Rouen - Angers (Ligue Magnus, 25e journée)

Rouen en pole
 
Même sans quelques cadres, Guren et Tavzelj, Rouen, en mode play-off, va mieux. Et qu'on se le dise, les hommes de Rodolphe Garnier seront les mieux placés pour aborder la(les) série(s) à venir. Angers (sans Custosse puis Campbell) n'a pas pu contester quoi que ce soit sur l'île Lacroix, malgré ce que l'étroitesse de la marque pourrait laisser croire.
 
Les Ducs étaient pourtant favoris après leur victoire de Bercy, mais les solides coéquipiers de Jonathan Bellemare, pris à la gorge, ont été beaucoup trop approximatifs et très souvent maladroits dans la dernière passe pour pouvoir inquiéter sérieusement des Dragons agressifs, rapides et absolus.
 
Se reposer sur le roc Florian Hardy, c'est bien, mais l'écueil de l'ASGA, si solide soit-il, ne peut pas scorer, et Simon Lacroix doit s'en être aperçu au moins pendant le débriefing du match, à défaut de s'en être rendu compte pendant « la game ».
 
Le RHE à quatre lignes (Angers a très vite abandonné son quatrième trio) a pris le match par le bon bout et ne l'a pas lâché. Bien sûr, les Normands n'ont pas marqué en supériorité et ils ont encaissé en infériorité. Mais d'une part, ils n'ont eu que deux avantages numériques durant le match et d'autre part, ils ont craqué au bout de 2'47 d'efforts en désavantage dont 34 secondes passées à trois-contre-cinq. Dans ces conditions, pas si surprenant qu'ils aient un peu rompu. Les hiboux ne sont pas des oiseaux de proies pour rien.
 
Les champions de France ont très logiquement ouvert le score au terme d'un début de match tonitruant, au pressing complété dès que possible de charges avant (Angers répliquera et ce jeu viril provoquera la sortie prématurée d'Anthony Goncalves après une charge a priori correcte de Julien Albert) et pendant lequel il n'y a eu qu'une équipe sur la glace. Florian Hardy a retardé l'échéance de ses bottes devant Guénette (4'06) et Desrosiers, lui, idéalement placé dans le haut de l'enclave (4'20). Mais le gardien international n'a rien pu faire sur le lancer rageur de Julien Desrosiers servi plein slot avec maestria par Yannick Riendeau, installé dans le bureau de Gretzky après un travail de Guénette le long de la bande où le joueur de centre s'est débarrassé de Busto (1-0 à 8'09).
 
Angers n'aura qu'une occasion de réagir. C'est lors d'un power-play. Jonathan Bellemare trouve Robin Gaborit mais Lhenry s'interpose avec brio (9'19). Ensuite, Rouen reprend le jeu à son compte et Janos Vas est le plus combatif et le plus opiniâtre dans le trafic pour reprendre un palet à ras la glace (2-0 12'11). Puis Julien Desrosiers, décidément intenable, ne trouve que le petit filet (14'30). Moins d'une minute plus tard, Janos Vas est dérouté par Hardy lors d'une attaque surnuméraire jouée à trois contre deux (15'25). La fin du premier tiers sera plus calme.
 
Angers (sermonné au vestiaire ?) repartira mieux. Désormais sur le même mode que Rouen, l'ASGA aura réveillé Fabrice Lhenry si celui-ci dormait. Mais rien de plus. Une fois une nouvelle infériorité tuée, le RHE76 reprend les commandes. Loïc Lampérier, bien trouvé par Thinel, est frustré par les jambières de Hardy (26'37). Plus tard, Antonin Manavian, après une combinaison à trois, manque une cage ouverte (29'57).
 
Sur la seule contre-attaque angevine, Léo Guillemain est obligé de faire une faute sur Skinnars et contraint ses partenaires à jouer à un homme de moins. Puis c'est Loïc Lampérier de se faire prendre par la patrouille. Le trio Desrosiers-Janil-Guénette tiendra en respect les cinq Ducs pendant 34 secondes, mais Fredrik Börjesson pourra réduire la marque d'un lancer frappé dans le haut du slot (2-1 à 32'58). Ensuite, les deux équipes font jeu égal sans véritable occasion, avant que le RHE76 ne reprenne le dessus. Heureusement, Florian Hardy veille toujours. Le portier de l'ASGA stoppe un tir de Guénette (36'26) et dévie juste avant la sirène celui de Manavian monté dans l'enclave (39'19).
 
