Rouen - Angers (Coupe de France 2014, finale)

2014-01-26-Rouen-Angers1C'est la première fois qu'une affiche de Coupe de France se répète à Bercy, puisque ce Rouen-Angers était déjà la finale 2011. Et ce même jour, déjà à l'époque, France et Danemark s'affrontaient en finale en handball... À croire que le hockey français a porté bonheur aux handballeurs en rééditant cette affiche au sommet. C'est normalement l'affrontement entre les deux clubs majeurs actuels, les deux formations qui étaient en finale du dernier championnat. Mais ces derniers temps, ces deux cadors ne sont plus aussi sereins.

Rouen, qui a abordé invaincu la finale de Coupe Continentale, y a démontré tout autant une capacité d'exploit intacte, en battant une formation de KHL le dernier jour, que des lacunes manifestes dans le comportement défensif. Le coach Rodolphe Garnier regrettait le manque de temps pour s'entraîner du fait du calendrier très serré, mais le rythme n'a guère ralenti. Le week-end européen s'est achevé il y a deux semaines, et les Dragons ont joué quatre rencontres de Ligue Magnus dans l'intervalle. Alors qu'ils avaient tout gagné jusque là, ils ont perdu deux fois de suite à la surprise générale contre des équipes de bas de tableau (Caen et Gap) avant de renouer avec la victoire cette semaine à Strasbourg et face à Dijon. Ce dernier match, le RHE n'a pas souhaité l'avancer pour privilégier la récupération en championnat. Les Dragons sont-ils rétablis ?

2014-01-26-Rouen-Angers2La question se pose à l'identique pour les Angevins. Le changement d'entraîneur en cours de saison (Simon Lacroix a remplacé Alex Stein) n'a apparemment pas tout réglé, puisque les Ducs ont connu une semaine difficile avec deux défaites de suite, contre Morzine-Avoriaz et à Amiens. Leur place dans le top-4 n'est toujours pas assurée, et ils pourraient la perdre dans dix jours lors d'un déplacement à... Rouen.

Les deux équipes ont donc grandement besoin de ce trophée, pour son prestige mais aussi pour leur confiance. Chacune des deux formations a déjà remporté cette Coupe de France. Dans le cas de Rouen, déjà trois fois battu à Bercy, le seul succès a été acquis quand les Dragons ont fait face à Angers, qui garde toujours un petit complexe contre les Normands.

2014-01-26-Rouen-AngersD'où pourrait venir le déclic pour Angers ? Sans doute d'un début de match qui tourne rapidement en sa faveur. Les Ducs marquent en effet sur leur première action installée, par la ligne de Henderson, chargée de l'opposition avec les meilleurs blocs adverses : c'est le défenseur Michael Busto qui est à la conclusion, depuis le haut du cercle droit (1-0, 03'42").

Deux minutes plus tard, Miroslav Guren est pénalisé pour un retard de jeu, et les Angevins obtiennent la première supériorité numérique. Un tir non cadré frappe le fond de la balustrade, le gardien Fabrice Lhenry a donc quitté sa position, et Braden Walls remet en retrait dans le slot où Jonathan Bellemare convertit de près (2-0, 06'18").

2014-01-26-Rouen-Angers4Alors qu'Angers a abordé ce match comme il le faut, en pressant et en saisissant sa chance, Rouen paraît déjouer. Les lignes modifiées du powerplay rouennais, l'éternel grand atout du RHE, balbutient leur hockey sur une glace parisienne toujours médiocre (mais celle de l'île Lacroix n'était pas excellente non plus ces derniers temps). Pendant que Walls est en prison, Janil contrôle mal à la bleue, Desrosiers se fait voler le palet en tentant de retourner en zone offensive, et après le changement de lignes, une passe en retrait de Riendeau finit sa course dans son propre camp. La seconde supériorité numérique, pour une faute de Levêque, est percluse de petites erreurs techniques avec le palet, et un solide Florian Hardy ne laisse pas de rebond sur le lancer axial de la ligne bleue de Janil.

Angers presse bien mieux que son adversaire dans ce premier tiers-temps et se procure les actions les plus dangereuses en fin de période : Lhenry capte notamment un tir du cercle droit de Skinnars, servi à douze secondes de la sirène par un grattage dans la bande de son capitaine Bellemare. Chaque vétéran angevin semble décidé à travailler pour mettre à cette malédiction rouennaise qui les ronge.

2014-01-26-Rouen-Angers3Ceux qui attendent une grosse réaction de Rouen au début du deuxième tiers-temps en sont pour leurs frais. Les Dragons sont toujours en dedans et Lampérier concède une faute. Angers dispose d'une énorme occasion à 5 contre 4 avec une passe en retrait de Baluch pour Walls seul dans le slot. Tout juste est-on revenu au complet que Cody Campbell vient tester dangereusement Lhenry depuis l'arrière de la cage. Desrosiers appuie sur l'Angevin au sol et l'arbitre sanctionne ce mauvais geste superflu. Cette seconde infériorité numérique de suite... semble débloquer le RHE ! Le défenseur Raphaël Faure s'échappe d'abord, puis c'est Anthony Rech qui est servi seul face à Florian Hardy, qui sauve son camp par des arrêts décisifs.

Au retour à cinq contre cinq, les offensives rouennaises se font de plus en plus menaçantes. À 31'32", alors qu'une pénalité différée est déjà signalée pour un cinglage de Crowder, Johan Skinnars fait trébucher Antonin Manavian - qui force son plongeon - à l'entrée de la zone neutre : deux minutes à 5 contre 3 pour Rouen ! Elles s'achèvent dans un bruit assourdissant des supporters angevins qui fêtent l'incroyable résistance de leur équipe face au siège imposé par les Normands. S'appuyant sur un Hardy infranchissable sous la mitraille et auteur de bons déplacements latéraux, les Ducs se mettent vraiment à croire que leur heure est enfin venue.

