Canada - Autriche (Jeux olympiques 2014, groupe B)

RAFFL Michael-110430-013Les débuts de l'Autriche ont fait apparaître un motif de satisfaction : le sélectionneur Manny Viveiros a eu du flair en repositionnant Michael Raffl au centre, une position qu'il occupait très jeune. Cela a d'ailleurs permis de recomposer l'ex-duo de Villach Raffl-Grabner, qui a brillé contre la Finlande avec deux passes pour l'un et un triplé pour l'autre. Michael Grabner, dont l'autre coup du chapeau en équipe nationale remonte à 2009, a apprécié le moment, rappelant au passage combien il raffolait des grandes glaces.

Les futurs adversaires sont prévenus, mais le prochain a de quoi inquiéter. Après un départ modeste contre la Norvège, l'état-major de Mike Babcock attend rien de moins qu'une montée en puissance.

Son homologue "autrichien" Viveiros a répété à ses joueurs de les respecter mais de ne pas avoir peur sous peine d'une déconvenue. Mais quand on se remémore les difficultés de l'Autriche à contenir les assauts des Finlandais avec huit pions encaissés sur 52 tirs, l'appréhension est légitime.

Pour le Canada, il s'agit de se rassurer et de finaliser les lignes. Carey Price - quelque peu fébrile lors du match précédent - cède sa place à Roberto Luongo, bien décidé à s'établir jusqu'à la fin devant la cage. La concurrence, il connaît, en club mais aussi aux Jeux Olympiques.

Il y a quatre ans à Vancouver, il avait éjecté Martin Brodeur de son trône. Du changement, il y en a également dans les blocs avec notamment la titularisation de P.K. Subban et Matt Duchene, tous deux en tribune contre les Norvégiens.

Bernhard Starkbaum, de nouveau titulaire côté autrichien, fait un premier arrêt de la jambière gauche sur un tir de Toews. La première occasion du petit challenger intervient peu de temps après, Vanek est idéalement servi à gauche mais ne peut convertir l'occasion. Cependant, l'attaquant des Islanders de New York et ses coéquipiers vont vite déchanter. Son collègue des "Isles" John Tavares fait parler de lui, un tir plein champ et une reprise de volée côté droit. Starkbaum concède le premier but sur l'engagement qui suit. Jonathan Toews gagne la mise en jeu, le palet va directement à la ligne bleue d'où Drew Doughty effectue un lancer-balayé finalement efficace (1-0, 05'24").

BOUWMEESTER Jay-120504-343L'Autriche est muselée et le Canada déroule. Sur une action rapide couloir droit, Shea Weber envoie un missile, le palet rentre dans le but et en ressort aussitôt, au-dessus de l'épaule gauche de Starkbaum. Difficile de valider le but à seule vitesse réelle, mais le ralenti confirme la réalisation de Weber (2-0, 10'12").

Une minute plus tard, la Dream Team NHL se crée une nouvelle opportunité extrêmement dangereuse : Crosby passe sur sa gauche à Keith qui frappe, Kunitz, sur la trajectoire, tente de prolonger son tir mais il échoue à quelques centimètres. Pourtant, sur son premier (et seul !) jeu de puissance, le Canada ne parviendra à tirer avantage de la situation, ses adversaires affichant beaucoup d'abnégation dans leur camp.

Alors que le tir en pivot de Bouwmeester touche le haut du petit filet à la 16e minute, l'Autriche connaît un bon moment à trois minutes de la pause. Tout d'abord avec un slap de Matthias Trattnig surpuissant. Mais surtout un service de la gauche de Michael Raffl vers Michael Grabner, dans l'axe, qui lance, la rondelle tape le haut du cadre du but de Luongo, dommage.

En deuxième période, l'Autriche obtiendra rapidement un avantage numérique qu'elle ne pourra convertir. Même en jouant vite, difficile de perturber une défensive canadienne déjà bien rodée.

