Analyse de l'effectif letton pour les JO

Gardiens

Edgars Masalskis (Poprad, SVK)
Kristers Gudlevskis (Syracuse Crunch, AHL)
Ervins Muštukovs (Esbjerg, DAN)

MASALSKIS Edgars-110507-004Le pays d'Irbe souffre d'une faiblesse cruelle au poste de gardien, au point que le numéro 1 présumé n'avait toujours pas de club à l'annonce de la liste, à seulement un mois de l'échéance olympique ! Si Edgars Masalskis est titulaire depuis sept ans, c'est que la Lettonie n'avait absolument aucun autre gardien pour lui apporter vraiment une concurrence durable. Cela n'aurait pas fait de mal car Masalskis est plutôt inconstant, capable de grandes performances comme de mauvais soirs. On a donc toujours besoin de lui, malgré son manque total de pratique. Il n'avait joué cette saison que pour l'équipe nationale, contre la Russie B et contre l'Allemagne.

Ce n'est que le 16 janvier que Masalskis a finalement retrouvé un club, à Poprad en Slovaquie (où joue déjà son compatriote Stals). Et la bonne nouvelle, c'est que ça se passe bien : au premier match de Masalskis, le titulaire Sidor s'est fait sortir au début du deuxième tiers avec trois buts dans la musette, et maintenant, le Letton tient le fort.

Heureusement pour lui, car désormais, l'alternative existe. Au dernier Mondial, Masalskis a été mis en compétition pour la première fois, par Kristers Gudlevskis. Il ne jouait alors qu'en MHL, la ligue junior de la KHL, et avait une expérience quasi inexistante du hockey adulte de haut niveau. Entre-temps, tout s'est accéléré. Gudlevskis a été drafté en NHL par Tampa Bay en juin, et il a tout de suite fait ses valises. S'il a d'abord été assigné en ECHL, il a "grimpé" en AHL depuis début décembre, et est titulaire dans ce club de bas de tableau où il reçoit beaucoup de lancers.

La Lettonie aura donc - enfin - deux gardiens. Ervins Mustukovs ne sera que numéro 3, il n'a jamais été vraiment pris au sérieux au pays malgré ses performances en Grande-Bretagne (meilleur gardien de la ligue) puis au Danemark. Il a été logiquement préféré à Jucers après le dernier match-test.

 

Défenseurs

Sandis Ozolinš (Dinamo Riga, KHL) - Arvids Rekis (Dinamo Riga, KHL)

REKIS Arvids-110508-265Manager de l'équipe nationale aux Mondiaux 2011, Ozolinš est revenu porter le maillot de la Lettonie pour les qualifications olympiques, avec pour objectif de participer à ces JO où il ne sera pas le doyen à 41 ans. Le capitaine du Dinamo Riga n'a peut-être plus la condition physique pour un très gros temps de jeu, mais il contribue à l'équilibre intéressant des lignes arrières : défenseur offensif reconnu, il fait la paire cette saison en club avec Arvids Rekis, un pur profil défensif.

Arturs Kulda (Salavat Yulaev Ufa, KHL) - Oskars Bartulis (HK Donbass Donetsk, KHL)

Ceux deux joueurs ont en commun d'être parti en Amérique du Nord durant les années juniors et d'avoir connu la NHL et principalement l'AHL. Ils sont donc rompus au jeu physique et pourraient former une paire très solide dans leur zone. Mais ils ont aussi un ingrédient qui manque grandement à leurs compatriotes : un slap puissant.

Georgijs Pujacs (Dinamo Riga, KHL) - Krišjanis Redlihs (Dinamo Riga, KHL)

Les slaps, ce n'est pas le truc de Krisjanis Redlihs, défenseur offensif de type plus préparateur, qui mène le jeu de puissance avec ses fameux tirs du poignet de la ligne bleue. Il dispose d'un gabarit , assez répandu dans des lignes arrières lettones solides. Grigorijs Pujacs en est un pilier, puisqu'il a joué toutes les compétitions internationales depuis deux olympiades.

Kristaps Sotnieks (Dinamo Riga, KHL) - Ralfs Freibergs (Bowling Green State University, NCAA)

Sotnieks est lui aussi un arrière tourné vers sa zone défensive. En revanche, le jeune universitaire Freibergs plaît à Nolan parce qu'il a des caractéristiques très différentes de ses compatriotes, et en particulier un lancer qui peut être utilisé en jeu de puissance. Il manque cependant d'expérience pour qu'on puisse envisager de le voir beaucoup sur la glace à cinq contre cinq.
 

Les absents en défense : Guntis Galvins n'a retrouvé un club (l'AIK, en Suède) que le lendemain de l'annonce de la liste, et Nolan ne l'avait déjà pas sélectionné aux derniers championnats du monde. La saison d'Oskars Cibulskis s'est achevée prématurément par une blessure au genou.

 

Attaquants

Lauris Darzinš (Dinamo Riga, KHL) - Janis Sprukts (Lokomotiv Yaroslavl, KHL) - Mikelis Redlihs (Lokomotiv Yaroslavl, KHL)

La première ligne balte de ces dernières années est un peu en jachère. Blessé au genou début octobre, Sprukts vient tout juste de revenir au jeu courant janvier. L'avantage est qu'il a tout de suite été placé aux côtés de Mikelis Redlihs, ce qui prépare une ligne pour Sotchi. Même si Sprukts pourra retrouver Karsums en infériorité (ils y forment un duo ultra-énergique qui était sorti du lot au Mondial 2010), l'ailier gauche devrait être plutôt dans ce cas Lauris Darzinš, car c'est généralement l'ailier complémentaire de Redlihs.

