Amiens - Brest (Ligue Magnus, 13e journée)

Des Gothiques chauds comme la Breizh !

13-12-06-Amiens-Brest-1Que de sourires à l'échauffement… Les Gothiques d'Amiens laissent apparaître de jolis moments de camaraderie, bien aidés il faut le dire par un Martin Gascon qui du bord de glace, n'hésite pas à chambrer gentiment ses coéquipiers.

Sans doute ragaillardis par leur convaincante série de trois victoires, les Amiénois abordent sereinement ce match bien qu'ils soient handicapés à deux niveaux : si l'infirmerie se vide doucement, elle compte encore les indisponibilités de Gascon et de Vincent Bachet, trop juste pour effectuer son retour. En outre on sait que la capitale picarde est également très dépendante des convocations en sélection U20, et à ce titre Amiens doit se passer des services de Romain Carpentier, Fabien Bourgeois, Fabien Kazarine et Nicolas Leclerc, ce qui fait bien du monde dans un effectif de Ligue Magnus. Et de fait, Heikki Leime doit multiplier le temps de jeu des autres jeunes, comme Quentin Fauchon aligné en deuxième trio ou Rémi Thomas en troisième ligne.

Une convocation en sélection qui concerne également Gaëtan Cannizzo, seul absent brestois. L'équipe des Albatros commence à souffrir du rythme imposé par l'élite, pourtant elle propose de très bonnes choses et notamment dans les débuts de rencontre : ainsi elle est la septième équipe de la ligue au classement du premier tiers-temps. Alors les Bretons sont ambitieux et espèrent pouvoir ramener des points de ce voyage en Somme face à une équipe quantitativement amoindrie.

La rencontre démarre tambour battant. Baazzi signe son retour d'un gros lancer tandis que Pard échoue devant Sopko. Amiens joue alors une scène rappelant son début de saison, puisque dans un gros flottement de la défense, l'opportuniste défenseur breton Aurélian Greverend parvient à prendre le dessus pour les Albatros, qui s'offre la neuvième ouverture du score en treize rencontres de Ligue Magnus (0-1, 03'09").

N'ayant guère d'autre choix que de se réveiller enfin, les Gothiques voient en un power play une possibilité de réagir. Jonathan Avenel est sanctionné pour retenir, et tandis qu'Amiens s'installe, Bouchard puis Dusseau rate le cadre. Très vite c'est même un cinq contre trois qui s'offre aux Picards sur une très bête pénalité brestoise pour retard de jeu (Poulin). Mise à part un tir de Ouimet, le palet circule beaucoup mais les tentatives se font rares. Pour autant, c'est clairement panique à bord pour les Brestois devant leur cage. Au retour à quatre, la pression locale est maintenue et Dupont doit s'illustrer d'un réflexe incroyable sur sa ligne. On se dit alors que les visiteurs ne se facilitent pas les choses quand Holik est sanctionné pour un nouveau retard de jeu, une preuve s'il en faut une que les Brestois sont en panique. La différence est logiquement faite sur un décalage d'Ohlsson pour Bouchard qui lance au fond des filets visiteurs (1-1, 07'12").

13-12-06-Amiens-Brest-2Toujours en supériorité, Amiens pousse et Ouimet n'est pas loin de donner l'avantage aux siens. Quant aux Albatros, ils se montrent trop indisciplinés pour sortir totalement la tête de l'eau : à peine la pénalité précédente terminée qu'une nouvelle débute, cette fois-ci pour un faire trébucher de Graham Avenel. Pourtant, c'est bien un contre brestois qui retient l'attention, et si Croteau échoue face à Sopko qui allonge magnifiquement la jambière, Brest obtient tout de même sur l'action un quatre contre quatre car Dusseau a retenu son adversaire. Malheureusement pour eux, c'est quelques instants plus tard que se produit un raté qui fera totalement basculer le cours du match : sorti de sa cage pour jouer une rondelle contre la bande, Dupont est surpris par l'arrivée en trombe de Bouchard. Ce dernier anticipe le mouvement du gardien, intercepte et n'a plus qu'à transmettre à Ouimet qui attendait l'offrande devant la cage laissée vide (2-1, 10'03").

