Suède - Finlande (Mondial U20, finale)

1600px-Flag of Sweden.svgfinland-flagPour la deuxième année de suite, la Russie a remporté le bronze et privé le Canada d'une breloque, une première depuis plus de 30 ans.

Les Suédois, qui rêvaient d'une finale contre les Canadiens, défient finalement le faux-frère, le rival ancestral : la Finlande.

Deuxièmes du groupe, les Lionceaux ont été renversants contre la Tchéquie en quart de finale, menés de deux unités avant de remporter la partie 5-3. En demi-finale, les garçons de Karri Kivi, élu entraîneur de l'année en Liiga en 2013, ont davantage maîtrisé leur sujet, en infligeant un cinglant 5-1 au redouté Canada.

malmö ArenaLa nation suomi avait perdu lors du tour préliminaire contre la Suède, 4-2 avec 6 points du duo Wennberg / Johnson.

Rien ne lui ferait donc plus plaisir que de se venger et de triompher sur la glace de leur meilleur ennemi.

Pour les jeunes Finlandais, sans aucun doute, c'est celle-là, la finale dont ils rêvaient.

La nouvelle star Teuvo Teräväinen - 3 points contre le Canada et 12 au total avant cette joute - a eu ces mots avant le duel : "Nous voulions affronter la Suède en finale. Nous sommes prêts à faire taire ce peuple."

C'est la sixième fois que la Suède organise un Mondial des moins de 20 ans à domicile mais elle ne l'a jamais remporté, échouant en 1979, 1984, 1993, 2000 et 2007. Néanmoins, toute la nation espère voir les jeunes gars imiter leurs aînés. En 2013, la Suède senior est devenue championne du monde chez elle, mettant fin à la malédiction du pays-organisateur qui datait de 1986. La fin d'une autre malédiction ce dimanche ?

Invincible dans ce Mondial Junior, la "Juniorkronorna" sait pertinemment que le match le plus difficile, cette dernière marche, sera celui-ci. Elle espère obtenir l'or une deuxième fois en trois ans, elle qui a atteint au moins le stade des demi-finales pour la huitième année consécutive. Une performance extraordinaire qui n'effraie pas la Finlande, dont le dernier sacre remonte à 1998 et qui a connu une mauvaise passe, sans médaille, ces sept dernières années.

Pour cette finale, Karri Kivi titularise encore devant les filets Juuse Saros, qui a évolué pour la majorité des matches. Si l'indétrônable Oscar Dansk garde une fois de plus la cage de Tre Kronor, cette dernière doit néanmoins faire sans son défenseur Jesper Pettersson. À la fin de la demi-finale contre la Russie qui a dégénéré, Pettersson avait quitté le banc des pénalités et s'en était pris à Andreï Mironov. Sans surprise, il est suspendu.

Comment les Lionceaux auraient-ils imaginé le départ parfait ? Première possession en zone offensive, Esa Lindell obtient le palet et, de la ligne bleue, il lance légèrement en hauteur, tir croisé, Dansk est masqué (0-1, 00'28"). La Suède se retrouve donc immédiatement dans une position défavorable. Néanmoins, André Burakovsky tente de remettre immédiatement son équipe sur les rails et passe près de l'égalisation par deux fois. De son côté, Mäenalanen, délaissé sur la gauche, vise le poteau, mais cela passe à quelques centimètres.

Hägg en prison, la Finlande ne saura profiter de son premier jeu de puissance malgré un rebond dangereux dont aurait pu profiter Lindell. Dès expiration de la pénalité, nouvelle occasion franche : à droite, Pokka centre pour Mäenalanen qui tire du revers, c'est gelé dans le gant de Dansk. La Suède montre du répondant. Tir de de la Rose dans la mitaine de Saros à 5 contre 5. Tour de la cage de Burakovsky, reprise de volée d'Olofsson, reprise de Johnson devant l'enclave, bon tir de Forsberg, slap d'Olofsson et tentative de Wallmark à 5 contre 4.

À la 14e minute, Jacob de la Rose obtient même deux opportunités successives. Par la suite, dans le camp suédois, l'engagement est remporté par la Finlande, le défenseur Julius Honka s'approche et tire du revers, repoussé des jambières par Oscar Dansk. Enfin, à la 17e, Andreas Johnson, à droite, laisse à Sebastian Collberg, arrivé pleine vitesse mais qui ne cadre pas. La Finlande U20 préserve son court avantage.

Elle va continuer en début de deuxième période au détriment de créer le danger à l'offensive. Cinq minutes après le retour des vestiaires, les jeunes Finlandais ne délivrent aucun lancer sur le but de Dansk. A contrario, les Suédois persévèrent : tir de Wennberg détourné par la plaque de Saros, reprise plein axe de Sundqvist contré et lancer de Djoos capté par le gant de Saros.

Oscar Dansk 2À la 27e minute, la Suède aurait pu prétendre à un deuxième jeu de puissance, Vainonen assénant un coup d'épaule flagrant au visage de Collberg.

