Russie - Slovénie (Jeux olympiques 2014, groupe A)

Les gourmands de glace

2014-02-13-Russie-SlovenieLa Russie fait son entrée dans "ses" Jeux olympiques avec en hors-d'oeuvre un match contre la "petite" Slovénie. Il conviendrait de s'en méfier car la précédente confrontation entre les deux pays avait été plus serrée que prévu. La Sbornaïa doit quand même en profiter pour régler son jeu et trouver la bonne alchimie entre ses lignes, point toujours crucial pour elle.

Zinetula Bilyaletdinov a choisi de concentrer ses principaux talents dans deux lignes offensives, y compris donc Aleksandr Semin qui n'avait pas été sélectionné dans un premier temps mais sur lequel il s'est rabattu après la blessure de l'attaquant défensif Soïn. Quelle était son idée de départ ? On ne le saura pas. Toujours est-il qu'il a maintenant décidé de reconstituer la ligne Ovechkin-Malkin-Syomin, créée lors des derniers Jeux olympiques de Vancouver avec le succès (ou plutôt l'absence de succès) que l'on sait.

Qu'est-ce qui permet de penser que ce sera différent cette fois-ci ? Peut-être l'amélioration supposée du jeu défensif de Syomin au sein des Carolina Hurricanes. Cela éviterait à Malkin d'endosser des responsabilités défensives pour lesquelles il n'est pas destiné car cela briderait son impact offensif. On demande à voir.

Et les premiers pas sur la glace de cette ligne... sont un succès total. Dès la première entrée en zone offensive, sur un décalage en zone neutre de Syomin, Aleksandr Ovechkin tire dans la lucarne opposée (1-0, 01'17"). Sur la présence suivante du nouveau trio majeur, Evgeni Malkin reçoit le palet d'Ovechkin avec un contre favorable sur sa jambe, il part seul au but et tire côté plaque de Robert Kristan (2-0, 03'54"). Une minute plus tard, c'est déjà le premier jeu de puissance, et Ovechkin est tout près du troisième but au second poteau.

2014-02-13-Russie-Slovenie3Prélude à un massacre ? Pas du tout. Dès que la Russie est en terrain conquis, elle a la fâcheuse tendance à se reposer sur ses lauriers et à se la jouer facile. Alors que Datsyuk ne paraît pas encore à 100% de ses moyens, le jeu collectif n'est pas si évident. Les défenseurs ne donnent pas une impression de sérénité.

La punition arrive à mi-distance. Ziga Jeglic, qui avait gardé un souvenir ensanglanté de l'équipe russe (voir lien plus haut), a décidé de se venger de belle manière. À mi-distance, il décoche un tir du poignet sous la barre (2-1, 21'43"). Jan Urbas aurait même pu égaliser, mais son lancer ne heurte que le poteau. Anze Kopitar également entre un peu trop facilement dans la défense russe.

Les Russes caricaturent leur jeu et font un peu trop de passes au lieu de jouer simple. Surtout, ils restent trop longtemps sur la glace au lieu de retourner au banc, et de ce fait ils se font fréquemment coincer dans leur zone par les Slovènes en fin de présence.

Lorsque le buteur Jeglic part en prison, le jeu de passes fait cependant merveille en supériorité numérique : Kovalchuk reprend entre les cercles un service de l'arrière de la cage de Malkin (3-1, 37'48"). Jeglic n'a cependant pas dit son dernier mot : il prend de vitesse la paire défensive Belov-Nikitin pour un tir croisé au ras du poteau (3-2, 38'52"). Deux buts en huit tirs, Semyon Varlamov ne passe pas une soirée facile...

2014-02-13-Russie-Slovenie2Un but d'avance, cela fait vraiment peu pour l'équipe-hôte. Le salut ne vient pas des stars mais du petit nouveau, Valeri Nichushkin, le junior que Bilyaletdinov a finalement titularisé à la place de Tikhonov après avoir douté un temps. Parti de sa zone défensive, il s'échappe à pleine puissance sur l'aile droite, dépasse Mitja Robar, et fait passer le palet entre les bottes du gardien Semyon Varlamov avant de le percuter de plein fouet. Le but est donc validé (4-2, 43'59"). Le capitaine Datsyuk va chercher le palet dans le but et l'offrir en souvenir à Nichushkin.