Brest accuse le coup sur cette erreur, et n'a guère l'occasion de se rassurer car sur un contre supersonique, Pard est pris par sa vitesse et vient heurter violemment la balustrade. Restant au sol un bon moment, il souffre de la côte et on a pu craindre le pire, mais il reviendra au jeu un peu plus tard.

Cela commence à faire beaucoup pour les Brestois, tandis que dans le jeu les joueurs locaux se montrent intraitables. Sur une reprise de palet en défense, Claireaux part seul et prend les défenseurs de vitesse. D'un bon lancer à ras de glace, il trouve un angle délicat pour tromper Dupont, sans doute un peu resté sur sa grosse bourde précédente (3-1, 15'28").

La première vague amiénoise est lancée ! Brest tente de ressortir et Evans ne cadre pas, seulement le puck revient immédiatement devant la cage bretonne, et le duo Salmivirta – Fauchon s'offre un petit jeu devant une défense trop laxiste et un gardien quelque peu délaissé. En conclusion le jeune Français vient inscrire le premier but de sa carrière en Ligue Magnus (4-1, 17'06").

Bis repetita quelques secondes plus tard. Alors que Brest a changé de gardien et que Goetz a pris place devant la ligne, les joueurs d'Oprandi tentent de construire et Berthon sollicite un Sopko vigilant. Mais les attaquants amiénois trouvent eux les espaces dans le dos des défenseurs finistériens, et sur un jeu collectif rondement mené, Claireaux met sur orbite Bouchard qui trompe à hauteur de lucarne l'expérimenté back-up, malchanceux pour son premier palet qu'il touche sans parvenir à changer la course (5-1, 18'32").

Les maritimes submergés par des vagues rouges

13-12-06-Amiens-Brest-3Une entame atroce pour les Albatros, mais la pause entre les deux tiers n'aura pas du tout fait cesser le cauchemar breton. À peine les joueurs revenus sur la glace, les Amiénois lancent leur « deuxième vague ». Sur leur première montée, les mêmes acteurs se mettent en évidence et Claireaux glisse le palet à « serial Bouchard » qui se retrouve trop facilement en position idéale. Il déjoue Goetz et s'offre un hat-trick tandis qu'en tribune presse, Gascon mime le lancer de chapeau (6-1, 20'13").

Pas le temps de souffler, Amiens gagne la mise en jeu et se projette à l'avant. C'est Fauchon qui hérite cette fois-ci du palet qu'il met hors de portée du malheureux Goetz, qui aura alors pris trois buts sans avoir réalisé le moindre arrêt du match. Quant au jeune attaquant, il signe doublement son entrée dans les lignes statistiques (7-1, 20'30").

Pard, qui à l'instar de son coéquipier Pain est dur comme la pierre, prend une méconduite et Leime profite de ce match précocement gagné pour offrir du temps de jeu à Léo Bertein, sous les acclamations du public « coliséen ». Ce dernier se montre rassurant sur un dangereux lancer de Poulin. Quant à son homologue brestois, il a enfin l'occasion de se mettre en évidence sur des tentatives amiénoises.

Mais clairement quand ca ne veut pas sourire, tout s'acharne inévitablement : Dusseau lance puissamment à la bleue et Goetz dévie ce lancer directement sur Salmivirta qui s'était positionné aux premières loges. Tel un joueur de base-ball, le Finlandais met juste sa crosse en opposition pour pousser le puck dans les filets (8-1, 25'18").

