Amiens - Gap (Ligue Magnus, 19e journée)

Des unités spéciales bien coupables pour les Rapaces

2014-01-11-Amiens-Gap-1Premier match de l'année 2014 sur la glace du Coliséum, et de la revanche dans l'air puisqu'au match aller, Amiens avait été la première équipe à s'incliner face aux Gapençais dans ce championnat après sept journées (4-1). À l'époque, les deux clubs connaissaient bon nombre de difficultés. Aujourd'hui les choses semblent un peu plus sereines, mais après une bonne série les Gothiques ont souffert ces derniers temps, restant sur quatre revers toutes compétitions confondues. Pour cette nouvelle bataille, les Gothiques sont privés de certains jeunes du club (Bourgeois, Kazarine, Herbet, Thomas), laissés à la disposition de la mineure. Quant aux joueurs d'Ari Salo, ils ont su montrer de belles choses après un début chaotique (sportivement comme en dehors de la glace), mais ils peinent malgré tout à quitter les bas-fonds, puisqu'ils ne sont jamais sortis des places « play-down » depuis la deuxième journée.

Le match démarre vite et fort, et ce n'est guère étonnant entre la troisième (Gap) et la quatrième (Amiens) équipe de la ligue en premier tiers. À peine le temps de s'installer que Dusseau sollicite Duquenne, préféré à Garman ce soir, mais le jeune gardien nordiste capte le palet. Après une tentative de « Marty » Gascon, le premier assaut gapençais est au crédit de Valchar. Un lancer bien plus dangereux en apparence que celui à suivre, et pourtant c'est bien ce dernier qui fera mouche : parti sur le flanc gauche, Virpio remise dans l'axe, sans doute plus dans l'attente d'une déviation qu'autre chose. Sopko est sur la trajectoire mais se troue tout seul et offre l'ouverture du score aux Rapaces de Gap. Le genre de « but casquette » qu'ont déjà encaissé tous les gardiens, mais loin d'être idéal pour la confiance si tôt dans le match (0-1, 02'34").

2014-01-11-Amiens-Gap-2Le jeu s'équilibre ensuite mais est loin d'extasier les travées amiénoises, car les tirs dangereux sont rares et les erreurs techniques sont légion. Un contact à mi-glace entre Gascon et Perez laisse un temps le natif du Dauphiné au sol, mais il se relève finalement sans dommage. Les choses ne s'arrangent guère pour Amiens quand Salmivirta est sanctionné pour avoir retenu l'adversaire, pourtant Gap ne parvient absolument pas à installer le jeu de puissance face à une défense très mobile. La chance leur est pourtant offerte dans les dernières encablures de la supériorité numérique : Arrossamena hérite du palet idéal, seul devant la cage avec Sopko pris de vitesse, mais l'attaquant rate totalement son lancer en « one-timer ».

Cette grosse frayeur a au moins le mérite de réveiller un peu les Gothiques, et une très belle phase de jeu implique Gascon pour Serer et enfin Salmivirta, mais la tentative n'est pas cadrée. Mais d'une manière générale, il n'y a en ce premier tiers que cette inédite deuxième ligne amiénoise qui donne l'impression de parvenir à vraiment mettre en danger l'adversaire. Elle pousse d'ailleurs Nilsson à la faute (cinglage). Ce powerplay est bien mieux maîtrisé par Amiens que le premier ne le fut pour Gap, et il faut tout le talent de Duquenne pour mettre en échec deux belles tentatives de Santala.

C'est à cinq contre cinq qu'Amiens pense tenir son égalisation par Bouchard, mais tout cela se passe après le coup de sifflet d'un hors-jeu logique. Au moment de rentrer aux vestiaires, Gap confirme son statut d'excellente équipe de premier tiers grâce à ce court mais précieux avantage.

Action... réaction

2014-01-11-Amiens-Gap-3Le jeu reprend sur un lancer de Bault, évoluant en ligne offensive sur cette rencontre. Le rebond entraîne une « explication de texte » impliquant notamment Arnaud et Hirvonen, deux joueurs sanctionnés de 2'+2' pour dureté. Les Amiénois cherchent la faille par Claireaux en bonne position, puis sur un gros lancer de Baazzi, pourtant ils se font surprendre une nouvelle fois sur un beau de travail de Valchar qui transmet à Arrossamena parti seul dans l'axe. Se rattrapant de son incroyable raté de la première période, il trompe Sopko qui semblait pourtant sur la trajectoire (0-2, 24'00").

