Dunkerque - Reims (Division 1, 14e journée)

Reims se donne de l’air

2013-12-06-dunkerque-reimsLes trois défaites concédées face à Nice, Bordeaux et Anglet ont un peu plus fait plonger Reims dans les profondeurs du classement. Avec une seule victoire dans le temps réglementaire sur ses sept dernières rencontres, la troupe de Miikka Rousu vient dans le Nord pour récupérer deux des points abandonnés au cours d’une première moitié de saison ternie par la fermeture de la patinoire de la chaussée Bocquaine et le départ forcé de Jimi Palanto. Heureusement pour lui, l’ancien coach nordiste dispose d’atouts de choix pour redresser la barre.

Parmi eux figure un certain Atte Susi, qui à l’intersaison a émigré près de 300 kilomètres plus au sud, en compagnie du défenseur Ekue Tomety. Très apprécié du public de Raffoux la saison dernière, Susi est l’homme en forme des Phénix, auteur de cinq buts en deux rencontres. Et la série se poursuit rapidement car après une demi-minute de jeu Victor Vitton-Mea, positionné derrière la cage, trouve le feu follet finlandais dans l’enclave (0-1 à 00'31"). L’hypothèse d’un match-piège pour Dunkerque, vainqueur à l’aller dans la Marne, se confirme. La faute de Laine sur Diaferia n’est pas pour améliorer la cote des locaux, encore mis à mal par Florian Sabatier, au lancer haut écarté à la sauvette par Dizgun, et son frère Jérémy, seul devant la cage mais déjoué de la botte.

Après avoir heurté le gardien québécois, Atte Susi subit la première pénalité rémoise, un faire-trébucher en zone neutre qui le contraint à gagner la geôle sous les huées d’un public versatile… mais pas encore enthousiasmé par le jeu de puissance développé par ses protégés. Des entrées de zone ratées épargnent Filip Kubis, enfin employé au retour à cinq par Bradac, dont la gâchette n’avait pas été trouvée jusque-là. Un temps recroquevillés, les visiteurs se montrent à nouveau dangereux par Karjalainen, et il faut un sauvetage en déséquilibre du dernier rempart pour empêcher Susi de signer le doublé.

Les Corsaires tentent de déjouer le dispositif préparé par leur ancien coach, par le travail de sape du deuxième trio. Très énergique le long des balustrades, le dernier arrivé Jure Kralj ouvre des brèches à ses partenaires Martial et Destoop, dont l’essai oblige Filip Kubis à se détendre pour ce qui constitue sa première grosse intervention de la soirée. Les pertes de palet nuisent toutefois au jeu des Maritimes, encore contrés par Florian Sabatier, dont le dribble déjoue Grégory Dubois. Il leur faut attendre un nouveau jeu de puissance pour se montrer plus dangereux. Un surnombre, couplé à une faute sur Bradac de Florian Sabatier, au préalable secoué à l’abord de la ligne bleue, sont de trop pour Kubis. Le Tchèque ne peut rien face à Latouche-Gauvin, bien décalé par Ballet (1-1 à 17'15"), ce qui provoque une avalanche de peluches sur la glace, symbole d’une opération caritative organisée à l’approche des fêtes.

Les cadeaux continuent à la reprise, le rythme de la rencontre souffrant d’une série d’erreurs de transmission de part et d’autres. Seule une contre-attaque de Yann Diaferia dénote dans ce contexte où tour à tour Ekue Tomety et son portier, d’une sortie ratée derrière la cage, connaissent quelques frayeurs. Une explication Ballet-Diaferia et un coup de genou de Susi plus tard, c’est une nouvelle infériorité numérique qui expose les Marnais. Kubis maîtrise les lancers en force de Bradac et Thomas, avant de sortir le grand jeu de la mitaine face à ce dernier.

La situation est inversée dans les secondes suivantes car Brendan Martial est à son tour pénalisé. Sur une mise au jeu quarante secondes plus tard, Jure Kralj est invité à le rejoindre pour un retard de jeu peu apprécié dans l’assistance. La vindicte ne s’achève aucunement car Atte Susi transmet le palet à Akseli Mattila, qui prend son temps afin de mieux trouver la lucarne gauche (1-2 à 30'16"). À nouveau menés, les hommes de Carl Michaelson sont piqués au vif. Loïc Destoop résiste à Vitton-Mea le long de la balustrade et expédie le palet en force vers la cage d’un Kubis encore avare de rebonds et bien en place sur un tir de Laine dévié par N’Guyen. Il s’incline finalement face au buteur Tommy Latouche-Gauvin, alerté de loin par une passe de Krajcik qui prend de court la paire Tomety-Coustenoble (2-2 à 32'57").

Le soulagement laisse de nouveau la place à l’incompréhension dans les rangs dunkerquois. Sitôt le palet remis en jeu, la défense oublie Atte Susi, alerté devant la cage. La reprise sans contrôle du numéro 21 est écartée par Dizgun, percuté dans la continuité de l’action. Malgré la mauvaise posture du gardien, le corps arbitral n’interrompt pas le jeu. Face au danger imminent, Francis Ballet déplace la cage, laissant ses partenaires à quatre. Cette décision arbitrale n’est pas du goût du banc dunkerquois, d’où jaillit même une crosse. Ni du public, dont le courroux redouble d’intensité sur un nouveau caviar de Susi pour Mattila (2-3 à 33'35").

