République Tchèque - Suède (Jeux olympiques 2014, groupe C)

SEDIN Daniel-130518-058Une fois les alignements olympiques dévoilés, l'excitation a fait place au stress pour bon nombre d'équipes, contrariées par des blessures en pagaille. Ce fut le cas des Suédois, plutôt mal lotis il y avait de cela encore quelque semaines.

Finalement, "seuls" deux forfaits ont été déclarés mais ceux-ci ont quelque peu bouleversé la ligne directrice de Pär Mårts, Johan Franzén et Henrik Sedin ayant leur originalité. Difficile en effet de remplacer la Mule de Détroit, dont l'engagement et l'expérience sont précieux à chaque grand rendez-vous, et le jumeau de Vancouver, dont l'alchimie fraternelle avec Daniel est naturelle.

Malgré tout, avec les renforts de Gustav Nyquist et Marcus Johansson, sur le papier, la Tre Kronor a néanmoins fière allure pour ce Tournoi olympique. Elle demeure un grand favori et espère bien démarrer du bon pied face à une République Tchèque vieillissante.

Car l'enjeu des puissances du hockey, c'est d'aller chercher une des quatre meilleures places au général afin d'éviter un match couperet - et donc supplémentaire dans les jambes - dans le but de se qualifier pour les quarts de finale. À leur arrivée à Sotchi, tout le monde est en bonne forme côté suédois mais côté tchèque, Alois Hadamczik a dû procéder à des ajustements. Le sélectionneur slave a préféré ménager son gardien NHL Ondřej Pavelec, arrivé lundi, se tournant vers ses deux gardiens KHL, Jakub Kovár et Alexander Salák.

Un vrai pile ou face car les deux portiers, respectivement 25 et 27 ans, frôlent tous les deux l'excellence sur ce circuit. Finalement, c'est Kovár qui sera opposé à Lundqvist. Outre le poste de gardien, Hadamczik doit faire sans le jeune et hargneux défenseur de Tampa Bay, Radko Gudas, fiévreux. L'orphelin du duo, Ladislav Šmíd, aura donc un rôle de pivot en défense, tandis que Petr Nedved, 42 ans, est bel et bien titularisé. Il retrouve officiellement la glace des Jeux olympiques, 20 ans après Lillehammer.

Les Tchèques savent que les Suédois vont imposer du rythme d'entrée mais Jágr tente tout de même une accélération couloir gauche dès la première minute, il est contré par la crosse de Kronwall. De son côté, la Suède tente de surprendre Kovár par Daniel Sedin - posté derrière la cage - et Oliver Ekman- Larsson, qui gagne le palet côté gauche et se dirige vers le but, Kovár est vigilant. À la 7e minute, la Tchéquie obtient une bonne séquence : Erat temporise le long de la bande à gauche et centre pour Elias mais sa déviation est repoussée par Lundqvist.

Mais à la 10e minute, Erat met la pression, trop sur Landeskog, pénalité différée. Avec un joueur de champ en plus, la Suède mène l'offensive, s'installe et s'appuie sur Erik Karlsson qui envoie un lancer dont il a le secret, Kovár, gêné par l'écran d'Alfredsson, voit le palet effleurer le dessus de son gant (0-1, 10'07").

JAGR Jaromir-090507-511Une minute plus tard, la troupe de Hadamczik est de nouveau sanctionnée mais parvient à tuer la pénalité... avant que la Tre Kronor ne double la mise. Couloir gauche, Lukas Krajícek ne peut arrêter l'immense locomotive Patrik Berglund qui envoie un slap petit côté (0-2, 13'17").

À son tour en avantage numérique, la République Tchèque ne pourra en profiter. Mis à part un centre-tir de Jaromír Jágr, rien de bien méchant pour les Suédois qui s'offrent un départ de rêve dans ce tournoi après 20 minutes.

Et c'est pas fini. Henrik Zetterberg conserve admirablement le palet en zone offensive, circule avec sans problème, frappe à mi-hauteur, c'est cette fois-ci Steen qui gène Kovár (0-3, 20'51"). C'en est trop pour Hadamczik qui donne alors sa chance à Alexander Salák. Le cerbère du SKA Saint-Pétersbourg va avoir à peine le temps de prendre ses aises que sa sélection joue en infériorité numérique. Elle s'apprête à s'en sortir... jusqu'à ce que Karlsson, encore, délivre un lancer-frappé parfait de la ligne bleue (0-4, 24'07").

L'addition devient corsée pour les Slaves, mais ils vont (enfin) réagir. Si Henrik Lundqvist effectue un superbe arrêt-réflexe du gant face à Cervenka, il cède quelques instants plus tard. Elias passe la bleue mais laisse derrière lui pour Marek Židlický, qui adresse au gardien des Rangers de New York un slap puissant sous la barre (1-4, 28'12"). Alors qu'un slap de Plekanec est détourné par la jambière de Lundqvist, la Tchéquie va réduire un peu plus l'écart.

Jágr s'immisce côté droit, résiste à Backström, s'appuie dessus et tire du revers d'une main (!), la rondelle meurt dans les filets alors que Plekanec avait poussé Kronwall dans le slot sur "Henke", le but est néanmoins validé (2-4, 30'01"). Acceptant mal cette réaction d'orgueil, la Suède se remet au travail : reprises de volée d'Alfredsson et Karlsson en supériorité numérique, tir de Hagelin couloir gauche détourné de la plaque, reprise non cadrée de Berglund, frappe à bout portant de Steen devant l'enclave servi par Nyquist posté derrière la cage. À la deuxième pause, la Suède reste en tête de deux buts.

