Épinal - Villard-de-Lans (Ligue Magnus, 20e journée)

Su-Perna-tural !

Perna2Pour avoir vendu la peau de l'Ours avant de l'avoir tué au match aller, les Dauphins s'étaient vu punir d'une défaite (4-6) qu'ils n'avaient pas vu venir. Un "affront" qu'ils entendent laver, à Poissompré, sur la lancée de leur précieux succès ramené samedi de Chamonix (4-2). Mais gare à cette équipe de Villard, très solide à domicile... et capable de jolis "coups" à l'extérieur !

Mieux vaut donc ne pas prendre à la légère cette "légion étrangère", surtout qu'elle se présente dans la même configuration qu'à l'aller. C'est-à-dire sans Vincent Couture, blessé le 2 novembre dernier et suspendu pour le retour à Poissompré. Une absence qui pourrait jouer en défaveur des "Ours du Vercors", même si ceux-ci ont déjà démontré leur capacité à exister sans leur buteur patenté... que Jimi Palanto fit oublier, le temps d'une soirée, en signant un triplé fatal aux Dauphins d'Épinal !

Et ce n'est pas si souvent qu'un joueur de champ vole la vedette au gardien à Villard-de-Lans, surprenant quatrième au classement. Jeff Lerg, l'homme masqué, peut être considéré comme le meilleur portier officiant actuellement devant les filets français en dépit de son petit gabarit (1,68 m pour 74 kg), qu'il compense par un immense talent et une grande vivacité. Des qualités lui permettant d'enchaîner les performances de haute volée malgré ces "pluies" de lancers qu'il lui faut régulièrement essuyer.

L'Américain peut pourtant compter sur l'entier dévouement de ses coéquipiers, réputés tout aussi difficiles à manœuvrer que ces Dauphins connus pour leur ténacité. Et redoutés pour l'efficacité de leurs meilleures individualités, qui éprouvent pourtant les pires difficultés à entrer dans la partie. Il faut dire que les Ours, bien en place (et surtout plus mordants), mettent rapidement la pression sur le porteur du palet, multipliant ainsi les récupérations. Les premiers contres ne tardent donc pas à se dessiner et le premier tir cadré intervient sur une accélération du remuant Črt Snoj permettant à Chris Zarb d'armer un lancer qu'Andrej Hočevar parvient à détournengagement1er (02'06").

Dans leurs petits patins, les Spinaliens peinent à rivaliser avec un ensemble villardien redoublant d'intensité. Ouimet, pourtant si sûr en couverture, perd ainsi la rondelle devant Kralj, qui se veut menaçant (avec la complicité d'Eriksson, 03'06"). Une récupération permet ensuite à Matic Kralj de filer en deux-contre-un côté gauche avant de parfaitement servir Jens Eriksson dans l'axe, dont le tir - sans conviction - ne génère aucun rebond (03'41").

Cette litanie d'occasions, également constituée d'un tour de cage de Näslund (03'54") et d'un raté de Petrák forçant Hočevar à intervenir devant Martin (04'21"), débouche logiquement sur la première pénalité de la soirée. Martin Charpentier se rend coupable d'un retenir (04'31") installant durablement Villard-de-Lans dans le camp spinalien. Mais le jeu de puissance isérois ne trouve, pour seule finalité, que les lourds lancers à mi-distance d'un Kralj voyant son tir dévié filer de peu à côté, sur la droite d'un Hočevar pris à contre-pied (04'59").

Peinant à se dégager, les Vosgiens concèdent une nouvelleBreault5 pénalité (05'58") et se retrouvent en double infériorité pendant trente-quatre secondes. Le temps, pour Matic Kralj, d'expédier deux slaps non cadrés. Deux tirs très puissants et bien trop enlevés comparés au lancer balayé de Chris Zarb, qui aura trouvé ce qu'il cherchait. À savoir la déviation d'un Näslund venu couper la trajectoire, sur la droite d'Hočevar (0-1 à 06'44")...

Et Perna les réveilla !

Battant le fer tant qu'il est chaud, les visiteurs tentent d'enfoncer le clou. Mais l'incursion de Črt Snoj, arrivé lancé pour mystifier Yoann Chauvière, s'achève sur le gardien spinalien (07'02"). Un Hočevar des grands soirs sans qui les Dauphins auraient pu couler corps et biens... au lieu d'égaliser dans la foulée ! Domenico Perna reprend la passe de Benjamin Breault (immédiatement consécutive à l'engagement remporté par Steven Cacciotti) pour surprendre Jeff Lerg, peut-être masqué au départ de ce lancer à mi-hauteur qui aura fait mouche côté bouclier (1-1 à 07'18").

