Russie - Finlande (Euro Hockey Tour 3)

HYTONEN Juha-Pekka-130506-310Tout porte à croire qu'Erkka Westerlund a déjà conçu l'équipe olympique de Finlande, et qu'il n'y a pas beaucoup de places à prendre. La défaite de jeudi contre les Tchèques (0-2) est relativement sans conséquence puisque l'attaque qui a été blanchie ne compte aucun candidat sérieux, hormis le jeune Teemu Hartikainen pour la quatrième ligne. Il se pourrait même qu'aucun joueur venu à Sotchi pour cette répétition générale ne soit présent dans deux mois. Ce sera vrai si Väänänen, Kukkonen et Lepistö prennent les derniers postes à l'arrière avec le quatuor sûr de NHL (Timonen, Salo, Määttä et Vatanen).

Bien sûr, les défenseurs présents ici ont une autre idée et ont leur carte à jouer. Le plus motivé, c'est l'homme qui ne s'arrête jamais, Petteri Nummelin. À 41 ans, l'homme aux quinze championnats du monde rêve de disputer ses deuxièmes Jeux olympiques, lui qui n'a connu que ceux de Turin en 2006, avec une médaille d'argent à la clé. À quel moment dire stop à un vétéran ? En le rappelant, Westerlund s'est contraint à un choix douloureux. Nummelin, ce serait la sélection "sentimentale", tant ce joueur a mérité l'admiration. Mais il n'a rien fait d'exceptionnel cette saison.

La Finlande a clairement décidé de tester sa défense : autour du solide Anssi Salmela, elle se recroqueville dans sa carapace, qu'elle a épaisse, et laisse les stars russes se démener. La paire d'ailiers Kovalchuk-Radulov, censée constituer la première ligne olympique, a été moyenne avant-hier. On attend d'eux qu'ils ne soient pas seulement au niveau de l'équipe, mais qu'ils la portent. Ils ne l'ont pas fait, et leur centre Vadim Shipachev, qui ne fait que "chauffer la place" de Datsyuk (ou de Malkin), a donc partagé les critiques.

La tactique défensive fonctionne et frustre le public de Sotchi. Au début de la deuxième période, la Finlande ouvre même la marque : Pekka Jormakka échappe à Ilya Nikulin et glisse le palet à Olli Palola, posté dans l'enclave, qui conclut facilement de près. Mais la résistance nordique ne résiste pas aux deux pénalités consécutives de Koskiranta et Mäenpää. À 5 contre 3, un lancer de la bleue de Maksim Chudinov est masqué par un autre joueur formé à Cherepovets, le centre Shipachev. Sur les quatre buts marqués jusqu'ici par la Russie ce week-end, trois ont donc été marqués par le défenseur offensif Chudinov, qui n'est pas forcément le premier candidat pour Sotchi mais qui met toutes les chances de son côté.

KOVALCHUK Ilya-130504-265À 1-1, les occasions les plus franches restent russes, mais cette équipe de vedettes n'arrive pas à les convertir. Pire encore, la star Ilya Kovalchuk se fait sanctionner pour un cinglage à moins de trois minutes de la fin. Une supériorité numérique convertie par le spécialiste des basses oeuvres dans le slot Teemu Hartikainen. Le but décisif ? Pas encore.

La dernière minute est animée. Le staff russe a encore un dernier tour dans son sac : il fait mesurer la crosse de Ville Koho, à la courbure illicite, obtient donc un avantage numérique et fait sortir son gardien Barulin pour jouer à 6 contre 4. Cependant, Juha-Pekka Hytönen gagne l'engagement dans la zone finlandaise, son collègue Joonas Kemppainen l'envoie en fond de zone, et Hytönen vise la cage vide en angle fermé (1-3). Barulin sort de nouveau, et c'est à la dernière seconde que les attaquants russes marquent enfin, par un travail derrière la cage de Radulov pour Kovalchuk. Trop tard.

