Suède - Lettonie (Jeux olympiques 2014, groupe C)

SPRUKTS Janis-100508-314Alors que la Finlande a dû négocier coup sur coup les forfaits de Mikko Koivu, Valtteri Flippula et maintenant Aleksander Barkov, le rival suédois est également en transition après les forfaits successifs de Johan Franzén, Henrik Sedin et donc le métronome de cette équipe, Henrik Zetterberg, qui avait d'ailleurs déjà manqué 13 parties avec les Red Wings de Détroit. 

Ces forfaits en cascade et le manque d'inspiration contre la Suisse - victoire tardive 1-0 à 7 minutes de la fin et aucun jeu de puissance converti - ont obligé Pär Mårts à quelques réajustements. Le plus important, c'est celui concernant Patrik Berglund, définitivement aligné au centre et qui partage sa ligne avec son coéquipier des Blues de Saint Louis Alexander Steen. Coéquipier avec lequel il n'a pas évolué cette saison en club...

Le choix est cohérent pour Mårts car ce poste en première ligne, Berglund l'a occupé et pleinement assumé lors d'un championnat du monde 2011 réussi. 

La satisfaction dans le camp suédois, c'est de voir Alexander Edler réintégrer l'effectif puisque le défenseur de Vancouver a purgé sa suspension écopée lors du dernier mondial. Enfin, alors que la Tre Kronor peut déjà se préparer pour les quarts, Henrik Lundqvist ne lâche pas ses filets. Contrairement à la Lettonie de Ted Nolan qui met au repos Edgars Malsalskis et teste le grand gardien AHL Kristers Gudlevskis. 

Les Baltes ont joué de malchance depuis le début du tournoi, encaissant le seul but du match des Suisses à 8 secondes de la fin et résistant vaillamment contre les Tchèques (2-4). Inutile de dire qu'ils veulent jouer leur chance. Surtout que la Lettonie, à l'occasion de ce match, peut toujours améliorer son classement afin d'éviter un trop gros poisson en huitième de finale.

Et Kaspars Daugavinš peut profiter d'un mauvais repli défensif des Suédois mais son tir n'est pas cadré. Les Suédois, eux, ne se privent pas pour cadrer. Avec Silfverberg arrivé pleine vitesse, ça termine dans la mitaine. Il faut attendre la 7e minute pour voir le premier lancer cadré que touchera Henrik Lundqvist : Sprukts feinte puis frappe, repoussé de la jambière par "Henke".

Par la suite, la Suède se crée un 2 contre 1, Alfredsson, à droite, veut passer à Johansson mais l'arrière Kristaps Sotnieks lit parfaitement l'action. Toutefois, deux jeux de puissance seront proposés aux Suédois. Le premier est bien trop laborieux pour espérer quelque chose, et l'équipe de Ted Nolan montre même les crocs en contre. Le second prendra 21 secondes. Le temps qu'Erik Karlsson lance, Patrik Berglund dévie habilement entre les jambières de Gudlevskis (1-0, 15'50").

Deux minutes plus tard, la Suède aurait même pu creuser l'écart. Au rond d'engagement gauche, la mise en jeu s'éternise, Jimmie Ericsson gratte - chose à laquelle il excelle - et envoie le puck sur la barre transversale. Frustrant, car derrière, la Lettonie assène un coup de poignard avant. Sotnieks effectue une relance rapide couloir droit pour Sprukts qui passe la ligne bleue, le centre du Lokomotiv Yaroslavl décale sur sa gauche Lauris Darzinš qui prend de vitesse Steen, déborde Lundqvist dont l'intervention de la botte est trop courte (1-1, 18'48").

Et la Lettonie ne s'arrête pas en si bon chemin. Martinš Karsums dévie un lancer de Janis Sprukts et nouveau tir de Sandis Ozolinš arrêté par le gant de Lundqvist, le début de deuxième période des Lettons dérange considérablement la Suède qui est poussée à la faute avec Niklas Kronwall. En supériorité numérique, les Lettons s'appuient sur le lancer de Krišjanis Redlihs, en pointe. Si le premier est bloqué par "King Henrik", le deuxième est dévié au centre par Sprukts lucarne droite, la mitaine est trop courte pour Lundqvist (1-2, 21'22"). Heureusement pour Pär Mårts, son équipe à son tour en avantage numérique, la réaction sera quasiment instantanée. Cela circule entre Alfredsson, Bäckström qui se rabat encore et toujours sur la solution Erik Karlsson qui frappe de loin et marque (2-2, 22'45").