Sans réaction, les locaux perdent successivement les palets et les nerfs. À une explication entre Destoop et Vitton-Mea succède un coup de genou de Jussi Laine sur son ancien partenaire Tomety, que le public estime coupable d’avoir amplifié sa chute. Le tir de Susi, repoussé sur Florian Sabatier, n’est pas pour calmer les esprits (2-4 à 37'16"). Pas plus que le raid de Valère Vrielynck, qui contourne par la gauche une défense dépassée (2-5 à 39'23"). Sitôt le deuxième coup de sirène, Carl Michaelson engage la discussion avec un trio arbitral peu épargné par les huées pour son retour au vestiaire.

Le spectre du triste contexte du Dunkerque-Reims disputé le 3 décembre 2011, où le corps arbitral fut si chahuté que le club passa près de la sanction, règne alors. Pareilles mésaventures ne se renouvelleront heureusement pas. La résignation est de rigueur dans le dernier vingt, où Marc-André Martel fait son entrée pour repousser les nombreux lancers de Phénix tranquilles. Palve, décalé à droite par Tomety, Kniksts, sur une montée nonchalante, Karjalainen, à la bleue, Jérémy Sabatier, à 2 contre 1, butent tour à tour sur le nouvel entrant, sans qui l’addition aurait pu être plus salée.

À l’opposée, Filip Kubis doit attendre l’approche des dix dernières minutes pour s’employer, sur un tir en force de N’Guyen. Les changements opérés ne permettent pas à l’attaque dunkerquoise, déjà handicapée par l’absence de Mathieu Cyr, suspendu, de retourner une situation déjà fortement compromise. Une faute de Houque (52'48") est rattrapée par le brio du portier tchèque face à Thomas. Sa mitaine avait auparavant capté sans ciller le slap de Bradac, préservant une avance qu’Atte Susi ne pourra creuser davantage dans la cage vide, car le généreux Destoop revient à temps.

Peu importe, le rapide Finlandais, à qui un accueil glacial fut réservé, avait, avec quatre points, déjà posé son empreinte sur l’issue des débats. À la vue de la prestation d’une formation rémoise solide et appliquée, il était difficile d’imaginer que les visiteurs étaient au coup d‘envoi avant-derniers… Sans solutions, progressivement sortis de leur match à compter du deuxième tiers-temps, les Corsaires renouent avec la défaite à l’aube d’une série de quatre déplacements.


Dunkerque – Reims 2-5 (1-1, 1-4, 0-0)
Vendredi 6 décembre 2013 à 19h30 à la patinoire Michel Raffoux. 1 200 spectateurs.
Arbitrage d’Adrien Ernecq assisté de Sueva Torribio et Cédric Turbert.
Pénalités : Dunkerque 18' (4’, 12’, 2’), Reims 18' (6’, 6', 6’).
Tirs : Dunkerque 38 (9, 17, 12), Reims 43 (11, 18, 14).

Évolution du score :
0-1 à 00'31" : Susi assisté de Vitton-Mea
1-1 à 17'15" : Latouche-Gauvin assisté de Ballet (double sup. num.)
1-2 à 30'16" : Mattila assisté de Susi et Palve (double sup. num.)
2-2 à 32'57" : Latouche-Gauvin assisté de Krajcik
2-3 à 33'35" : Mattila assisté de Susi et Pavle (sup. num.)
2-4 à 37'16" : F. Sabatier assisté de Susi et Mattila (sup. num.)
2-5 à 39'23" : Vrielynck
 

Dunkerque

Gardien : Michael Dizgun puis à 40'00" Marc-André Martel (sorti de 56'19" à 57'42" et à 59'42").

Défenseurs : Benjamin Bataille - Francis Ballet (C) ; Jakub Bradac - Kristian Krajcik ; Jussi Laine - Grégory Dubois.

Attaquants : Esben Nielsen - Daniel Pettersson - Clément Thomas ; Brendan Martial - Loïc Destoop - Jure Kralj ; Tommy Latouche-Gauvin - Maxime Brachet - Benjamin N'Guyen.

Remplaçants : Antoine Vanwormhoudt, Victor Thery. Absents : Ghislain Folcke (commotion), Mathieu Cyr (suspendu), François Moretti (obligations professionnelles).

Reims

Gardien : Filip Kubis.

Défenseurs : Akseli Mattila - Victor Vitton-Mea ; Artturi Karjalainen - Ekue Tomety ; Armand Coustenoble - Edmunds Kniksts.

Attaquants : Jérémy Sabatier - Florian Sabatier - Atte Susi ; Valère Vrielynck (C) - Sami Holappa - Harri Pälve ; Benoît Valier - Yann Diaferia - Rémi Houque.

Remplaçants : Dylan Célestin (G), Jérémie Collin, Tony Allouchery.