Finlande - Autriche (Jeux olympiques 2014, groupe B)

RAFFL Michael-130505-232Le fait que l'ailier Michael Raffl ait été replacé au centre la semaine dernière à Philadelphie (même s'il n'avait généralement pas la charge des mises au jeu pour autant) n'a pas échappé au sélectionneur autrichien Manny Viveiros. Il est en tel déficit à ce poste qu'il en a profité pour en faire son centre sur la deuxième ligne avec l'ailier de NHL Michael Grabner et le double passeport Brian Lebler. Et au bout d'une minute, on peut se dire que c'est un coup de maître.

C'est le deuxième match - et premier match officiel - du gardien Tuukka Rask en équipe de Finlande. Il commence par... un but encaissé d'entrée, et il peut surtout en vouloir à ses coéquipiers. Le néo-centre Michael Raffl gagne l'engagement en zone offensive, conserve le palet dans le coin face à Sami Salo et délivre une passe parfaite vers Michael Grabner que la défense finlandaise (Olli Määttä pour être précis) a laissé absolument seul sur le côté opposé (0-1, 00'36").

La première ligne "transgénérationnelle" de la Finlande se charge de répondre : Mikael Granlund, décalé à la ligne bleue, utilise Unterluggauer comme écran et prend un tir en lucarne alors que le doyen Selänne vient également passer devant le gardien (1-1, 05'15"). Onze secondes plus tard, Matthias Trattnig charge Tuomo Ruutu contre la bande dans le coin. Granlund reçoit un caviar de Sami Vatanen avec la cage grande ouverte et le doublé ne peut donc lui échapper... Pourtant, la jambière de Starkbaum revient in extremis arrêter ce palet.

La Finlande semble avoir repris le contrôle normal de la partie quand, soudain, Thomas Hundertpfund signe un but venu de nulle part : il passe derrière la cage et son palet remis dans le slot est dévié par le patin du malheureux Määttä (2-1, 09'19"). C'est le deuxième but en trois tirs pour le gardien des Bruins de Boston, qui n'a vraiment pas de chance !

Selänne part en solitaire dès l'engagement, sans succès. Mais la Finlande peut marquer à tout moment face à une défense toujours lente et passive. Une passe en retrait de Jussi Jokinen trouve Sami Lepistö qui lance au-dessus de l'épaule droite de Starkbaum (2-2, 11'23").

La crosse de Barkov touche visage de Hundertpfund, mais la Finlande n'est absolument pas inquiétée par cette pénalité : Jarkko Immonen, bien plus rapide que le géant André Lakos, arrive même à s'échapper. Et dans la dernière minute, les doutes finlandais sont dissipés par deux buts consécutifs : un puissant slap de la ligne bleue d'Olli Määttä masqué par Korpikoski (3-2, 19'25"), puis un tir à mi-distance de Jarkko Immonen qui prend son propre rebond du revers (4-2, 19'33").

KONTIOLA Petri-130504-553Le gardien autrichien Bernhard Starkbaum n'en a pas fini de son calvaire. Après avoir bloqué de la botte le tir de Jussi Jokinen, il ramène le palet de la crosse vers sa mitaine qu'il veut poser au sol... mais son geste du bâton est imprécis et, trente centimètres devant son gant, Jokinen lève ce palet au-dessus de lui (5-2, 21'43").

À la décharge de Starkbaum, sa défense (ou plutôt son absence de défense) ne lui facilite vraiment pas la vie. Voici déjà le troisième breakaway de la rencontre : les deux premiers ont été arrêtés, Leo Komarov tire juste au-dessus de la transversale. La quatrième ligne se procure une occasion encore plus belle : centre de Komarov pour la déviation à bout portant d'Immonen, puis rebond de Lehterä. Durant toute cette action, les défenseurs autrichiens étaient en retard et n'ont servi à rien. L'abandon est tel que Manny Viveiros décide d'utiliser son temps mort après cette présence pour rappeler ses hommes à leur devoir.

Le temps mort semble faire effet pendant quelques minutes. Quand elle s'expose moins avec des montées peu assurées, l'Autriche équilibre le jeu. La Finlande reste calme et attend son heure, en l'occurrence une forte présence de la première ligne en zone offensive : pas gêné par son défenseur Altmann, Petri Kontiola arrive sur le côté de la cage pour prendre le rebond d'un tir de Granlund, en utilisant l'arrière du gardien (6-2, 32'10").

Kontiola en première ligne ? Oui, car l'emblématique capitaine Teemu Selänne ne joue plus depuis la fin de la première période, où il s'est fait masser la nuque. Il peut se reposer tranquillement pour la journée, car la Finlande peut gagner ce match sans problème, même à onze attaquants. Jussi Jokinen assure également des doubles présences sans sourciller.

Les Finlandais doivent surtout travailler leur jeu défensif : au début de la troisième période, Michael Grabner prend de vitesse son vis-à-vis à l'aile Jussi Jokinen (le défenseur Timonen étant monté trop haut) et reçoit une passe parfaite de Brian Lebler quand il arrive devant la cage (6-3, 41'29").

Les Autrichiens, quant à eux, doivent surtout travailler la discipline : il est inadmissible de voir André Lakos prendre une pénalité stupide en enlevant le casque de Vatanen alors que l'on joue à 4 contre 4. Brian Lebler, à son tour, retombe dans ses travers et part en prison pour une charge contre la bande. Les rouges sont vaillants en infériorité numérique, Altmann et Hundertpfund se créant même une belle occasion. Mais à une petite seconde de la fin de la pénalité de Lebler, Jarkko Immonen tire entre les jambes de Starkbaum sur une passe en retrait de Barkov (7-3, 51'25").

