Brest - Épinal (Ligue Magnus, 17e journée)

Brest retrouve sa « Pard » de réussite.

2013-12-29-Brest-Épinal« On va prendre les deux points à Brest, ça je ne me fais pas de souci. Que ça soit moi ou que ça soit Pierre (Mauffrey) il va y avoir un bon match ». Voilà ce qu'affirmait Nicolas Ravel à l'issue de la victoire spinalienne face à Amiens vendredi dernier au micro de Sportsvosges. Il y avait de quoi être confiant en affrontant le dernier du championnat qui n'a plus gagné depuis près de deux mois.

Sauf que, pendant que Kuralt libérait la patinoire de Poissompré en fusion, les Albatros relevaient la tête et s'inclinaient de peu à Villard-de-Lans (2-1) après avoir effectué un match abouti mais une nouvelle fois pas récompensé par un point. Qu'importe, c'est déjà un progrès après les récentes piètres prestations bretonnes.

Face aux Gothiques, les Dauphins ont compensé l'absence de leur portier titulaire Andrej Hocevar par une offensive redoutable. L'espoir pour Brest est simple : contenir les fines crosses de Kuralt, Plch et autres Petrak et profiter du manque d'expérience du gardien adverse.

Plus convaincant que Nicolas Ravel face à Amiens, Pierre Mauffrey débute la rencontre dans la cage vosgienne. En face, on retrouve avec plaisir Michael Dupont que l'on avait quitté sur un brancard une semaine auparavant. La pression est sur ses épaules après le bon match de Arnaud Goetz à Villard-de-Lans et la déclaration de son entraîneur à son encontre dans le Télégramme de Brest : « il doit nous montrer qu'il est le gardien n°1 ».

Le corps arbitral est emmené par Alexandre Hauchart qui se montre d'entrée de jeu intraitable. Francis Meilleur écope de deux minutes de pénalité (sans conséquence) après 2'26" de jeu. Erwan Pain hérite lui d'une méconduite, sans doute pour des propos déplacés après un accrochage avec Pierre-Charles Hordelalay (5'27").

David Croteau, récemment pointé du doigt également par Sébastien Oprandi, ouvre la marque d'un tir du poignet puissant qui troue Mauffrey. Le lancer venait pourtant de loin, dans l'axe et sans opposition (1-0 à 6'46"). L'ancien Toulousain s'incline une deuxième fois sur une bonne déviation de Jonathan Avenel alors que son équipe évoluait à un joueur de moins sur la glace (2-0 à 8'56").

Rien n'est joué malgré ce bon début des locaux. Il ne faut pas oublier que les Albatros menaient 3-0 à Poissompré avant de s'incliner 3-5. Les Dauphins réagissent d'ailleurs plus vite qu'à l'aller en divisant de moitié leur retard sur un contre inspiré du capitaine Steven Cacciotti qui profite à Benjamin Breault (2-1 à 11'13").

Malgré beaucoup de déchets dans les relances vosgiennes, les Dauphins parviennent à égaliser sur une combinaison rapide qui voit le centre de Dominic Perna être dévié dans le but par Francis Meilleur (2-2 à 17'38"). Brest a encore laissé échapper une avance et frôle la catastrophe à 19'10" sur un raid solitaire de Perna qui est débouté par Dupont.

Pierre MauffreyLe retard comblé, on pense alors qu'Épinal va justifier son classement et passer devant, mais c'est tout le contraire qui se produit. Brest commence à quatre le deuxième tiers-temps après un cinglage de David Hennebert (19'32"). Bien qu'en supériorité numérique, les Vosgiens sont extrêmement vulnérables aux contre-attaques. Jonathan Avenel fait ainsi faux bond à tout le monde et défie seul Mauffrey. La première tentative est repoussée, l'attaquant brestois chute et percute le gardien et par la même occasion le palet qui finit par rentrer (3-2 à 20'43"). Le portier spinalien est furieux et conteste la validité du but, mais Monsieur Hauchart fait la sourde oreille.

Ce but au forceps redonne l'avance aux Albatros. Deux pénalités brestoises pour cinglage de Pard (22'13") et Croteau (23'51") tendent la perche à leurs adversaires qui poussent de plus en plus pour égaliser. Dupont tient bon y compris pendant la vingtaine de secondes où les siens évoluent à trois contre cinq.

Épinal, trop naïf une nouvelle fois, se fait encore piéger sur son jeu de puissance. Nicholas Pard s'échappe et marque du revers (4-2 à 24'27"). Le Canadien met ainsi fin à 10 matchs de léthargie où il n'avait pas inscrit un seul but en championnat, ce qui est pourtant son rôle numéro un. Il exulte et se retrouve submergé par ses coéquipiers, bien contents de voir leur goleador retrouver le chemin des filets.