L'étourderie de Petrák, tout près de profiter au duo Eriksson-Palanto (07'55"), rappelle toutefois qu'Épinal se conjugue encore à l'imparfait dans ce premier tiers. Reste la vista de Cacciotti, utilisé comme point de fixation au premier poteau, histoire de centrer vers un Perna démarqué. Et n'ayant plus qu'à pousser la rondelle au fond des filets (2-1 à 08'56") !

Se retrouvant menés, sans pour autant démériter, les Villardiens réagissent... mais se font contrer ! Michal Petrák se hisse en zone offensive avant d'ouvrir un boulevard à Ján Plch, qui provoque le duel avec Jeff Lerg et s'essaye d'un lancer frappé... parfaitement stoppé (11'30") ! Le vétéran spinalien ayant dégainé à bout portant, cet arrêt n'avait rien d'évident...

Le brio de ce cerbère originaire de Livonia (dans la banlieue de Detroit) ne suffira toutefois pas à endiguer l'assaut de Domenico Perna, venu le dribbler avec un sang froid qu'on ne lui connaissait pas ! Il faur dire que l'attaquant de poche, profitant d'une montée axiale de Meilleur, va sortir du chapeau côté gauche, puis repiquer vers la cage avant de coucher le portier, temporisant suffisamment pour adroitement glisser le palet entre la mitaine et la base du montant droit (3-1 à 13'08"). Un joli solo qu'un Petrák ou un Kuralt n'aurait assurément pas renié !

LergPoissompré n'en revient pas ! Un triplé de Perna, qui fut si souvent maladroit dans le dernier geste depuis son arrivée (en août dernier)... Manquerait plus que Chauvière fasse barrage aux adversaires venant le défier en un-contre-un ! 

Mais peut-être est-ce trop demander aux "Dieux" du hockey, qui lui envoient un Nicolas Favarin... pavenant lui-aussi à l'éliminer, sans pour autant surprendre le gardien (13'31") ! Un Andrej Hočevar également sollicité par un powerplay alpin ayant fait de Matic Kralj son "cannonier" exclusif. Une rapide remontée de Snoj autorise ainsi son compatriote à enclencher un nouveau lancer à mi-hauteur, cette fois cadré (16'10"). Un tir sans rebond du gardien spinalien, qui se montre tout aussi inspiré que son homologue américain. Jeff Lerg a (enfin !) le dernier mot dans son duel avec Domenico Perna, pourtant mis sur les rails d'un break-away en infériorité (17'08")...

Les deux gardiens sont-ils en train de prendre le match en main ? À voir Andrej Hočevar multiplier les arrêts, de près comme de loin, on serait tenté de le penser. Le retour de Kevin Benchabane, venu gêner un Črt Snoj idéalement servi par Quentin Jacquier (18'31"), prouve toutefois que l'international slovène n'est pas (totalement) livré à lui-même. Un sentiment partagé par Jeff Lerg, sauvé par l'expérience d'un Nicolas Favarin coupant une passe de Steven Cacciotti destinée à l'inévitable Domenico Perna (19'43")... décidément jamais rassasié !

Des Dauphins (et deux gardiens) au presque parfait !

La mise en route fut laborieuse. Mais une fois la machine spinalienne lancée, Villard n'est plus parvenu à l'arrêter, s'en remettant exclusivement aux prouesses de son gardien. Tel pourrait être le résumé d'une partie outrageusement dominé par les locataires de Poissompré à partir du deuxième tiers. Un acte médian débuté sur un pressing de Kuralt permettant à Petrák de placer son revers sous la barre de Lerg (21'33"). Du moins l'a-t-on cru. Les référés n'ayant, soit-disant, rien vu...

action de but perna

Au bord du précipice, les Ours se raccrochent aux branches. James Jorgensen évite même un quatrième but à ses couleurs en déviant la tentative d'Anže Kuralt, échappé côté gauche (21'51"). Mais le défenseur américain (qui a grandi dans le Michigan, comme Lerg, Zarb, Leone et son coach Rich Metro) ne fait que retarder l'échéance. Les Lorrains, très à l'aise de ce rôle de contre-attaquants qui leur sied tant, se montrant aussi solides derrière... que percutants devant !

