Slovaquie - États-Unis (Jeux olympiques 2014, groupe A)

Battus en profondeur

JURCINA Milan-130506-041Le choix du gardien des États-Unis ne fait pas autant parler que celui du Canada, mais il est du même ordre. Plutôt que le finaliste d'il y a quatre ans (là Luongo, ici Miller), ce pays a aussi misé sur un gardien plus jeune, Jonathan Quick. Celui-ci n'a cependant jamais joué un match international (même pas en junior comme Price), et il reste à voir s'il saura adapter son style agressif à une grande glace et à des adversaires européens.

Le choix de coaching le plus payant se situe cependant ailleurs. L'entraîneur américain Dan Bylsma a mis David Backes et Ryan Callahan en première ligne avec le capitaine Parisé : l'intention est claire, ce trio sera chargée de neutraliser la première ligne adverse, libérant ainsi le talent et la vitesse des autres lignes pour tirer profit du manque de profondeur de la Slovaquie.

La stratégie est très claire pendant toute la première période : les Américains prennent le contrôle du jeu alors que les Slovaques acceptent de subir pour mieux attendre les contre-attaques. Le système collectif de Vladimir Vujtek est parfaitement appliqué : ses joueurs tiennent bien leur homme, contrent les palets, et s'imposent admirablement sur le plan physique face aux attaquants américains.

Parfaitement maîtrisés, les Américains ne se créent donc aucune occasion malgré leur domination franche. Il leur faut en fait attendre que la Slovaquie se déouvre un peu. Surovy et Bartovic restent à la ligne bleue offensive sans avoir pu renvoyer le palet au fond, et les Américains partent alors à 3 contre 2 : Phil Kessel fonce vers le coin droit pour attirer le jeune défenseur Marincin et laisse une passe-abandon pour un slap du défenseur John Carlson en lucarne (0-1, 14'27").

La Slovaquie doit maintenant réagir. La paire McDonagh-Shattenkirk se fait déporter sur le côté droit par le jeu de Vydareny et Marcinko, et Richard Panik est servi seul dans l'axe pour un face-à-face avec Jonathan Quick. Le jeune attaquant slovaque s'ouvre la cage par une belle feinte, mais le palet échappe à son revers au moment de conclure. Les Slovaques auraient pu rejoindre les vestiaires à parité sur leur effort, mais les Américains ont marqué le premier but si précieux.

La deuxième période commence idéalement pour la Slovaquie. Marian Hossa intercepte le palet à la bleue à la limite du hors-jeu pour le donner à Tomas Tatar dans l'axe. Le lancer de ce dernier est magnifique, en pleine lucarne de Quick (1-1, 20'24"). L'entraîneur Vladimir Vujtek se permet un petit sourire sur son banc, il se dit sans doute que son équipe pourra appliquer de nouveau son système et tenir cette égalité.

VYDARENY Rene-130504-443Ce sourire va vite disparaître... Les défenseurs remplaçants, appelés après coup pour substituer les blessés et qui avaient fait bonne figure en première période, montrent soudain leurs limites. Milan Jurcina perd le palet dans sa zone défensive : Patrick Kane donne en retrait pour la reprise de Kesler depuis le haut du cercle droit, encore une fois au-dessus de l'épaule droite de Halak (1-2, 21'26"). René Vydareny n'arrive pas à sortir le palet de la zone : T.J. Oshie centre pour Max Pacioretty au second poteau, et Paul Stastny prend le rebond dans l'axe (1-3, 22'32").

Vydareny, dominé physiquement par les Américains, écope aussi d'une pénalité. Tomas Tatar s'échappe en infériorité, mais un bon plongeon de Shattenkirk l'empêche de tirer. Et juste après la fin de la pénalité, le palet qui traîne dans les patins de Chara est mis au fond par David Backes (1-4, 28'16"). La Slovaquie tente de réagir, mais se fait prendre à revers : alors que Marcinko est blessé au cours de l'action, Paul Stastny est plus rapide que Vydareny en partant en contre-attaque et convertit le centre de Shattenkirk (1-5, 33'30"). C'est un doublé de Stastny contre le pays de son père, histoire de remuer le couteau dans la plaie...

Le calvaire de Jaroslav Halak se termine là et Peter Budaj rentre à sa place. Il ne peut rien faire sur une très jolie action collective, avec une passe de Van Riemsdyk déviée par Phil Kessel au second poteau (1-6, 34'20"). Les Slovaques sont bien plus passifs qu'en première période, ils sont atteints mentalement et regardent les Américains jouer. Dustin Brown reprend le centre de John Carlson sous les yeux d'un Jurcina inactif (1-7, 35'17").

Vladimir Vujtek utilise alors son temps mort pour réveiller ses joueurs éteints. Il obtiendra d'eux une réaction offensive, qui provoque une pénalité de Kessel en fin de période. De toute façon, le match est plié et le troisième tiers-temps ne sert plus à rien, avec peu d'occasions de part et d'autre.

Les Américains ont prouvé que la grande glace n'était nullement un problème pour eux compte tenu de leur vitesse de patinage. La première ligne a été discrète, mais son travail est a priori de bloquer le cinq majeur adverse. Les autres se sont déchaînés : Phil Kessel a énormément mûri, le duo Kesler-Kane est ébouriffant et Paul Stastny continue sur la lancée des deux derniers championnats du monde.

