Épinal - Briançon (Ligue Magnus, match en retard de la 10e journée)

Les Diables ont eu chaud !

Cacciotti7Quatre années d'invincibilité à Poissompré pourraient élever les Diables rouges au rang de "bête noire" des Dauphins. Mais il n'en est rien. Les Spinaliens restent, de leur côté, sur trois succès d'affilée à René-Froger. Là où les Albatros sont venus jouer les trouble-fête et gâcher le quatre-vingtième anniversaire du hockey briançonnais, samedi dernier, en battant (2-1) une "bande à Basile" pourtant renforcée par le retour du "sniper" (et capitaine) Marc-André Bernier.

Complètement "à l'ouest" face à Brest, les Raux, Szélig et autres Ankerst se sont bien ressaisis mardi... sans pour autant parvenir à priver l'ogre rouennais d'une énième finale à Bercy ! Mais qu'importe l'élimination. C'est en favori qu'arrive Briançon, toujours invaincu à l'extérieur en Ligue Magnus et prochainement représenté, aux Jeux olympiques de Sotchi, par Boštjan Goličič. Un point commun avec les Dauphins, qui verront eux aussi leurs internationaux slovènes (Anže Kuralt et Andrej Hočevar) partir en Russie et s'envoler, début février, vers cette station balnéaire s'ouvrant aux sports d'hiver !

Ces JO tant rêvés, qui approchent à grand pas, ne doivent toutefois pas faire oublier les réalités d'un championnat n'autorisant pas le moindre relâchement. Surtout qu'un calendrier "infernal" (cinq matchs en onze jours) attend des Dauphins récupérant non seulement Maxime Ouimet, mais aussi Andrej Hočevar, dont le genou, fragilisé par une entorse contractée à l'entraînement trois semaines auparavant, paraît suffisamment rétabli.

L'assise défensiveBisaillon spinalienne s'en retrouve consolidée, ce qui est plutôt rassurant lorsqu'on sait que Briançon compte en ses rangs quelques-uns des meilleurs attaquants "sévissant" actuellement parmi l'élite du hockey français. De Bernier à Labrecque en passant par Kearney, parfaitement soutenus par un défenseur offensif de premier plan. Un "blueliner" qu'Épinal avait recruté en mai dernier... mais qui aura finalement répondu à l'appel de Luciano Basile fin juillet. Son nom ? Sébastien Bisaillon !

Tout particulièrement réputé pour sa propension à décocher des "boulets de canon", l'éphémère NHLer (deux matchs avec les Oilers d'Edmonton en mars 2007) est rapidement devenu l'une des pièces-maîtresses du powerplay briançonnais. Et l'un des plus solides alliés d'un Ronan Quemener régnant, plus que jamais, sur une "défense de fer" ! Il faut dire qu'avec seulement 31 buts encaissés en seize journées, l'arrière-garde haut-alpine est la plus hermétique du championnat. Bien loin des 72 réalisations concédées par une défense vosgienne rapidement prise de vitesse par une ouverture de Kearney vers Labrecque, bien lancé côté gauche... mais trop excentré pour cadrer son tir croisé (00'06") !

Mal partis...

C'est dire si les Diables rouges se projettent rapidement vers l'avant, laissant venir leurs adversaires pour mieux les contrer au moyen d'enchaînements ou d'habiles renversements, comme sur cette longue transversale de Marc-André Bernier en direction d'un Denny Kearney toutefois signalé hors-jeu (01'01").

Mais trouver la faille n'est qu'une question de temps pour les Briançonnais, qui mettront qu'une poignée de secondes à rentabiliser leur première supériorité. Dave Labrecque s'essaye d'un lancer non cadré revenant, par la bande, au premier poteau d'un Andrej Hočevar tentant de geler la rondelle... sans y parvenir ! L'objet de tous les désirs file entre ses jambières pour échapper à son contrôle et ainsi profiter à l'opportuniste Bernier, grand bénéficiaire de ce raté. L'ailier québécois, bien placé, n'a aucun mal à pousser le palet au fond des filets (0-1 à 01'49").

