Cet autre souverain qui a trébuché

Comme en France, l'unanimité est vêtue de noir et jaune. Mais comme en France, la carapace s'est fissurée. Trois finales consécutives dans le championnat suédois, un statut de champion en titre et une avance confortable en tête du classement ont consolidé l'emprise de Skellefteå sur la SHL suédoise. Mais ce souverain si redouté a pourtant trébuché.

La nouvelle année commencée, une rumeur s'est vite répandue dans le pays. Le 7 janvier, les médias ont commencé à la relayer : une équipe KHL a entamé des négociations avec le gardien prétendu numéro 1 Henrik Karksson, titulaire d'un contrat d'un an avec le SAIK. La rumeur persiste, si bien que l'excuse de manquer entraînements et matches pour une fièvre n'a pas tenu bien longtemps. Le manager Lasse Johansson avouera finalement une approche sérieuse de l'Avangard Omsk.

Karlsson était arrivé cet été à Skellefteå pour succéder à Joacim Eriksson, parti tenter sa chance à Vancouver. Auteur de performances solides, il avait même retrouvé, à 30 ans, la Tre Kronor, Pär Mårts lui confiant la cage suédoise pour l'Euro Hockey Tour 2013/14 avec six rencontres disputées sur neuf. Néanmoins, devant les filets, la concurrence reste rude en club face à Markus Svensson, bien décidé à s'approprier un poste de numéro 1 qu'il attend depuis trop longtemps. Une offre satisfaisante d'Omsk et la résistance de Svensson ont finalement favorisé le départ de Karlsson en cours de saison.

Henrik Karlsson représente un dernier coup de poker pour le club russe, demi-finaliste de conférence l'an passé mais pas encore assuré de jouer les play-offs, et qui joue depuis le début de la saison au jeu des chaises musicales devant les filets. On a vu ainsi défiler à Omsk Teemu Lassila, Mathieu Garon et Andreï Mezin ! De son côté, Skellefteå a vite rapatrié le jeune Stefan Steen, prêté à Oskarshamn. À 29 ans, Markus Svensson endosse le rôle de titulaire avec des statistiques alors supérieures à celles de Karlsson, un pourcentage supérieur à 92% et cinq jeux blancs.

Mais, comble de l'histoire, depuis cette réorganisation devant la cage, le champion a basculé dans une spirale douloureuse. Une série noire de cinq défaites de rang a fait suite à ce transfert. Privilège de soutenir un cador aiguisé depuis plusieurs saisons maintenant, cela fait bien longtemps que l'on n'a pas vu cela dans le Västerbotten. En effet, il faut remonter à 2009 pour voir l'équipe en telle difficulté, elle avait alors accumulé huit revers de suite. Jeudi dernier, on aurait pu croire à une sixième défaite consécutive quand Linköping menait alors sur sa glace 2-0 après 11 minutes de jeu.

Toutefois, c'en était trop pour le SAIK qui a réagi par sursaut d'orgueil, renversant la tendance avec 3 buts inscrits en 5 minutes 30 en seconde période, Skellefteå s'imposant au final 4-2. Afin de prouver qu'il ne s'agit pas d'une réaction éphémère, Skellefteå entend bien remettre de nouveau les choses au clair à l'occasion de la prochaine rencontre, qui plus est contre le grand rival Luleå.

BERTRAND Charles-130503-156Pierre-Édouard Bellemare n'a peut-être pas marqué lors de la dernière rencontre mais il demeure une pièce maîtresse du SAIK. Après 40 parties, il a obtenu 25 points (14+11), a procédé à 36 mises en échec, conserve une solide fiche de +16 (quatrième meilleure de la ligue) et affiche 52% de réussite aux mises en jeu. Après des débuts tonitruants, Charles Bertrand peine à conquérir la pleine confiance du coach Leif Carlsson qui l'utilise comme joker et très peu ces derniers matches, 2 à 3 minutes. L'autre attaquant français, qui aura 23 ans le 5 février, a obtenu 4 points et affiche un ratio à 0.