Les défenseurs blessés comme Granak ont beaucoup manqué à la Slovaquie, car les derniers appelés Milan Jurcina (-4) et René Vydareny (-3) ont connu une deuxième période littéralement catastrophique : le premier est un gros gabarit trop peu mobile, le second est un petit gabarit trop peu physique, mais tous deux ont en commun d'avoir commis des erreurs grossières. C'est aussi sur le plan mental que cette équipe slovaque doit progresser car elle est totalement sortie de son plan de jeu - pourtant efficace pendant vingt minutes - dès le deuxième but américain qui lui a coupé les jambes. Seul le jeune Tatar a surnagé dans ce désastre.

Commentaires d'après-match

STASTNY Paul-130504-006Zach Parisé (capitaine des États-Unis) : "Je ne m'attendais pas avant le match que nous battions ce type d'adversaire 7-1. Cela arrivera rarement dans ce tournoi. Nous avons combiné, nous avons beaucoup patiné et nous avons concrétisé nos occasions. Après la première période, nous avons trouvé nos jambes. On est toujours nerveux au début d'un tel évènement, mais quand nous avons marqué le deuxième but, nous sommes passés à un autre niveau de performance."

Paul Stastny (attaquant des États-Unis) : "C'était un match très spécial pour moi. Nous avons battu les Slovaques, en plus aux Jeux olympiques d'hiver. Nous avons bien patiné avec toutes nos quatre lignes. Dans les tribunes, ma famille me soutenait."

Vladimir Vujtek (entraîneur de la Slovaquie) : "Nous avons pris une leçon de modernité dans le hockey. Nos adversaires nous ont surpassés dans tous les aspects : vitesse, combinaisons et concept collectif."

Tomas Tatar (attaquant de la Slovaquie) : "Nous avons encaissé des buts superflus, parce nous n'avons pas bien couvert nos adversaires. Durant le premier tiers-temps, nous étions bien équilibrés devant et derrière. Nous devons mieux communiquer dans notre zone et ce n'est pas que l'affaire des défenseurs, cela reste un jeu collectif. Nous devons travailler avant le prochain match."

Marian Hossa (attaquant de la Slovaquie) : "Bien sûr, avant et pendant le match, je pensais à Pavol Demitra. Aux deux précédents Jeux Olympiques, nous étions dans la même chambre, il reste en permanence dans ma mémoire. Les Américains ont une grande équipes, ils sont parmi les principaux candidats à l'or avec les Canadiens et les Russes."

 

Slovaquie - États-Unis 1-7 (0-1, 1-6, 0-0)
Jeudi 13 février 2014 à 16h30 à la Shaïba Arena de Sotchi. 4119 spectateurs.
Arbitrage d'Antonin Jerabek (TCH) et Kevin Pollock (CAN) assistés de Mark Wheler (CAN) et Jesse Wilmot (CAN).
Pénalités : Slovaquie 4' (2', 2', 0'), États-Unis 2' (0', 2', 0').
Tirs : Slovaquie 23 (4, 13, 6), États-Unis 33 (11, 16, 6).

Évolution du score :
0-1 à 14'27" : Carlson assisté de Kessel et Van Riemsdyk
1-1 à 20'24" : Tatar assisté de Hossa
1-2 à 21'26" : Kesler assisté de Kane
1-3 à 22'32" : Stastny assisté de Pacioretty et Oshie
1-4 à 28'16" : Backes assisté de Kessel
1-5 à 33'30" : Stastny assisté de Shattenkirk et Oshie
1-6 à 34'20" : Kessel assisté de Kesler et Van Riemsdyk
1-7 à 35'17" : Brown assisté de Carlson et Kane


Slovaquie

Gardien : Jaroslav Halak puis Peter Budaj à 33'30".

Défenseurs : Zdeno Chára (C) - Andrej Sekera ; Ivan Baranka - Andrej Meszároš ; Martin Marinčin (-4) - Milan Jurčina (-4) ; Tomáš Starosta (-2) - Rene Vydarený (-3, 2').

Attaquants : Tomáš Tatar (+1) - Michal Handzuš (A) - Marián Hossa (A, -1) ; Tomáš Jurčo (-1) - Tomáš Kopecký - Branko Radivojevič (-1) ; Michel Miklík (-2) - Tomáš Surový (-4) - Milan Bartovič (-3) ; Marcel Hossa (-2) - Tomáš Marčinko (-2, 2') - Richard Pánik (-2).

En réserve : Ján Laco (G), Tomáš Zaborský, Peter Ölvecký.

États-Unis

Gardien : Jonathan Quick.

Défenseurs : Ryan Suter (A, +2) - Paul Martin ; Ryan McDonagh (+1) - Kevin Shattenkirk (+1) ; Cam Fowler (+2) - John Carlson (+3) ; Brooks Orpik (+3).

Attaquants : Zach Parisé (C) - David Backes (+1) - Ryan Callahan ; James van Riemsdyk (+2) - Joe Pavelski (-1) - Phil Kessel (+2, 2') ; Dustin Brown (A, +2) - Ryan Kesler (+4) - Patrick Kane (+2) ; Max Pacioretty (+2) - Paul Stastny (+2) - T.J. Oshie (+2) ; Blake Wheeler.

Remplaçant : Ryan Miller (G). En réserve : Jimmy Howard (G), Justin Faulk, Derek Stepan.