Amiens - Rouen (Ligue Magnus, 26e journée)

2014-02-14-Amiens-RouenB
Sopko et Salmivirta : au bon souvenir des Dragons


Le hasard du calendrier a voulu que ce « classique » du championnat de France inaugure la saison régulière, et donc l’achève par la même occasion. Une telle affiche au Coliséum pour clôturer l’exercice, les supporters amiénois (et les nombreux fans rouennais présents ce soir) n’en demandaient pas tant. C’est donc devant des travées pleines et bruyantes que Dragons et Gothiques firent leur entrée. Des Dragons sans enjeu réel, assurés de terminer en tête du championnat quoi qu’il arrive, mais soucieux malgré tout de ne pas perdre face au rival historique. Or c’est bien de six joueurs au total qu’ils furent privés pour cette rencontre.

Pour les Gothiques en revanche, il demeure un enjeu de classement : eux qui ont longtemps cru pouvoir accrocher le top 4 doivent à présent tenter de prendre des places dans le tableau, pour affronter lors du premier tour un adversaire « a priori » moins délicat. Bien que ceci n’ait jamais été une science exacte… Deux absents de marque côté picard : David Bastien et Johan Ohlsson manquent à l’appel pour blessure.

Le premier gros lancer de la rencontre est à mettre à l’actif du jeune Quentin Fauchon, mais Gabriel Girard, qui supplée ce soir un Fabrice Lhenry légèrement blessé, est tout de suite vigilant. Le palet circule vite mais c’est surtout l’engagement physique qui s’impose en ce début de match, sans pour autant que la licéité soit engagée. Amiens a les opportunités les plus remarquables et Bouchard transmet à Gascon qui s’infiltre, mais le tir du Québécois passe au dessus de la cage.

2014-02-14-Amiens-Rouen-1On constate essentiellement que les Gothiques procèdent plutôt par contres en misant sur l’explosivité de leurs attaquants, tandis que les Normands tentent de leur côté d’installer leur jeu en zone offensive. Ils y parviennent par exemple sur un beau lancer de Vas, bien capté par Sopko. C’est alors que Bault écope fort logiquement de la première pénalité du match pour charge incorrecte. Une possibilité avortée immédiatement pour Rouen, puisque Lampérier est à son tour sanctionné dans l’instant (faire trébucher). Cela donne un 4 contre 4 plutôt à l’avantage d’Amiens, mais sans réelle opportunité car les défenses se montrent très solides.

2014-02-14-Amiens-Rouen-2L’infatigable Thinel s’offre alors un superbe numéro personnel avant de remettre le puck devant la cage, mais personne n’est présent pour profiter de l’aubaine. Mais puisque Bault n’y est peut être pas innocent, la patrouille le sanctionne à nouveau, cette fois-ci pour cinglage. Rouen a alors l’occasion de mettre en évidence son jeu de puissance, pour autant les hommes de Garnier n’y parviennent aucunement, butant sur une défense très mobile, notamment grâce au travail remarquable du jeune Nicolas Leclerc.

Au retour au complet, Amiens prend le dessus sur la fin de tiers-temps : Girard dévie un lancer de Ouimet, puis s’impose en deux temps sur une tentative de Santala. La pression exercée par les locaux n’y fera rien et les deux équipes se quittent sur ce score nul et vierge.

Kazarine débloque le compteur

2014-02-14-Amiens-Rouen-6Le tiers médian démarre instantanément sur une pénalité impliquant Salmivirta (retenir). En supériorité numérique, Janil s’essaie sur un gros shoot à la bleue, mais il ne trouve pas le cadre. Fait remarquable, sans doute pour la première fois de la saison au Coliséum, les Amiénois ne cherchent pas à construire en infériorité numérique. Ici les consignes sont claires : renvoyer le palet en fond de glace avec rigueur et discipline. En toute fin de cette phase de jeu, Vas a une double opportunité, seulement Sopko est suffisamment attentif pour intervenir.

