Les Bleuets gagnent en présence de la Coupe Stanley

Le championnat du monde des moins de 20 ans de division IB, est placée sous le haut patronage de la Coupe Stanley, envoyée par le Hall of Fame dans le cadre du centième anniversaire de la fédération britannique Ice Hockey UK. Arrivée ce matin, elle sera exposée dans la patinoire toute la journée de repos de demain. La présence de ce trophée légendaire semble en tout cas particulièrement réussir à l'équipe de France, reléguée de D1A l'an passé.

Dès leur premier match contre le Japon, ils réussissent une entame parfaite en marquant rapidement en avantage numérique : très bonne circulation de palet entre Pierre Crinon à la ligne bleue (dont la mention d'assistance a été oubliée), Kevin Bozon côté gauche et Florian Douay côté droit pour une reprise directe à mi-distance. La première pénalité française contre Crinon, permet à Kento Suzuki d'égaliser sur une action individuelle : son premier tir est contré par Nicolas Leclerc mais il récupère lui-même le palet, semble le perdre dans l'enclave et le met finalement au fond.

La France semble capable de prendre la mesure de cet adversaire mais se fait prendre en contre en deuxième période en perdant le palet en entrée de zone offensive après une montée de Pierre Crinon : la superbe passe du revers Kawamura envoie aussitôt Kudo en contre, qui bat Bonvalot en angle. La vitesse japonaise fait mal en contre-attaque, et Perret accroche ainsi le remuant Yu Hikosaka : le jeu de puissance asiatique est bien construit avec une passe de derrière la cage de Kido pour Aoki : 3-1 pour le Japon après 35 minutes.

La force de la jeune équipe de Philippe Bozon, ce sera de ne pas abandonner pour autant : dès la supériorité numérique suivante, les Amiénois répliquent par un slap puissant de Romain Carpentier parfaitement masqué par Guillaume Leclerc. La France s'installe en zone offensive dès le retour des vestiaires : Kazarine dévie sur le poteau un envoi de la bleue de Bouvet, mais Bogdanoff ramène ensuite le palet vers l'enclave où Johan Saint-André conclut à bout portant. Sur une magnifique longue passe de Pierre Crinon, sitôt que celui-ci a récupéré le palet au fond de sa zone, Jordann Perret croit bien marquer le but vainqueur, mais le palet s'est arrêté sur la ligne. C'est donc à une minute de la fin seulement que la décision se fait : Cédric Di Dio Balsamo remopnte toute la glace et Julien Laplace se charge de conclure (3-4).

Cet après-midi contre l'Ukraine, le gardien grenoblois Antoine Bonvalot a été confirmé dans les cages, et il a sigfné un éclatant blanchissage de 20 arrêts. Encore une fois dominatrice, la France a pris l'avantage à 5 contre 3 par un but de Maurin Bouvet. On en est longtemps resté à ce score minimal, jusqu'au second but de Florian Douay en troisième période (2-0).

Après deux journées, les Français gèrent donc bien leur calendrier en crescendo, qui les verra affronter le Kazakhstan - favori - le dernier jour, dimanche.