Une grosse séquence en zone offensive de la quatrième ligne russe - la meilleure présence du match - est conclue par un tir de la ligne bleue d'Anton Belov dans le trafic (5-2, 47'53"). Ce ne sont donc pas les stars qui ont fait la différence, mais ce quatrième trio (Popov-Tereshchenko-Nichushkin) sans doute moins défensif que prévu après les forfaits de Soïn et Kokarev.

On ne peut s'empêcher de penser que cette Russie reste "petite joueuse" pour son premier match, se complaisant à une séquence de passe à dix dans sa moitié de terrain dans les trente dernières secondes. Si elle veut aller loin, la Sbornaïa devra surtout apprendre le partage. Une durée moyenne de présence de 50 secondes, c'est beaucoup trop en match international, où une durée de 40 secondes est généralement recommandée. Ovechkin dépasse même la minute !

Commentaires d'après-match

Zinetula Bilyaletdinov (entraîneur de la Russie) : "J'ai aimé les Slovènes, même s'ils ont commencé timidement en première période. Il y a encore des questions à propos de notre jeu. C'est encore difficile pour Pacha [Datsyuk], son trio peut et doit mieux jouer. Mais pour le moment, je ne vois aucune raison de changer les lignes."

 

Russie - Slovénie 5-2 (2-0, 1-2, 2-0)
Jeudi 13 février 2014 à 16h30 au palais des glaces Bolshoï de Sotchi. 11653 spectateurs.
Arbitrage de Dave Jackson (USA) et Vladimir Sindler (TCH) assistés de Lonnie Cameron et Chris Carlson (CAN).
Pénalités : Russie 6' (2', 2', 2'), Slovénie 6' (4', 2', 0').
Tirs : Russie 35 (18, 9, 8), Slovénie 14 (4, 4, 6).

Évolution du score :
1-0 à 01'17" : Ovechkin assisté de Malkin et Syomin
2-0 à 03'54" : Malkin assisté d'Ovechkin et Medvedev
2-1 à 21'43" : Jeglic assisté de Robar
3-1 à 37'48" : Kovalchuk assisté de Malkin et Radulov (sup. num.)
3-2 à 38'52" : Jeglic assisté de Sabolic et Kopitar
4-2 à 43'59" : Nichushkin assisté de Tereshchenko
5-2 à 47'53" : Belov assisté de Nikitin et Tereshchenko


Russie

Gardien : Semyon Varlamov.

Défenseurs : Andrei Markov - Vyacheslav Voïnov ; Evgeni Medvedev - Aleksei Emelin (2') ; Fyodor Tyutin (+1, 2') - Ilya Nikulin (+1) ; Anton Belov (+1) - Nikita Nikitin (+1).

Attaquants : Ilya Kovalchuk (A, -1) - Pavel Datsyuk (C, -1) - Aleksandr Radulov ; Aleksandr Ovechkin (A, +2) - Evgeni Malkin (+2) - Aleksandr Syomin (+2) ; Nikolaï Kulyomin - Artyom Anisimov (-1, 2') - Vladimir Tarasenko ; Aleksandr Popov (+1) - Aleksei Tereshchenko (+2) - Valeri Nichushkin.

Remplaçant : Sergei Bobrovski (G). En réserve : Aleksandr Eryomenko (G), Viktor Tikhonov, Aleksandr Svitov.

Slovénie

Gardien : Robert Kristan.

Défenseurs : Sabahudin Kovačević - Aleš Kranjc ; Blaž Gregorc (-1) - Mitja Robar (-1) ; Matic Podlipnik (-1) - Žiga Pavlin (-1) ; Klemen Pretnar - Andrej Tavželj.

Attaquants : David Rodman - Anže Kopitar (A, +1, 2') - Jan Muršak (2') ; Robert Sabolič - Rok Tičar (-1) - Žiga Jeglič (2') ; Tomaž Razingar (C, -1) - Marcel Rodman (A, -1) - Jan Urbas (-1) ; Boštjan Goličič (-1) - Aleš Mušič (-1) - Žiga Pance (-1).

Remplaçant : Luka Gračnar (G). En réserve : Andrej Hočevar (G), Miha Verlič, Anže Kuralt.