Dix secondes après l'expiration de sa pénalité, Jeff Carter, en gênant la relance autrichienne à sa sortie de prison, se greffe à un 3 contre 2. Crosby, à droite, centre pour Marleau qui tape le poteau, Carter n'a plus qu'à pousser le puck devant un Starkbaum déjà allongé sur la glace (3-0, 22'39").

Peu de temps après, Starkbaum négocie mal une sortie derrière son but et ne peut freiner la rondelle qui roule sur la tranche. Patrick Marleau lui subtilise et la transmet à Carter qui parvient à la placer entre les jambes de Starkbaum malgré son grand écart (4-0, 24'09").

Après deux buts encaissés en seulement 1'30", les hommes de Manny Viveiros ont l'occasion de réagir après un slashing de Bergeron, une nouvelle fois sans succès. Et le Canada continue lui de régaler. À la 34e, Jamie Benn, lancé plein champ, touche le bouclier de Starkbaum avant qu'un contre Saint-Louis/Kunitz ne soit maîtrisé. Quelques secondes plus tard, Jeff Carter insiste et parvient finalement à glisser le palet sous la botte de Starkbaum (5-0, 34'33"). L'attaquant des Kings de Los Angeles réalise alors une performance historique : un triplé en une période lors d'un tournoi olympique n'avait plus été inscrit depuis 22 ans. Le dernier date donc d'Albertville, ce fut celui du Tchécoslovaque Petr Rosol contre la Norvège.

PERRY Corey-100510-252L’aparté historique faite, retrouvons nos chers Canadiens qui continuent leur festival. Une poignée de secondes après le coup du chapeau de Carter, Corey Perry déborde couloir gauche la défense autrichienne mais l'ailier des Ducks d'Anaheim est perturbé par le retour de Florian Iberer : tir de pénalité.

Perry s'élance mais tire directement dans le gant de Starkbaum qui n'a besoin d'effectuer la parade. Tout le contraire face à Jamie Benn où il effectue un arrêt-réflexe somptueux de la mitaine.

La tempête canadienne tend tout de même à se dissiper lors que Benn touche avec sa palette le visage de Matthias Iberer, ce sont quatre minutes de supériorité numérique qui sont offertes à l'Autriche. Malgré ce long jeu de puissance, mis à part une belle occasion de Brian Lebler devant l'enclave, rien à se mettre sous la dent, l'Autriche ne parvenant pas à s'installer plus de 20 secondes en zone offensive. Pire, ils vont se faire piéger avec un joueur de plus sur la glace. Ryan Getzlaf récupère en vitesse le palet devant le banc autrichien, part à plein régime, tire avantage de sa grande envergure pour éliminer toute opposition dans la défense autrichienne et bat du revers Starkbaum après un exploit individuel remarquable (6-0, 36'48").

Après 6 buts concédés en 23 lancers, Bernhard Starkbaum cède sa place à Mathias Lange pour le dernier tiers-temps. Il est d'ailleurs tout de suite testé par Toews qui le mitraille sur sa plaque. Quant à Matt Duchene, oublié à droite, il manque de lucidité, ne pouvant profiter du déplacement tardif de Lange, ce n'est pas cadré. Alors que Grabner obtient une bonne chance couloir droit, une autre pour l'Autriche, plus nette, interviendra à la 46e minute. En zone neutre, Matthias Iberer lance parfaitement Oliver Setzinger dont l'appel est parfait mais Roberto Luongo couvre suffisamment l'angle et empêche le rebond avec sa jambière gauche.

Les minutes qui suivent redeviennent difficiles pour l'Autriche. Carter et Nash essaient notamment de forcer un septième but en balayant devant les filets de Lange. Dans les dernières minutes, Shea Weber réalisent deux lancers successifs dont un dévié par Crosby mais le gardien d'Iserlohn réalisera une petite satisfaction personnelle en blanchissant le Canada sur cette dernière période. Ni Thomas Vanek, dérangé par la couverture de Duncan Keith, ni Stefan Ulmer, dont le puissant tir plein axe n'est pas cadré, ne pourront malheureusement sauver l'honneur.