Cette fois-ci c'est clair, les Amiénois n'ont plus le choix et doivent réagir. Si le match s'anime suite à ce but, dans un premier temps les locaux peinent pourtant à porter le danger du fait d'un jeu parfois brouillon, et un grand nombre de passes infructueuses. On peut toutefois citer un essai de Ouimet où Duquenne a dû s'employer par deux fois, ou un arrêt du casque de ce même gardien sur un lancer de Dusseau. L'intenable Valchar n'est pas loin de marquer un but qui aurait été involontairement somptueux, en déviant de la mi-glace et vers la cage, un palet haut lancé du fond de jeu. Dans la foulée Bouchard fait claquer le plastron de Duquenne, bien en place.

Les Rapaces n'hésitent pas à sortir, et Sopko doit s'employer sur un bon travail de Circelli. La confiance est de leur côté, et l'est d'autant plus quand Dusseau part en prison sur une crosse haute. Reste que cette équipe confirme ses difficultés dans toutes les unités spéciales, et cette supériorité donne l'impression une nouvelle fois de déstabiliser un système de jeu qui fonctionne plutôt bien à cinq contre cinq. En témoigne cette pénalité prise pour surnombre. Amiens accélère alors et porte beaucoup plus le danger sur la cage du portier gapençais, tout heureux de voir un palet frôler son poteau quand il fut surpris par une déviation sur un lancer de Gascon. Quant à Bastien, il régale le public comme de coutume par un dribble dont lui seul a le secret.

À force de s'affirmer dans ce match, les Gothiques troublent leurs invités du soir, et Tekel est sanctionné d'une obstruction. On comprend alors que c'est le moment ou jamais pour recoller au score côté picard. Bien mal à l'aise en infériorité numérique, Gap craque finalement sur un lancer de Gascon, très bon tout au long du match, sur lequel Duquenne intervient mais laisse un rebond dont profite un Ohlsson bien oublié et qui n'a plus qu'à convertir l'offrande (1-2, 37'56"). Le tiers s'achève et les Rapaces mènent encore, mais la psychologie de la rencontre s'est inversée.

Bastien assure le spectacle

2014-01-11-Amiens-Gap-4Le challenge est clair pour les joueurs d'Ari Salo en ce dernier tiers : tenir cette victoire face aux assauts attendus des Amiénois. Mais il est loin d'être simple quand on est la plus mauvaise équipe de la ligue en troisième tiers-temps depuis le début de la saison… Ce sont pourtant eux qui se mettent en évidence par Moore, avant que le « show Bastien » n'atteigne des sommets : héritant d'un anodin palet loin de la cage, celui qui a habitué son public à sa technique hors norme ne se pose pas de question. Il dribble à lui seul l'ensemble de l'équipe gapençaise et ne rate pas le dernier geste. Son explosion de joie et à la hauteur de cette séquence dont il fut le seul acteur : EXCEPTIONNELLE ! (2-2, 42'00").

2014-01-11-Amiens-Gap-5Tout est à refaire pour les visiteurs, mais ils tentent de s'y employer par Valchar et Syväsalmi, après un lancer de Bouchard. Reste que l'on a bien compris côté haut-alpin que c'est en infériorité numérique (voire en supériorité également) que le danger est le plus fort, alors on s'attend à serrer les rangs quand Hirvonen est coupable d'obstruction. Las, Amiens parvient tout de même à installer un jeu de puissance d'école au terme duquel Santala trouve Bouchard à la bleue. Le tir est puissant et Duquenne cède à nouveau devant « le chat », plus discret ce soir qu'à l'accoutumé mais toujours décisif quand il le faut (3-2, 46'44").

Dans la foulée, Sopko réalise l'arrêt qu'il faut pour éviter l'égalisation express. La pression exacerbe les tensions et il y a de l'électricité entre Bault et Arrossamena, tant sur la glace qu'au retour sur les bancs. Dans une telle situation que les Gothiques ont déjà connue par le passé, ils avaient pris l'habitude de se mettre en sécurité rapidement. Mais c'est loin d'être le cas en cette rencontre et malgré le faux rythme, ils restent à la merci d'un retour gapençais. Ils s'en remettent alors à Sopko, d'abord sérieux devant Valchar, puis impressionnant face à Hirvonen, et enfin un peu chanceux sur un arrêt du casque contre Vondracek.

