Grenoble - Amiens (Ligue Magnus, 22e journée)

Grenoble s'en sort bien

2014-01-21-Grenoble-Amiens2Les Brûleurs de Loups ont connu un petit coup d'arrêt ce samedi à Angers avec une défaite aux tirs au but après cinq victoires consécutives. Ils restent donc scotchés à la cinquième place, mais le point ramené d'Anjou n'est pas anecdotique, d'autant que Grenoble a prouvé sa capacité à tenir le choc face à un « gros » du championnat. De quoi valider le retour en forme des Isérois qui doivent s'imposer ce soir face à Amiens pour ne pas perdre du terrain dans la course aux quatre premières places. À l'inverse, les Gothiques, huitièmes, essaient de se relancer à Pôle Sud après avoir concédé deux défaites consécutives à Strasbourg et face à Dijon.

Plusieurs Grenoblois sont rentrés malades du déplacement à Angers. Le plus touché d'entre eux, Nicolas Antonoff, a dû déclarer forfait et s'ajoute à la liste des absents avec Tardif et Tartari. Devenu incontournable devant la cage grenobloise, Antoine Bonvalot est de nouveau titulaire. Du côté amiénois, Heikki Leime peut compter sur un effectif au complet avec notamment le retour à Pôle sud de deux joueurs qui portaient encore le maillot des Brûleurs de Loups la saison dernière, François Ouimet et Kévin Dusseau.

2014-01-21-Grenoble-Amiens1Les deux équipes n'évoluent pas bien longtemps à cinq contre cinq puisque la minute de jeu n'est pas franchie que Lafrance est déjà pénalisé. Un désavantage vite compensé par une sanction contre Ouimet. À quatre contre quatre, le jeu s'emballe et un tir un peu trop croisé d'Amar fait passer le frisson dans les travées de Pôle Sud. Puis c'est au tour de Sopko, très sollicité en ce début de match, de se trouver sur la trajectoire d'un lancer de Selan avant de s'opposer à une reprise de Charland.

Les Grenoblois poussent et sont clairement un ton au-dessus en attaque. Une nouvelle pénalité de Ouimet leur permet d'accroître leur domination. Sur le power-play, un tir de Selan est repoussé par Sopko sur Sivic qui ne conclut pas au rebond. Ce n'est que partie remise puisque Sivic finit par marquer dans un trou de souris en angle fermé, le palet rebondissant sur l'épaule de Sopko avant de rentrer (1-0, 07'42"). Ce but plutôt chanceux permet aux Brûleurs de Loups de prendre les commandes. Un avantage au score somme toute logique au vu du début de match.

2014-01-21-Grenoble-Amiens3Gervais en profite pour tester Sopko à deux reprises depuis la ligne bleue. Mais le match devient plus fermé dans la deuxième partie du tiers avec moins d'occasions de part et d'autre. Après avoir beaucoup subi, les Gothiques se remettent dans le sens de la marche avec une pénalité de Charland, coupable d'une crosse haute sur Salmivirta. Sur le power-play, Ohlson lance en direction de la cage, Serer devance Bonvalot et son défenseur en tendant la crosse ce qui lui permet d'égaliser d'une petite déviation (1-1, 13'49").

Tout est à refaire entre deux équipes qui se dépensent sans compter dans un match engagé. Grenoble tente de forcer la décision par un tir du revers de Bedin mais Sopko ne se laisse pas surprendre. Finalement, une obstruction de Yorick Treille oblige les Grenoblois à terminer le tiers en infériorité numérique. Bonvalot doit donc rester vigilant jusqu'au bout face à Bastien.

2014-01-21-Grenoble-Amiens4Les Gothiques commencent le deuxième tiers en supériorité numérique, mais n'en profitent pas. Pas plus que leurs adversaires quelques minutes plus tard lorsque Bachet se fait sanctionner pour une crosse haute sur Yorick Treille. Les défenses prennent le pas sur les attaques en unité spéciale. De retour à cinq contre cinq, Bedin bute sur Sopko en contre-attaque, alors que Bonvalot réalise un gros arrêt sur un slap de Bouchard avant d'être de nouveau présent au rebond. Les deux gardiens font le spectacle dans cette deuxième période. Sivic teste une nouvelle fois Sopko mais c'est surtout Bonvalot qui impressionne avec un double arrêt face à Serer. Les Gothiques ont pris l'ascendant depuis quelques minutes en se montrant beaucoup plus agressifs pour la conquête du palet.

