Stavanger - Rouen (Coupe Continentale 2014, finale)

2014-01-11-Stavanger-Rouen2

L'abattement très visible des joueurs rouennais hier soir doit maintenant laisser place à l'orgueil. La victoire finale reste mathématiquement possible, mais quand on vient de se prendre un 0-6, restaurer la fierté et l'amour-propre doit être la première priorité. Cela doit piquer au vif les Rouennais de voir cette équipe de Stavanger se présenter en noir et jaune sur la glace de l'île Lacroix, contraignant le RHE - officiellement équipe à l'extérieur ce soir - à jouer en jaune.

Après avoir tenu tête à Donetsk, peut-être les Norvégiens risqueront-ils l'excès de confiance face à un adversaire mis en déroute hier ? Si c'est le cas, le début de match leur remet vite les idées en place. Rouen s'engage fort, comme on s'y attendait. Un avertissement est donné pendant un changement de ligne norvégien par une remontée rapide de Julien Desrosiers le long de l'aile droite. Comme les défenseurs se replacent, il fait le tour de la cage et Janos Vas dispose d'un bon rebond, non converti.

Les Rouennais ont-il corrigé leur vulnérabilité aux contre-attaques ? Pas entièrement, mais ils y travaillent. En 2 contre 1, Peter Lorentzen effectue une passe levée vers Erik Boisvert, mais si Andrej Tavzelj a été pris de vitesse, il a le mérite de revenir à temps soulever la crosse de l'attaquant pour l'empêcher de tirer. Néanmoins, le jeu se renverse peu à peu en faveur des noirs après cette action. Et sur une erreur normande en zone défensive, Stian Høygård accède facilement à l'enclave où il convertit une passe de Dan Kissel (1-0).

2014-01-11-Stavanger-Rouen8

Avec la pénalité de Kristiansen, on va voir si les Rouennais ont retrouvé leur jeu de puissance, la clé de toutes leurs réussites continentales. Ils parviennent à faire circuler le palet, mais sont confrontés à un box-play sans doute plus agressif qu'en championnat où les adversaires ont peur du Dragon.

La patinoire scande "Lhenry" après un arrêt volontaire du casque, contente d'avoir retrouvé son gardien d'expérience après le match difficile de Girard. Malheureusement, la fin de période ne sera pas plus favorable au portier de l'équipe de France. Après une bonne action menée par Desrosiers et Vas et conclue par un lancer de Janil, Norvégiens renversent rapidement le jeu et marquent par un tir du poignet depuis le cercle droit de Tommy Kristiansen, clairement plus vif que Guren sur cette action (2-0).

Tout le monde croit que le but rouennais est enfin venu quand Thinel arrive pour un rebond devant cage a priori ouverte, mais le gardien Ruben Smith réalise un arrêt venu de nulle part.

2014-01-11-Stavanger-Rouen7

C'est alors que Juraj Stefanka, qui avait déjà failli mettre Guillemain dans la panade à la ligne bleue par une passe douteuse en début de match, récidive. Cette fois, la "victime" de sa mauvaise passe est Jonathan Janil, qui n'arrive pas à contrôler - et pour cause - ce palet qui lui arrive au niveau du genou. Petter Roste Fossen en profite pour s'échapper et crucifier Lhenry (3-0).

Le premier tiers-temps s'achève par une obstruction de Guren : la déviation de Kissel sur passe de la ligne bleue de Davis passe à côté. Mais la supériorité numérique est convertie dès la reprise par un but de Martin Strandfeldt. 4-0, les buts défilent encore plus vite qu'hier dans les filets normands, même si le contenu a été meilleur...

Les Dragons arriveront-ils à marquer enfin et à mettre fin à la malédiction ? Ruben Smith reste solide et ferme bien ses jambières devant Rech. Mais voilà que Miloslav Guren lance François-Pierre Guénette et Marc-André Thinel en 2 contre 1. Le joueur de centre choisit le lancer, et le capitaine plonge pour glisser le palet le long du poteau (4-1).

2014-01-11-Stavanger-Rouen5

Encouragé par un centre dangereux de Riendeau, le public monte d'un ton. On n'avait pas entendu des "Allez Rouen" aussi forts depuis le début de la compétition. Soudain, on retrouve le RHE des grandes heures continentales, celui qui mord à pleines dents. Romain Gutierrez vole le palet à Ruben Smith qui cafouille pour la première fois, puis donne en retrait à Juraj Stefanka... mais le gardien norvégien réalise un nouvel arrêt miraculeux du bout du gant. Marc-André Thinel, enfin libéré, ajoute un deuxième but (4-2, photo de gauche). L'entraîneur norvégien Petter Thoresen sent bien que le vent tourne et qu'il doit briser la soudaine euphorie rouennaise. Il convoque un temps mort pour tenir un discours bref mais musclé.

Le jeu reprend ensuite des apparences de normalité, en étant relativement équilibré. Chaque équipe a ensuite une supériorité numérique, pour un accrocher de Trettenes et une obstruction de Stefanka : Smith détourne de la jambière un lancer lointain de Thinel, Lhenry s'interpose sur un tour de cage de Kissel.

2014-01-11-Stavanger-Rouen

Tout reste possible en troisième période, mais les arbitres sanctionnent rapidement un retard de jeu de Janil sous la bronca du public. Dans les dernières secondes de la pénalité, la passe en retrait de Juha-Pekka Loikas derrière la cage est reprise par Tommy Kristiansen, et Lhenry ne peut que toucher le palet de la mitaine, sans l'arrêter (5-2).