Dépassés par tant de jeu en mouvement, les Dauphins subissent alors de plus en plus dangereusement. Labrecque, à bout portant (5e), puis Bisaillon, de loin (05'18"), ne manquent pas de solliciter Hočevar, qui a fort à faire pour colmater les brèches laissées par ses coéquipiers. Mais le Slovène doit s'avouer vaincu sur une déviation de la hanche de Kearney, qui redirige le lancer lointain de Jestin dans le haut du filet (0-2 à 06'06").

BernierPatinant "comme des avions" et faisant parfaitement circuler le puck, les troupes de Luciano Basile vont se voir freinées dans leur élan par une obstruction de Richie Crowley sur Pierre-Charles Hordelalay (07'03"). Une pénalité permet au jeu de puissance local de s'installer et de faire tourner en cherchant essentiellement la "force de frappe" de Yoann Chauvière. Des slaps trop prévisibles et souvent contrés par un "carré" bien regroupé, ce qui va pousser Chauvière a feinter le lancer pour mieux décaler Petrák à sa droite. Une belle inspiration : le Tchèque, à mi-distance, tire sur réception pour expédier la rondelle dans la lucarne gauche de Quemener (1-2 à 08'15").

Toujours dominateurs, les visiteurs déferlent par vagues successives en zone offensive. Mais une récupération permet à Ján Plch de lancer Michal Petrák dans la profondeur. Un 3 contre 2 se dessine aux yeux du Tchèque, parti côté droit, qui préfère ignorer Kuralt (plongeant au centre) pour mieux décaler Gašper Sušanj à l'opposé (2-2 à 10'38"). C'est allé vite. Beaucoup trop vite pour le repli briançonnais, piégé par cette contre-attaque rondement menée...

Exploitant pleinement leurs rares opportunités, les Dauphins ont trouvé le moyen d'égaliser. Et de refaire surface dans cette partie pourtant si mal commencée, mais devenant maintenant de plus en plus équilibrée. Les Breault, Cacciotti et autres Meilleur travaillent d'arrache-pied pour garder le contrôle du palet en zone offensive, sans pour autant parvenir à se procurer de franches occasions. Domenico Perna, qui accuse souvent un petit temps de retard, n'est lui toujours pas en phase avec ses coéquipiers et semble plus que jamais entraver la bonne marche du bloc canadien.

... mais bien relancés !

Répondant présent sur un tir haut de Damien Raux (12'57"), Andrej Hočevar va, pour sa part, se faire peur sur un tour de cage de Thybaud Rouillard. La rondelle heurtant malencontreusement le patin de Breault, ce qui manque de surprendre un gardien bloquant, cette fois, proprement le palet (15'23").

Petrak5L'abattage de Jaka Ankerst, très présent pour "gratter" dans les coins, en fait l'élément-moteur d'un troisième trio partagé avec Pierre-Antoine Devin et Sébastien "Speedy" Rohat. Une triplette soutenue par un duo hongro-slovène mêlant l'expérience de Viktor Szélig à la jeunesse de Gašper Cerkovnik, titularisé en l'absence de Teddy Trabichet. Mathieu Jestin et Florian Chakiachvili alternent avec la paire Crowley-Bisaillon pour couvrir les arrières de Boštjan Goličič, Dave Labrecque et Denny Kearney. Ce dernier insiste vainement, au premier poteau, suite à un bon travail préparatoire d'un défenseur particulièrement "d'attaque" : l'ex-futur spinalien Sébastien Bisaillon (17'21").

