Slovaquie - Bélarus (Arosa Challenge, demi-finale)

"Les hockeyeurs slovaques sont les plus fatigués d'Europe"

LACO Jan-120515-251Un des deux adversaires de ce soir prépare les Jeux olympiques dans moins de deux mois. Pourtant, à la lecture des compositions, on risque de se tromper à deviner lequel... Pour ce qui devrait être son dernier tournoi de préparation, Vladimir Vujtek est loin d'avoir sa meilleure équipe à disposition, et il s'en est publiquement agacé : "Depuis le temps que je suis entraîneur de la Slovaquie, je suis habitué à faire au moins dix changements à chaque sélection. J'en conclus que les hockeyeurs slovaques sont les plus fatigués en Europe. Il suffit de comparer à l'équipe tchèque, par exemple Irgl joue son troisième tournoi international de la saison alors qu'il joue dans la même ligue [NB : la KHL] que de nombreux Slovaques. On sape un peu notre préparation pour Sotchi. Mais nous allons essayer de former une équipe pour l'avenir. J'espère découvrir plusieurs joueurs à Arosa, comme cela s'est produit il ya deux ans avec Michel Miklík et Marcel Haščák."

Le principal motif de colère, c'est l'attitude du Slovan Bratislava, qui a refusé de mettre à disposition ses joueurs en estimant l'avoir déjà fait en novembre. Le club slovaque de KHL joue donc contre son propre pays, et c'est d'autant plus paradoxal que dans le même temps il a libéré deux internationaux... tchèques (Mojzis et Vondrka). Il faut dire qu'il n'avait pas le choix selon les règlements IIHF, dès lors qu'ils étaient convoqués. La fédération slovaque a sans doute été plus conciliante. Mais Vujtek en veut aussi à certains forfaits individuels. Le défenseur Milan Jurcina, qui joue en Finlande, a décliné pour raisons de santé et sans doute laissé passer sa chance de disputer ses troisièmes Jeux olympiques d'affilée.

Vujtek estime donc que "trois à cinq" joueurs de cette équipe iront à Sotchi. Le plus probable est Dominik Granak, 130 sélections et neuf Mondiaux d'affilée, qui fait son retour en équipe nationale après un an et demi d'absence pour blessures et... fatigue. Il a été nommé capitaine, avec comme assistants deux autres arrières d'expérience, Baranka et Starosta, qui jouent sans doute aussi leuir carte olympique. La défense compte les joueurs de métier mais aussi les deux seuls débutants, Hrasko et Macejko. Ce match est également d'une grande importance pour Jan Laco : le meilleur gardien du Mondial 2012 n'a jamais vraiment confirmé par la suite et joue très peu en club à Donetsk, et il a remercié le sélectionneur de la marque de confiance que constitue cette convocation.

Le Bélarus, pour sa part, même s'il évolue sans Kalyuzhny (qui a joué le précédent tournoi sous infiltrations), est bien plus proche de son équipe-type, avec notamment le grand retour des frères Kostsitsyn. Son originalité est d'avoir profité de la période de vacances universitaires pour tester deux défenseurs de NCAA : si Gotovets est bien connu, on découvre Oleg Yevenko, un immense gabarit de 2m03 qui fait ses grands débuts en équipe nationale senior (sa dernière sélection remontait à un Mondial des moins de 18 ans). Glen Hanlon l'a expliqué simplement : "D'un point de vue de logistique, leur arrivée depuis l'est des Etats-Unis est moins compliquée que de faire venir Stepanov et Ugarov de Khabarovsk ou de Vladivostok [à l'est de la Russie]. C'est pourquoi nous n'utilisons pas ces derniers."

DEMAGIN Sergei-110505-004Le Bélarus prépare pour sa part les championnats du monde à Minsk en mai prochain, et l'intérêt pour l'équipe nationale n'en est que renforcé. Ce match est même diffusé en direct à la télévision biélorusse, ce qui est très rare pour une rencontre de hockey jouée à l'étranger en dehors des compétitions officielles.