Tandis que Dansk parade devant un très bon tir plein axe de Lehtonen puis le rebond dangereux de Mustonen, elle sera finalement récompensée plus tard. Treize secondes après que Honka a rejoint la geôle, Lucas Wallmark évalue la situation de loin et égalise, bien aidé par un poteau rentrant (1-1, 27'53").

Une égalisation de très courte durée puisque la Finlande ne laisse aucun répit et va quasi immédiatement reprendre les devants. Teuvo Teräväinen s'infiltre poteau droit, délivre une sublime passe du revers poteau opposé, où se trouve Saku Mäenalanen (1-2, 28'38"). Tout est à refaire, encore, pour la jeune troupe de Grönborg.

Wennberg reprend de loin de demi-volée. Tir rapide d'Arnesson. Puis Forsberg, venant de la droite, force le passage. De la Rose tente le slap et l'essai d'Arnesson est arrêté du gant par Saros. Le portier finlandais laisse très peu de rebonds, concentré dans son match, y compris devant une nouvelle tentative de Bengtsson. Par ailleurs, à la 34e minute, ce diable de Teräväinen fait une fois de plus parler de lui, tirant petit côté sur son aile gauche. En fin de deuxième tiers, Ristolainen se fait pénaliser pour un faire trébucher a priori involontaire. Ni un essai de Forsberg, repoussé de la mitaine, ni une reprise de Wallmark dans le petit filet. Ni un nouvel essai de Forsberg avorté par un papillon de Saros, ni une tentative de Collberg flirtant avec le poteau. Rien ne pourra empêcher l'avance de la Finlande après deux périodes.

Dans les premières minutes du troisième tiers-temps, les Lionceaux resserrent davantage les boulons. Malgré une occasion plein axe de Filip Forsberg captée par la gant de Saros, la Suède peine à trouver une solution devant un bloc adverse très bas et compact. Même lors d'un jeu de puissance concédé après que Kinnunen soit pénalisé pour un hip-check qui serait passé inaperçu par un corps arbitral nord-américain. Toutefois, deux pénalités supplémentaires sont sifflées à l'encontre des Finlandais. Si la première expire sans encombre malgré les dribbles de Collberg, la deuxième sera utilisée à bon escient par la Suède. Christian Djoos, placé à la ligne bleue, ne voit absolument rien face à une véritable mêlée dressée devant le but, il loge malgré tout la rondelle sous la barre (2-2, 50'53").

Trop enlisée dans son propre camp, il est impératif pour la Finlande de mener davantage le palet de l'autre côté. Elle aurait d'ailleurs pu bénéficier d'une bévue suédoise. À six minutes du buzzer, Dansk va derrière son but pour contrôler le puck mais il chute. Dans la panique où se trouve notamment Nattinen, sa défense vient tout de même le soutenir rapidement, il est hors de danger. Les essais de Henri Ikonen, arrêté par les jambières de Dansk, et de Sebastian Collberg, reprenant devant le demi-cercle, ne pourront toutefois éviter la prolongation.

Rasmus RistolainenSi le Suède obtient de bonnes chances dans cette période supplémentaire - notamment une reprise de Wallmark devant l'enclave après un gros travail de Burakovsky derrière la cage - un joueur retient l'attention : Rasmus Ristolainen (photo ci-contre).

Le défenseur finlandais effectue plusieurs montées en attaque. À la 65e, il fait le tour de la cage pour occuper le terrain adverse. À la 68e, il protège remarquablement le palet tout en s'approchant du but, il s'appuie sur Johnson, se positionne poteau gauche, centre pour Artturi Lehkonen qui échoue sur la jambière droite de Dansk.

Mais à la 70e minute, tout bascule. Teräväinen balance dans le camp suédois, le palet passe du corner gauche au corner droit. Ristolainen réfléchit et croit à une brèche. Il force le passage vers le but en éliminant avec facilité Hägg, immobile, personne ne le couvre suffisamment, il tire du revers, Dansk est battu (2-3, 69'42").

L'entêtement du défenseur du TPS Turku, tour de contrôle en devenir des Sabres de Buffalo et clairement l'un des meilleurs joueurs de ce Mondial U20, envoie la Finlande vers une apothéose.

Hormis la défaite surprise contre la Suisse, l'équipe Suomi confirme ses belles promesses du premier tour. Ce succès, les Lionceaux le doivent avant tout à leur extrême rigueur en défense. Le tacticien Karri Kivi y est pour quelque chose : médaille d'or Liiga en 2013 avec Ässat, médaille d'or au Mondial Junior en 2014.

Saluons également l'exemplarité de Juuse Saros, talentueux gardien élu dans l'équipe-étoile de la compétition, et le duo électrique Teräväinen / Mäenalanen : 26 points en 7 rencontres. De fortes individualités combinées à cet effort collectif, la Finlande est en or. La Suède perd quant à elle une deuxième finale en deux ans, qui plus est une nouvelle fois à domicile. La malédiction n'a pu être brisée.