La Finlande a maintenant 7 points d'avance sur la Russie au classement général de l'Euro Hockey Tour, avec cette victoire obtenue par une équipe B contre la fine fleur des stars russes. Un avant-goût du piège que tout le monde essaiera de tendre au pays-hôte lors des prochains Jeux olympiques...

Commentaires d'après-match

Zinetula Bilyaletdinov (entraîneur de la Russie) : "Nous sommes meilleurs individuellement et techniquement. Mais contre un adversaire plus fort, la Finlande a joué comme une équipe défensive et rigoureuse, et elle a accompli sa mission : discipline et collectif. On peut résister à toutes les stars, si on fait ce que les entraîneurs disent. C'est tout, il n'y a pas de secrets. Bien sûr, l'efficacité pose problème. Il y a eu beaucoup de bonnes occasions, en particulier de la ligne Kovalchuk-Shipachev-Radulov. Malheureusement, nous ne les concrétisons pas. Je ne sais pas comment appeler ça : crise, pas crise... Quoi qu'il en soit, il s'agit d'un problème. Les hockeyeurs n'ont pas à quitter la glace sans arriver à marquer."

 

Russie - Finlande 2-3 (0-0, 1-1, 1-2)
Samedi 21 décembre 2013 à 19h00 au Palais des glaces Bolchoï. 8851 spectateurs.
Arbitrage de Martin Frano et Robin Sir (TCH).
Pénalités : Russie 12' (4', 2', 6'), Finlande 16' (6', 6', 4').
Tirs : Russie 28 (8, 10, 10), Finlande 18 (2, 8, 8).

Évolution du score :
0-1 à 21'04" : Palola assisté de Jormakka et Koho
1-1 à 26'13" : Chudinov assisté de Medvedev (double sup. num.)
1-2 à 58'30" : Hartikainen assisté de Salmela et Mäenpää (sup. num.)
1-3 à 59'01" : Hytönen assisté de Kemppainen (inf. num., cage vide)
2-3 à 59'59" : Kovalchuk assisté de Radulov et Tereshchenko (sup. num.)


Russie

Gardien : Konstantin Barulin [sorti de 58'52" à 59'01" et de 59'37" à 60'00"].

Défenseurs : Evgeni Medvedev (-1, 2') - Maksim Chudinov (-1) ; Evgeni Biryukov (-1, 2') - Ilya Nikulin (C) ; Andreï Zubarev (2') - Denis Denisov ; Evgeni Ryasensky - Bogdan Kiselevich.

Attaquants : Ilya Kovalchuk (A, -1, 2') - Vadim Shipachev - Aleksandr Radulov (-1, 2') ; Aleksandr Popov (-1) - Alekseï Tereschenko (A, -2) - Aleksandr Perezhogin (-1, 2') ; Artemi Panarin - Aleksandr Burmistrov - Viktor Tikhonov (-1) ; Denis Kokarev - Ilya Kablukov - Egor Averin ; Nikolaï Prokhorkin.

Remplaçant : Aleksandr Eremenko (G). Absent : Sergei Soïn (blessé, remplacé par Kablukov).

Finlande

Gardien : Atte Engren.

Défenseurs : Anssi Salmela (2') - Petteri Nummelin (C) ; Mikko Mäenpää (+1, 2') - Jere Karalahti (+1, 4') ; Janne Jalasvaara - Topi Jaakola (A, +1, 2') ; Atte Ohtamaa (+1).

Attaquants : Janne Pesonen - Jarno Koskiranta (2') - Juuso Puustinen (2') ; Pekka Jormakka (+1) - Ville Koho (+1, 2') - Olli Palola (+1) ; Toni Rajala - Joonas Kemppainen (+1) - Joonas Donskoi ; Tommi Huhtala - Juha-Pekka Hytönen (A, +1) - Jere Sallinen ; Teemu Hartikainen.

Remplaçants : Mikko Koskinen (G), Tomi Sallinen.