Brest - Caen (Ligue Magnus, 19e journée)

Les Drakkars en rade à Brest

2014-01-11-Brest-Caen-2Après leur exploit retentissant la semaine passée sur la glace de Briançon (victoire 2-1), les Albatros ont confirmé leur bonne forme du moment avec une deuxième victoire consécutive qui leur permet de quitter la dernière place du championnat au détriment de Gap. L’adversaire caennais qui se présente ce soir n’est plus qu’à trois points des Bretons au classement. Mais les Drakkars ont également fait fort la semaine passée en muselant le meilleur buteur et pointeur du championnat Danick Bouchard ainsi que tous ses coéquipiers pour une brillante victoire normande 4-0 face à Amiens.

L’entraîneur brestois Sébastien Oprandi affirme que cette date est entourée depuis longtemps sur le calendrier des Albatros. Elle l’est sans doute un peu plus depuis le 26 octobre 2013, date à laquelle les Drakkars ont joué un bien mauvais tour aux Brestois en l’emportant 4-2 à Caen la Mer. Un grosse déception pour Brest qui espérait mieux après avoir remporté les quatre premières confrontations entre les deux équipes (deux amicales et deux en Coupe de la Ligue).

La « proximité » géographique entre les deux équipes (371 km, c’est peu pour Brest), le contingent important d’anciens Caennais dans les rangs brestois (cinq) et l’enjeu important de la rencontre dans la course aux play-off/ maintien donnent au match une allure de finale. Le public ne s’y est pas trompé et c’est devant des gradins archi-combles (1506 spectateurs, parmi eux le maire de Brest François Cuillandre) et les caméras de l’Équipe que le véritable coup d’envoi est donné par Nicolas Barbez après une mise en jeu fictive donnée par l'association "Tous unis pour Mélissa".

On joue depuis à peine plus d’une minute que Caen se voit sanctionner pour une obstruction de Jérémie Romand (1’17’’). De manière inattendue, ce sont les Normands réduits à quatre qui marquent par l’intermédiaire de Shawn Stuart grâce à une bévue de David Croteau à la bleue qui leur a offert un contre victorieux 0-1 à 2’17’’).

La pénalité est tuée par les visiteurs mais ils sont de nouveau pris par la patrouille deux minutes plus tard. Une constante dans cette première période où les Caennais sont rarement au complet. Une situation qui permet à Brest de revenir puis prendre les commandes de la rencontre pour ne plus jamais les lâcher.

Sur un jeu en triangle magnifique entre David Croteau, Michal Dian et Nicholas Pard à la conclusion, les Albatros pensent avoir égaliser mais Lucas Normandon bloque le palet juste devant sa ligne (7’21’’). Pas de doute en revanche sur le rebond laissé par le portier visiteur, exploité par Graham Avenel qui égalise de près (1-1 à 8’47’’). Caen est extrêmement indiscipliné puisque Charles Geslain écope de 2’+10’ pour une charge dans le dos sept secondes après l’égalisation. C’est encore un ancien Drakkar qui punit ses ex-coéquipiers. Jaroslav Prosvic excentré fait passer Brest devant (2-1 à 9’14’’).

Luc Chauvel prend son temps mort (9’14’’) pour tenter de raisonner ses troupes qui vont enfin se discipliner et se porter à l’attaque. Son frère Brice a reçu le message mais il n’exploite pas le retour laissé par Dupont après un splendide arrêt de la jambière face à Romand. Le gardien Canado-Suisse ne doit son salut qu’à son poteau sur cette action (10’). À cinq contre cinq, les débats sont plus équilibrés et les deux équipes se neutralisent. Caen procède essentiellement par contre-attaque tandis que Brest propose plusieurs phases de jeu intéressantes exécutées avec vitesse et précision.

2014-01-11-Brest-Caen-1La discipline caennaise ne tient même pas dix minutes. Jordan Dewey commet une obstruction (17’25’’) sanctionnée d’un nouveau but de Jaroslav Prosvic à la conclusion d’une remise intelligente au premier poteau de Michal Dian (3-1 à 18’39’’). Brest a su maximiser ses chances face aux très nombreuses fautes sifflées à l’encontre de leurs adversaires pour construire une avance de deux buts durant ce premier tiers.

À l’entame du deuxième tiers, les Albatros n’ont visiblement plus besoin d’être à un joueur supplémentaire pour faire la différence. Adepte des changements réguliers dans ses lignes, Sébastien Oprandi a séparé lors du premier tiers le duo Croteau-Pard et greffé ce dernier au bloc offensif emmené par le redoutable duo slovaque Prosvic-Dian. Un choix qui s’avère payant tant ce bloc va survoler les débats. L’illustration de ce propos intervient après un tour de cage du virevoltant Dian qui permet à Nicholas Pard de tromper Normandon du revers (4-1 à 20’55’’).