C'est franchement cruel pour les Albatros, qui certes ne pèsent pas beaucoup sur le jeu, sans doute ayant perdu le fil trop tôt dans la rencontre, mais qui en plus tombent ce soir sur une formation amiénoise bénie des dieux ! Et ils en perdent clairement leur hockey car ils sont dans la foulée sanctionnés pour surnombre. Pourtant ils se montrent courageux, et tentent de solliciter Bertein qui de son côté fait le travail devant Croteau puis Pain. Quant aux Amiénois, toutes leurs tentatives mettent en danger le portier adverse, même en infériorité numérique (Bastien rattrapé pour obstruction). Ils passent d'ailleurs à quelques centimètres du contre parfait par l'intermédiaire de Ouimet et Bouchard. Pard est alors une nouvelle fois sanctionné pour accrocher.

13-12-06-Amiens-Brest-4Au retour à cinq contre cinq, Bertein se montre impérial sur une situation brestoise de trois contre un. Les Gothiques qui ne resteront pas bien longtemps à cinq puisqu'ils sont coupables de surnombre, et Arnaud fait le substitut. Las, les Albatros ne profiteront pas de cette opportunité. Et alors que l'on se dirige vers l'issue du tiers médian, les Gothiques s'offrent leur troisième et dernière vague incontrôlable : sur un palet quelque peu oublié par Brest, Claireaux fait le tour de la cage et s'en va tromper très tranquillement Goetz (9-1, 38'49"). À la reprise, Baazzi prend un bon lancer dévié par le gardien, sur Claireaux qui met la crosse en opposition. Le but est plus l'œuvre de la malchance de Goetz sur un palet mal engoncé sous ses jambières, mais il offre à Claireaux à son tour un triplé (10-1, 39'28"). Et on repart de plus belle par l'élégant Salmivirta qui prend l'aile gauche, repique et trouve une fois de plus la faille devant le malheureux gardien breton (11-1, 39'47"). Le tiers s'achève alors sur un geste d'énervement de Croteau, qui assène un coup de coude à son garde du corps.

Epilogue dans le calme

Quand débute ce dernier tiers, les Albatros ne doivent plus attendre qu'une seule chose : que cette rencontre cauchemardesque se termine au plus vite, et à l'issue d'un tiers plus calme pour leur arrière-garde. Ils seront entendus car cet acte final se voudra plus équilibré. Goetz voit Bouchard ne pas cadrer son lancer puis fait le bon geste sur un essai d'Arnaud. Quant à Bertein, il fait échouer Pard pourtant en très bonne position. Quand Baazzi rejoint le banc des prisonniers (accrocher), Brest tente de s'installer en zone offensive, seulement les secondes s'égrainent sans que les Albatros puissent réellement trouver de faille dans la défense amiénoise.

Au retour au complet, Leime s'offre le luxe bien relatif de faire tourner, et du haut de ses 17 ans, Julien Guillaume a la possibilité de fouler le glaçon. Les Brestois ont à cœur de reprendre un peu le jeu à leur compte, mais le dernier geste fait défaut. Quand bien même, Bertein joue parfaitement son rôle de dernier rempart quand les Albatros parviennent malgré tout à porter le danger. Les Amiénois terminent eux leur match sereinement, portés par l'ambiance du Coliséum. Ainsi la ola est lancée dans les travées, tandis que Bault et Pain s'échangent quelques amabilités et sont sanctionnés pour dureté.

13-12-06-Amiens-Brest-5Claireaux pense bien s'offrir un quatrième but personnel, mais le portier breton exécute un arrêt acrobatique dans les derniers instants. Il prend également le dessus sur Santala, auteur de la dernière grosse tentative amiénoise. La conclusion est à l'avantage des Brestois, mais symbole de la soirée où rien n'est allé dans le sens des Albatros, Dumelié trouve le montant de la cage au buzzer.

Fin du calvaire pour Brest qui n'a rien pu faire en cette soirée picarde. Le score est même extrêmement sévère car si très vite la messe fut dite, les gardiens n'ont guère eu la moindre réussite sur les assauts adverses. Les joueurs de Sébastien Oprandi doivent à présent attendre impatiemment la prochaine rencontre pour ne plus rester sur cette maudite soirée.