Bousculés, les Grenoblois sont poussés à la faute à l'image de Delemps, pénalisé pour avoir fait trébucher Sopko. Une faute inutile en zone offensive dont Grenoble se serait bien passé en ce moment délicat. En supériorité numérique, les Gothiques mettent la pression sur la cage de Bonvalot, qui s'interpose face à Gascon, mais n'arrivent pas à concrétiser leur domination dans le jeu.

Après avoir subi quasiment tout le tiers, les Brûleurs de Loups ont une opportunité énorme dans les cinq dernières minutes : alors que Bault est en prison, Joris Bedin s'échappe entre deux défenseurs mais est accroché par Santala. Cela fait donc une minute à cinq contre trois pour les Brûleurs de Loups. Une belle opportunité gâchée par trop d'approximations et d'imprécisions dans les passes ou le contrôle du palet, à l'image de Sivic pourtant en bonne position face à Sopko.

2014-01-21-Grenoble-Amiens5Après quarante minutes, les deux équipes ont bien du mal à se départager, et il est difficile de savoir qui prendra l'ascendant. Grenoble attaque fort la troisième période avec une première banderille de Petit, bientôt suivie par un tir semble-t-il anodin d'Amar dévié au passage par Sivic : le palet s'élève en cloche avant de finir dans la lucarne de Sopko, tout surpris et qui semble contester la hauteur de la crosse du Grenoblois (2-1, 40'35").

De nouveau, Grenoble prend les devants sur un but peu esthétique mais c'est l'efficacité qui prime car ce but change considérablement la physionomie du match. Amiens est obligé de se porter à l'attaque et de prendre des risques. À la lutte avec Gervais en zone offensive, Claireaux se fait pénaliser. Grenoble gère mal la supériorité numérique mais gagne du temps. À force de reculer, les locaux s'exposent, et il faut deux arrêts déterminants de Bonvalot sur un tir de Santala puis à bout portant devant Salmivirta pour permettre à Grenoble de garder l'avantage. S'estimant victime d'une faute non sanctionnée de Bault, Perret se fait justice avec un cinglage. Un mauvais réflexe du jeune Grenoblois qui n'a pas échappé à l'arbitre. Encore une fois, la défensive fait un bon travail en infériorité numérique.

Les minutes défilent avec une équipe grenobloise qui adopte une posture défensive. Amiens est obligé de faire le jeu mais n'arrive pas souvent à la cage de Bonvalot, et lorsque c'est le cas, le portier isérois sort le grand jeu, une nouvelle fois face à Salmivirta. Les contres sont joués à fond par les Grenoblois : sur un palet récupéré en zone offensive, Treille tire en direction de la cage, Charland tout seul devant le gardien en profite pour dévier habilement la trajectoire et surprend Sopko (3-1, 54'37").

Ce but du buteur retrouvé semble entériner le succès grenoblois alors que Claireaux est coupable d'un excès d'engagement sur une charge au niveau de la tête de Lessard, sonné sur le coup. Le jeune attaquant tricolore écope de 2'+10' et cette infériorité numérique compromet les chances d'un retour rapide des Gothiques. Après deux minutes de power-play de nouveau inefficace, les Brûleurs de Loups sont tout près de se faire surprendre sur un contre de Santala, mais encore une fois Bonvalot ferme la porte. Heikki Leime n'a alors plus d'autre choix que sortir son gardien et demander un temps mort. Jusqu'au bout, les Gothiques essaieront de revenir au score, mais la sérénité de Bonvalot permet d'assurer la victoire grenobloise.

2014-01-21-Grenoble-Amiens6Les Gothiques ont montré beaucoup d'envie, à l'image de Salmivirta ou des jeunes attaquants tricolores comme Marius Serer ou Valentin Claireaux, bien plus en vue que les « stars » canadiennes Danick Bouchard et Martin Gascon. Dommage pour Amiens que ces deux-là n'étaient pas au meilleur de leur forme, car c'est justement le réalisme offensif qui a manqué aux Amiénois. Après une entame difficile, ils s'étaient bien repris en étant toujours dans le coup au début du troisième tiers. Ce but encaissé dès le retour des vestiaires a fait basculer le match du mauvais côté. Amiens repart avec une troisième défaite consécutive et se trouve dans une mauvaise spirale avant de recevoir Angers jeudi.