ERICSSON Jimmie-130519-617Ne pouvant profiter de deux nouveaux jeux de puissance, la Lettonie, toujours aussi énergique, égale la Suède en terme de possession. Cette dernière tente de réagir par Nyquist, qui travaille bien derrière la cage et place un tir à la 34e. Mais c'est en exploitant les unités spéciales que la Suède fera la différence. 

Rekis au cachot, Daniel Alfredsson déclenche une puissante reprise de volée au rond gauche, le portier Kristers Gudlevskis, dérangé par l'écran de de Loui Eriksson, est bien trop en retard (3-2, 36'14").

Jass au cachot - qui n'y va pas de main de morte en chargeant violemment avec élan Hjalmarsson - Oliver Ekman-Larsson lance, le palet rebondit sur la bande et revient dans la crosse de Jimmie Ericsson qui a un boulevard devant la cage (4-2, 38'47"). D'ailleurs, le palet franchit la ligne à la dernière seconde de ce jeu de puissance !

Il reste une période et l'objectif des Baltes est clairement d'éviter que la Suède se repose sur ses lauriers. L'avantage pour la sélection de Ted Nolan, c'est qu'elle démarre le dernier tiers en supériorité numérique. Dès les premières secondes, Darzinš, aile droite, passe au centre à Mikelis Redlihs qui décale sur sa gauche Sprukts qui remet devant le but à Darzinš dont l'angle est grand ouvert, Lundqvist, dos à l'action, bloque d'extrême justesse de la jambière.

Finalement, après un slap lointain de Ralfs Freibergs, cela gratte devant le but suédois, Zemgus Girgensons, de dos, parvient tout de même à mettre dans les filets (4-3, 41'28"). La Suède est de nouveau en danger et essaye de creuser l'écart. Après un tir plein axe contré par une jambe lettone, Loui Eriksson se place poteau droit, reçoit de Daniel Sedin, poteau gauche, sa passe et frappe, Gudlevskis effectue alors, de la mitaine, l'arrêt de la soirée. À genoux, Eriksson n'en croit pas ses yeux. Les Suédois tentent de remettre du rythme pour tuer le match, mais la Lettonie leur mène la vie dure.

DAUGAVINS Kaspars-100508-284À la 49e minute, Miks Indrašis gagne le palet derrière la cage et sert plein axe Martinš Cipulis qui touche le dessus du gant de Lundqvist. Nouvelle action lumineuse lettone trois minutes plus tard : à gauche, Kaspars Daugavinš centre pour Martinš Karsums, parvenu à se démarquer dans le dos de la défense suédoise par sa vitesse, son essai est détourné encore d'extrême justesse du gant par Lundqvist.

Le destin malheureux, cruel des Lettons, c'est que derrière, la Suède s'installe en zone offensive, la possession scandinave revient à Alexander Edler qui patiente et effectue une frappe levée, la rondelle passe au-dessus du plongeon de Bartulis et sous la manche de Kristers Gudlevskis (5-3, 52'20"). 

Ce but brise l'enthousiasme de la Lettonie qui doit faire face à un tir signé Steen sur la plaque de Gudlevskis et une occasion d'Eriksson arrêté par le grand écart du gardien balte. Une pénalité contre Marcus Johansson à 2'32" de la fin permettra à Darzinš et Ozolinš, à proximité du demi-cercle, de se créer les dernières occasions. La Suède s'en sort bien.

L'énergie de la Lettonie n'a en rien rassuré la troupe de Pär Mårts. Elle a peut-être retrouvé quelque peu confiance en supériorité numérique grâce aux incontournables solutions Alfredsson et Karlsson mais ce jeu de passes qu'elle veut appliquer, la Lettonie a tenté de l'imité, avec raison. Les transmissions des Baltes à l'entrée du camp suédois ont souvent donné du fil à retordre aux Suédois qui se sont loupés sur plusieurs replis, trop en retard dans leurs déplacements.

