Colmar - Épinal (Division 3, poule C)

Pour cette saison, la répartition des clubs au sein des poules a amené un sérieux changement pour les clubs de l'est. En effet, ceux-ci, habituellement confrontés aux clubs alpins, se voient cette année en compétition avec trois clubs franciliens (suite au forfait de la réserve nocéenne) et pas des moindres, à commencer par Viry-Châtillon et Dammarie-les-Lys.

Dans cette situation, Colmar est pour le moment dans une situation inconfortable : hormis une victoire, en début de saison, à Poissompré face à la réserve spinalienne, les Titans ont perdu toutes leurs confrontations face à leurs rivaux directs pour les play-offs, que ce soit Dammarie, Viry ou la réserve dijonnaise, et pointent à une cinquième place synonyme d'élimination. Le gain de cette partie est donc souhaitable pour eux. D'une pour se repositionner parmi les quatre premiers, de deux pour reprendre un peu de moral avant la dernière ligne droite et des rencontres à Besançon, Dijon puis Dammarie, et de trois pour couper l'herbe sous le pied du rival vosgien, actuellement situé 4 points devant eux au classement.

Les Dauphins lorrains constituent une bonne surprise en se plaçant en tête de cette poule, alors qu'ils étaient plutôt habitués, jusque là, aux dernières places. Il faut dire que la présence de deux jeunes retraités de Ligue Magnus (les deux Guillaume : Papelier et Chassard) n'y est sans doute pas étrangère. Il y a donc beaucoup d'enjeu pour cette partie. Le public ne s'y était pas trompé en se présentant bien plus nombreux que d'habitude.

Le match est à peine commencé que Colmar s'offre une grosse occasion : Jonathan Boehrer, lumineusement lancé, se présente seul face au portier visiteur mais rate incroyablement au-dessus de la cage son lancer (0'45"). Les locaux héritent ensuite d'une situation spéciale qu'ils n'arrivent pas à concrétiser, et Épinal, revenu à égalité, commence à pousser. C'est d'ailleurs en réponse à une situation chaude devant leur cage que les... Alsaciens ouvrent le score, lorsque Jonathan Boehrer conclut une remontée turbo et un centre en retrait de Joan Koenig (1-0 à 7'41"). Ce sera d'ailleurs l'une des rares vraies occasions locales de ce premier tiers, plutôt dominé territorialement par les Dauphins spinaliens. Ces derniers s'offrent une grosse occasion à mi-match lorsque Kevin Pernot tire face à Jérémy Boehrer masqué. Dans l'ensemble, les Vosgiens jouent simple autour de Chassard, alors que les Haut-Rhinois se cherchent sur la glace, et manquent de présence devant le gardien, ou dans le slot, adverse.

Il est donc, somme toute, logique de voir les Spinaliens revenir au score dès le retour des vestiaires par ce diable de n°7, Chassard (dont le numéro a perdu son deuxième 7 depuis sa retraite de Magnus !) (1-1 à 23'00"). Colmar entame alors une longue traversée du désert, placée sous le signe des pénalités, parfois doubles lorsque Benjamin Leconte perd son casque sur la glace et s'active dès lors à vouloir le remettre... Le corps arbitral le sanctionne de deux minutes alors que son équipe est déjà en infériorité. C'est la bronca dans les tribunes pour cette pénalité mal comprise qui laisse Colmar à trois durant plus d'une minute. Épinal profite pourtant très mal de cet avantage et laisse Maxime Mathieu prendre tout son monde de vitesse pour redonner une longueur aux locaux (2-1 à 24'59").

Colmar tient bien, malgré une troisième infériorité consécutive, mais se fait surprendre en sortie de pénalité lorsque Kevin Pernot allume à bout portant le portier local (2-2 à 28'18"). Presque dans la foulée, Colmar perd un défenseur lors d'une banale charge en zone défensive.... pas si banale que ça puisque l'arbitre sanctionne Mickaël Tin de deux minutes, qui vont rapidement se changer en 5 minutes majeures assorties de vingt minutes de méconduite de match pour protestation du même Tin. La charge, sans doute, ne méritait pas autant. L'ennui, c'est qu'il faut tenir cinq minutes à 4 contre 5.... La mission est accomplie d'ailleurs sans trop de mal puisque les Spinalienes semblent bien moins dominateurs qu'en première période. Pire, ils se font avoir par la patrouille pour un trébucher, et laissent ainsi les locaux respirer à quatre contre quatre.