Pose Team Finland

Élus joueurs du match : Alexander Wennberg pour la Suède, Juuse Saros pour la Finlande.

Élu joueur du tournoi : Filip Forsberg (Suède).

Équipe-étoile du tournoi : Juuse Saros (Finlande) ; Nikita Zadorov (Russie) - Rasmus Ristolainen (Finlande) ; Teuvo Teräväinen (Finlande) - Anthony Mantha (Canada) - Filip Forsberg (Suède).

Commentaires d'après-match

Filip Forsberg (attaquant de la Suède) : "Nous avons joué dans leur camp la plupart du temps. Très franchement, c'est difficile de perdre comme ça."

Gustav Olofsson (défenseur de la Suède) : "C'est à la fois beaucoup de frustration et de tristesse en même temps, du fait de ne pas avoir pu faire la différence jusqu'à la fin. C'était serré mais nous n'avons aucune excuse. Je pensais vraiment que nous avions une bonne chance de gagner ce tournoi. Mais finalement, nos efforts n'ont pas été suffisants. "

Teuvo Teräväinen (attaquant de la Finlande) : "Personne n'avait pensé à nous pour la victoire finale, a part nous-même. Nous savions que nous pouvions devenir une bonne équipe et que nous avions une chance de remporter ce tournoi. C'est vraiment un sentiment incroyable  à ce moment précis. Nous avons eu beaucoup de pénalités aujourd'hui et ça été vraiment difficile de les tuer. Mais là, je suis vraiment heureux."

Rasmus Ristolainen (défenseur de la Finlande) : "En 2012 à Calgary, pour mon premier championnat du monde junior, nous avions perdu contre la Suède en demi-finale. Jusqu'à aujourd'hui, j'y ai pensé énormément. Ça m'avait vraiment fait du mal. Chaque joueur avec qui j'ai joué l'année dernière, nous avions conscience que nous avions l'une des meilleures équipes de Finlande de ces dix dernières années. Mais nous avions mal joué. Cette année, ce fut un tournoi parfait. Je pense que la Finlande est une grande nation de hockey, nous l'avons montré. Nous avons vraiment une bonne équipe et de bons joueurs. Je ne me rappelle pas de ce que j'ai fait après le but, heureusement rien de stupide !"

 

Suède - Finlande 2-3 après prolongation (0-1, 1-1, 1-0, 0-1).
Dimanche 5 janvier 2014 à 19h00. 12023 spectateurs.
Arbitrage de Steve Papp (CAN) et Daniel Stricker (SUI) assistés de Fraser Mc Intyre (USA) et Peter Sefcik (SLO).
Pénalités : Suède 4' (4', 0', 0', 0'), Finlande 12' (2', 4', 6', 0').
Tirs : Suède 37 (12, 14, 6, 5), Finlande 31 (11, 7, 7, 6).

Évolution du score
0-1 à 00'28" : Lindell assisté de Mäenalanen et Teräväinen
1-1 à 27'53" : Wallmark assisté de Bengtsson et Djoos (sup. num.
1-2 à 28'38" : Mäenalanen assisté de Teräväinen et Lehkonen
2-2 à 50'53" : Djoos assisté de Wallmark et Collberg (sup. num.)
2-3 à 69'42" : Ristolainen assisté de Teräväinen et Vainonen


Suède

Gardien : Oscar Dansk.

Défenseurs : Christian Djoos (-1, 2') - Linus Arnesson (-1) ; Lukas Bengtsson - Gustav Olofsson (-1) ; Robin Norell (-1) - Robert Hägg (-2, 2').

Attaquants : Andreas Johnsson - Alexander Wennberg (A) - Sebastian Collberg ; Filip Forsberg (C, -2) - Elias Lindholm (A, -2) - Jacob de la Rose (-1) ; André Burakovsky - Lucas Wallmark - Nick Sörensen ; Erik Karlsson (-1) - Filip Sandberg (-1) - Anton Karlsson ; Oskar Sundqvist (-1).

Remplaçant : Marcus Högberg (G). En tribune : Jonas Johansson (G). Suspendu : Jesper Pettersson

Finlande

Gardien : Juuse Saros.

Défenseurs : Esa Lindell (A, +2, 2') - Ville Pokka (+2) ; Mikko Lehtonen (+1) - Rasmus Ristolainen (A, +1, 4') ; Julius Honka (2') - Mikko Vainonen ; Juuso Vainio.

Attaquants : Artturi Lehkonen (A, +3) - Teuvo Teräväinen (C, +3) - Saku Mäenalanen (+2) ; Joni Nikko - Aleksi Mustonen (2') - Henrik Haapala ; Juuso Ikonen - Saku Kinnunen (2') - Toppi Nattinen ; Ville-Valterri Leskinen - Otto Rauhala - Henri Ikonen.

Remplaçant : Ville Husso (G). En tribune : Janne Juvonen (G), Rasmus Kulmala.