Dunkerque - Cholet (Division 1, 23e journée)

Une histoire de Chat Noir

guineberteauquentinForts de sept points en quatre rencontres disputées en 2014, les Corsaires de Dunkerque ont amorcé un redressement important dans la course aux play-offs. La venue des Dogs de Cholet, neuvièmes à deux points, a des faux airs de huitième de finale, à quelques encablures de la fin de saison. Forts d’une sortie plutôt réussie face à l’équipe de France A’ en semaine, les Nordistes espèrent confirmer leur bonne série face aux Choletais, vaincus à l’aller à Glisséo. Pour, comme le rappellent leurs supporters du Plexi Crew, avoir droit au Bal du Chat Noir, traditionnel coup d’envoi du Carnaval.

Carl Michaelson et Julien Pihant doivent jongler avec les défections à un moment clé : aux absences prolongées de Folcke et Brachet s’est ajouté le forfait de Grégory Dubois, dont la blessure au pied le privera de la fin de saison ; chez les visiteurs, les meilleurs compteurs de l’attaque et de la défense font eux aussi défaut. Les Slovaques Tomaska et Marcinek restent donc sur le flanc, même si l’un d’eux pourrait retrouver le jeu rapidement. Dans les buts, confiance est donnée à Alexis Neau, aperçu avec les Ducs d’Angers la veille à Wasquehal, et resté dans le Nord dans l’attente de ses coéquipiers, avec son défenseur Paul Bahain. Ce dernier n’aura pas encore pris part au jeu que les Dogs sont devant.

En effet, dès le premier engagement, le capitaine Quentin Guineberteau s’infiltre et contraint Martel à repousser le palet, repris par Groftek, plus prompt que la paire Krajcik-Ballet (0-1 à 00'10"). Si la première ligne nordiste investit la zone offensive sur sa deuxième présence en autant de minutes, c’est François Moretti, auteur d’un doublé à Annecy, qui provoque la faute de Cadoret. Comme souvent, Jakub Bradac se poste à l’affût aux abords de la bleue, mais manque le palet, que Loïc Destoop récupère ensuite dans la neutre pour accélérer et, d’un lancer puissant, égaliser via le poteau (1-1 à 02'12"). Sur une combinaison Cyr-Pettersson conclue par le second, Tommy Latouche-Gauvin presse trop ardemment le gardien, auparavant auteur de l’arrêt. Première infériorité passée sans embûches, hormis un début d’incendie occasionné par Bacul à ras glace.

Dunkerque reprend sa marche en avant par N’Guyen, excentré sur la droite, et Thomas, qui croit au but suite à une perte de palet de Mihalik. Les Corsaires, appliqués, obstruent le chemin de leur cage, seul Drozdz parvenant à se montrer menaçant. C’est suite à une tentative de la gauche de Bacul, difficile à détourner pour Marc-André Martel, que la situation se complique, car un surnombre vient perturber leur organisation. Plus percutants, les Choletais font vaciller la défense sur un jeu à trois Albert-Guineberteau-Bacul. Les bleus pensent avoir écarté le danger mais, à quatre secondes de la fin de la pénalité, le caoutchouc revient sur Pierre-Yves Albert, impitoyable (1-2 à 13'29").

Les locaux, acculés notamment par Bacul et Albert, commettent une troisième faute par Martial, puis une quatrième par Laine. Cholet n’en profite pas, les lancers provenant surtout de la ligne bleue : Drozdz, Borovsky ou encore Mihalik sont successivement déjoués par Martel, cependant moins à l’aise sur un boulet de canon de Guineberteau.

morettifrancoisLa domination des joueurs du Maine-et-Loire n’est pas atténuée par la pause, mais ils sont contrés par Mathieu Cyr, qui évite un défenseur et, rattrapé, abandonne un palet repris par Moretti sur Neau. Le tir de pénalité subséquent est converti par une feinte de l’ancien Angloy (2-2 à 22'46"). Deux nouvelles contre-attaques Krajcik/N’Guyen et Pettersson/Latouche-Gauvin laissent entrevoir le break, avant que Mathieu Cyr, pressé sur la gauche par Bahain ne parvienne à alerter Daniel Pettersson, seul entre les deux cercles. Le Suédo-Canadien, dos au but, maîtrise bien le palet et trompe Neau à ras glace (3-2 à 31'09").

Moins en verve, les Dogs éprouvent désormais des difficultés à retrouver le chemin menant au but de Martel, heurté dans le casque par un tir de Bacul. François Moretti provoque une nouvelle faute, concédée par Bahain contre le plexi. Avant l’engagement, Jussi Laine fait signe à Juraj Kralj d’aller poster son physique imposant devant la cage, ce que le Slovène fait sans broncher… pour voir un lancer de son défenseur finlandais heurter son patin. Claudiquant, l’ancien Mulhousien, déjà touché face aux bleus mardi, tarde à retrouver un patinage limpide. La pénalité passée, le lancer suivant de Kristian Krajcik est encore repoussé, cette fois par Neau, vers Loïc Destoop, pour le doublé (4-2 à 38'22").