Les Brûleurs de Loups remportent une victoire importante dans la course à la qualification directe pour les quarts-de-finale. Ce succès assez long à se dessiner était loin d'être acquis après quarante minutes. Il s'est finalement concrétisé par des buts pas franchement académiques. Même si la manière n'y était pas vraiment, le résultat est positif pour Grenoble qui relance une dynamique. Ce genre de match échappait aux Brûleurs de Loups à l'automne, désormais ils ont les moyens de les faire basculer de leur côté.

Au premier rang des satisfactions, un Bonvalot impérial qui s'affirme de plus en plus comme le titulaire indiscutable devant la cage grenobloise. Il se montre capable d'enchaîner les bonnes performances devant le filet et donne confiance à ses coéquipiers en réalisant des arrêts spectaculaires. De bon augure pour la fin de saison et les play-offs qui approchent à grand pas. À l'inverse, les Isérois ont été franchement dans le dur au deuxième tiers et n'ont une nouvelle fois pas su saisir leurs opportunités en supériorité numérique, notamment sur un 5 contre 3 particulièrement mal négocié. Un mal récurrent pour les Grenoblois qui devront corriger cette lacune en vue des play-offs.

Désignés meilleurs joueurs du match : Antoine Bonvalot (Grenoble) et François Ouimet (Amiens)

(Photos Philippe Crouzet - www.ipernity.com/doc/182273/album)

Commentaires d'après-match (d'après Le Dauphiné Libéré) :

Jean-François Dufour (entraîneur de Grenoble) : « Quand tu prends qu'un seul but contre un telle équipe, tu peux dire que défensivement tu as fait le boulot. Dans le deuxième tiers, on a eu plus de mal physiquement et Antoine nous maintient dans le match. Quatre-cinq joueurs sont grippés. »

Kévin Dusseau (défenseur d'Amiens) : « C'était un match intense entre deux bonnes équipes. Grenoble a réussi à marquer au troisième tiers, ce qu'on n'a pas réussi à faire. C'est toute la défense grenobloise qui a été difficile à bouger. Antoine a bien été protégé ».

 

Grenoble – Amiens 3-1 (1-1, 0-0, 2-0).

Mardi 21 janvier 2014 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3000 spectateurs.
Arbitrage de Geoffrey Barcelo assistés de Gabriel Pointel et Matthieu Barbez
Pénalités : Grenoble 10' (6', 2', 2'), Amiens 24' (4', 6', 4'+10')
Tirs cadrés : Grenoble 25 (11, 7, 7), Amiens 29 (4, 10, 15)

Évolution du score :

1-0 à 07'42" : Sivic assisté de Amar et Selan (sup. num.)
1-1 à 13'49" : Serer assisté de Ohlson et Bastien (sup. num.)
2-1 à 40'35" : Sivic assisté de Amar et Petit
3-1 à 54'37" : Charland assisté de Treille et Lafrance

 

Grenoble

Gardien : Antoine Bonvalot

Défenseurs : Jason Crossman – Stéphane Gervais ; Baptiste Amar (C) – Maks Selan ; Pierre-Luc Lessard – Quentin Scolari.

Attaquants : Francis Charland (2') – Toby Lafrance (A) (2') – Joris Bedin ; Mitja Sivic – Felix Petit – Yorick Treille (A) (2') ; Julien Baylacq – Jordann Perret (2') – Mathieu Le Blond ; César Joffre – Sébastien Delemps (2').

Remplaçant : Sébastien Raibon (G). Absents : Nicolas Antonoff (malade), Luc Tardif Jr (genou), Kévin Martenon (rechute), Christophe Tartari (clavicule).

Amiens

Gardien : Ramon Sopko (sorti de 58'22'' à 60'00'')

Défenseurs : Aziz Baazi – Kévin Dusseau ; Johan Ohlson – Jimi Santala (2') ; Vincent Bachet (C) (2') – Nicolas Leclerc.

Attaquants : Danick Bouchard – Valentin Claireaux (4'+10') – François Ouimet (4') ; Ilpo Salmivirta – Martin Gascon (A) – Marius Serer ; Romain Bault (2') – David Bastien (A) – Mathias Arnaud ; Romain Carpentier.

Remplaçants : Léo Bertein (G), Fabien Kazarine.