Les Ducs auront des chances d'égalisation au début du dernier tiers. Fabrice Lhenry y commence son festival, d'abord en paradant de la jambière un envoi de Bellemare (41'19). Le bon prélude angevin du dernier tiers sera "récompensé" par deux power-plays à cheval, dont 19 secondes jouées en double avantage numérique par les hommes de Simon Lacroix après une faute offensive rouennaise. C'est là, devant le même remarquable trio défensif (Desrosiers-Janil-Guénette) qu'en première période, que ces derniers connaissent leur plus belle chance avec Éric Fortier volé par un Lhenry exceptionnel (45'35). Leurs supériorités avortées, les joueurs des bords du Maine jouent sur leur élan offensif et il faudra encore tout un travail de Jonathan Janil pour endiguer Walls (47'27).
 
Petit à petit, les joueurs des bords de Seine se projettent de nouveau en attaque jusqu'à obtenir une nouvelle occasion par Janos Vas qui, après un bon tour de cage, voit son tir prendre la tangente de son cercle (51'08). Ou encore Anthony Rech qui bute en breakaway sur un Hardy fort dans ce face-à-face (51'57). Les Dragons ont tous les contres favorables mais Florian Hardy tient la baraque, cette fois sur un contournement de but de Benoit aidé par Manavian (54'24).
 
Les Normands sont encore dans le rythme et se procurent une attaque à cinq après une faute de Robin Gaborit sur Riendeau (53'57) qui devraient les mettre à l'abri pour la fin du match. Mais Loïc Lampérier manque l'offrande de Thinel (56'35) et il semble que c'est la barre (?) sur un tir de Riendeau (57'49) qui permettra aux Ducs de jouer leur va-tout dans la dernière minute en remplaçant, en vain, Hardy par un attaquant supplémentaire. Juste avant, le trio Walls-Fortier-Baluch aura manqué de lucidité pour venir à bout d'un Fabrice Lhenry encore formidable. Rouen n'aura pas tremblé mais ne se sera pas mis à l'abri d'un hold-up angevin, le seul plan de match qui semble être dans l'escarcelle des Ducs.
 
Joueurs étoiles du match : *** Fabrice Lhenry (Rouen) ; ** Florian Hardy (Angers) ; * Janos Vas (Rouen).
 
 
 
Rouen - Angers 2-1 (2-0, 0-1, 0-0)
Mardi 11 février 2014 à 20h30 au centre sportif Guy Boissière. 2747 spectateurs.
Arbitres : M. Barcelo assisté de MM. Furet et Loos.
Pénalités : Rouen 14' (4', 6', 4') ; Angers 6' (4', 0', 2').
Tirs : Rouen 34 (18, 8, 8) ; Angers 20 (4, 10, 6).
Chances : Rouen 13 (4, 4, 5) ; Angers 5 (1, 1, 3).
Supériorités : Rouen 0/2, Angers 1/6
 
Évolution du score :
1-0 à 08'09" : Desrosiers assisté de Riendeau et Guénette
2-0 à 12'11" : Vas assisté de Lampérier et Manavian
2-1 à 32'58" : Börjesson assisté de Skinnars et Crowder (sup. num.)
 
 
Rouen
 
Gardien : Fabrice Lhenry (19 arrêts)
 
Défenseurs : Lauri Lahesalu - Juho Mielonen ; Léo Guillemain - Antonin Manavian ; Raphaël Faure - Jonathan Janil (A).
 
Attaquants: Julien Desrosiers - François-Pierre Guénette (A) - Yannick Riendeau ; Loïc Lampérier - Janos Vas - Marc-André Thinel (C) ; Anthony Rech - Loup Benoit - Romain Gutierrez puis Dimitri Thillet à 12'51" ; Anthony Goncalves - Juraj Stefanka - Johan Saint-André.
 
Remplaçants : Gabriel Girard (G), Théo Lanvers. Absents : Miloslav Guren (?), Andrej Tavzelj (équipe de Slovénie aux JO 2014 de Sotchi), Stanislav Hudec (départ).   
 
Angers
 
Gardien : Florian Hardy (32 arrêts) sorti de 59'13 à 60'00.
 
Défenseurs : Gary Lévèque - Michael Busto (A); Florent Aubé - Fredrik Börjesson ; Andrej Mrena - Paul Bahain.
 
Attaquants : Éric Fortier - Cody Campbell [puis Henderson à 7'20] - Braden Walls ; Johan Skinnars - Jonathan Bellemare (C) - Tim Crowder ; Tomas Baluch - Julien Albert - Robin Gaborit ; Jordy Angles - Brian Henderson - Alexandre Monnier [jusqu'à 7'20].
 
Remplaçants : Alexis Neau (G), Damien Sanchez. Absents: Cédric Custosse (blessé), Mark Isherwood (mal du pays).