Peu à peu, le corps arbitral rééquilibre le nombre de pénalités sifflées. Jaroslav Prosvic commet un accrocher, mais le palet étant contrôlé par Caen, Normandon a le temps de sortir pour créer une situation de six contre cinq durant laquelle les Drakkars frappent la barre transversale de Michael Dupont (23’). Grâce à une belle solidarité défensive et un Dupont impeccable, la pénalité qui suit est tuée. Il en est de même pour les deux minutes sifflées à l’encontre des Albatros pour un retard de jeu à 26’43’’.

À mi-match le score prend des proportions aux allures de démonstration d’efficacité. Avec de la réussite mais beaucoup d’intelligence comme souvent, Michal Dian inscrit le cinquième but breton de manière improbable. Situé derrière le but de Normandon, il tire au culot sur le dos du gardien normand qui fait ricocher le palet dans son propre but (5-1 à 29’41’’).

On ne peut pas dire que les Normands bénéficient de la même réussite, la faute à un excellent Dupont qui déboute le capitaine Thibault Geffroy qui se présentait seul face à lui (33’34’’). Contrairement à Brest qui a fait la différence en début de rencontre sur les prisons adverses, Caen se heurte à un rideau défensif local particulièrement efficace en infériorité numérique, y compris à 3 contre 5 après les prisons successives de David Poulin (33’34’’) et Vladimir Holik (33’59’’). Le défenseur tchèque est d’ailleurs particulièrement sonné au moment de recevoir sa sanction après une mauvaise charge contre la bande de Jérémie Romand. Mais qu’importe, Dupont est héroïque et repousse une à une les tentatives de Romand (34'47’’ et 35’15’’) ou Jean-Christophe Gauthier (35’).

Écœuré par cette réussite insolente brestoise, la coupe normande est pleine et déborde sur une perte de palet causée par le patin de Dian qui récupère la rondelle et crucifie Normandon d’un slap limpide (6-1 à 38’45’’). Dans la foulée Erwan Pain porte l’estocade à 7-1 (39’12’’). Les Drakkars ont complètement sombré dans ce tiers avec quatre buts encaissés à égalité numérique malgré plusieurs occasions de revenir au score. La faute à une équipe brestoise complètement euphorique et redoutable d’efficacité tant offensive que défensive.

Quentin Kello prend la place de Normandon pour les dernières vingt minutes de la rencontre. Pris à froid, le jeune gardien caennais s’incline rapidement sur un tir de Jaroslav Prosvic qui s’offre un coup du chapeau (8-1 à 41’18’’). Maigre consolation pour Caen qui marque un second but sur une frappe imparable en hauteur de Kevin Da Costa qui profite d’un tir contré par des patins juste devant Dupont qui s’était déjà positionné en papillon (8-2 à 42’06’’).

Comme on pouvait s’y attendre, la rencontre diminue peu à peu d’intensité et la frustration prend parfois le dessus sur le jeu. Caen se crée malgré tout plusieurs occasions mais la tête de Jean-Christophe Gauthier qui regarde vers le ciel après un nouvel arrêt de Dupont (50’51’’) en dit long sur l’état mental de son équipe complètement dégoûtée par la tournure de cette rencontre.

2014-01-11-Brest-CaenBeaucoup de prisons sont sifflées de part et d’autre avec quelques méconduites à la clé. Les plus marquantes sont distribuées à l’issue d’une grosse échauffourée générale qui verra Nicolas Deshaies tomber les gants face au jeune Gaëtan Cannizzo (57’13). Le Caennais écope de 27 minutes de prisons tandis que le Brestois ressort blanchi, sans doute parce qu’il n’a pas porté de coup à son adversaire. Michael Dupont est sanctionné d’une méconduite pour avoir quitté son but et être aller se mêler à l’échauffourée. Sébastien Oprandi pose son temps mort à ce moment pour calmer les esprits et permettre à la rencontre de se finir tranquillement.

Au gong final, le score est sans appel : 8-2 en faveur de Brest qui fait une très bonne opération après cette troisième victoire consécutive qui leur permet de revenir à un petit point au classement de leur adversaire du soir. Les Albatros ont été très convaincants tant dans l’animation offensive, avec notamment le bloc Dian-Prosvic-Pard en feu, que dans le jeu défensif. Épaulé par un Michael Dupont encore une fois grandiose, Brest a su faire les sacrifices nécessaires, y compris dans des situations difficiles comme à deux reprises à 3 contre 5. Les Albatros sont plus que jamais relancés dans la course aux play-offs en remportant cette victoire face à concurrent direct. Mais il faut déjà remettre le couvert dès mardi prochain dans un autre match crucial à Gap.