La qualification directe pour les quarts est obtenue, mais c'est bien là le problème : il n'y a plus de temps pour les ajustements et l'heure est toujours aux interrogations dans le camp suédois. Quant aux Lettons, s'ils font preuve d'autant de sérieux, de solidarité et d'énergie, ils ne seront pas à prendre à la légère pour une place en quart de finale.

Commentaires d'après-match

Zemgus Girgensons (attaquant de la Lettonie) : "Nous pouvons vraiment être fiers d'avoir abordé le match tel que nous l'avons fait. Nous avons essayé de coller à la peau des Suédois. Nous étions vraiment compétitifs."

Loui Eriksson (attaquant de la Suède) : "Nous savons que la Lettonie est une bonne équipe. Un moment d'inattention et ils peuvent venir très vite dans votre camp. C'était le troisième match en quatre jours, alors gardons cette énergie positive après ces trois victoires et préservons-la pour les quarts de finale."


Suède - Lettonie 5-3 (1-1, 3-1, 1-1).
Samedi 15 février 2014 à 21h00 à la Shayba Arena de Sotchi. 3709 spectateurs.
Arbitrage de Antonin Jerabek (TCH) et Ian Walsh (USA) assistés de Tommy George et Andy McElman (USA).
Pénalités : Suède 12' (0', 8', 4'), Lettonie 12' (4', 6', 2').
Tirs : Suède 30 (12, 5, 13), Lettonie 23 (5, 9, 9).

Évolution du score :
1-0 à 15'50" : Berglund assisté de Karlsson et Steen (sup. num.)
1-1 à 18'48" : Darzinš assisté de Sprukts et Sotnieks
1-2 à 21'22" : Sprukts assisté de K. Redlihs et Karsums (sup. num.)
2-2 à 22'45" : Karlsson assisté de Bäckström et Alfredsson (sup. num.)
3-2 à 36'14" : Alfredsson assisté de Sedin et Edler (sup. num.)
4-2 à 38'47" : Ji. Ericsson assisté d'Ekman-Larsson et Silfverberg (sup. num.)
4-3 à 41'28" : Girgensons assisté de Daugavinš et Freibergs (sup. num.)
5-3 à 52'20" : Edler assisté de Sedin et Johansson


Suède

Gardien : Henrik Lundqvist.

Défenseurs : Niklas Kronwall (C, -1, 2') - Jonathan Ericsson (-1, 2') ; Alexander Edler (+1) - Erik Karlsson (+1) ; Niklas Hjarlmarsson - Johnny Oduya ; Alexander Edler - Oliver Ekman-Larsson.

Attaquants : Gabriel Landeskog (A, -1) - Patrik Berglund (-1) - Alexander Steen (-1, 2') ; Daniel Sedin (+1) - Nicklas Bäckström (+1) - Loui Eriksson ; Jakob Silfverberg - Marcus Johansson (+1, 2') - Daniel Alfredsson (A) ; Gustav Nyquist - Marcus Krüger (2') - Jimmie Ericsson (2') ; Carl Hagelin .

Remplaçant : Jhonas Enroth (G). En tribune : Jonas Gustavsson, Henrik Tallinder, Henrik Zetterberg.

Lettonie

Gardien : Kristers Gudlevskis.

Défenseurs : Sandis Ozolinš (C) - Arvids Rekis (2') ; Arturs Kulda (-1, 2') - Oskars Bartulis (A, -1) ; Georgijs Pujacs (+1) - Kristaps Sotnieks (+1) ; Krišjanis Redlihs (2') - Ralfs Freibergs.

Attaquants : Lauris Darzinš (A, +1, 2') - Janis Sprukts (+1) - Mikelis Redlihs (+1) ; Martinš Karsums (-1) - Zemgus Girgensons - Kaspars Daugavinš (-1) ; Ronalds Keninš (2') - Martinš Cipulis - Miks Indrašis ; Koba Jass (2') - Armands Berzinš - Vitalijs Pavlovs.

Remplaçant : Ervins Muštukovs (G). En tribune : Edgars Masalskis (G), Juris Štals, Herberts Vasiljevs.