Cholet est encore le plus tranchant à la reprise, mais Herman accroche Kralj à la ligne bleue. L’opportunité pour Dunkerque de se donner de l’air… mais aussi pour Alexis Tharreau de subtiliser le palet à Francis Ballet à quelques encablures de la cage nordiste. L’attaquant des Dogs ne laisse pas passer l’occasion et trompe Martel côté plaque (4-3 à 41'55"). Thomas à droite et Laine de loin se cassant les dents sur Alexis Neau, la pression demeure palpable.

L'indiscipline joue certes des tours aux hommes de Julien Pihant, car la charge de Martin Borovsky est réprimandée, seul Bradac peut les défier. Au complet, ils redeviennent dominateurs. Bahain, servi par Drozdz après une lutte intense contre la balustrade, Cutt en force pour un rebond qui file hors de portée de Parviainen, et Groftek en débordement sur la gauche font tour à tour tanguer le navire dunkerquois.

jacobguillaumeLe temps presse toutefois pour des visiteurs désormais privés de Rohwedder, trop véhément envers le trio arbitral. Jure Kralj, au temps de jeu réduit par ses pépins physiques, empêche la sortie de zone, le positionnement de ses partenaires contraint la défense à un dégagement interdit, mais le capitaine Quentin Guineberteau parvient enfin à lancer de loin, pour un nouveau rebond aussi dangereux pour la défense… qu’insaisissable pour les attaquants parés de rouge et de blanc. Alexis Neau sorti, c’est au tour de Mihalik d’allumer la mèche, mais la présence massive de Guillaume Drozdz dans l’enclave n’y change rien.

Comme face à Neuilly, Dunkerque sort soulagé d’une rencontre remportée sur le plus petit écart face à un adversaire qui doit commencer à le maudire tel un chat noir. Courte marge synonyme de points importants à ce stade du championnat, l’écart avec le visiteur du soir se montant désormais à quatre points. Ayant tiré à la cage aussi souvent en un tiers-temps (le premier) que son adversaire pendant toute la rencontre, Cholet, à l’image de Lukas Bacul, ressort frustré de la rencontre mais disputera un véritable huitième de finale face à son voisin nantais, distant de deux petits points en ayant joué un match de plus. La fin de saison s’annonce d’autant plus indécise.

Commentaires d'après-match

Julien Pihant (entraîneur de Cholet) : "La consigne était notamment de lancer souvent à la cage, pour tenter d’exploiter les retours. Ce fut une bonne rencontre, équilibrée, Dunkerque a été opportuniste au deuxième tiers-temps et nous a attendus au troisième. Nous sommes déçus de perdre ce type de match entre deux équipes de même niveau. La petite glace, à laquelle ils sont habitués, ne nous a pas empêchés de prendre possession des lieux, mais deux erreurs les remettent dans le bon sens, tout comme les pénalités à des moments-clés. Nous avons eu du mal à créer les décalages, les rebonds auraient aussi pu être de notre côté. La qualification pour les play-offs sera compliquée, il faudra bien négocier le match face à Courbevoie, avant d’aller à Nantes pour une rencontre décisive."


Dunkerque – Cholet 4-3 (1-2, 3-0, 0-1).
Samedi 8 février 2014 à 18h30 à la patinoire Michel Raffoux. 1 020 spectateurs.
Arbitrage de Frédéric Le Berre assisté de Geoffrey Yssembourg et Jérémy Kahli.
Pénalités : Dunkerque 8' (8', 0', 0'), Cholet 18' (2', 2', 4'+10').
Tirs : Dunkerque 22 (9, 7, 6), Cholet 51 (23, 11, 17).

Évolution du score :
0-1 à 00'10" : Groftek assisté de Guineberteau et Bacul
1-1 à 02'12" : Destoop assisté de Laine (sup. num.)
1-2 à 13'29" : Albert assisté de Bacul (sup. num.)
2-2 à 22'46" : Cyr, tir de pénalité
3-2 à 31'09" : Cyr assisté de Pettersson et Moretti
4-2 à 38'22" : Destoop assisté de Krajcik et Nielsen
4-3 à 41'55" : Tharreau (inf. num.)

Dunkerque

Gardien : Marc-André Martel.

Défenseurs : Kristian Krajcik - Francis Ballet (A) ; Jakub Bradac - Jussi Laine ; Benjamin Bataille.

Attaquants : Daniel Pettersson - Mathieu Cyr (C) - Tommy Latouche-Gauvin ; Esben Nielsen - Loïc Destoop - Clément Thomas ; Brendan Martial - Benjamin N'Guyen - François Moretti ; Jure Kralj, Antoine Vanwormhoudt.

Remplaçants : Michael Dizgun (A), Victor Théry, Clément Derepper, Antoine Houque. Absents : Ghislain Folcke (commotion), Maxime Brachet (épaule), Grégory Dubois (pied).

Cholet

Gardien : Alexis Neau.

Défenseurs : Gabriel Cadoret - Martin Borovsky ; Guillaume Drozdz - Guillaume Jacob ; Paul Bahain - Pavol Mihalik (A).

Attaquants : Lukas Bacul - Quentin Guineberteau (C) - Tomas Groftek ; Pierre-Yves Albert (A) - Arnaud Tharreau - Raphael Rohwedder ;  Joonas Parviainen - Milan Cutt - Radim Herman ; Tom Proux.

Remplaçant : Thibault Saez (G). Absents : Jan Tomaska et Tomas Marcinek (blessés).