Maxime Ouimet, intraitable dans les duels, s'érige même en obstacle infranchissable pour des attaquants villardiens toujours aussi combatifs, mais de plus en plus limités. Une impuissance poussant Rich Metro a remplacer le fantomatique Jimi Palanto. Tout d'abord par Kevyn Richard (28e), puis par le grand (1,94m) blueliner Chris Zarb, qui s'improviser ailier. Mais sans succès. L'ICE multipliant récupérations et occasions sous l'impulsion des Petrák, Plch et autres Kuralt, jamais aussi dangereux que lorsqu'ils parviennent à combiner et à accélérer le jeu.

Chauvière1N'allez pourtant pas croire que le danger, à Épinal, ne se résume qu'à ces trois individualités. L'association Cacciotti-Breault-Perna n'a, ce soir, rien à leur envier. Yoann Chauvière, lui, ne manque de faire apprécier la qualité de ses lancers, qui mettent Jeff Lerg en franche difficulté (24'54" et 27'53"). Quant à Perna, il est dans tous les bons coups... et passe tout près du quadruplé en supériorité (31'53") !

Perna, le "lutin" italo-canadien, se voit ensuite lancé, par Cacciotti. Mais cette fois encore, le face à face tourne à l'avantage du petit "goalie" américain (34'08"), qui n'en finit décidément plus de le retrouver sur son chemin. L'ex-Tourangeau, à nouveau servi par Cacciotti, va même encore se présenter à lui... mais sans pouvoir tirer ! La faute à Zarb, parvenu à contrer son lancer (34'52")...

Malgré sa "bougeotte" et ses incessants tics nerveux, Jeff Lerg atteint des sommets devant le filet. Mais s'il frustre un à un les Spinaliens (en sortant, au besoin, sa panoplie de grand gardien), l'Américain ne pourra rien sur le slap décoché par Yoann Chauvière, en supériorité. L'ex-Montpelliérain (et Montblanais) nettoie le haut du filet d'un de ces "maître-tir" dont il a désormais le secret (4-1 à 35'43"). En fait le dernier but spinalien de la soirée. Jeff Lerg, même forcé de se démultiplier, ne laissant plus rien passer. Pas même cette reprise d'Anže Kuralt, qu'il enraye d'un magistral "jeté" de bottes (38'01")...

En se montrant trop insistant au premier poteau, Yannick Offret provoque l'ire de Quentin Jacquier, visiblement prêt à en découdre avec l'ex-Amiénois. Mais le "zébré" de service préfère ne pas les laisser s'expliquer (38'56"), intervenant néanmoins à la toute fin de l'acte médian suite à une charge dans le dos de Breault dégénérant en brassage "localisé" (39'54").

Rendus inoffensifs par des Dauphins totalement maîtres de leur sujet, les Ours abordent, pour ne rien arranger, ce troisième et dernier tiers en infériorité. Andreas Lindström, impliqué dans l'échauffourée (avec Meilleur, Näslund et Ouimet), ayant écopé d'une double pénalité mineure (contrairement aux autres intervenants). Mais le jeu de puissance spinalien, s'il cuit à petit feu le box-play villardien, n'arrive pas à ses fins. Une bonne circulation du palet n'étant rien sans prise de lancers (seul Petrák, légèrement excentré, s'y étant essayé, 41'42").

N'ayant plus grand-chose à se mettre sous la dent depuis le premier tiers-temps, les Isérois vont tout de même parvenir à grappiller quelques miettes. Le bon repli de Cacciotti gêne toutefois l'approche de Kralj (43e), rapidement suivie d'une mésentente en zone neutre profitant à Črt Snoj. Mais l'ailier slovène, après avoir feinté la passe à Jacquier, trouve le masque d'Hočevar (44'11"). Autant d'avertissement sans frais pour les Spinaliens, tout près du 5-1 sur un deux-contre-un "gâché" par une passe trop levée d'Hordelelay à destination d'Offret (47'04").

butLerg, archi-battu sur ce coup, se reprend ensuite en repoussant le revers de Petrák dans le trafic (49e) avant de signer un double-arrêt décisif devant Chauvière et Kuralt (49e). L'Américain brandit même sa plus belle mitaine sur une frappe sèche d'Anže Kuralt en supériorité (51'47"), C'est dire s'il apparaît un peu seul contre tous ces Dauphins, qui n'ont pas su concrétiser en supériorité... mais auront tenté, par tous les moyens, d'en venir à bout !