STARKBAUM Bernhard-130505-211Un Autrichien gardera un bon souvenir de ce jour : Michael Grabner. Il part à 3 contre 1 et fait tellement croire à la passe que Rask écarte tellement les jambes qu'il laisse un boulevard. L'attaquant des New York Islanders, qui a peu joué pour l'équipe autrichienne, signe donc un hat-trick pour sa première compétition internationale de très haut niveau, essentiellement en utilisant sa vitesse (7-4, 54'22").

Même sans papy Selänne pour les chaperonner, les gamins Mikael Granlund et Aleksander Barkov continuent de dominer la glace avec leurs passes étincelantes. Ils montrent encore leur science du jeu pendant une pénalité de Raffl. Mikael Granlund voit que Barkov fait écran et attend le bon moment pour tirer (8-4, 58'25").

La défense autrichienne n'a rien fait pour relever sa réputation. Lukas et Altmann ont péché par passivité, et André Lakos devrait jouer un peu plus avec sa tête pour compenser son manque de jambes. L'Autriche se permet un forecheck à deux osé qui lui procure des occasions, mais cela ne peut fonctionner que si les centres et les défenseurs couvrent derrière face à un adversaire qui joue à un rythme bien plus élevé. Ce n'est pas un hasard si le joueur autrichien le plus rapide - Michael Grabner - s'en est aussi le mieux sorti.

Autre problème malheureusement attendu : si l'on excepte Koch qui garde un bilan de 50%, les autres Autrichiens ont gagné 10 mises au jeu... et en ont perdu 41, soit un bilan combiné de moins de 20% !

La Finlande ne peut toutefois se satisfaire d'avoir encaissé quatre buts contre cet adversaire. Tuukka Rask court maintenant le risque de la concurrence, car une rotation avait été annoncée. Un de ses collègues (Lehtonen ou Niemi) pourrait se montrer meilleur au prochain match contre la Norvège. La défense pose question, car les vétérans Salo et Timonen ont du mal à la cadrer, dépassés en vitesse et battus physiquement.

Commentaires d'après-match

Manny Viveiros (entraîneur de l'Autriche) : "Contre le Canada, nous devrons être très concentrés pendant 60 minutes et ne pas laisser autant de rebonds que contre la Finlande. Le jeu dans notre zone défensive est en particulier important."

 

Finlande - Autriche 8-4 (4-2, 2-0, 2-2)
Jeudi 13 février 2014 à 12h00 au palais des glaces Bolchoï de Sotchi. 5664 spectateurs.
Arbitrage de Daniel Piechaczek (ALL) et Ian Walsh (USA) assistés de Tommy George (USA) et Brad Kovachik (CAN).
Pénalités : Finlande 4' (2', 0', 2'), Autriche 10' (2', 0', 8').
Tirs : Finlande 52 (15, 19, 18), Autriche 20 (6, 8, 6).

Évolution du score :
0-1 à 00'36" : Grabner assisté de M. Raffl
1-1 à 05'15" : Granlund assisté de Selänne et Vatanen
1-2 à 09'19" : Hundertpfund assisté de Vanek
2-2 à 11'23" : Lepistö assisté de J. Jokinen et T. Ruutu
3-2 à 19'25" : Määttä assisté de O. Jokinen
4-2 à 19'33" : Immonen assisté de Lehterä et Väänänen
5-2 à 21'43" : J. Jokinen assisté de Kontiola
6-2 à 32'10" : Kontiola assisté de Granlund
6-3 à 41'29" : Grabner assisté de M. Raffl et Lebler
7-3 à 51'25" : Immonen assisté de Barkov et Vatanen (sup. num.)
7-4 à 54'22" : Grabner assisté de Trattnig et Lebler
8-4 à 58'25" : Granlund assisté de Timonen et Vatanen (sup. num.)


Finlande

Gardien : Tuukka Rask.

Défenseurs : Kimmo Timonen (A, +1) - Sami Vatanen (+1) ; Olli Määttä (-1) - Sami Salo (-1) ; Sami Lepistö (+1) - Juuso Hietanen (+1) ; Ossi Väänänen (+1) - Lasse Kukkonen (+1).

Attaquants : Mikael Granlund (+2) - Aleksander Barkov (+2, 2') - Teemu Selänne (C, +1) ; Lauri Korpikoski (-1, 2') - Olli Jokinen (-1) - Tuomo Ruutu ; Jussi Jokinen - Petri Kontiola (+1) - Juhamatti Aaltonen (-1) ; Leo Komarov (A, +1) - Jarkko Immonen (+1) - Jori Lehterä (+1).

Remplaçant : Kari Lehtonen (G). En réserve : Antti Niemi (G), Sakari Salminen, Antti Pihlström.

Autriche

Gardien : Bernhard Starkbaum.

Défenseurs : Mattias Trattnig (A, 2') - André Lakos (2') ; Thomas Pöck (+3) - Stefan Ulmer (+1) ; Florian Iberer (-1) - Gerhard Unterluggauer (-1) ; Mario Altmann (-4) - Robert Lukas (-2).

Attaquants : Thomas Vanek (C, -1) - Thomas Koch (A, -1) - Oliver Setzinger (-2) ; Michael Grabner (+1) - Michael Raffl - Brian Lebler (+1, 2') ; Andreas Nödl (-2) - Thomas Hundertpfund - Thomas Raffl (-1, 2') ; Daniel Welser (2') - Daniel Oberkofler (-1) - Manuel Latusa.

Remplaçant : René Swette (G). En réserve : Mathias Lange (G), Matthias Iberer, Raphael Herburger.