Analyse de l'effectif finlandais pour les JO

KOIVU Mikko-120504-433Sans avoir une extrême profondeur (sauf dans les cages et au centre), la Finlande était tout de même confrontée à des choix difficiles par rapport à quelques-uns de ses plus grands joueurs de l'histoire, qui ont poussé leur carrière exprès pour ces JO. Il serait impossible de faire affront en refusant une sixième participation à Teemu Selänne, meilleur buteur de l'histoire olympique, même s'il n'a mis que 4 buts en NHL cette saison, ni de renier de soi-même son compère Saku Koivu... En fait, c'est ce dernier qui a facilité les choses. Il a envoyé une lettre, lue à l'annonce de la sélection par Erkka Westerlund, où il a expliqué que, après une commotion cérébrale, "sa condition physique n'est pas au niveau qu'il aurait souhaité pour représenter la Finlande aux Jeux Olympiques avec les meilleurs joueurs du monde. Les rêves et la réalité sont inconciliables à mon avis".

Dès lors, l'équipe coulait quasiment de source, à un ou deux cas près. La Finlande sera conforme à son habitude, une équipe où chacun jouera son rôle. Un véritable mélange des générations, de 18 ans à 43 ans. Entre les adieux des uns et les débuts des autres, il y aura forcément quelque chose d'émouvant dans cette équipe. Comme dans ce geste de classe de Saku, déclinant de lui-même pour donner les meilleures chances à son pays.

Et comme le Mondial junior vient de le prouver, les Finlandais sont toujours à craindre quand personne ne les voit parmi les favoris...

 

Gardiens

LEHTONEN Kari-120504-492Tuukka Rask (Boston Bruins, NHL)
Kari Lehtonen (Dallas Stars, NHL)
Antti Niemi (San José Sharks, NHL)

La Finlande a un niveau inégalé à ce poste. Tuukka Rask sera le numéro 1, et même s'il n'a joué qu'un match en sénior pour la Finlande, celle-ci a toujours interchangé ses portiers sans grand souci. Comment s'en faire quand on a un gardien qui maintient une moyenne de 93% d'arrêts dans sa carrière NHL ?

Kari Lehtonen sera un tranquille numéro 2, et Antti Niemi - accessoirement un ancien vainqueur de la Coupe Stanley - le numéro 3. Rappelons que la Finlande avait trois gardiens différents (Kiprusoff/Bäckström/Niiitymäki) il y a quatre ans et qu'elle est devenue championne du monde entre-temps avec Vehanen. Aucun pays ne peut rivaliser...

L'absent dans la cage : la densité est telle au point que la guérison lente de l'infection à la hanche de Pekka Rinne - pourtant considéré comme un des meilleurs gardiens du monde - n'a finalement inquiété personne, sauf lui bien sûr.

 

Défenseurs

Kimmo Timonen (Philadelphia Flyers, NHL) - Sami Salo (Vancouver Canucks, NHL)

La première ligne est exactement la même qu'il y a quatre ans, et ils ont maintenant 38 et 39 ans ! Pourtant, leur rappel est indiscutable, car la relève tarde à venir. Sami Salo possède toujours un slap puissant, et l'intelligence de jeu du petit Kimmo Timonen ne fait guère de doute.

VAANANEN Ossi-130503-384Olli Määttä (Pittsburgh Penguins, NHL) - Sami Vatanen (Anaheim Ducks, NHL)

Derrière les deux papys, voilà les deux gamins. Olli Määttä, 19 ans, jouait encore en junior l'an passé, mais réussit sa saison de "rookie". Sa solidité et son positionnement défensif en font un complément idéal pour la pépite Sami Vatanen, grand talent de petit gabarit qui a survécu par le haut à une saison d'apprentissage du jeu nord-américain en AHL (élu sur la première équipe d'étoiles).

Lasse Kukkonen (Kärpät Oulu, FIN) - Ossi Väänänen (Jokerit Helsinki, FIN)

La sécurité, c'est ce qu'amènent les deux représentants du championnat finlandais. Kukkonen se livre totalement à sa vocation défensive, notamment pour bloquer les tirs adverses, et il jouera ses troisièmees JO. Väänänen n'a rien à lui envier dans l'engagement défensif, le côté rugueux en plus.

Sami Lepistö (Avtomobilist Yekaterinburg, RUS) - Juuso Hietanen (Torpedo Nijni Novgorod, RUS)

Ce duo-ci est plus offensif - la Finlande ayant habitué à donner des rôles distincts aux différentes paires - et peut-être un peu moins sûr dans sa zone, mais si on peut s'assurer que le jeu à risque ne fera certainement pas partie de la tactique finlandaise.

