Angers - Chamonix (Coupe de la Ligue, demi-finale retour)

Chamonix force son destin

PatryLe Haras était rempli pour cette demi-finale retour de Coupe de la Ligue. Vainqueur au match aller (3-4), Angers a toutes les cartes en main pour accéder à la finale. Pas d'absences notoires de chaque côté et les gardiens titulaires (Florian Hardy pour les Ducs, Clément Fouquerel pour les Chamois) sont alignés d'entrée pour ce match couperet.

Angers prend le match par le bon bout et inquiète le gardien visiteur dès les premières secondes par l'intermédiaire de Tomas Baluch, l'homme en forme du moment. Mais l'arrière-garde des Chamois tient bon la marée. Il est vrai que la paire Brent Patry - Kyle Hardy respire la sérénité et ne panique nullement malgré les vagues angevines.

Petit à petit, le jeu s'équilibre. Les visiteurs pressent de plus en plus haut et gênent considérablement la défense angevine. Les relances plus qu'approximatives permettent également aux protégés de Stéphane Gros d'avoir des temps de présence importants dans la zone adverse.

Et c'est tout naturellement que Chamonix ouvre le score. Après un bon travail le long des bandes, le palet circule bien et arrive jusqu'à Kyle Hardy, posté plein axe devant la bleue. Le numéro 7 ne se pose pas de questions et tire ras glace dans la jambière gauche de Florian Hardy... qui dévie le palet dans ses filets (0-1, 08'48'').

Les Ducs n'ont pas vraiment le temps de douter puisqu'ils égalisent... 34 secondes après le but initial. Braden Walls – après un bon travail de Johan Skinnars derrière la cage – contrôle la rondelle et ajuste Clément Fouquerel d'un tir en lucarne côté mitaine (1-1, 09'22'). Mais ce but n’entache en rien l'envie des visiteurs. Ils mettent plusieurs fois Florian Hardy à contribution mais le portier angevin est impeccable jusqu'au coup de sirène, synonyme de fin de premier tiers.

À l'entame du deuxième acte, le pressing de Chamonix est toujours haut et gêne considérablement les relances angevines. Clément Masson est récompensé rapidement de tous les efforts de ses partenaires en trompant de près Florian Hardy, visiblement masqué (1-2, 20'34'').

Le travail dans les bandes est intense et souvent favorable aux montagnards. Ce qui est assez significatif puisque les gabarits entre les défenseurs angevins et les attaquants adverses sont sensiblement les mêmes.

Dominateurs dans tous les compartiments du jeu, Chamonix joue crânement sa chance dès que l'occasion se présente. Les Ducs s'en remettent à leur gardien Florian Hardy qui limite considérablement la casse. Si le nombre de tirs est sensiblement le même entre les deux équipes, il faut bien reconnaître que les tirs des joueurs des Alpes sont bien plus dangereux que ceux de leurs hôtes. Alex Stein – le coach des Ducs d'Angers – tente bien de modifier ses lignes mais rien n'y fait, les actions angevines sont bien maladroites et désorganisées.

L'entame du troisième tiers change un peu la donne. Le niveau de jeu des Angevins s'améliore un peu mais Clément Fouquerel – à l'instar de son homologue Florian Hardy – est dans un très bon soir. Il stoppe de l'épaule un tir puissant de Johann Skinnars (42') et dévie du casque un bon lancer de Jonathan Bellemare (43'). Chamonix finit le tiers en supériorité et manque de marquer le but libérateur lorsque Julien Tremblay loupe son tir alors que la cage était grande ouverte dans la dernière minute.

Égalité parfaite sur les deux matchs et le public du Haras aura droit à une prolongation. Toujours en supériorité numérique, Chamonix ne trouve pas la faille. Il faudra une nouvelle pénalité angevine pour que les visiteurs puissent conclure définitivement la rencontre. Angers – pénalisé pour un surnombre réel mais largement évitable – voit fuir la perspective d'une finale lorsque Julien Tremblay tire instantanément ras glace sous les bottes de Florian Hardy (1-3, 67'53'').

Chamonix explose de joie et la communion entre le coach Stéphane Gros et ses joueurs fait plaisir à voir. Tout le contraire du coach angevin Alex Stein qui traverse la patinoire seul en invectivant les arbitres, s'estimant vraisemblablement lésé pour le surnombre sifflé contre son équipe.

Victoire amplement méritée pour des Chamoniards pleins d'envie. À l'image des Canadiens de l'équipe – tous concernés et talentueux – qui tirent vers le haut tout le reste de l'effectif. Notamment Julien Tremblay en attaque et le duo Kyle Hardy- B rent Patry en défense.

Pour Angers, rien de rassurant pour l'avenir. Un fond de jeu assez indigent et des changements de composition de lignes trop fréquents freinent le rendement offensif des Ducs. À cela s'ajoute des faiblesses défensives assez récurrentes depuis le départ d'Antonin Manavian.

Étoiles du match : *** Julien Tremblay (Chamonix), ** Kyle Hardy (Chamonix), * Brent Patry (Chamonix)

Commentaires d'après-match (dans le communiqué du CHC)

Stéphane Gros (entraîneur de Chamonix) : "C'est évidemment une belle satisfaction d'atteindre un de nos objectifs : décrocher une finale de coupe. Nous avons vraiment cru en nos capacités, on a montré une forte détermination et c'est ce qui a fait la différence à mon avis. L'équipe a bien respecté le plan de match, en faisant un gros pressing et en étant patient défensivement."

 

Angers – Chamonix 1-3 après prolongation (1-1, 0-1, 0-0, 0-1)                     
Mardi 3 décembre 2013 à la patinoire du Haras. 1000 spectateurs.
Arbitrage de Alexandre Hauchart assisté de Yann Furet et Thomas Caillot.
Pénalités : Angers 10’ (4’, 0’, 4', 2') ; Chamonix 6’ (0', 4’, 2’, 0')
Tirs : Angers 34 (10, 12, 10, 2) ; Chamonix 37 (12, 9, 9, 7)

Évolution du score :
1-0 à 08'48" : Hardy assisté de Tremblay et Rubin
1-1 à 09'22" : Walls assisté de Skinnars et Borjesson
1-2 à 20'34" : Masson assisté de Gras et Torfou
1-3 à 67'53" : Tremblay assisté Hardy et Patry (sup. num.)