CSKA Moscou - Genève-Servette (Coupe Spengler, finale)

Un club francophone (et un Français) au palmarès de la Coupe Spengler

ServetteCinquante-deux ans après la dernière victoire de l'ACBB, un nouveau club francophone est en passe de remporter la Coupe Spengler : Genève-Servette. Un demi-siècle après, un nouveau joueur français pourrait aussi s'ajouter au palmarès : le jeune Eliot Berthon, surnuméraire en demi-finale, fait en effet son retour, comme treizième attaquant. Si les Aigles sont un peu favoris, c'est qu'ils ont dominé tout le tournoi. En remontant deux buts de retard lors de leur première confrontation face au CSKA Moscou, ils ont pris une importante première place de poule. Ils se sont en effet qualifiés directement pour les demi-finales, où ils ont éliminé le Team Canada - tenant du titre - hier soir (6-5).

Le CSKA Moscou, lui, a dû passer par une route plus longue et plus compliquée. Il s'est sorti d'affaire en prolongation contre Vitkovice après avoir été mené de deux buts, puis il a éliminé Davos aux tirs au but. La soif de revanche est évidemment grande pour les représentants de KHL, mais la fatigue aussi : c'est leur cinquième match en cinq jours ! Les Genevois devraient être plus frais, même s'ils ont eu très peu de temps entre la demi-finale terminée à 22h30 hier et cette finale jouée à midi.

Le grand évènement du tournoi fut le retour au jeu de Sergei Fedorov, qui a eu 44 ans ce mois-ci. Le manager du CSKA Moscou avait déjà voulu rechausser les patins en KHL, mais l'entraîneur John Torchetti ne l'avait pas inclus dans l'effectif. Un tournoi d'exhibition se prête mieux à ce genre de lubie personnelle, qui n'est pas la première mission que l'on attend d'un manager. Fedorov a joué deux rencontres et marqué un but (qui paraissait dévié), mais n'a pas joué les phases finales : il est parti en Amérique jouer un match de gala en plein air entre anciens de Detroit et de Toronto.

RADULOV Alexander-130504-248La star actuelle, c'est plus que jamais Aleksandr Radulov, qui a porté son équipe tout au long du tournoi et l'a encore tirée d'affaire en demi-finale. Radulov part de nouveau à fond en contre-attaque, et provoque tout de suite une faute de Markus Nordlund, un des deux joueurs "prêtés" aux Genevois. Les clubs suisses abordent toujours la Coupe Spengler avec des effectifs "renforcés" (Davos avait la paire championne du monde Persson-Danielsson), et Ambrì-Piotta a donc mis à disposition de Servette ce défenseur suédois ainsi que l'attaquant suisse Inti Pestoni. Garrett Stafford a été envoyé par Färjestad, où l'Américain n'est plus titulaire. Le quatrième joueur prêté (par le Canadien de Montréal), c'est le gardien tchéco-suisse d'AHL Robert Mayer, aligné pour reposer Tobias Stephan qui a eu beaucoup de travail hier soir.

Fort de ce jeu de puissance, le CSKA met la pression sur le but de Mayer, et la maintient à cinq contre cinq, mais Grigorenko se fait pénaliser dans la mêlée. La pénalité se renverse, et Juraj Simek, démarqué, récupère la rondelle dans le slot et la glisse derrière Rastislav Stana. Le gardien slovaque laisse un nouveau rebond trois minutes plus tard sur un tir de Romy, et Denis Hollenstein, formidable tout au long du tournoi, conclut en beauté d'une manière similaire. Mené 0-2, les Moscovites s'en remettent comme toujours à Radulov, qui fait tout, aussi bien provoquer les pénalités adverses que se lancer dans des actions stupides.

Dès le début de la deuxième période, le CSKA est pénalisé pour un surnombre. Rastislav Stana joue encore la machine à rebonds, et peu après le retour à égalité numérique, Lennart Petrell inscrit donc le troisième but. Torchetti utilise beaucoup ses deux premières lignes pour essayer de revenir, mais même Radulov s'éteint, notamment par le marquage serré de Vukovic. C'est Oleg Saprykin qui est le plus dangereux, et il trouvera le succès en tirant sous la barre en fin de tiers-temps sur une passe de Morozov... sauf qu'entre-temps, Romy a inscrit le 4-0 sur un énième rebond lâché par Stana.