La Slovaquie part le plus fort, mais elle grille un peu ses cartouches et se fait prendre à revers : Sergei Demagin entre en zone offensive sur une contre-attaque et bat Laco d'un lancer puissant. Le Bélarus a donc pris le match en mains après seulement quatre minutes, et il ne le lâchera plus. Radoslav Tybor se procure à lui seul trois occasions franches. Mais si les Slovaques patinent bien et réussissent de bonnes transitions en zone neutre, c'est une fois dans le camp adverse qu'ils peinent dans le dernier geste.

Après deux pénalités en fin de premier tiers-temps, les Biélorusses se montrent ensuite beaucoup plus disciplinés. Ils profitent donc d'une prison adverse de Galambos pour doubler la mise en troisième période, toujours par Demagin parfaitement décalé par son capitaine Konstantin Koltsov.

Le gardien biélorusse Vitali Koval est tout près d'un blanchissage... et il encaisse pourtant un but-gag à trois minutes de la fin. En infériorité numérique, Gabriel Spilar envoie le palet au fond depuis la ligne rouge centrale pour permettre un changement de ligne... mais Koval calcule mal cette trajectoire en cloche et la rondelle rebondit juste devant lui de manière imprévisible.

Commentaires d'après-match

Vladimir Vůjtek (entraîneur de la Slovaquie) : "Les gars ont bien joué, ils sont agiles et combinent bien en zone offensive. Parfois ils hésitent en cherchant un partenaire mieux placé. En comparaison à la Deutschland Cup, notre performance a plus d'émotion, de d'engagement et de vitesse, mais le résultat n'est pas à la hauteur. Rado Tybor aurait pu être le héros du match, mais parfois ça ne fonctionne pas. Obtenir des occasions aussi régulièrement, c'est déjà une forme d'art."

 

Slovaquie - Bélarus 1-2 (0-1, 0-0, 1-1)
Vendredi 20 décembre 2013 à 16h00 à l'Obersee d'Arosa. 800 spectateurs.
Arbitrage de Marco Prugger et Stéphane Rochette (SUI) assistés de Balazs Kovacs (HON) et Peter Kung (SUI).
Pénalités : Slovaquie 10' (0', 4', 6'), Bélarus 8' (4', 0', 4').
Tirs : Slovaquie 21 (4, 4, 13), Bélarus 17 (5, 9, 3).

Évolution du score :
0-1 à 03'17" : Demagin assisté de Goroshko et Stas
0-2 à 43'29" : Demagin assisté de Kaznadei et Denisov (sup. num.)
1-2 à 56'36" : Spilar (inf. num.)


Slovaquie

Gardien : Ján Laco (2') [sorti à 59'35"].

Défenseurs : Dominik Graňák (C) - Ivan Baranka (-1) ; Ivan Švarný - Tomáš Starosta (2') ; Juraj Mikuš (+1) - Peter Hraško ; Miroslav Macejko - Peter Čerešňák.

Attaquants : Adam Lapšanský (-1) - Tomáš Bulík (-1) - Marcel Haščák ; Ján Sýkora (2') - Tomáš Marcinko (2') - Radoslav Tybor ; Roman Tománek - Patrik Lušňák - Gabriel Spilar (+1) ; Peter Galamboš (2') - Peter Zuzin - David Skokan.

Remplaçants : Marek Čiliak (G), Rastislav Dej.

Bélarus

Gardien : Vitali Koval.

Défenseurs : Nikolaï Stasenko (-1) - Oleg Goroshko (-1) ; Vladimir Denisov (+1, 4') - Kirill Gotovets (-1) ; Andrei Karev - Ilya Kaznadeï ; Oleg Yevenko (2').

Attaquants : Sergei Demagin (+1) - Andrei Stas (+1) - Konstantin Koltsov (C) ; Sergei Kostsitsyn (A, 2') - Aleksandr Kitarov (-1) - Andrei Kostitsyn (A, -1) ; Yevgeni Kovyrshin (+1) - Nikita Osipov (+1) - Aleksei Yefimenko ; Artyom Kisly - Artyom Volkov - Nikita Komarov.

Remplaçants : Kevin Lalande (G), Yevgeni Nogachev.