États-Unis - Canada (Mondial U20, groupe A)

etats-unis-drapeaucanadian-flagAvant le début du Mondial U20, bon nombre d'experts ne voyaient pas les États-Unis avec une telle santé. Sans les défenseurs Jacob Trouba (Winnipeg) et Seth Jones (Nashville), l'attaquant Alex Galchenyuk (Montréal), tous en poste en NHL, sans le blessé Patrick Sieloff (fracture de la mâchoire), on pointait du doigt leur manque de profondeur. À croire que ce point est à reconsidérer.

Trois matches, trois victoires, 19 buts marqués, 4 encaissés, 58% de réussite en jeu de puissance, les Américains n'ont pas fait de détails face aux Tchèques (5-1), aux Slovaques (6-3) et aux Allemands (8-0). L'attaque dense des USA a donc été intraitable autour du défenseur et capitaine Matt Grzelcyk (6 pts), des attaquants Nicolas Kerdiles (5 pts), Andrew Copp (5 passes) et du duo Vince Hinostroza / Riley Barber (3 buts chacun). Tout va pour le mieux pour la bannière étoilée dirigée par le nouvel entraîneur Don Lucia, au long passé universitaire. Lucia connait actuellement une 27e saison en tant que coach NCAA, sa 15e derrière le banc des Gold Gophers de l'Université du Minnesota.

Les Yankees sont donc sur une bonne dynamique, mais la première place du groupe qu'elle occupe n'est pas encore acquise. Justement, le Canada peut encore y prétendre. L'intérêt de remporter ce match, ce serait d'éviter la Russie et de rencontrer une équipe plus favorable, en l'occurrence la Suisse... même si celle-ci s'est offerte la Finlande lors de la dernière journée !

En tout cas, étant donné l'antécédent et la valeur de cette rivalité, l'affrontement ne peut être qu'explosif. Américains et Canadiens s'étaient quittés lors du Mondial Junior 2013 au cours d'une demi-finale qui a marqué les esprits. Les USA l'avaient emporté largement (5-1), se qualifiant pour une finale qui finit alors en or, tandis que leurs éternels rivaux partirent sans médaille, une première en 15 ans.

Un match frustrant qu'avait bien mal digéré le Canada, à l'image du défenseur Griffin Reinhart, auteur à l'époque d'un coup de crosse au visage de Vincent Trocheck. Reinhart avait écopé de quatre matches de suspension et, comble du calendrier, celui que l'on considère comme le meilleur défenseur de la sélection fait son retour justement contre les États-Unis.

Jon GilliesLes deux gardiens sont à surveiller. L'Américain Jon Gillies, convaincant depuis le début du tournoi, n'a qu'une obsession : prendre exemple sur John Gibson, son prédécesseur élu meilleur joueur de la compétition 2013. Quant au Québécois Zachary Fucale, il veut asseoir définitivement son poste de titulaire devant la cage canadienne.

On sait qu'Équipe Canada Junior n'a jamais réussi ses entrées. "ECJ" joue serré derrière, tout comme les États-Unis. La première occasion franche sera pour les Américains à la 5e minute. Un mauvais repli des Canadiens accouche d'un 2 contre 1 pour l'équipe US, Kerdiles, à droite, donne à Eichel, à gauche, mais Fucale fait l'arrêt. Suite à cette action, les USA vont d'ailleurs connaître un premier temps fort en zone offensive. Hartman force notamment le plongeon à Fucale et Kerdiles, qui obtient une chance devant le but, provoque une pénalité. Le Canada teste donc ce jeu de puissance si redouté. Et va finalement s'en sortir malgré les nombreux tirs adverses.

L'action qui retient l'attention, c'est cet arrêt sublime de Zachary Fucale, gant bien haut, devant Riley Barber, plein axe. Splendide. C'est bon pour la confiance car son coéquipier Bo Harvat ajuste mal une passe en zone défensive, Quentin Shore ne peut toutefois en profiter. L'arrière américain Morrissey est également en bonne position pour marquer, Fucale repousse.

Les États-Unis livrent une très bonne impression dans ce premier tiers-temps, à l'aise dans la conservation malgré un certain manque de précision dans les tirs. En revanche, la dernière phase canadienne sera intéressante : Mantha protège le palet derrière le but et en ressort, il transmet à Gauthier qui reprend de volée à la ligne bleue, le score reste vierge.

Le Canada démarre fort en seconde période, Nic Petan - qui tente de glisser le palet dans un trou de souris - et Aaron Ekblad - auteur d'un bon lancer balayé - sont dangereux. Mais Leier fautif, c'est un nouveau jeu de puissance qui est offert aux USA, toutefois en manque d'automatismes face à un bloc compact. Paradoxalement, suite à une crosse haute involontaire du gardien Gillies, c'est à 4 contre 4 qu'ils trouveront la solution. Le palet tape la bande, arrive dans la crosse de Jaccob Slavin qui donne à Riley Barber, placé derrière le but, qui prend à contre-pied Fucale, placé poteau opposé (1-0, 23'29").

USA - CANLe 5 contre 4 en faveur des rouges ne donnant rien, les États-Unis connaissent un nouveau temps fort. Eichel profite d'une relance rapide, élimine Griffin Reinhart mais le papillon de Zach Fucale est parfait.

Cependant, le Canada va se rapprocher. A la mi-match, Drouin et Hudon partent en 2 contre 1, Drouin la joue seul mais touche le poteau opposé. Une minute plus tard, c'est la barre transversale que touche Bo Horvat !

Finalement, Jon Gillies s'incline une première fois dans ce deuxième tiers-temps. Charles Hudon met la pression dans le corner droit, transmet plein champ à Anthony Mantha, déséquilibré qui préfère laisser sur sa gauche à Nic Petan, en bien meilleure position (1-1, 32'19").