Dans cette Coupe Spengler, on s'est habitué aux remontées fantastiques, et le CSKA ne perd donc pas espoir, d'autant qu'Almond est parti en prison dix secondes avant la pause. Les Russes remontent sur la glace à 5 contre 4, Aleksandr Frolov vole le palet à Lennart Petrell et attend que le gardien Robert Mayer se couche pour le battre facilement. Les actions s'enchaînent sur la cage suisse, mise à rude épreuve par Radulov et la révélation de la saison Nikolai Prokhorkin. La défense genevoise est coincée dans sa zone et son gardien multiplie les exploits, mais il est un peu court sur un lancer côté bouclier du défenseur Nikita Zaitsev. Il reste trois minutes et demie, et à 4-3, tout est possible. Torchetti sort son gardien, mais l'attaquant letton Kaspars Daugavins, qui avait déjà crucifié le CSKA en prolongation en poule, porte encore le coup fatal dans la cage vide. Radulov, dont l'énervement est une seconde nature, prend une méconduite pour le match à la sirène finale après avoir déversé sa bile sur les arbitres.

Comme en demi-finale, Genève-Servette s'est fait peur sur la fin, mais a abordé le match par le bon bout et mérité sa victoire, qui lui assure de revenir défendre son titre l'an prochain (alors qu'Ambrì était pressenti dans le cas contraire). C'est le troisième club suisse à remporter la Coupe Spengler, après Davos (15 victoires) et Zurich (2), et bien sûr le premier club romand. Un avant-goût du véritable objectif qui se refuse aux Genevois depuis toujours : le titre suisse. Mais vu leur huitième place actuelle en LNA, on n'en est pas encore là.

Désignés joueurs du match : Aleksandr Frolov pour le CSKA et Denis Hollenstein pour Servette.

 

CSKA Moscou - Genève-Servette 3-5 (0-2, 1-2, 2-1)
Dimanche 31 décembre 2013 à 12h00 à la Vaillant Arena de Davos. 6303 spectateurs (guichets fermés).
Arbitrage de Didier Massy (SUI) et Steve Patafie (USA) assistés de Roger Arm et Andreas Kohler (SUI).
Pénalités : CSKA Moscou 30' (2', 6', 2'+20'), Genève-Servette 10' (4', 4', 2').
Tirs : CSKA Moscou 44 (10, 12, 22), Genève-Servette 36 (12, 19, 6).

Évolution du score :
0-1 à 07'00" : Simek assisté de Stafford et Picard (sup. num.)
0-2 à 10'24" : Hollenstein assisté de Romy
0-3 à 23'48" : Petrell assisté de Gerber
0-4 à 36'21" : Romy assisté de Vukovic
1-4 à 39'00" : Saprykin assisté d'Ogurtsov et Morozov
2-4 à 41'15" : Frolov (sup. num.)
3-4 à 56'31" : Zaïtsev assisté de Frolov
3-5 à 59'00" : Daugavins assisté de Lombardi et Bezina (cage vide)


CSKA Moscou (2' pour surnombre)

Gardien : Rastislav Stana [sorti de 58'34" à 59'00" et de 59'24" à 60'00"].

Défenseurs : Georgi Misharin (A, -1) - Yakov Rylov (-1) ; Nikita Zaïtsev (-1) - Denis Denisov (2') ; Sergei Gimaev (-1) - Stanislav Egorshev (-1) ; Dmitri Ogurtsov (+1).

Attaquants : Igor Grigorenko (-1, 2') - Nikolaï Prokhorkin (-1) - Aleksandr Radulov (A, -3, 20') ; Oleg Saprykin (+1, 2') - Ilari Filppula (-1) - Aleksei Morozov (C) ; Roman Lyubimov (-1) - Ivan Nepryaev (+1) - Fedor Fedorov ; Aleksandr Frolov (-1) - Igor Fefelov (-1) - Vladimir Zharkov (2') ; David Nemirovsky.

Remplaçant : Ilya Proskuryakov (G). Absents : Ruslan Zaïnullin (blessé), Steve Eminger.

Genève-Servette

Gardien : Robert Mayer.

Défenseurs : Goran Bezina (C, +1, 2') - Jérémie Kamerzin (+1) ; Garrett Stafford - Jonathan Mercier ; Christian Marti (+1, 2') - Daniel Vukovic (+1) ; Markus Nordlund (2').

Attaquants : Denis Hollenstein (+1) - Kévin Romy (A, +1) - Arnaud Jacquemet (+1) ; Alexandre Picard - Cody Almond (A, 2') - Juraj Simek ; Kaspars Daugavins - Matthew Lombardi (2') - Inti Pestoni ; Roland Gerber (+1) - Christopher Rivera (+1) - Lennart Petrell (+1) ; Eliot Berthon.

Remplaçant : Tobias Stephan (G). Absents : John Fritsche et Eliot Antonietti (blessés).