscrits en une minute et demie par Nice. Les Rémois continuent de jouer, ne baissent pas les bras et leurs efforts vont être récompensés avec le deuxième but de Susi, bien aidé par les deux frères Sabatier (2-3 à 11'57). Le premier tiers se terminera donc sur ce score. Des Niçois ultra-réalistes !

Le deuxième tiers débute de la même manière que le premier, les Phénix se sont remis de leur précédente déconvenue et semble prendre le jeu en mains. L'excellent travail de Rémi Houque le long de la bande derrière la cage permet à Valère Vrielnyck d'égaliser (3-3 à 22'43). Les Aigles semblent fébriles, en attestent les quelques pénalités qu'ils concèdent. Malgré ces opportunités, les Rémois ne parviennent pas à poser le jeu et ils n'exploitent pas ces occasions. Il faut attendre une pénalité rémoise pour voir Florian Sabatier filer seul en contre-attaque et battre le gardien en un contre un (4-3 à 35'34).

Les efforts des joueurs de Miikka Rousu sont enfin récompensés. Ils ont donc su reprendre l'avantage alors que le match semblait bien maîtrisé par les Aigles.

KubisFilipLe dernier tiers démarre fort du côté de Nice, les Rémois sont souvent acculés dans leur zone défensive. Un Filip Kubis retrouvé permet aux Phénix de conserver le score. Le jeu posé des Aigles, tant en supériorité qu'en égalité numérique, est redoutable. De nombreux tirs à la bleue sont effectués et les rebonds ne manquent pas, mais la réussite des attaquants niçois est à la peine et la solidité de Kubis ne leur permet pas d'égaliser.

L'obstruction du jeune Benoît Valier (56'35) sera lourde de conséquence pour la suite. Lors de cette supériorité, les Aigles égalisent par Joni Raikkonen (4-4 à 57'01), un palet dévié qui passe sous la botte de Kubis, qui jusque là permettait à Reims de mener. La suite est tout aussi horrible pour Reims, sur un contre à trois contre un, les Niçois se jouent du défenseur des Phénix et Joakim Arsenault permet à Nice de prendre l'avantage (4-5 à 58'46). Reims vient de prendre un sale coup sur la tête... La victoire qu'ils attendaient tant et cherchaient depuis des semaines semblait leur tendre les bras, et en une poignée de secondes, elle s'envole.

Miikka Rousu décide de tenter le tout pour le tout et sort Kubis pour faire rentrer un sixième attaquant. Classique dans ces conditions. Seulement, ça ne fonctionne pas comme le Finlandais l'aurait voulu, Arsenault profite du palet perdu par les Rémois pour aller marquer le dernier but du match dans une cage vide (4-6 à 59'44).

Les Aigles de Nice poursuivent leur série tandis que les Phénix, eux, sont toujours à la recherche d'une victoire. Les Rémois, désormais relégables, se déplaceront à Dunkerque vendredi prochain. En attendant, tout semble aller contre le club de la cité des sacres.

 

Reims - Nice 4-6 (2-3, 2-0, 0-3)
Samedi 30 novembre 2013 à 18h00 à la patinoire Barot. Huis clos.
Pénalités : Reims 12' (2', 6', 4'), Nice 20' (4', 4'+10', 2').
Tirs : Reims 40 (14, 13, 13), Nice 46 (15, 14, 17).

Évolution du score :
1-0 à 05'33" : Susi assisté de Mattila et J. Sabatier
1-1 à 06'33" : Brejka assisté de Slaninak et Cerny
1-2 à 07'01" : Courcelles assisté de Janneteau et Hamon
1-3 à 07'57" : Brejka assisté de Varga et Cerny
2-3 à 11'57" : Susi assisté de F. Sabatier et J. Sabatier
3-3 à 22'43" : Vrielnyck assisté de Holappa et Houque
4-3 à 35'34" : F. Sabatier assisté de Mattila (inf. num.)
4-4 à 57'01" : Raikkonen assisté d'Arsenault et Slovak (sup. num.)
4-5 à 58'46" : Arsenault assisté de Slovak et Koivu
4-6 à 59'44" : Arsenault (cage vide)


Reims

Gardien : Filip Kubis [sorti à 59'15"].

Défenseurs : Ekue Tomety, Victor Vitton Mea, Armand Coustenoble, Akseli Mattila, Artturi Karjalainen, Edmunds Kniksts, Tony Allouchery.

Attaquants : Jeremy Sabatier, Florian Sabatier, Valère Vrielynck, Rémi Houque, Valier Benoît, Tristan Girardin, Kirill Sokolov, Atte Susi, Holappa Sami, Harri Palve, Yann Diaferia.

Remplacant : Dylan Célestin (G).

Nice

Gardien : Lukas Skrecko.

Défenseurs : Joni Raikkonen, Nathan James, Milan Varga, Benoît Maschi, Cédric Cheylan, Andrej Brejka, Lionel Simon, Besson Alexis, Maxim Belov, Martin Slovak.

Attaquants : Joakim Arsenault, Karri Koivu, Michal Kapicka, Anthony Courcelles, Jozek Slaninak, Kevin Hamon, Ales Cerny, César Fleury, Benjamin de Gubernatis, Jérémie Janneteau.