Les espaces se libèrent en cette fin de premier tiers et Ján Plch, mis sur orbite par Michal Petrák, s'en va tester Quemener d'un tir sournois à mi-hauteur (18'28"). Marc-André Bernier et Jimmy Jensen vont eux combiner leurs efforts en zone offensive pour offrir une belle fenêtre de tir à Damien Raux, qui n'appuie toutefois pas suffisamment son lancer (19'06"). Et que dire de ce mouvement initié par Kearney que Labrecque relaye, en première intention, en direction d'un Goličič bien placé au second poteau. Mais Hočevar, qui a bien suivi, ferme la porte au nez de son compatriote (19'44"). Une ultime offensive vosgienne clôture une première période achevée sur une "chaude" explication entre Anže Kuralt et Sébastien Bisaillon (20'00"), qui en seraient visiblement bien venus aux mains...

De retour des vestiaires, les esprits quelque peu "rafraîchis", les Diables rouges de Briançon reprennent sans tarder leur domination. Et après quelques alertes devant la cage d'Andrej Hočevar, Jimmy Jensen va se voir lancé, dans le dos de la défense, par Sébastien Bisaillon. L'ailier suédois prenant de vitesse Gašper Sušanj et Martin Charpentier avant de se voir illicitement freiné par le dernier nommé, contraint de se jeter pour stopper son irrésistible progression (21'14"). La pénalité est évidente. Le penalty un peu moins, ce dont ne doute pourtant pas Jimmy Bergamelli. Mais Jensen, chargé d'exécuter la sentence, perd son duel singulier avec Hočevar, parvenu à l'attirer vers son montant droit pour lui fermer tout angle de tir. Le Scandinave, ainsi déporté, voit le cadre se dérober...

Ouimet 2S'activant pour garder les Spinaliens sous pression, les Haut-Alpins restent menaçants à l'image d'Ankerst, qu'Hočevar frustre à bout portant (22e). Mais les Dauphins résistent et prouvent qu'ils existent. Prêts à s'engouffrer dans la moindre brèche, ils ne manquent pas de contre-attaquer, comme sur cette remontée instaurée par un Perna lançant Breault dans la profondeur, qui résiste au retour des défenseurs pour s'essayer d'un revers enrayé par Quemener (22'29"). Puis arrive ce déboulé rageur de Gašper Sušanj, qui aura remonté tout le flanc gauche pour mieux renverser la vapeur. Sur qui ? Sur l'éternel Ján Plch bien sûr ! Le vétéran reprend victorieusement au second poteau, pour donner l'avantage à ses couleurs (3-2 à 24'18")...

Quelque peu désorientés, les coéquipiers de Denny Kearney balbutient leur hockey, apparu pourtant si léché en début de partie, en confondant vitesse et précipitation. Une reprise ratée par Labrecque en zone offensive permet ainsi à Breault de lancer Perna côté droit dont le centre, contré, revient néanmoins sur Cacciotti... qui ne pourra en profiter (25'57") !

De retour aux affaires suite à une obstruction de Chauvière (26'14"), le jeu de puissance briançonnais souffre des approximations d'un Marc-André Bernier que l'on a connu plus inspiré. Mais grâce à d'excellentes phases de circulation du palet, le danger n'est jamais écarté. Aussi Labrecque, bien servi par Kearney, fait-il parler ses poignets pour s'essayer un lancer bien bloqué par Hočevar (26'46"). Un portier pouvant compter sur l'indéfectible soutien de sa garde rapprochée. On pense évidemment à Gašper Sušanj, revenu à son meilleur niveau au côté du discret (mais précieux) Martin Charpentier. Sans oublier Maxime Ouimet et Francis Meilleur, deux excellents défenseurs réunis sur une paire diablement complémentaire. Comment donc s'étonner qu'Épinal tue, coup sur coup, deux pénalités...

