Allemagne - Kazakhstan (tournoi EIHC de Briançon)

Le Kazakhstan, qui ne participe pas souvent à des tournois internationaux en Europe, a bien réussi son examen de passage avant de retrouver l'élite mondiale en mai.
 
Il compte déjà deux victoires sur la glace briançonnaise, mais le match le plus important pour lui se joue ce soir. Dans son groupe aux prochains championnats du monde, l'Allemagne constitue en effet son seul adversaire "prenable" hors de ses confrères de l'ancien bloc de l'est (le Bélarus à domicile et la Lettonie). En plus de la victoire dans le tournoi, les deux équipes préparent donc le terrain.
 
On ne joue que depuis une minute, et déjà le gardien Vitali Kolesnik, masqué, laisse passer entre ses jambières un tir du poignet anodin d'Alexander Barta. Pas idéal pour la confiance kazakhe. Encouragée au contraire par ce but précoce, l'Allemagne est dominante dans le jeu et dans les duels. Yasin Ehliz inscrit son premier but en équipe nationale en déviant involontairement avec le corps un tir de la bleue de Benedikt Kohl. Et dès que le Kazakhstan concède sa première infériorité numérique, les hommes de Pat Cortina construisent bien leur jeu de puissance et portent le score à 3-0 par un slap de Constantin Braun.
 
Les meilleures occasions restent allemandes en deuxième période, mais le bilan des tirs est plus équilibré. Chaque équipe a sa chance, et le Kazakhstan finit par trouver la faille en contre-attaque avec un tir en lucarne de Fedor Polishchuk, sur lequel Jochen Reimer ne peut plus rien faire après deux beaux arrêts préalables. Mais juste avant la pause, l'Allemagne reprend trois buts d'avance par une déviation de Sinan Akdag.
 
Le troisième tiers-temps confirme l'écart. Le principal événement est l'expulsion du légendaire Raimo Helminen, l'entraîneur-adjoint du Kazakhstan, qui s'est énervé contre les arbitres en leur reprochant des fautes allemandes non sifflées. Vainqueur 4-1 et très bien organisée, l'Allemagne remporte sa troisième victoire, la plus convaincante. Les deux buts encaissés en trois jours sont une démonstration de sa solidité, et les principales satisfactions se trouvent donc dans les lignes arrières. Sinan Akdag prend de plus en plus de galon, et pour son retour au jeu après son "burnout", Constantin Braun est déjà redevenu indispensable.
 
Désignés joueurs du match : Benedikt Kohl pour l'Allemagne et Fyodor Polishchuk pour le Kazakhstan.
 
Commentaires d'après-match
 
Pat Cortina (entraîneur de l'Allemagne) : "Nous avons effectué un départ merveilleux avec ces trois buts. C'est ce que nous voulions. Ce n'était pas seulement notre meilleur premier tiers, c'était notre meilleur match du tournoi. Nous sommes parvenus à rendre inopérantes leur qualités techniques par beaucoup de pression et par des passes rapides. L'équipe a appliqué nos consignes en powerplay : jouer simple, mettre de la pression sur le but et amener le palet à la cage. Les buts sont donc arrivés sur des rebonds et déviations. Aucun joueur ici n'a déçu. Tous auront sûrement leur chance lors de la préparation aux championnats du monde."
 
 
 
Allemagne - Kazakhstan 4-1 (3-0, 1-1, 0-0)
Samedi 8 février 2014 à 16h00 à la patinoire René-Froger de Briançon. 300 spectateurs
Arbitrage de Jimmy Bergamelli et Laurent Garbay (FRA) assistés de Yann Furet et Matthieu Loos (FRA).
Pénalités : Allemagne 4' (2', 2', 0'), Kazakhstan 6' (4', 2', 0'), +25' à Helminen. 
Tirs : Allemagne 32 (12, 10, 10), Kazakhstan 26 (7, 10, 9).
 
Évolution du score :
1-0 à 01'03" : A. Barta assisté de Gogulla et Ma. Müller
2-0 à 10'42" : Ehliz assisté de Kohl et Maurer
3-0 à 16'00" : Braun assisté de A. Barta et Gogulla (sup. num.)
3-1 à 36'10" : Polishchuk assisté de Belgibayev et Antsiferov
4-1 à 38'10" : Akdag assisté de Kink et Y. Seidenberg (sup. num.)
 
 
Allemagne
 
Gardien : Jochen Reimer.
 
Défenseurs : Justin Krueger (4') - Constantin Braun ; Sinan Akdag - Moritz Müller ; Benedikt Kohl (+2) - Armin Wurm (+2) ; Peter Lindlbauer (-1) - Nikolaï Goc (-1).
 
Attaquants : Philip Gogulla - Alexander Barta - Marcel Müller ; Ulrich Maurer (+1) - Thomas Greilinger (+1) - Frank Mauer ; Yannic Seidenberg - Marcus Kink (C) - John Tripp ; Yasin Ehliz (+1) - Kai Hospelt - Thomas Oppenheimer.
 
Remplaçants : Danny aus den Birken (G), Patrick Hager (A). En tribune : Dennis Endras (G), Bernhard Ebner, Alexander Weiss.
 
Kazakhstan
 
Gardien : Vitali Kolesnik.
 
Défenseurs : Aleksei Litvinenko (-2) - Roman Savchenko (-2, 2') ; Maksim Semyonov (+1) - Evgeni Blokhin (+1, 2') ; Vladislav Kolesnikov - Rodion Zharkikh ; Aleksei Vassilchenko - Artyom Lakiza.
 
Attaquants : Roman Starchenko - Dmitri Upper - Mikhaïl Panshin ; Fyodor Polishchuk - Nikolaï Antropov (C, -1, 2') - Konstantin Romanov (-1) ; Andrei Spiridonov (-1) - Evgeni Gasnikov (-1) - Aleksei Vorontsov (-1) ; Aleksei Antsiferov (+1) - Nursultan Belgibayev (+1) - Mikhaïl Rakhmanov.
 
En réserve : Dmitri Malgin (G). En réserve : Vladimir Grebenshchikov, Evgeni Fadeyev, Andrei Gavrilin, Talgat Zhailaulov.