2014-01-26-Rouen-Angers5Une empoignade devant la cage angevine entre deux anciens partenaires de ligne à Dijon, Vas et Crowder, laisse les deux équipes à 4 contre 4. Rouen s'y crée plusieurs occasions franches, mais Florian Hardy est toujours impeccable. Surtout, le gardien ne laisse quasiment aucun rebond. Après quarante minutes, Angers entrevoit le trophée.

Il faut néanmoins encore passer par quelques frissons au troisième tiers-temps. Notamment ce centre de Faure pour Rech dans le slot, pour un nouvel arrêt de Hardy à bout portant (45'28"). Lampérier prend sa seconde pénalité de la rencontre pour une charge incorrecte en protégeant sa cage, et une extrême confusion règne pendant cette supériorité numérique angevine : le gardien et la défense sont couchés, le palet ricoche par dessus eux et semble devoir retomber dans le filet, mais Rech plonge en arrière pour l'enlever du gant juste avant la ligne. Un tir de pénalité a été sifflé sur cette action, mais Jonathan Bellemare le rate en s'embarquant dans une feinte vaine à laquelle Lhenry n'a jamais paru se laisser prendre.

2014-01-26-Rouen-Angers7Le suspense se maintient donc quelques minutes de plus. Jusqu'à que le défenseur formé à Rouen, Florent Aubé, envoie le palet du revers vers la cage alors qu'il est excentré à l'aile droite. Fabrice Lhenry laisse un mauvbais rebond dans l'axe, qu'Éric Fortier transforme entre les jambières du gardien (0-3, 53'38"). Pendant que la tribune de presse tremble comme une zone sismique sous le "qui ne saute pas n'est pas angevin" émis par la colonie du Maine-et-Loire qui l'entoure, Thinel écope d'une pénalité rédhibitoire pour une obstruction à quatre minutes de la fin.

Skinnars se fait cependant sanctionner pour retard de jeu pendant la supériorité numérique, une dernière chance saisie par Garnier qui utilise son temps mort et sort son gardien. Les Dragons commencent par s'installer à six contre cinq, mais la déviation dans le slot de Julien Desrosiers passe à côté du cadre. Angers se dégage ensuite sous les vivas, et les dernières tentatives rouennaises, de plus en plus désespérées sont écartées avec maîtrise par Florian Hardy. Pour couronner le tout, Henderson envoie un dernier dégagement vers la cage vide (0-4, 59'32").

Après tant d'années de frustration face à l'ogre rouennais, Angers obtient enfin sa consécration, en communion devant son public. Mentalement libérés par un début de match favorable, les Ducs ont produit leur jeu et se sont appliqués de plus en plus à défendre, mis en confiance par leur gardien. Si certains accusaient la saison passée Florian Hardy de fébrilité dans les grandes occasions, plus personne ne doute de lui cette saison. Depuis France-Russie, il a pris une autre dimension pour devenir le prochain gardien titulaire promis à l'équipe de France. Un jalon de plus pour lui : il a signé cet après-midi le premier blanchissage de l'histoire de la finale de Coupe de France.

Désigné meilleur joueur de la finale : Florian Hardy (Angers).

(photos de Christophe Delaville)

2014-01-26-Rouen-Angers8

 

Rouen - Angers 0-4 (0-2, 0-0, 0-2)
Dimanche 26 janvier 2014 à 15h00 au Palais Omnisports de Paris-Bercy. 13357 spectateurs.
Arbitrage de Bruno Colleoni et Damien Bliek assistés de Mathieu Loos et Matthieu Barbez.
Pénalités : Rouen 14' (2', 6', 6') ; Angers 14' (4', 6', 4').
Tirs : Rouen 46 (9, 18, 19) ; Angers 24 (9, 7, 8).

Évolution du score :
0-1 à 03'42" : Busto assisté de Henderson
0-2 à 06'18" : Bellemare (sup. num.)
0-3 à 53'38" : Fortier assisté d'Aubé et Campbell
0-4 à 59'32" : Henderson (cage vide)


Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry [sorti de 57'24" à 58'22" et de 58'30" à 59'32"].

Défenseurs : Antonin Manavian - Miloslav Guren ; Andrej Tavzelj (A) - Lauri Lahesalu ; Raphaël Faure - Jonathan Janil.

Attaquants : Julien Desrosiers - François-Pierre Guénette (A) - Marc-André Thinel (C) ; Anthony Rech - Janos Vas - Yannick Riendeau ; Loïc Lampérier - Juraj Stefanka - Romain Gutierrez ; Loup Benoît.

Remplaçants : Gabriel Girard (G), Léo Guillemain, Dimitri Thillet, Anthony Goncalves, Johan Saint-André. Absent : Juho Mielonen (fracture de la clavicule).

Angers

Gardien : Florian Hardy.

Défenseurs : Gary Leveque - Michael Busto (A) ; Andrej Mrena - Paul Bahain ; Florent Aubé - Frederik Borjesson.

Attaquants : Julien Albert (A) - Brian Henderson - Robin Gaborit ; Johan Skinnars - Jonathan Bellemare (C) - Tim Crowder ; Éric Fortier - Cody Campbell - Braden Walls ; Alexis Crosnier - [Fortier] - Tomas Baluch.

Remplaçants : Alexis Neau (G), Cédric Custosse, Damien Sanchez, Jordy Angles.