Profitant de se dextérité pour se frayer un chemin dans le camp spinalien (en éliminant, s'il vous plaît, Maxime Ouimet), Matic Kralj se mue en passeur décisif pour Jens Eriksson, certain d'avoir vu le puck franchir la ligne fatidique dans l'énorme confusion entourant la fin de cette action (52'09"). Aucun doute ne subsiste, en tout cas, sur la véracité de la pénalité attribuée à Chris Zarb, coupable d'un gros coup de coude sur Cacciotti dans l'arrondi (55'30").

Une faute annulant l'avantage numérique en cours des Ours... qui se retrouvent presqu'aussitôt en supériorité après une crosse haute de Michal Petrák sur Mike Leone (55'38") ! Nicolas Favarin, dans la foulée, expédie un puissant lancer sur la base du montant droit... pour la dernière occasion de cette soirée (56'36").

Il n'y a rien d'étonnant à voir les deux plus petits joueurs (Lerg et Perna) sur la glace hériter du titre de "MVP", tant ceux-ci auront animé les débats. Mais si les Ours sont incontestablement tombés sur bien meilleurs qu'eux, ils peuvent s'estimer heureux de pas être rentrés avec une "valise" plus chargée. Ce qui aurait été sûrement le cas sans un Jeff Lerg aussi "géant" devant le filet...

Réactions d'après-match (dans Vosges Matin) :

Dominic Perna (attaquant d'Épinal) : "On n'était pas à notre mieux en début de match mais Andrej (Hočevar), c'est le meilleur gardien de la ligue. Il nous donne une chance de gagner tous les matchs. Après ça, on a été solide. Cela fait aussi beaucoup de bien pour ma confiance d'avoir marqué trois buts."

 

Épinal - Villard-de-Lans 4-1 (3-1, 1-0, 0-0)
Mardi 14 janvier à 20h15 à la patinoire de Poissompré. 1 400 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Bourreau assisté de Thomas Caillot et Yann Furet.
Pénalités : Épinal 18' (8', 4', 6') ; Villard-de-Lans 26' (0', 10', 6' + 10').
Tirs : Épinal 37 (10, 15, 12) ; Villard-de-Lans 29 (17, 5, 7).

Évolution du score :
0-1 à 06'44" : Näslund assisté de Zarb et Eriksson (sup. num.)
1-1 à 07'18" : Perna assisté de Breault et Cacciotti
2-1 à 08'56" : Perna assisté de Cacciotti et Meilleur
3-1 à 13'08" : Perna assisté de Meilleur et Breault
4-1 à 35'43" : Chauvière assisté de Petrák et Plch (sup. num.)

Épinal

Gardien : Andrej Hočevar.

Défenseurs : Maxime Ouimet (A) - Francis Meilleur ; Gašper Sušanj - Martin Charpentier ; Peter Slovák - Yoann Chauvière.

Attaquants : Steven Cacciotti (C) - Benjamin Breault - Dominic Perna ; Anže Kuralt - Michal Petrák - Ján Plch (A) ; Yannick Offret - Pierre-Charles Hordelalay - Kevin Benchabane.

Remplaçants : Pierre Mauffrey (G), Romain Mauffrey, Maxime Martin, Boris Dunand, Kevin Pernot. Absents : Nicolas Ravel (coupure à la main, accident du travail), Anthony Rapenne (raisons professionnelles), Fabien Leroy (écarté du groupe).

Villard-de-Lans

Gardien : Jeff Lerg.

Défenseurs : James Jorgensen - Andreas Lindström [puis Robin Drogue] ; Nicolas Favarin - Luka Tošič ; Pierre-Antoine Simmoneau (C) - Chris Zarb [puis Lindström].

Attaquants : Jimi Palanto [puis Kevyn Richard, puis Zarb] - Jens Eriksson - Matic Kralj ; Kenny Martin - Mike Leone - Daniel Näslund ; Črt Snoj - Quentin Jacquier - Norbert Abramov.

Remplaçants : Anthony Koren (G), Téo Laurent, Bastien Lardière. Absents : Vincent Couture (suspendu), Bastien Sangiorgio (fracture de la clavicule).