FROLIK Michael-110511-044Le début du troisième tiers est marqué par plusieurs fautes successives des Suédois, ce sont trois jeux de puissance qui s'offrent à la République Tchèque, c'est un tournant.

Les occasions tchèques se multiplient alors logiquement dans le camp suédois. Bon appel de Plekanec dont le tir est bloqué par Lundqvist. Reprise de volée de Rozsíval que ne maîtrise pas Lundqvist, rebond mis hors de danger. Bonne déviation de Jágr dans le slot. Puis de bons lancers de Cervenka, Hemský et Vorácek.

Les Tchèques manquent clairement de lucidité, à l'image de cette action à la 48e minute : Hemský, au centre, donne à sa droite à Krejcí, démarqué, qui réceptionne mal le palet ! À sept minutes de la fin, Eriksson, devant le but, reçoit une bonne passe de derrière la cage de Sedin mais la Suède tente avant toute chose de laisser passer l'orage dans cette dernière période.

De la jambière droite, Lundqvist arrête un nouveau lancer de Palát. Jágr lance Tomáš Kaberle, qui file plein champ, son tir du revers est à deux doigts de passer entre les genoux de Lundqvist. Dans les dernières minutes, le danger viendra principalement de Michael Frolík qui effectuent successivement trois reprises de volée.

Grâce à un départ canon, impressionnante de maîtrise, la Suède tient sa première victoire du tournoi même si elle s'est peut-être un peu trop reposée sur ses acquis. La réaction d'orgueil de la République Tchèque, malheureuse en supériorité numérique, fut bien trop tardive même si on peut la considérer comme un motif d'espoir.

Commentaires d'après-match

Gabriel Landeskog (attaquant de la Suède) : "Nous avons pris le départ que nous souhaitions, notre jeu de puissance a été très satisfaisant en première et deuxième période. Cela nous a donné l'élan nécessaire avant d'aborder le troisième tiers. Ils ont poussé comme nous nous y attendions mais je pense que nous les avons suffisamment maîtrisés."

Henrik Zetterberg (attaquant de la Suède) : "Ils se sont créé de bonnes occasions mais, au final, je pense que cela a été un très bon départ de notre part. Effectivement, il y a des détails à travailler et corriger. C'est comme cela que vous montez en puissance dans ce genre de tournoi : vous apprenez pour avancer."

Alois Hadamczik (entraîneur de la République Tchèque) : "Le départ a été catastrophique, nous avons pris des buts que nous n'aurions jamais dû prendre. Mais j'ai apprécié notre réaction et le fait que nous n'avons pas paniqué. Au cours de la deuxième moitié du match, nous avons beaucoup mieux joué."


République Tchèque - Suède 2-4 (0-2, 2-2, 0-0).
Mercredi 12 février 2014 à 21h00 au Palais des glaces Bolchoï de Sotchi. 11419 spectateurs.
Arbitrage de Konstantin Olenin (RUS) et Kelly Sutherland (CAN) assistés de Ivan Dedioulia (BLR) et Greg Devorski (USA).
Pénalités : République Tchèque 10' (4', 4', 2'), Suède 10' (4', 2', 4').
Tirs : République Tchèque 29 (7, 7, 15), Suède 25 (9, 11, 5).

Évolution du score :
0-1 à 10'07" : Karlsson assisté d'Ekman-Larsson er Steen
0-2 à 13'17" : Berglund assisté d'Ekman-Larsson et Lundqvist
0-3 à 20'51" : Zetterberg assisté de Landeskog et Kronwall
0-4 à 24'07" : Karlsson assisté de Sedin et Bäckström (sup. num.)
1-4 à 28'12" : Židlický assisté d'Elias
2-4 à 30'01" : Jágr assisté de Plekanec et Kaberle


République Tchèque

Gardien : Jakub Kovár puis Alexander Salák à 20'51".

Défenseurs : Marek Židlický (+2, 4') - Zbynek Michálek (2') ; Tomáš Kaberle (-2) - Michal Rozsíval (-2) ; Michal Barinka (-1, 2') - Lukáš Krajícek (-1) ; Ladislav Šmíd.

Attaquants : Roman Cervenka - Tomáš Plekanec (C) - Jaromír Jágr (A, +1) ; Ondrej Palát - David Krejcí - Jakub Vorácek (-1) ; Patrik Eliáš (A, +1) - Petr Nedved (4') - Martin Erat ; Michael Frolík (-1) - Jirí Novotný (-2) - Aleš Hemský ; Milan Michálek (-1).

En réserve : Ondřej Pavelec (G), Radko Gudas (malade), Martin Hanzal.

Suède

Gardien : Henrik Lundqvist.

Défenseurs : Niklas Kronwall (A, -1) - Jonathan Ericsson (-1) ; Niklas Hjarlmarsson - Johnny Oduya ; Oliver Ekman-Larsson (+2, 2') - Erik Karlsson (+2) ; Henrik Tallinder (2').

Attaquants : Gabriel Landeskog (A, +2, 2') - Henrik Zetterberg (C, +2) - Alexander Steen (+2) ; Daniel Sedin (-1) - Nicklas Bäckström (-1) - Loui Eriksson (-1) ; Gustav Nyquist - Patrik Berglund - Daniel Alfredsson ; Carl Hagelin - Marcus Krüger (2') - Jimmie Ericsson (2') ; Jakob Silfverberg (+1).

Remplaçant : Jhonas Enroth (G). En réserve : Jonas Gustavsson (G), Alexander Edler, Marcus Johansson.