Réputée pour sa solidité, l'arrière-garde briançonnaise montre, elle, quelques signes de faiblesse. Un tir peu appuyé d'Ouimet échappant à la mitaine de Quemener sème ainsi la panique (34e), au grand dam d'un Luciano Basile n'en finissant plus de gesticuler sur son banc. L'Italo-canadien récolte même une pénalité pour retard de jeu (33'37") durant laquelle Cacciotti passe tout près d'exploiter un lancer difficilement repoussé (35'11"). Une action fatale à Richie Crowley, sanctionné d'une méconduite pour ses provocations répétées envers le capitaine spinalien... qui manquera, d'un rien, d'enfoncer le clou suite à une belle remontée côté gauche de Perna (35'58") !

Quemener

Incapables de forcer le "verrou" spinalien, fermé à double tour par un Hočevar des grands soirs, les visiteurs s'en remettent aux tirs lointains. Un slap de Raux est ainsi repoussé (37'01") par la botte d'un gardien captant, en deux temps, l'essai à mi-hauteur de Bisaillon (38'04"). Mais la meilleure action de ces quatre minutes de supériorité générées par une crosse haute de Plch à l'encontre de Chakiachvili (35'33") sera... spinalienne ! Domenico Perna, en contre, parvenant à coucher Bisaillon, puis à tirer en hauteur... sans pour autant réussir à tromper Quemener (38'27") !

L'histoire du "contreur"... qui se fait contrer !

Bien en place, les hommes de Raphaël Marciano s'emploient à gêner les sorties de zone adverses grâce à une "trappe" faisant un temps déjouer ces Briançonnais trop "joueurs". Le jeu s'en retrouve fermé. Reste à voir quel "passe-muraille" parviendra à faire sauter ce "cadenas". Une mission acceptée par l'Américain Denny Kearney, qui pénètre en zone muni d'une rondelle idéalement transmise à Dave Labrecque, monté à sa gauche. Le timing est tellement parfait que sa passe en profondeur crée le décalage et offre une cage ouverte au Canadien, qui ne manque pas d'égaliser (3-3 à 44'54"). Bernier manque d'en remettre une couche dans la foulée (43'27")... mais c'est bien Perna qui file, le long du banc briançonnais, pour adresser un long centre coupé par Meilleur au second poteau (4-3 à 45'44") !

Au prix d'en engagement de tous les instants (à l'image d'un Cacciotti brillant dans l'ombre et fournissant un énorme travail de sape au côté de Breault), l'ICE a repris les devants. Mais encore lui faut-il tenir et contenir, jusqu'au bout, des assauts briançonnais de plus en plus difficiles à endiguer. Le roseau spinalien, s'il plie, ne rompt pas, bien aidé il est vrai par un Hočevar retardant l'échéance devant Labrecque (52'07"), Goličič (52'47") et Crowley (54'02"). Et à force d'attaquer, les Alpins s'exposent aux contres. Une récupération de Perna permet à Cacciotti de s'échapper. Le capitaine spinalien prend le meilleur sur Crowley avant de buter sur Quemener (55'32"), presque aussitôt imité par Petrák (55'56").

ankerstLes Dauphins s'enhardissent et Petrák, mis sur de bons rails par Plch, s'en va de nouveau "titiller" le portier briançonnais (56'28"). Mais à trop se découvrir, les Lorrains se font punir, dans la continuité de la précédente action, sur une rapide remontée orchestrée par un Jimmy Jensen s'enfilant côté droit et fonçant, à vive allure, pour offrir l'égalisation à un Jaka Ankerst démarqué. Le Slovène reprenant dans une cage grande ouverte (4-4 à 56'37").

Partis à l'abordage au lieu de défendre en rangs serrés, les Vosgiens se sont mis en danger, alléchés par la perspective d'enterrer les derniers espoirs briançonnais. Et l'ont payé très cher. La prolongation devient donc la suite logique de cette rencontre âprement disputée, mais qui va basculer, dans le temps additionnel, sur un "oubli" défensif permettant à Jimmy Jensen d'asséner le coup de grâce. Le Suédois, libre de tout marquage côté droit, repiquant "tranquillement" vers la cage pour mieux glisser la rondelle au ras du montant droit (4-5 à 61'20")...