Les absents en défense : il n'y aura donc ni le fils préféré, Petteri Nummelin, revenu en équipe nationale après trois ans d'absence pour couronner une immense carrière par une dernière sélection olympique (qu'on ne peut attribuer uniquement aux mérites passés) ni le fils maudit, le repenti Jere Karalahti. Ils seront sur la liste de réserve, tout comme Rasmus Ristolainen, tout nouveau héros de la Finlande au Mondial Junior, et Topi Jaakola. Qu'il y ait quatre réservistes à l'arrière et seulement trois à l'avant, n'est-ce pas pour faire un ultime signe à Nummelin ?

 

Attaquants

Valtteri Filppula (Detroit Red Wings, NHL) - Mikko Koivu (Minnesota Wild, NHL) - Tuomo Ruutu (Carolina Hurricanes, NHL)

Le joueur le plus incertain joue en effet bien en attaque : Mikko Koivu a été opéré d'une fracture de la cheville hier matin, et il doit revenir au jeu début février, juste à temps pour les Jeux olympiques. Une course contre la montre s'engage pour que la Finlande dispose de son capitaine ! S'il est là, la première ligne va de soi : Tuomo Ruutu est son partenaire indissociable, et même si Koivu n'est pas là, Ruutu gardera un rôle important, car le manque d'ailiers sera encore plus criant. Il faudrait en effet remettre Filppula à son poste naturel, qu'il n'occupe pas en équipe nationale car on a besoin de sa polyvalence à l'aile.

Mikael Granlund (Minnesota Wild, NHL) - Olli Jokinen (Winnipeg Jets, NHL) - Jussi Jokinen (Pittsburgh Penguins, NHL)

PIHLSTROM Antti-130503-350Encore un survivant... "OJ" avait annoncé sa retraite internationale il y a quatre ans, et ni vu ni connu, il réapparaît pour ses quatrièmes JO. Du coup, on peut reconstituer son duo avec son homonyme Jussi, comme à Turin en 2006. Si "JJ" avait raté la sélection il y a quatre ans, aucun risque que ça se reproduise pour ce pur buteur. Tout comme Filppula, Mikael Granlund est un centre qui joue à l'aile en équipe nationale pour les besoins spécifiques de son pays. Le petit génie apportera de la fraîcheur à cette ligne.

Lauri Korpikoski (Phoenix Coyotes, NHL) - Petri Kontiola (Traktor Chelyabinsk, RUS) - Teemu Selänne (Anaheim Ducks, NHL) ou Juhamatti Aaltonen (Kärpät Oulu, FIN)

Kontiola a beau connaître une saison moyenne en KHL, le meilleur marqueur du dernier championnat du monde n'a pas été ignoré. On peut utiliser sa complémentarité avec Juhamatti Aaltonen, joueur flamboyant, doté de mains excellentes. On peut imaginer que cette ligne changera en cours de tournoi, notamment si Teemu Selänne joue un rôle de joker : il pourrait y avoir un autre centre, puisque Barkov a déjà avoué son rêve de jouer avec Selänne, qui a un quart de siècle de plus que lui. Aaltonen et Selänne sont les seuls attaquants à tirer de la droite (avec Kontiola) et seront certainement importants dans le powerplay finlandais, toujours construit pour que la menace puisse venir de partout. Dans toutes les configurations de cette troisième ligne, Korpikoski aura un rôle de complément en utilisant sa présence physique dans l'enclave ou dans les coins.

Leo Komarov (Dynamo Moscou, RUS) - Aleksander Barkov (Florida Panthers, NHL) - Antti Pihlström (Salavat Yulaev Ufa, RUS)

L'incroyable précocité d'Aleksander Barkov se poursuit donc : débutant en sénior à 16 ans avec son club formateur Tappara, joueur de NHL et maintenant olympien à 18 ans. Le fils d'un ex-international russe se démarque par son don dans la conservation du palet, qui peut le rendre utile même pour une quatrième ligne. Les ailiers de la quatrième ligne sont des "role players" parfaits pour user l'adversaire : Antti Pihlström par sa vitesse ébouriffante et la petite peste Leo Komarov par sa capacité d'irritation.

Jori Lehterä (Sibir Novosibirsk)

Jamais très convaincant en équipe nationale malgré ses mérites en club, Lehterä a eu une meilleure contribution offensive lors de l'Euro Hockey Tour et a donc obtenu un strapontin. Comme la Finlande ne manque pas de centres créatifs, il risque cependant de rester en tribune dans un premier temps.


Les absents en attaque : dans une formation qui compte beaucoup sur la complémentarité, la seule petite surprise est l'absence de Sean Bergenheim, qui forme actuellement un duo de feu avec Barkov en Floride, et qui a toujours été apprécié pour son travail dans les bandes. Les autres réservistes sont Teemu Hartikainen, gros ailier très agressif dans le slot adverse, et Jarkko Immonen, le meilleur marqueur du titre mondial 2011 qui paye sa petite pause avec une sélection où d'autres centres ont pris sa place la saison dernière.