Ce but, les États-Unis vont mal le digérer face à un Canada galvanisé qui bénéficie d'un nouveau jeu de puissance : mitaine de Gillies sur un lancer lointain de Drouin, puis sur Petan, qui faisait mine de faire le tour de la cage. Avant le retour aux vestiaires, DiPauli s'offrira un essai intéressant en infériorité. Les deux sélections se séparent néanmoins sur le score de 1-1.

En début de troisième période, une pénalité de McCoshen met les Américains dans l'embarras. Mantha et Drouin sèment une fois de plus la panique et Sam Reinhart effectue un bon débordement. Alors que Hudson Fasching parvient à partir seul mais ne parvient pas à cadrer, les USA vont encaisser un but six secondes après l'expiration de la pénalité. Le jeune Connor McDavid (16 ans) gratte devant le but et réussit à trouver une issue (1-2, 43'54").

Les Américains deviennent fébriles et se font une fois de plus réprimander, Matteau faisant trébucher. Ils ne tiennent qu'une minute. Superbe action collective du Canada, Pouliot à la bleue donne finalement à gauche à Drouin qui feinte le tir, élimine Carrick qui se couche et centre pour Curtis Lazar qui creuse l'écart (1-3, 46'13"). La situation devient plus délicate pour le Team USA qui éprouve maintenant de la difficulté dans la construction et dans la conservation. Il passe par l'intox lorsque, à la 51e, Eichel lève les bras sans que le palet franchisse la ligne !

Zachary FucaleKerdiles tapant le visage de Petan avec sa palette, le Canada bénéficie d'un nouveau 5 contre 4. À la ligne bleue, Josh Morrissey chute, Connor Carrick s'en va seul mais Fucale, décidément dans son match, exécute le grand écart sur ce tir à ras de terre.

Pour le suspense, Fucale concédera néanmoins un dernier but américain. Will Butcher, à droite, passe à Stefan Matteau qui centre pour Andrew Copp mais le défenseur Pelech qui pousse dans son propre but (2-3, 57'15"). Gillies désertant ses filets, les Américains tenteront une ultime poussée. Dans les dernières secondes, un lancer lointain de Matt Grzelcyk manque de peu d'être dévié, Fucale gèle de la mitaine.

La bonne performance de Zachary Fucale (24 arrêts) et leur intensité soutenue dans les 60 minutes ont permis au Canada de gagner cette partie et donc de remporter le groupe A. Les Canadiens rencontreront donc la Suisse jeudi en quart de finale tandis que, plus tôt dans la journée, les États-Unis se frotteront aux Russes. Avant que ces deux puissances ne se rencontrent plus tard pour un nouvel affrontement explosif ?

Élus joueurs du match : Riley Barber pour les États-Unis, Zachary Fucale pour le Canada.

Commentaires d'après-match

Riley Barber (attaquant des États-Unis) : "C'était une atmosphère incroyable et je crois que nous avons bien réagi étant donné les circonstances. Nous avons pris de mauvaises pénalités, et avant de comprendre cela, vous vous apercevez que le palet est déjà au fond des filets. Mais le tournoi commence réellement maintenant. C'est toujours frustrant de perdre mais nous ne sommes pas plus déçus que cela."


États-Unis - Canada 2-3 (0-0, 1-1, 1-2).
Mardi 31 décembre 2013 à 17h30 au Malmö Isstadion. 3882 spectateurs.
Arbitrage de Tobias Björk (SUE) et Daniel Stricker (SUI) assistés de Andreas Kowert (ALL) et Eduard Metalnikov (RUS).
Pénalités : États-Unis 10' (0', 4', 6'), Canada 6' (2', 4', 0').
Tirs : États-Unis 26 (13, 6, 7), Canada 24 (6, 11, 7).

Évolution du score :
1-0 à 23'29" : Barber assisté de Slavin et Kerdiles (inf. num.)
1-1 à 32'19" : Petan assisté de Mantha
1-2 à 43'54" : McDavid assisté de Horvat et Morrissey
1-3 à 46'13" : Lazar assisté de Drouin et Pouliot (sup. num.)
2-3 à 57'15" : Matteau assisté de Fasching et Butcher


États-Unis

Gardien : Jon Gillies (2') [sorti à 59'06"].

Défenseurs : Brady Skjei (-1) - Connor Carrick ; Will Butcher (+1) - Steven Santini ; Ian McCoshen (-1, 2') - Matt Grzelcyk (A) ; Jaccob Slavin.

Attaquants : Nicolas Kerdiles (2') - Danny O'Regan (2') - Riley Barber (C) ; Adam Erne - Jack Eichel - Ryan Hartman ; Stefan Matteau (+1, 2') - Andrew Copp (+1) - Hudson Fasching ; Thomas DiPauli (-1) - Vince Hinostroza - Quentin Shore (-1) ; Zach Stepan.

Remplaçant : Anthony Stolarz (G). En tribune : Thatcher Demko (G).

Canada

Gardien : Zachary Fucale.

Défenseurs : Aaron Ekblad (-1) - Derrick Pouliot (2') ; Griffin Reinhart - Matt Dumba (A, +2) ; Adam Pelech (-2) - Josh Morrissey (+1) ; Chris Bigras.

Attaquants : Jonathan Drouin (A) - Anthony Mantha (+1) - Charles Hudon (+1) ; Frédérik Gauthier - Josh Anderson - Kerby Rychel ; Sam Reinhart (+1) - Nic Petan - Curtis Lazar (-1) ; Bo Horvat (2') - Scott Laughton (C, -1) - Connor McDavid ; Taylor Leier (-1, 2').

Remplaçant : Jake Paterson (G).