Un point, c'est mieux que rien !

Il n'a pas manqué grand-chose aux Dauphins, qui ont pris un point au "dauphin" mais avaient bel et bien la victoire à portée de main. Les locataires de Poissompré n'ont donc pas su tenir le score, se faisant rejoindre sur la fin... avant de s'incliner d'un rien ! C'est dire s'ils peinent à se satisfaire de ce point durement gagné, qui récompense néanmoins l'énorme débauche d'énergie consentie, à quarante-huit heures d'un périlleux rendez-vous à Chamonix...

Réactions d'après-match (dans Vosges-Matin) :

Benjamin Breault (attaquant d'Épinal) : "On peut être déçu car on doit être capable de gagner ce match et garder notre avantage même si c'est une grosse équipe en face. Pour moi, un point ce n'est pas assez. Je suis frustré car cela reste une défaite et on avait le match à portée de main. On n'a pas assez bien joué défensivement en fin de match".

 

Épinal - Briançon 4-5 après prolongation (2-2, 1-0, 1-2, 0-1)
Jeudi 9 janvier à 20h15 à la patinoire de Poissompré. 1 335 spectateurs.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli assisté de David Courgeon et Jérémy Metais.
Pénalités : Épinal 12' (2', 10', 0', 0') ; Briançon 16' (2', 14', 0', 0').
Tirs : Épinal 22 (9, 8, 5, 0) ; Briançon 42 (14, 12, 12, 4).

Évolution du score :
0-1 à 01'49" : Bernier assisté de Golicic et Labrecque (sup. num.)
0-2 à 06'06" : Kearney assisté de Jestin et Golicic
1-2 à 08'15" : Petrák assisté de Chauvière (sup. num.)
2-2 à 10'38" : Sušanj assisté de Plch et Petrák
3-2 à 24'18" : Plch assisté de Sušanj et Petrák
3-3 à 44'54" : Labrecque assisté de Kearney et Jestin
4-3 à 45'44" : Meilleur assisté de Perna et Cacciotti
4-4 à 56'37" : Ankerst assisté de Jensen et Bernier
4-5 à 61'20" : Jensen assisté de Bisaillon et Bernier
 

Épinal

Gardien : Andrej Hočevar

Défenseurs : Maxime Ouimet (A) - Francis Meilleur ; Gašper Sušanj - Martin Charpentier ; Peter Slovák - Yoann Chauvière.

Attaquants : Steven Cacciotti (C) - Benjamin Breault - Dominic Perna ; Anže Kuralt - Michal Petrák - Ján Plch (A) ; Yannick Offret - Pierre-Charles Hordelalay - Kevin Benchabane.

Remplaçants : Pierre Mauffrey (G), Romain Mauffrey, Anthony Rapenne, Maxime Martin, Boris Dunand, Kevin Pernot. Absents : Nicolas Ravel (coupure à la main, accident du travail), Fabien Leroy (écarté du groupe).

Briançon

Gardien : Ronan Quemener.

Défenseurs : Richie Crowley - Sébastien Bisaillon ; Florian Chakiachvili - Mathieu Jestin ; Viktor Szélig (A) - Gašper Cerkovnik.

Attaquants : Denny Kearney - Dave Labrecque - Boštjan Goličič ; Jimmy Jensen - Damien Raux - Marc-André Bernier (C) ; Jaka Ankerst - Sébastien Rohat - Pierre-Antoine Devin ; Cédric Di Dio Balsamo, Thybaud Rouillard, Mathieu Frécon [en inf. num.].

Remplaçant : Aurélien Bertrand (G). Absents : Teddy Trabichet, Lionel Tarantino (rupture des ligaments du genou et déchirure du ménisque, saison terminée).