Si malheureux ces derniers temps, la réussite est clairement du côté brestois pour une fois. C'est tout le contraire pour Épinal qui loupe une cage vide (25'01"). Sébastien Oprandi profite de la fin de torpeur de Pard pour le réaligner au coté de son compatriote Croteau (28'). Cela fait immédiatement des étincelles puisque Mauffrey ne doit son salut qu'à son poteau qui tinte après une frappe de Pard bien servi par l'ex-Mulhousien (29'10").

Les Dauphins semblent perdus lorsqu'une fois de plus, évoluant en supériorité numérique, ils laissent Nicolas Motreff s'échapper vers leur cage. Mauffrey effectue l'arrêt cette fois (30'20") mais pas sur la tentative de Croteau qui était lui aussi en échappée (30'34"). Le gardien s'en sort à bon compte car le but n'est pas validé pour une crosse haute.

La victoire face à Amiens et le long déplacement semblent avoir laissé des traces dans cette équipe vosgienne. De plus en plus à la peine physiquement, elle évolue une voire deux vitesses en dessous Brest au fur et à mesure que le tiers progresse. Complètement carbonisé, le bloc de Francis Meilleur ne parvient pas à dégager un palet qui traîne autour de leur but. Le pressing d'Erwan Pain et Jonathan Avenel fonctionne pour récupérer le disque que Nicholas Pard se charge de propulser dans la lucarne et la gourde de Mauffrey (5-2 à 32'13").

Complètement euphoriques, les Brestois sont en train de faire tourner la rencontre à l'humiliation. Deux minutes après son doublé, Pard est le fer de lance d'un nouveau contre meurtrier qui se concrétise avec de la réussite sur une déviation de Croteau (6-2 à 34'09").

Pour tenter de stopper l'hémorragie, Raphaël Marciano remplace Mauffrey par Nicolas Ravel qui a pu constater que le match ne s'est pas tout à fait déroulé jusqu'à présent comme ce qu'il avait annoncé vendredi soir. Tentant de profiter de la fraîcheur du nouveau gardien, les Albatros n'hésitent pas à l'alerter de loin. Maxime Ouimet s'agace d'ailleurs de ces petits tirs de test et écope d'un 2'+10' en étant trop véhément après un bon arrêt de Ravel (34'36"). La prison se termine tout juste que Vladimir Holik pousse au fond un rebond laissé par Ravel après un tir de Jaroslav Prosvic (7-2 à 36'38").

Michal PetrakQui aurait cru à une telle déroute visiteuse à l'entame de ce tiers ? Ce n'est pas le but de Plch sur un caviar de Susanj (7-3 à 37'45") qui va réconforter les 14 supporters qui ont fait le long voyage depuis les Vosges. Avec quatre buts de retard pour eux, l'affaire est-elle entendue ? On peut encore en douter tant les Dauphins sont réputés pour ne jamais rien lâcher, la rencontre face aux Gothiques l'a une nouvelle fois démontré.

Mais ce soir les Spinaliens semblent en bout de course. Il n'y a qu'à voir ces mauvaises passes qui ressortent de la zone offensive alors qu'ils débutaient le dernier tiers en supériorité numérique. Les mêmes erreurs semblent se répéter indéfiniment avec encore une fois un David Croteau qui est en situation de breakaway mais son revers est repoussé par Ravel (41'45"). Rarement on aura vu une équipe commettre autant d'erreurs à plusieurs reprises dans des situations similaires.

Cela n'empêche pas Épinal de solliciter plusieurs fois (17 pour être précis) Michael Dupont dans les dernières vingt minutes. Il dégoûte un à un les attaquants spinaliens par des arrêts spectaculaires souvent à bout portant. Heureusement pour les bleus d'ailleurs car leur avance à la marque ne les a pas incités à resserrer leur défense ce qui laisse leur gardien dangereusement exposé. Il s'incline finalement sur une situation similaire aux deux premiers buts vosgiens, à savoir une déviation devant l'enclave. C'est Michal Petrak qui est à la finition cette fois (8-4 à 56'01").

Auparavant Nicholas Pard avait accompli un hat-trick d'un lancer du poignet rageur en supériorité numérique donnant à la rencontre un score identique à celui de la dernière venue d'Épinal dans le Finistère (8-3 à 45'57"). Complètement libéré d'un fardeau après son premier but, l'attaquant canadien a été un véritable bourreau pour l'adversaire.