Les Caennais, eux, sont passés complètement à côté de leur rencontre la faute à une grosse indiscipline qui leur coûte cher dans le premier tiers-temps. La différence s’est en partie faite sur ces situations où Brest a su en concrétiser la moitié tandis que Caen n’en a réussi aucune. À cinq contre cinq, le bilan n’est guère plus reluisant avec plusieurs occasions rendues stériles par un Dupont impeccable et un deuxième tiers où l’équipe a complètement sombré sous les coups de boutoirs de Dian et Pard entre autres. Il faudra vite se relancer pour tenter de reprendre ses distances avec la meute d’équipes qui reviennent à leur trousse. La rencontre contre Rouen ne semble pas l’idéal pour le faire, à moins que le fiasco en cours de la Coupe Continentale ne viennent ébranler le voisin normand.

Commentaires d’après match (Source : Le Télégramme)

Sébastien Oprandi (entraîneur de Brest) : « Là où on a été bon, c’est que l’on est resté dans le match après le premier but de Caen. Ce qu’on a travaillé depuis quinze jours a payé parce que, en zone défensive, ils n’arrivaient pas à nous contenir. On savait qu’ils faisaient bloc devant la cage. À l’aller, on avait buté là-dessus. Là, déjà, on était bien mieux physiquement. Le travail paye. Il y a eu beaucoup de pénalités de chaque côté qui étaient justifiées. C’était bien arbitré. Après, il fallait un petit peu contenir la frustration de fin de match. Je savais que ça allait dégénérer. Je suis un peu surpris qu’ils s’en soient pris à Gaëtan Cannizzo. »

Luc Chauvel (entraîneur de Caen) : « Mon équipe a été indisciplinée. C’est souvent dans les unités spéciales que se fait la différence. On aurait pu leur couper les pattes si, après le premier but, on avait joué à quatre contre cinq. Ce soir, ce n’est pas compliqué de savoir ce qu’on n’a pas bien fait : on a reculé, on n’a pas été conquérant. On n’arrive pas à rester dans une constante. Quand on ne met pas tout ce qu’il faut dans un match aussi important, moi aussi, je me remets en question. On va continuer à bosser en espérant retrouver cette dynamique. C’est toujours un peu particulier d’évoluer contre des anciens joueurs caennais, il y a toujours un petit côté émotionnel. En face, ils ont aussi envie de briller contre Caen. Brest, c’est une équipe à battre pour survivre, mais on n’est pas mort, on vient de jouer un gros joker. Maintenant, il va falloir être très solidaire et se poser les bonnes questions pour la fin de saison. Mais je ne suis pas vraiment inquiet. »

 

Brest – Caen 8-2 (3-1, 4-0, 1-1)
Samedi 11 janvier 2014 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 1506 spectateurs
Arbitrage de Nicolas Barbez assisté de Matthieu Loos et Charlotte Girard.
Pénalités : Brest 40' (0’, 8’, 12’+10’+10’), Caen 51' (10’+10’, 2’, 4’+5’+20’).

Évolution du score :
0-1 à 02’17’’ : Stuart assisté de Gyesbreghs (inf. num.)
1-1 à 08’47’’ : G. Avenel assisté de Motreff et Croteau (sup. num.)
2-1 à 09’14’’ : Prosvic assisté de Pard (sup. num)
3-1 à 18’39’’ : Prosvic assisté de Dian et Holik (sup. num.)
4-1 à 20’55’’ : Pard assisté de Dian
5-1 à 29’41’’ : Dian assisté de Evans
6-1 à 38’45’’ : Dian
7-1 à 39’12’’ : Pain assisté de G. Avenel et Gréverend
8-1 à 41’18’’ : Prosvic assisté de Dian et Pard
8-2 à 42’06’’ : Da Costa assisté de Stuart et Gauthier
 
Brest

Gardien : Michael Dupont.

Défenseurs : Aurélien Gréverend – David Poulin ; Daniel Carlsson (C) – David Hennebert (A) ; Vladimir Holik – Thomas Evans ; Gaëtan Cannizzo (à partir de 54’).

Attaquants : Aïna Rambelo – David Croteau – Nicholas Pard (puis Motreff vers 10’) ; Jonathan Avenel – Erwan Pain – Graham Avenel ; Michal Dian – Jaroslav Prosvic (A) – Nicolas Motreff (puis Pard vers 10’); Quentin Berthon ; Marlo Chapron (à partir de 54’) ; Valentin Dumélié (à partir de 54’).

Remplaçant : Arnaud Goetz (G).  

Caen

Gardien : Lucas Normandon puis Quentin Kello à partir de 40’.

Défenseurs : Nicolas Deshaies – Alexis Gomane (A) ; Jordan Dewey – Alexis Birolini ; Vadim Gyesbreghs – Shawn Stuart.

Attaquants : Udo Marie – Thibault Geffroy (C) – Alexandre Palis (Fabien Métais à partir de 46’) ; Brice Chauvel – Kevin Da Costa – Jérémie Romand ; Charles Geslain – Thierry Poudrier (A) – Jean-Christophe Gauthier.

Absents : Damien Grendka, Hugo Damy, Martin Ropert et Yohann Robert.