Angers - Rouen (Ligue Magnus, 13e journée)

Les Dragons forcent le respect

DESROSIERSjulien20130914008La patinoire du Haras affichait complet depuis une semaine pour cette rencontre entre Rouen – leader invaincu de la Ligue Magnus – et Angers. Une rencontre particulière pour les Angevins puisque le président des Ducs a décidé de se séparer de son entraîneur Alex Stein deux jours avant cette journée de championnat. Simon Lacroix, l'entraîneur adjoint, prend donc au pied levé les rênes d'une équipe abîmée par le doute.

Si Angers est privée de son défenseur suédois Fredrik Borjesson (coupure à un doigt), Rouen se présente sans quelques pièces maîtresses : Juho Mielonen, Raphaël Faure et Antonin Manavian (toujours en attente de qualification).

Toujours en présence d'une forte colonie rouennaise dans les tribunes, le match démarre sur un bon rythme. Les joueurs d'Angers montrent une envie rarement vue depuis le début de saison mais sont confrontés à une armada rouennaise en pleine confiance. Si la technique est du côté des jaunes et noirs, l'envie de bien faire et de se ''défoncer'' est clairement du côté des Angevins.

Ainsi, Rouen se retrouve bien vite en infériorité numérique. Un avantage dont ne profiteront pas les Ducs car les entrées de zone sont – comme d'habitude depuis quelques temps – désorganisées. Seul Éric Fortier tentera de loin, sans réel danger pour Fabrice Lhenry, le portier vétéran des Dragons (7'). Angers ne lâche rien et essaie de contrecarrer les velléités adverses. Avec un certain succès puisque les Dragons n'arrivent pas réellement à s'approcher de la cage de Florian Hardy, le gardien des Ducs.

Une pénalité remet en selle les visiteurs lorsque Cédric Custosse se voit sanctionner d'un accrocher. La technique rouennaise est impressionnante et les Dragons investissent complètement la zone adverse. Malmenée, la défense angevine dégage puissamment de l'autre côté de la patinoire. Ainsi, le palet frôle le montant gauche de Lhenry et revient plein axe sur... Tim Crowder qui a flairé le bon coup. Le numéro 40 des Ducs récupère la rondelle et vient battre de près Fabrice Lhenry d'un tir du poignet côté mitaine (1-0, 11'12''). Le portier des Dragons est quelque peu énervé contre ses défenseurs, plutôt laxistes dans le repli défensif.

Rouen domine territorialement mais n'est toujours pas réellement dangereux sur la cage adverse. On se dirige tout droit vers la fin de ce tiers lorsque la défense rouennaise est gênée dans sa relance le long de la bande par un des deux juges de ligne. Les avants angevins récupèrent la rondelle et travaillent derrière le but des Dragons. Éric Fortier – de derrière la cage – fait un petit centre dans le slot dans une forêt de jambes. Cody Campbell, tel un renard des surfaces, parvient à pousser la rondelle dans le but, entre les bottes de Fabrice Lhenry (2-0, 18'16''). Le Haras est en ébullition et peut – à juste titre – applaudir ses joueurs rentrant au vestiaire.

Angers en remet une couche, quelques secondes après la reprise. Brian Henderson dévie victorieusement un tir de la bleue d'Andrej Mrena (3-0, 20'30''). Rouen vacille et perd son hockey. Angers continue sa débauche d'énergie pour annihiler toute relance propre de la part des Dragons. A ce petit jeu, les Dragons se font sanctionner lorsque Romain Gutierrez accroche illégalement Braden Walls qui venait défier de près Fabrice Lhenry. Le Haras croit alors à l'obtention d'un tir de pénalité. Nicolas Barbez, le zèbre de la rencontre, en décidera autrement et n'infligera qu'une pénalité mineure pour ''accrocher''. Angers continue toujours son pressing qui, certes, gêne énormément Rouen mais qui est surtout très énergivore.

De ce fait, les Angevins – toujours vaillants – semblent moins frais physiquement. Et même s'ils passent difficilement une situation d'infériorité, ils verront un tir de Julien Desrosiers finir sur le haut de la transversale de Florian Hardy en toute fin de tiers (40').

À 3-0 à l'entame des vingt dernières minutes, les Ducs ont un matelas qui semble confortable. Rodolphe Garnier – le coach des Dragons – a décidé de tenter de nouvelles choses en associant ses trois meilleurs attaquants sur la même ligne (Desrosiers, Thinel et Guénette). Coaching payant puisque Guénette trompe de près Florian Hardy (3-1, 40'45''). Un peu plus tard, en situation de power-play, Jonathan Janil trompe de la bleue un Florian Hardy masqué (3-2, 45'44''). Les Dragons, bien plus investis depuis la pause, profitent également de la fatigue d'Angevins tellement volontaires lors des deux premiers tiers.

À huit minutes de la fin, Miroslav Guren remonte la patinoire, dribble trois Angevins et – ne voyant pas de solutions de passes – tire de la bleue dans la lucarne, côté mitaine (3-3, 52'04''). Superbe but du défenseur rouennais qui justifie par cette action solitaire son passage dans la prestigieuse NHL.

Tout est à refaire pour les Angevins et l'issue semble inéluctable lorsqu'Éric Fortier – sur un contre – ne trouve pas le cadre dans une situation plus qu'idéale (55').

À moins de deux minutes de la fin, Nicolas Barbez siffle un arrêt de jeu en voyant Jonathan Janil à terre. Julien Albert, l'assistant capitaine des Ducs, vient voir son coéquipier en équipe de France pour s'excuser – apparemment – d'un geste involontaire (crosse haute ?). Le zèbre, qui n'a apparemment rien vu de cette action, envoie le numéro 18 d'Angers au cachot !

En situation d'avantage numérique, les Dragons ne vont pas laisser passer l'aubaine et Julien Desrosiers – d'un tir ras glace entre les jambières de Florian Hardy – finit d’assommer définitivement les Angevins à treize secondes de la fin (3-4, 59'57'').

Le spectateurs ont assisté à un superbe match entre une équipe libérée et volontaire (Angers) et une équipe au mental incroyable (Rouen). Les Dragons n'ont jamais abdiqué et, grâce à leur technique largement au dessus de la moyenne de la Ligue Magnus, ont su trouver les ressources nécessaires pour remporter cette rencontre. Les Ducs, quant à eux, ont sans doute fait leur meilleur match de la saison au Haras. À confirmer dans un futur qui, espérons-le, sera moins agité sur les bords de Maine.

Étoiles du match : *** Julien Desrosiers (Rouen), ** Miroslav Guren (Rouen), *  Tim Crowder (Angers)

 

Angers – Rouen 3-4 (2-0, 1-0, 0-4)
Samedi 7 décembre 2013 à la patinoire du Haras. 1000 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez assisté de Yann Furet et Pierre Dehaen.
Pénalités : Angers 10’ (2’, 2’, 6’) ; Rouen 8’ (2’, 2’, 4’)
Tirs : Angers 34 (11, 12, 11) ; Rouen 36 (11, 10, 15)

Évolution du score :

1-0 à 11'12" : Crowder (inf. num.)
2-0 à 18'16" : Campbell assisté de Mrena et Fortier
3-0 à 20'30" : Henderson assisté de Mrena
3-1 à 40'45" : Guénette assisté de Thinel et Desrosiers
3-2 à 45'44" : Janil assisté de Vas et Desrosiers (sup. num.)
3-3 à 52'04" : Guren
3-4 à 59'57" : Desrosiers assisté de Vas et Janil (sup. num.)