Malheureusement, Lauris Darzinš a ses propres soucis. L'ailier-vedette de la qualification, qui avait inscrit les deux buts essentiels contre le Kazakshtan puis la France, a été viré de Chelyabinsk mi-décembre car il était gêné par une blessure, est tout juste rentré au pays. Excellent technicien, il est cependant inconstant et a parfois une fâcheuse tendance à disparaître sur la glace. Or, la Lettonie aura besoin d'un Darzinš en forme et d'une première ligne capable de soutenir la comparaison du très haut niveau.

Martinš Karsums (Dynamo Moscou, KHL) - Zemgus Girgensons (Buffalo Sabres, NHL) - Miks Indrašis (Dinamo Riga, KHL)

Le sélectionneur letton Ted Nolan a été nommé entraîneur des Sabres de Buffalo en novembre, et il peut y suivre de près la progression du grand talent du pays, Zemgus Girgensons. Cependant, on sait que les jours de Nolan à la tête de la Lettonie sont comptés, et il est plus consacré à sa nouvelle mission, redresser une franchise en perdition. Girgensons a un bon temps de jeu pour une première saison de NHL car il représente l'avenir, mais si c'était vraiment pour le bien de l'équipe nationale, Nolan le ferait jouer non pas à l'aile mais au centre, car c'est à ce poste qu'on a besoin de lui, notamment pour remporter les mises au jeu. Compétent dans les deux sens de la glace par son gabarit, il devra avoir un rôle plus offensif sous le maillot grenat.

VASILJEVS Herberts-110508-264En particulier, il s'agira d'alimenter en bons palets Martins Karsums, excellent finisseur en plus d'être également un joueur physique. Miks Indrasis incarne lui une nouvelle génération de techniciens lettons, qui n'ont rien perdu de leur finesse mais évoluent avec plus d'énergie que leurs aînés.

Kaspars Daugavinš (Genève-Servette, SUI) - Herberts Vasiljevs (Krefeld, ALL) - Martinš Cipulis (Dinamo Riga, KHL)

La grande surprise de la sélection, c'est le retour de Herberts Vasiljevs. L'ancien capitaine de l'équipe nationale avait pris sa retraite internationale après le Mondial 2011 pour pouvoir prendre la nationalité allemande et ne plus compter comme étranger dans son club de Krefeld. Mais le 1er novembre dernier, le parlement letton a autorisé la double nationalité pour inciter les émigrés à revenir. La loi autorise donc le retour de Vasiljevs, même si personne n'y pensait vraiment... En effet, il ne correspond plus trop à "l'américanisation" du style de jeu introduite par Nolan, et en plus, il n'avait pas joué depuis trois mois à l'annonce de la liste.

Vasiljevs s'est en effet fracturé la cheville début septembre, et c'est encore un convalescent de plus qui a repris la glace un mois avant les Jeux olympiques. Sa science du jeu sera très utile en supériorité numérique, où les Baltes manquent de créativité. Il pourrait retrouver l'autre vétéran Cipulis, même si son habituel ailier gauche Nizivijs n'a pas été retenu. Les jeunes jambes de Kaspars Daugavins pourraient donc amener leur fraîcheur et leur vitesse, tout en pouvant évoluer dans un jeu créatif.

Ronalds Keninš (ZSC Lions, SUI) - Armands Berzinš (Beybarys Atyrau, KAZ) - Vitalijs Pavlovs (Dinamo Riga, KHL)

Arrivé en Suisse à 16 ans dans la catégorie novices, Keninš devient un élément de plus en plus important au sein des ZSC Lions. Il a toujours joué le rôle qu'on lui confiait en équipe nationale, et a assez de polyvalence pour évoluer sur une quatrième ligne ou sur un trio plus offensif. Les deux autres hommes cités ici sont plus des éléments de quatrième ligne par leur gabarit. Le défaut de Pavlovs est qu'il est assez médiocre aux mises au jeu : Berzinš est plus adapté pour jouer centre, même si sa lenteur peut être préjudiciable au niveau international.

Juris Štals (Poprad, SVK), Koba Jass (Liberec, TCH)

Juris Štals est présent à toutes les compétitions internationales avec un rôle généralement limité, plutôt sur une quatrième ligne. Quant à Koba Jass, suspendu pour une attaque gratuite sur Erik Karslsson aux Mondiaux 2011, il amène son agressivité, et guère plus.
 

Les absents en attaque : le retour inattendu de Vasiljevs a sans doute coûté sa place au centre Andris Džerinš, présent aux quatre derniers championnats du monde. Aleksandrs Nizivijs avait fait son retour pour les qualifications olympiques afin de préparer cet évènement, mais le recordman des sélections n'a pas été pris pour autant. Il faut dire que ce pur technicien de l'école soviétique est devenu un risque pour les systèmes de jeu de Nolan. Gints Meija a vu sa jambe se tordre sous lui en retombant d'une mise en échec dans un match de KHL à Riga le 13 novembre dernier.