Ce n'est que revenus à cinq contre cinq que Colmar prend enfin la contrôle du restant du tiers. C'est donc logiquement que les Titans reprennent l'avantage lorsque Maxime Loeffel allume Antoine Mauffrey à bout portant (3-2 à 36'45"). Malheureusement, les jeunes Alsaciens restent incorrigibles d'indiscipline et écopent d'un surnombre lors d'un changement d'alignement. Épinal n'en demande pas tant et égalise de près par Marko Todorovic (3-3 à 39'05"). Malgré les dernières secondes où Épinal connaît une situation plus que chaude devant sa cage, les deux équipes rentrent au vestiaires sur un score d'égalité.

Colmar a le mérite de reprendre rapidement la direction du match en début de dernière période, quand Loeffel part victorieusement en break (4-3 à 44'57"). Mais les minutes suivantes sont éprouvantes pour ses coéquipiers. Les Titans pêchent toujours par leur indiscipline. Ajoutons à ceci un Chassard qui, en bon "renard" spinalien (une pensée pour les anciens maillots verts et rouges !) de Magnus, sait provoquer les fautes, et Colmar revit une nouvelle situation de double infériorité, elle aussi infructueuse pour son adversaire. Le tiers est dans l'ensemble très tendu, très physique, les espaces sont relativement réduits et l'arbitre ne montre aucun signe d'indulgence vis-à-vis des fautes. C'est donc une fin de match très crispée qui se déroule. La crispation augmente significativement quand le gardien vosgien quitte à de multiples reprises sa cage pour laisser un coéquipier créer le surnombre devant la cage de Boehrer, mais ni les Spinaliens, ni les Haut-Rhinois, n'arrivent à profiter de cette situation.

La sirène finale est donc accueillie comme une délivrance par les rouges locaux. Cette victoire leur fait du bien, elle leur permet de reprendre la quatrième place à Dijon, ces Ducs qu'il va falloir aller battre à Trimolet pour espérer atteindre les play-offs. Cette victoire n'est pas non plus anodine vis-à-vis d'Épinal, puisque les Colmariens n'ont plus que deux point de retard sur les Vosgiens.

Et puis surtout, cette victoire fait du bien au moral et pour la confiance car elle fut acquise avec les tripes, comme l'a repris le lundi suivant dans ses colonnes la presse régionale. C'est bon signe pour la suite, à condition de rester discipliné (un défaut quasi-traditionnel pour les Colmariens).

Épinal a, de son côté, les moyens de rester qualifié à condition de ne pas être privé de son stratège local, et aussi à condition de pouvoir disposer d'un effectif un peu plus fourni (deux lignes complètes plus un gardien sur ce match, ce n'est pas forcément une condition confortable pour évoluer).

 

Colmar – Épinal 4-3 (1-0, 2-3, 1-0)
Samedi 4 janvier 2014 à 17h50 à la patinoire de Colmar. Environ 400 spectateurs.
Arbitrage de MM. Bergeron et Kirschenbaum.
Pénalités : Colmar 51' (2'+10', 8'+5'+20', 6') ; Épinal 6' (2', 2', 2').
Tirs : Colmar 23 (5, 11, 7) ; Épinal 32 (9, 15, 8).

Évolution du score :
1-0 à 07'41" : Jo. Boehrer assisté de Koenig
1-1 à 23'00" : Chassard assisté de Todorovic et Ganz
2-1 à 24'59" : Mathieu (double inf. num.)
2-2 à 28'18" : K. Pernot assisté de Ganz
3-2 à 36'45" : Loeffel assisté de Koenig
3-3 à 39'05" : Todorovic assisté de Ganz et Chouleur (sup. num.)
4-3 à 44'57" : Loeffel assisté de Jo. Boehrer


Colmar

Gardien : Jérémy Boehrer.

Défenseurs : Mickaël Tin (A) – Frédéric Herpin (C) ; Benoît Salvin – Sébastien Muller ; Éloi Lenner (A) – Gilles Heintz.

Attaquants : Maxime Loeffel – Jonathan Boehrer – Joan Koenig ; Arnaud Fuss – Benjamin Leconte – Maxime Mathieu ; Pierre Zaenker – Antoine Gaillard – Yanis Labed.

Remplaçant : Matthieu Perrin (G).

Épinal

Gardien : Antoine Mauffrey.

Défenseurs : Marko Todorovic – Guillaume Papelier (A) ; Boris Dunand – Grégory Zitouni.

Attaquants : Justin Chouleur – Nathan Ganz (A) – Guillaume Chassard (C) ; Marc Syrucek – Kevin Pernot – Adrien Pernot.