La marge, certes de 18 points avant cette mauvaise série, reste quelque peu confortable pour Skellefteå puisque Frölunda, toujours dauphin, est à 11 longueurs tandis que Växjö (73 points) et Luleå (72) se battent pour une place sur le podium. Leksand confirme son excellente saison pour son retour en élite, occupant le sixième rang synonyme de qualification directe pour les play-offs. Mais, mis à part l'AIK qui lâche prise en nageant en plein cauchemar avec une seule victoire à ses onze derniers matches, le créneau est serré pour les séries et certains n'ont pas perdu espoir.

Auteur d'une première moitié de saison moribonde, bien loin de ses ambitions, le HV71 avait remercié à la mi-décembre son entraîneur en chef Ulf Dahlén, en poste depuis 2011. Pour succéder à l'ancienne étoile de San José et de Washington, la barre fut alors confiée à Torgny Bendelin, déjà cadre au sein de l'organisation, assisté de Anders Olsson, ancien coach de la section U20. Un changement salvateur puisque le HV71 a remporté 7 victoires en 11 parties depuis ce changement effectué derrière le banc.

Du changement, il y en a eu dans les lignes avec la promotion en équipe senior d'un des grands espoirs du hockey suisse, Kevin Fiala, Anders Olsson ayant, à n'en pas douter, forcé cette décision. Enthousiaste à son égard, il confiait d'ailleurs à jnytt.se que les gens n'avaient pas conscience à quel point il était talentueux. Sauf que maintenant, en lui donnant sa chance, tout le monde le sait.

Après un Mondial Junior convaincant avec 5 points en 5 matches, Fiala débute à 17 ans chez les grands le 11 janvier à Linköping. Silencieux lors de ses débuts, il ne va pas le rester bien longtemps. Aligné aux côtés d'Erik Christensen - aux 400 matches NHL - et de Ted Brithén - autre espoir du HV71 - Fiala a finalement dégainé à sa deuxième partie contre Leksand avec un premier but et une première passe. Contre le Brynäs IF, il attire davantage l'attention avec 4 points (1+3) - malgré la défaite concédée en fusillade - une performance qu'aucun junior n'a effectuée dans l'histoire du HV71. Un but contre Färjestad et deux nouveaux points contre Skellefteå, voilà Fiala en pleine explosion.

S'il continue, il pourrait bien agripper le top 10 du prochain repêchage de la NHL. En attendant, les négociations avec le directeur sportif Frederik Stillman ont commencé pour un premier contrat pro afin de s'assurer de son allégeance au club de Jönköking, avant une longue carrière dans le circuit phare nord-américain. Chose dont on ne pourrait douter.


Classement SHL au 27 janvier 2014 :
1 Skellefteå AIK 86 pts
2 Frölunda HC 75 pts
3 Växjö 73 pts
4 Luleå 72 pts
5 Brynäs IF 67 pts
6 Leksands IF 67 pts
---------------
7 Färjestads BK 64 pts
8 MODO Hockey 62 pts
9 Linköpings HC 60 pts
10 HV71 59 pts
---------------
11 Örebro HK 47 pts
12 AIK 42 pts


Meilleurs marqueurs :
1 Pär Arlbrandt (Linköping) 55 pts
2 Simon Hjalmarsson (Linköping) 46 pts
3 Joakim Lindström (Skellefteå) 45 pts
4 Linus Klasen (Luleå) 44 pts
5 Chad Kolarik (Linköping) 37 pts

Meilleurs buteurs :
1 Chad Kolarik (Linköping) 23
2 Simon Hjalmarsson Linköping) 22
3 Pär Arlbrandt (Linköping) 21
4 Patrik Hersley (Leksand) 19
5 Ryan Lasch (Växjö) 18

Meilleurs gardiens :
1 Linus Ullmark (MODO) 93,6%
2 David Rautio (Luleå) 92,6%
3 Oscar Alsenfelt (Leksand) 92,5%

Meilleures fiches :
1 Mattias Bäckman (Linköping) +23
2 Erik Forssell (Skellefteå) +18
3 Bud Holloway (Skellefteå) +17
4 Pierre-Édouard Bellemare (Skellefteå) +16
- Rhett Rakhshani (Växjö)