Le jeu se veut plutôt équilibré quand les Gothiques donnent le départ d’une superbe phase collective : à la naissance, Ouimet depuis le repli défensif transmet à Claireaux. Celui-ci s’infiltre rapidement sur l’aile et trouve Kazarine juste au bon moment. Le natif de Compiègne fait alors parler son évident sens du but pour tromper Girard à mi-hauteur et ouvrir la marque pour Amiens (1-0, 23'43").

2014-02-14-Amiens-Rouen-3Ce but a le mérite d’ouvrir le jeu plus qu’il ne l’était jusqu’alors. Les Dragons tentent évidemment de réagir immédiatement, mais en contre, Leclerc trouve Claireaux qui bute sur le portier adverse. En revanche Thinel s’emploie à rectifier le tableau d’affichage, mais son tir en one-timer n’est pas cadré. Quand bien même quand le lancer l'est, comme celui de Desrosiers sur une remise de Riendeau,  Sopko ne s’en laisse pas compter. Ayant plutôt pris la mesure du jeu depuis le but amiénois, Rouen intensifie le danger et pousse Kazarine à la faute (accrocher). Nouvelle supériorité rouennaise mais qui démarre comme les précédentes, avec bien des difficultés à installer le jeu de puissance. C’est en revanche beaucoup mieux dans les dernières secondes, quand Janil met à contribution le portier slovaque, puis du fait de Manavian qui touche le métal.

Grâce à la confiance engrangée sur cette nouvelle pénalité tuée, la fin de tiers est au profit des Amiénois. C’est le moment que choisit Ilpo Salmivirta pour briller juste sous les yeux de ses anciens supporters : tout d’abord par un lancer dangereux mais non cadré, puis sur un une-deux d’école avec Baazzi qui aurait mérité meilleur sort. Enfin, il s’octroie la dernière opportunité de la période mais ne parvient à faire la différence. C’est donc sur la plus petite des marges que les Picards entrent aux vestiaires avant que ne débute le dernier tiers.

Un Sopko des grands soirs

2014-02-14-Amiens-Rouen-4Un dernier tiers qui démarre comme s’est achevé le précédent, à savoir sur une domination Gothique : Ouimet est tout proche d’inscrire en force son 18e but de la saison, mais c’est du casque que Girard dévie la rondelle. Arnaud joue lui de malice et tente de surprendre le gardien en feintant la passe pour finalement prendre un petit lancer, mais la ruse n’a pas fonctionné. Amiens poursuit le travail et Kazarine prend un lancer puissant mais pas assez précis. Quant à Fauchon, il passe tout près de profiter d’un palet touché malencontreusement par un arbitre, mais celui-ci est sans doute lui-même le premier surpris d’en hériter, et il en bafoue son hockey.

2014-02-14-Amiens-Rouen-5Sur l’autre cage, Sopko poursuit sereinement son match. Il est attentif sur sa ligne et peut compter également sur ses coéquipiers, comme Arnaud qui vient contrer du corps un lancer de Janil sans doute des plus dangereux. Mais comme c’est souvent de coutume au Coliséum, c’est dans les phases de domination adverse qu’Amiens trouve des possibilités intéressantes, et Ouimet reçoit en position idéale un palet qu’il ne parvient toutefois à convertir en but.

Quand Goncalves est pénalisé pour accrocher, les Gothiques ont enfin dans cette rencontre l’occasion d’évoluer en supériorité. Las, cette situation ne donne que la possibilité de voir de précieuses secondes s’égrainer. Il s’avère que la plus grosse opportunité rouennaise de cette rencontre intervient quelques instants plus tard, avec le talentueux Janil qui prend un lancer énorme. Sopko le touche sans en dévier pleinement la trajectoire, et il faut le sacrifice d’un Amiénois pour empêcher l’égalisation. De fait depuis les tribunes, il était bien difficile de voir si le puck avait franchi ou non la ligne. Les ralentis du match diffusé sur Internet ont fait dire à certains supporters que ce fut bien le cas, mais les arbitres demeurent seuls juges et les Rouennais n’ont guère crié au scandale.