Après près de deux mois de disette, Brest retrouve la victoire et le sourire. Les visages radieux tant sur la glace que dans les tribunes ne trompent pas. Ces deux points font du bien après des temps difficiles surtout au niveau du mental de l'équipe et des joueurs. Cet aspect n'est pas à sous-estimer et est déterminant pour la confiance. Il n'y a qu'à voir la métamorphose de Pard, moribond ces derniers temps, et soudain de nouveau sur tous les bons coups après son premier but.

Malgré les quatre buts encaissés, Dupont a été excellent, surtout dans le dernier tiers où ses défenseurs ont laissé trop d'espaces à l'adversaire. On a tout de même retrouvé des gestes défensifs attestant de l'abnégation des joueurs à l'image de Jonathan Avenel ou David Hennebert qui n'hésitent pas à se coucher sur la glace pour faire face au palet. Des gestes qui avaient peu à peu disparu ces derniers temps et qui font plaisir à retrouver.

Pour Épinal, une telle déroute chez la lanterne rouge n'était sans doute pas au programme. L'absence de leur gardien titulaire a pesé dans le score final. Ce soir, Ravel a été plus convaincant que Mauffrey mais les deux gardiens semblent justes pour le niveau de la Ligue Magnus. Grâce à une force de frappe offensive, les Dauphins avaient pu effacer cet aspect de justesse face à Amiens. Mais cela s'est fait au détriment d'un gros effort physique qui laisse des traces deux jours après. Les jambes alourdies, ils n'ont pu faire face aux assauts répétés des rapides Croteau, Pard ou Dian peu émoussés physiquement après pourtant un bien long périple jusque dans le Vercors.

Malgré quatre buts inscrits, la réussite offensive n'était pas vraiment au rendez-vous. Gâchant des occasions franches ou butant sur un bon Michael Dupont, les Spinaliens n'ont jamais été en mesure de prendre les devants. Pire, les situations de supériorité numérique ont été très mal gérées (0 sur 6) en s'exposant à des contres assassin qui ont coûté deux buts. On notera aussi le non-match d'Anže Kuralt complètement à côté de ses patins. Ce petit aperçu (15 buts pris en deux matchs) de ce qui risque d'arriver en cas de sélection d'Hocevar pour Sotchi a de quoi inquiéter.

 
Brest – Épinal 8-4 (2-2, 5-1, 1-1)
Dimanche 29 décembre 2013 à 19h00 au Rïnkla Stadium. 1205 spectateurs.
Arbitrage de Alexandre Hauchart assisté de Joffrey Issembourg et Jérémie Douchy.
Pénalités : Brest 28' (2'+10',10', 6'), Épinal 24' (4', 4'+10', 6').

Évolution du score :
1-0 à 06'46" : Croteau
2-0 à 08'56" : J. Avenel assisté de Motreff et Poulin (sup. num)
2-1 à 11'13" : Breault assisté de Cacciotti et Perna
2-2 à 17'38" : Meilleur assisté de Perna et Breault
3-2 à 20'43" : J. Avenel (inf. num)
4-2 à 24'27" : Pard (inf. num)
5-2 à 32'13" : Pard assisté de J. Avenel et Pain
6-2 à 34'09" : Croteau assisté de Motreff et Pard
7-2 à 36'38" : Holik assisté de Prosvic et Dian
7-3 à 37'45" : Plch assisté de Susanj et Petrak
8-3 à 45'57" : Pard assisté de Dian et Holik
8-4 à 56'01" : Petrak assisté de Cacciotti et Meilleur


Brest

Gardien : Michael Dupont.

Défenseurs  : Vladimir Holik – Thomas Evans ; Daniel Carlsson (C) – David Hennebert (A) ; Aurélien Gréverend – David Poulin.

Attaquants : Michal Dian – Jaroslav Prosvic (A) – Nicholas Pard ; Jonathan Avenel – Erwan Pain – Graham Avenel ; Quentin Berthon (Pard à partir de 28') – David Croteau – Nicolas Motreff ; Aïna Rambelo (à partir de 5') ; Valentin Dumélié (à partir de 26').

Remplaçants : Arnaud Goetz (G), Gaëtan Cannizzo, Marlo Chapron.  

Épinal

Gardien : Pierre Mauffrey puis Nicolas Ravel à 34'09".

Défenseurs : Maxime Ouimet (A) - Francis Meilleur  ; Gašper Sušanj - Martin Charpentier ; Peter Slovák - Yoann Chauvière.

Attaquants : Steven Cacciotti (C) - Benjamin Breault - Dominic Perna ; Anže Kuralt - Michal Petrák - Ján Plch (A) ; Yannick Offret - Pierre-Charles Hordelalay - Kevin Benchabane.

Remplaçants : Maxime Martin, Anthony Rapenne, Marko Tordorovic. Absents : Andrej Hocevar (entorse du genou), Fabien Leroy (écarté du groupe).