Cela refait trois buts à remonter pour les nouvelles lignes mises en place par Rodolphe Garnier depuis la fin de première période : Desrosiers-Guénette-Thinel, Rech-Vas-Riendeau, Lampérier-Stefanka-Thillet (Faure ayant aussi fait son entrée en défense sur la paire de Janil pendant que Guillemain reste sur le banc). Ces trios défendent mieux, mais ne produisent rien de bien dangereux. La situation se complique encore lorsqu'un tir du haut du cercle gauche de Petter Roste Fossen prend une trajectoire en cloche qui lobe Lhenry (6-2).

Nouvelle large défaite pour Rouen, avec un sentiment un peu différent : autant les Dragons ont raté leur match contre une équipe d'Asiago tout à fait prenable, autant Stavanger semble d'un tout autre calibre. Avec leurs quatre lignes solides, les Norvégiens démontrent qu'ils sont une équipe de calibre européen, physiquement impressionnante, et qu'ils ont plus de fond que les Normands.

2014-01-11-Stavanger-Rouen6Tout content d'avoir été élu joueurs du match pour la deuxième fois (même si tous les gardiens ont été systématiquement récompensés depuis hier... sauf ceux de Rouen), Ruben Smith fait un show d'après-match avant de quitter la glace en sentant la réaction positive du public. Après une cabriole, l'homme des fjords imite le geste de la pagaie.

Désignés joueurs du match : Ruben Smith pour Stavanger et Marc-André Thinel pour Rouen.

Commentaires d'après-match

Rodolphe Garnier (entraîneur de Rouen) : "On a fait une meilleure prestation qu'hier, surtout dans les 30 dernières minutes. Dommage qu'il ait fallu 90 minutes pour nous mettre dans le rythme. Physiquement, on est en dessous de notre adversaire ce soir. C'est une bonne leçon de haut niveau. C'est vrai qu'on n'a pas beaucoup de temps pour s'entraîner en ce moment, et on a un déficit de collectif. Ce n'est qu'une demi-surprise. Ce genre de match se joue sur des détails, qui ne fonctionnaient déjà pas contre Brest ou dans la finale contre Chamonix. Coup de chapeau aux joueurs qui ont continué à travailler et qui ont repris à la fin de ce match les habitudes qu'ils avaient perdues. Je pense qu'on a trop anticipé le dernier match Rouen-Donbass depuis quelque temps."

Marc-André Thinel (capitaine de Rouen) : "On manquait de vitesse, on manquait d'un peu de tout. Ils gagnaient leurs batailles, récupéraient tout le temps les palets, on arrivait deuxième voire troisième. Des fois c'est nous qui nous baladons, ce soir on s'est fait balader. Les autres années, on prenait la vitesse supérieure rapidement, là on reste sur nos petites habitudes en France alors qu'il faudrait élever notre niveau. Heureusement, il reste un match demain pour sauver la mise. Espérons qu'on ait pris le rythme international. Cela reste plaisant à jouer. On doit profiter de l'occasion d'affronter une équipe du deuxième meilleur championnat au monde."

 

Stavanger - Rouen 6-2 (3-0, 1-2, 2-0)
Samedi 11 janvier 2014 à 20h00 sur l'île Lacroix, Rouen. 2747 spectateurs.
Arbitrage de Jean-Philippe Sylvain (CAN) et Viki Trilar (SLO) assistés de Joep Leermakers (HOL) et Michael Tscherrig (SUI).
Pénalités : Stavanger 4' (2', 2', 0') ; Rouen 8' (2', 2', 4').
Tirs : Stavanger 36 (12, 10, 14) ; Rouen 29 (7, 15, 7).

Évolution du score :
1-0 à 08'15" : Høygård assisté de Kissel et Hallem
2-0 à 16'19" : Kristiansen assisté de Daoust
3-0 à 18'41" : Roste Fossen
4-0 à 20'49" : Strandfeldt assisté de Dahl Andersen (sup. num.)
4-1 à 25'08" : Thinel assisté de Guénette et Guren
4-2 à 27'51" : Thinel
5-2 à 44'41" : Kristiansen assisté de Loikas et Trettenes (sup. num.)
6-2 à 46'50" : Roste Fossen assisté de Davis et Loikas


Stavanger Oilers

Gardien : Ruben Smith.

Défenseurs : Kurt Davis (+1) - Nick Schaus (-1) ; Dennis Sveum - Henrik Solberg (+3) ; Travis Ehrhardt (+1) - Mats Mostue ; Daniel Rokseth.

Attaquants : Christian Dahl Andersen - Juha-Pekka Loikas - Martin Strandfeldt (A, -1) ; Dan Kissel (+2) - Jean-Michel Daoust (+1) - Tommy Kristiansen (+1, 2') ; Stian Høygård (+1) - Lars Peder Nagel (A, +1) - Snorre Hallem (C, +2) ; Petter Roste Fossen (+1) - Mathias Trettenes (-1, 2') - Peter Lorentzen (-1) ou Erik Boisvert.

Remplaçant : Henrik Holm (G).

Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Lauri Lahesalu (+1) puis à 30' Raphaël Faure (-1) - Jonathan Janil (-1, 2') ; Antonin Manavian (-1) - Miloslav Guren (-1, 2') ; Andrej Tavzelj (A) - Léo Guillemain (-1) [puis Lahesalu].

Attaquants : Loïc Lampérier [puis Desrosiers à 30'] - François-Pierre Guénette (A, +1) - Marc-André Thinel (C, +1, 2') ; Julien Desrosiers (-1) [puis Rech à 30'] - Janos Vas (-1) - Yannick Riendeau (-1) ; Anthony Rech (-1) [puis Lampérier à 30'] - Juraj Stefanka (-2, 2') - Romain Gutierrez (-1) puis à 30' Dimitri Thillet (-1).

Remplaçants : Gabriel Girard (G), Anthony Goncalves, Loup Benoît, Johan Saint-André. Absent : Juho Mielonen (fracture de la clavicule).