2014-02-14-Amiens-Rouen-8Reste qu’à cinq minutes de la sirène, les Dragons augmentent clairement le rythme et le dernier rempart amiénois n’a jamais aussi bien porté cette appellation. Il est toujours aussi impérial sur un travail combiné de Vas et de Thinel, puis met en échec Guren et une nouvelle fois Thinel sur deux shoots lointains. Mielonen s’essaye à son tour mais Sopko intervient. De l’autre côté Girard quitte la glace pour envoyer un sixième joueur à l’assaut de la cage rouge. La pression est à son maximum et Rodolphe Garnier demande un temps-mort pour organiser les 54 secondes restantes. Il ne pouvait savoir qu’au final cela aura été un bien mauvais choix, puisque coupés dans leur élan, les joueurs ne retrouveront plus cette domination territoriale qui était devenue étouffante pour les Amiénois. Comme un symbole, en plus du match fantastique de l’ancien Touennais Sopko qui s’offre un superbe blanchissage, c’est l’autre ex-jaune Salmivirta qui marquera en cage vide d’un tir en zone neutre (2-0, 59'52").

Un but qui semble anecdotique, mais à l’importance extrême en terme de statistiques : en comptant une présence sur celui-ci, Danick Bouchard remporte le trophée Charles Ramsay du meilleur pointeur de la saison régulière de Ligue Magnus, avec 51 points, dont la petite passe du soir qui le met à égalité de points avec Michal Petrak des Dauphins d’Epinal, mais un plus grand nombre de buts marqués.

Grâce à cette victoire et profitant des autres résultats de la journée, les Gothiques d’Amiens grimpent finalement à la 6e place du classement, et retrouveront au premier tour des play-offs l’équipe des Pingouins de Morzine-Avoriaz-Les Gets. Quant aux Rouennais, une bonne période sans rencontre officielle (mais un tournoi international en Italie) les attend pour préparer au mieux les quarts de finales, ce qui ne peut faire que du bien aux organismes comme aux têtes après une fin de saison bien moins évidente…

Désignés hommes du match : Gabriel Girard pour Rouen , Ramon Sopko pour Amiens.


Amiens – Rouen 2-0 (0-0, 1-0, 1-0)
Vendredi 14 février 2014 à 20h à la patinoire du Coliséum, 3200 spectateurs.
Arbitrage de Jérémy Rauline assisté de David Courgeon et Matthieu Loos.
Pénalités : Amiens 8' (4', 4', 0'), Rouen 4' (2', 0', 2')
Tirs cadrés : Amiens 27 (7, 9, 11), Rouen 21 (6, 5, 10)

Évolution du score :
1-0 à 23'43" : Kazarine assisté de Claireaux et Ouimet
2-0 à 59'52" : Salmivirta assisté de Gascon et Bouchard (cage vide)


Amiens

Gardien : Ramon Sopko.

Défenseurs : Aziz Baazzi – Jimi Santala ; Kévin Dusseau – Nicolas Leclerc ; Vincent Bachet (C) – Romain Bault.

Attaquants : Ilpo Salmivirta – Martin Gascon (A) – Danick Bouchard ; Fabien Kazarine – Valentin Claireaux – François Ouimet ; Quentin Fauchon – Marius Serer (A) – Mathias Arnaud.

Remplaçants : Léo Bertein (G), Rémi Thomas, Romain Carpentier. Absents : Fabien Bourgeois, David Bastien (luxation de l’épaule), Johan Ohlsson (blessé).

Rouen

Gardien : Gabriel Girard

Défenseurs : Antonin Manavian – Miroslav Guren ; Lauri Lahesalu – Juho Mielonen ; Théo Lanvers – Jonathan Janil (A) ; Aurélien Dorey.

Attaquants : Anthony Rech – Janos Vas – Marc-André Thinel (C) ; Julien Desrosiers – Loïc Lamperier – Yannick Riendeau ; Loup Benoît – Juraj Stefanka – Dimitri Thillet ; Anthony Goncalves – Alexandre Lubin - Yohann Saint-André.

Remplaçants : Tom Aubrun (G). Absents : Raphaël Faure (mineur), Léo Guillemain (mineur), François-Pierre Guénette (dos), Romain Gutierrez (contusions au visage), Fabrice Lhenry (blessé), Andrej Tavzelj (sélection olympique).