Quant aux Amiénois, ils poursuivent leur bonne série au terme de cette rencontre pleinement maîtrisée et aboutie. Et loin des ragots de début de saison qui arguaient des guerres d'egos dans le vestiaire, la joie à l'issue de ce match nous donnait à voir tout l'inverse : Arnaud et Bault, très vite rejoints par Bertein, se déchaînent comme de coutume sur la « Kiwi Dance ». Ils s'offriront même deux rappels ! Dans le même temps pendant l'interview de Quentin Fauchon, désigné homme du match, les Gothiques sont restés sur le banc au lieu de rentrer aux vestiaires, comme pour célébrer un peu plus leur coéquipier, et comme pour prolonger un peu plus cette douce soirée de hockey…

Désignés joueurs du match : Nicholas Pard pour Brest, Quentin Fauchon pour Amiens.

Commentaires d'après-match

Quentin Fauchon (attaquant d'Amiens) : « Cela fait toujours plaisir de marquer deux buts ! C'est de plus une grosse victoire à domicile et il y avait plein de monde. C'était une soirée parfaite. »


Amiens – Brest : 11-1 (5-1, 6-0, 0-0)
Vendredi 6 décembre 2013 à la patinoire du Coliséum. 3 291 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Bourreau assisté d'Anne-Sophie Boniface et Aurélien Smeeckaert.
Pénalités : Amiens 12' (2', 4', 6') ; Brest 26' (8', 16', 2')
Tirs : Amiens 30 (9, 14, 7) ; Brest 17 (4, 8, 5)

Evolution du score :
0-1 à 03'09" : Greverend assisté de Pard
1-1 à 07'12" : Bouchard assisté d'Ohlsson et Santala (double sup. num.)
2-1 à 10'03" : Ouimet assisté de Bouchard et Santala
3-1 à 15'28" : Claireaux assisté de Santala et Bault
4-1 à 17'06" : Fauchon assisté de Salmivirta et Bastien
5-1 à 18'32" : Bouchard assisté de Claireaux et Ouimet
6-1 à 20'13" : Bouchard assisté de Claireaux et Ouimet
7-1 à 20'30" : Fauchon assisté de Bastien et Salmivirta
8-1 à 25'18" : Salmivirta assisté de Dusseau et Bastien
9-1 à 38'49" : Claireaux assisté d'Ohlsson
10-1 à 39'28" : Claireaux assisté de Baazzi et Ouimet
11-1 à 39'47" : Salmivirta assisté de Bastien et Dusseau


Amiens

Gardien : Ramon Sopko puis Léo Bertein à 21'51".

Défenseurs : Jimi Santala – Aziz Baazzi ; Kevin Dusseau – Johan Ohlsson ; Romain Bault.

Attaquants : Danick Bouchard (A) – Valentin Claireaux – François Ouimet ; Quentin Fauchon – David Bastien (C) – Ilpo Salmivirta ; Rémi Thomas – Marius Serer (A) – Mathias Arnaud ; Julien Guillaume.

Absents : Martin Gascon (fracture du poignet), Vincent Bachet (luxation de l'épaule). Romain Carpentier, Fabien Bourgeois, Fabien Kazarine et Nicolas Leclerc (sélection U20).

Brest

Gardien : Michael Dupont puis Arnaud Goetz à 17'06".

Défenseurs : Daniel Carlsson (C) – Thomas Evans ; Aurélien Gréverend – David Poulin ; Vladimir Holik – David Hennebert (A).

Attaquants : Michal Dian – Jaroslav Prosvic (A) – Graham Avenel ; Nicholas Pard – David Croteau – Nicolas Motreff ; Jonathan Avenel – Erwan Pain – Quentin Berthon ; Valentin Dumélié – Aïna Rambelo.

Remplaçants : Clément Gonzales, Jérémy Cormier. Absent : Gaëtan Cannizzo (sélection U20).