Chambéry - La Roche-sur-Yon (Division 2, 12e journée)

Les Vendéens remportent une victoire logique et déjà acquise à la mi-match

Dès l'engagement, on sentait les Savoyards fébriles devant des Vendéens très entreprenants. Joffrey Pingrit avait déjà dû s'employer à plusieurs reprises avant que les Éléphants n'adressent leur premier tir dangereux sur Jiri Blazek (4'47). Confrontés aux hommes d'Erik Marinov, présents sur tous les palets grâce à un patinage plus énergique, les locaux essayaient de réagir mais, malheureux dans leur dernière passe ou contrés dans leur tir, ils n'inquiétaient guère le gardien yonnais. Les hommes de Rémy Enselme multipliaient trop les gestes approximatifs et, sur une passe mal assurée, le palet parvenait à Cyril Selin qui prenait de vitesse les derniers défenseurs pour adresser un tir tendu sur Joffrey Pingrit qui ne pouvait que repousser dans la crosse de l'attaquant yonnais. Ce premier but récompensait logiquement des visiteurs beaucoup plus entreprenants (11'55).

Les Chambériens gaspillaient les munitions (Borovansky 14'01, Lavrov 14'25) tandis que les Vendéens, à l'image de Selin, auteur d'un départ en contre, terminé par un tir imparable sous la transversale, affichaient une réussite insolente (0-2, 14'32). Les Chambériens confondant souvent vitesse et précipitation se créaient quelques occasions, comme cette situation confuse à 15'52 devant la cage yonnaise, mais finalement, à aucun moment Blazek ne parut en difficulté.

En début de deuxième période, Jindrich essayait bien de relancer mais ses attaquants se heurtaient à une défense vendéenne agressive et efficace qui récupérait bon nombre de palets. Ainsi, le capitaine Marinov servait Julian Breux qui, d'un tir bien placé sur la droite, trompait une troisième fois Pingrit (22'22). Tout se passait donc pour le mieux chez des Yonnais à qui tout réussissait : Marek Bais en récupérateur et l'excellent dribbleur Kamil Rajnoha, très en vue dans cette partie, servaient Bohus Farkakovsky qui, de loin et sur la droite de Pingrit, ajustait un lancer ras de glace qui faisait mouche (0-4, à 23'46).

Entre une équipe chambérienne le plus souvent dépossédée du palet après deux échanges et une équipe de la Roche, à l'image de son meneur de jeu Rajnoha, insaisissable, la différence était nette. Après une infériorité numérique bien contrôlée par un pressing haut, les Yonnais s'offraient même un cinquième but en contre (Breux, 30'56).

Avec un tel passif à la mi-match, les Éléphants étaient au pied du mur. Ils devaient soit réagir au risque d'échouer avec les honneurs, soit subir et offrir à Blazek un blanchissage en cadeau de Noël.

C'est la première option qui, heureusement pour les spectateurs, s'imposa peu à peu. Enfin récompensé pour ses efforts, Lucas Orts, qui s'était montré jusque là le Chambérien le plus déterminé, marquait à l'ultime seconde d'un deuxième tiers somme toute dominé par les visiteurs.

Au cours de la dernière période, avec des lignes un peu remaniées où les Moreau, Bigot, Dugast ou Broyer pouvaient se montrer à leur avantage, les Chambériens offrirent un tout autre spectacle. Ce fut d'abord une récupération de Kevin Enselme, un débordement sur la droite et un centre parfait de Fabien Marcon sur Romain Broyer qui mystifia Blazek (2-5, 44'51). Ensuite, un power-play, cette fois-ci bien maîtrisé par Jindrich et Orts, permit à Valentin Moreau de glisser le palet de près au ras du poteau droit de Blazek (3-5, 48'08). Les Éléphants étaient en train de refaire surface et les Yonnais coupaient leur élan par un temps mort. À la reprise, un grand écart côté droit de Blazek bloquait in-extremis le palet de Borovansky (49'22), un peu plus de réussite à ce moment opportun aurait sans doute pu changer la suite de la rencontre. Il y eut certes d'autres tentatives de Borovansky, ou de ses équipiers Lavrov, Marcon, Orts et Gervais mais, comme à force de jouer l'offensive on offre aussi des possibilités de contres, les visiteurs allaient s'assurer définitivement la victoire à cinq minutes par un but de Benoît Barreteau.

Les Éléphants, souvent maladroits et mal inspirés face à une équipe yonnaise vaillante, opportuniste et efficace, ont réagi trop tardivement pour espérer inverser le cours du jeu. Cette deuxième défaite nette sur sa glace, survenant après une victoire en déplacement, traduit l'inconstance d'un groupe qui ne joua finalement qu'un tiers "pour la gagne".

 

Chambéry - La Roche-sur-Yon 3-6 (0-2, 1-3, 2-1)
Samedi 14 décembre 2013 à la patinoire de Chambéry-Métropole (Buisson-Rond). 440 spectateurs.
Arbitrage d'Alexis Grabit assisté de Laurent Roueche et Damien Icard.
Pénalités : Chambéry 10'+10', La Roche 16'.

Évolution du score :
0-1 à 11'55" : Selin assisté d'Ocelka et Blum
0-2 à 14'32" : Selin assisté de Marinov
0-3 à 22'22" : Breux assisté de Marinov
0-4 à 23'46" : Farkasovsky assisté de Rajnoha et Bais
0-5 à 30'56" : Breux
1-5 à 39'59" : Orts assisté de Drewniak et Borovansky
2-5 à 44'51" : Broyer assisté de Marcon et K. Enselme
3-5 à 48'08" : Moreau assisté d'Orts et Jindrich (sup. num.)
3-6 à 55'18" : B. Barreteau