Sans forcer, toujours aussi propre défensivement, auteur de quelques séquences brillantes, le Canada assure sans problème sa victoire, avant la finale du groupe contre la Finlande en vue d'une qualification directe pour les quarts de finale. Les Autrichiens s'en sortent plutôt bien, peut-être plus attentifs et mobiles que lors de la démonstration finlandaise. Reste un match, contre la Norvège, pour améliorer le classement afin d'éviter un plus gros poisson lors du huitième de finale.

Commentaires d'après-match

Ryan Getzlaf (attaquant du Canada) : "Nous nous sentons davantage comme une équipe. Nous sommes habitués aux grands événements et nous savons que nous devons nous améliorer à mesure que le tournoi avance. Nous devons limiter les erreurs. Nous aurions pu marquer plus de buts mais l'essentiel était de les maintenir à distance de notre cage. C'est très important pour nous, et Roberto (Luongo ndlr) a fait quelques arrêts brillants."


Canada - Autriche 6-0 (2-0, 4-0, 0-0)
Vendredi 14 février 2014 à 21h00 au Palais des glaces Bolchoï de Sotchi. 8969 spectateurs.
Arbitrage de Dave Jackson (USA) et Konstantin Olenin (RUS) assistés de Lonnie Cameron (CAN) et Miroslav Valach (SLO).
Pénalités : Canada 8' (0', 8', 0'), Autriche 2' (2', 0', 0').
Tirs : Canada 46 (16, 15, 15), Autriche 23 (7, 10, 6).

Évolution du score :
1-0 à 05'24" : Doughty assisté de Toews
2-0 à 10'12" : Weber assisté de Perry et Getzlaf
3-0 à 22'39" : Carter assisté de Marleau et Crosby
4-0 à 24'09" : Carter assisté de Marleau Pietrangelo
5-0 à 34'33" : Carter assisté de Marleau et Weber
6-0 à 36'48" : Getzlaf (inf. num.)


Canada

Gardien : Roberto Luongo.

Défenseurs : Duncan Keith (+3) - Shea Weber (A, +2, 2') ; Marc-Édouard Vlasic (+2) - Drew Doughty (+1) ; Jay Bouwmeester (+2) - Alex Pietrangelo (+2) ; P.K. Subban.

Attaquants : Chris Kunitz - Sidney Crosby (C, +1) - Martin Saint-Louis ; Matt Duchene (+1) - Ryan Getzlaf (+2) - Corey Perry (+1) ; Patrick Marleau (+3) - Jonathan Toews (A, +3) - Rick Nash (+1) ; Jamie Benn (2'+2') - John Tavares - Patrice Bergeron (2') ; Jeff Carter (+5, 2').

Remplaçant : Mike Smith (G). En tribune : Carey Price (G), Dan Hamhuis, Patrick Sharp.

Autriche

Gardien : Bernhard Starkbaum puis Mathias Lange à 40'00".

Défenseurs : Thomas Pöck (-2) - Stefan Ulmer (-1) ; Matthias Trattnig (-2) - André Lakos (-2) ; Robert Lukas (-1) - Mario Altmann (-1) ; Florian Iberer (-1) - Gerhard Unterluggauer (-2).

Attaquants : Michael Grabner (-3) - Michael Raffl (-3) - Brian Lebler (-1) ; Thomas Vanek (C, -1) - Thomas Koch (A, -2) - Oliver Setzinger (-1) ; Andreas Nödl (-1) - Thomas Hundertpfund (-2, 2') - Thomas Raffl (-1) ; Matthias Iberer (-1) - Raphael Herburger (-1) - Manuel Latusa (-1).

En tribune : René Swette (G), Daniel Welser, Daniel Oberkofler.