2014-01-11-Amiens-Gap-6La pénalité de Tekel pour faire trébucher tombe donc à point nommé pour les Gothiques, à moins de trois minutes du terme de la rencontre. Si cette phase est plus équilibrée que les précédentes, il n'en demeure pas moins que Gap perd de précieuses secondes et qu'au sortir de cette infériorité (et du temps passé dans leur zone défensive même après le retour à cinq), la sirène approche à grand pas. Dès qu'il en a l'occasion, Duquenne quitte sa cage pour créer le surnombre, et sur l'action Amiens frise la correctionnelle avant que la sanction logique ne tombe : faute sur Virpio et tir de pénalité. À onze secondes du terme, Circelli s'élance avec la prolongation en ligne de mire. Le public gronde et le Canadien bute sur Sopko qui avait parfaitement suivi le geste de l'attaquant. Salo appelle alors un temps-mort,n et sur l'engagement, Arrossamena lance au dessus de la cage, mettant fin aux derniers espoirs de retour pour les Rapaces.

Amiens s'impose sans convaincre mais l'essentiel est préservé, les deux points de la victoire. Il n'a pas manqué grand-chose à Gap pour obtenir au moins le point de la prolongation, mais les Rapaces peuvent s'en vouloir de problèmes visiblement récurrents en supériorité comme en infériorité numérique, et qui sur ce match leur a clairement coûté la victoire. Pourtant l'équipe produit de belles phases et peut légitimement espérer éviter le barrage de relégation.

Désignés joueurs du match : Kaï Syväsalmi pour Gap,  David Bastien pour Amiens



Commentaire d'après-match :

David Bastien (attaquant d'Amiens) : « C'est la beauté du sport ! Quand ça ne va pas, il faut que l'on puisse se ressaisir. 2014, une nouvelle année et cela donne finalement une bonne victoire pour nous et pour vous les partisans. J'espère que les supporters continueront de nous suivre car nous n'avons pas fini de gagner ici. »


Amiens – Grenoble 3-2 (0-1, 1-1, 2-0)
Samedi 11 janvier 2014 à la patinoire du Coliséum. 3100 spectateurs.
Arbitrage de Jérémy Rauline assisté de Clément Goncalves et Aurélien Smeeckaert.
Pénalités : Amiens 8' (2', 6', 0') ; Gap 14' (2', 8', 4')
Tirs : Amiens 26 (6, 13, 7) ; Gap 23 (7, 6, 10)

Évolution du score :
0-1 à 02'34" : Virpio assisté de Syväsalmi et Hirvonen
0-2 à 24'00" : Arrossamena assisté de Valchar
1-2 à 37'56" : Ohlsson assisté de Gascon et Serer (sup. num.)
2-2 à 42'00" : Bastien assisté de Arnaud et Leclerc
3-2 à 46'44" : Bouchard assisté de Santala et Salmivirta (sup. num.)


Amiens

Gardien : Ramon Sopko.

Défenseurs : Jimi Santala – Aziz Baazzi ; Johan Ohlsson - Kévin Dusseau ; Nicolas Leclerc – Vincent Bachet (C).

Attaquants : François Ouimet – Valentin Claireaux – Danick Bouchard ; Martin Gascon (A) – Marius Serer (A) – Ilpo Salmivirta ; Romain Bault – David Bastien – Mathias Arnaud (puis Romain Carpentier de 23'01" à 27'01").

Remplaçants : Léo Bertein (G). Absents : Fabien Bourgeois, Fabien Kazarine, Marc-Antoine Herbet, Rémi Thomas (mineur).

Gap

Gardien : Guillaume Duquenne (sorti à 59'33'')

Défenseurs : Kai Syväsalmi – Pasi Hirvonen (puis Jérémy Baridon de 23'01" à 27'01") ; Brice Mansouri – Milan Tekel (A) ; Alexandre Cornaire (C) – Etienne Chiappino.

Attaquants : Jouni Virpiö – Collin Circelli (A) – Colin Moore ; Radim Valchar – Michaël Perez – Nicolas Arrossamena ; Niklas Nilsson – Roman Vondracek – Yoanne Lacheny.

Remplaçants : Mike Garman (G), Jacques Evrard, Guillaume Michelon, Hugo Casini, Maxime Pilote-Griet. Absents : Niko Mäntylä, Lucas Savoye (accident de la route), Mathieu André (rupture du ligament croisé antéro-externe).