Brest - Morzine-Avoriaz-Les Gets (Ligue Magnus, 26e journée)

Pour l'honneur et pour l'avantage de la glace

À tout seigneur, tout honneur. Le club de Brest n'allait certainement pas passer sous silence le retour sur sa glace de Tommie Hartogs, attaquant qui a marqué l'histoire du club en participant aux trois glorieuses années des Albatros en Elite entre 1994 et 1997. L'ancien Président Briec Bounoure est l'auteur dans le programme du match d'un édito au style toujours aussi savoureux dans lequel il relate le recrutement de ce joueur néerlandais en 1994. Sur les conseils de Larry Huras, le président Bounoure avait enrôlé Mike Pellegrims. Surprise, le défenseur belge débarque en compagnie d'un attaquant néerlandais en costume impeccable. Le club lui donne un essai qui s'avère concluant et déterminant. Avec Roger Dubé et Benoît Groulx, Tommie Hartogs forme une des lignes les plus prolifiques du championnat Élite, conduisant les Albatros de Brest à une finale et deux Coupes Magnus en seulement trois saisons.

Pour marquer le retour de cet « enfant prodigue », Briec Bounoure, en plus de prendre sa plume, prend aussi le micro pour un discours d'avant-match au centre de la glace. Rappelant aux plus jeunes n'ayant pas connu cette époque l'apport au club d'un de ces nombreux joueurs sans qui « il n'y aurait jamais eu de hockey à Brest », en plus de l'apport des bénévoles dont Georges Débats, fidèle à la table de marque depuis 1992. Hartogs fait partie de ces joueurs d'exception ayant accepté de venir dans un club évoluant à domicile dans des installations disons « médiocres » (pour ne pas reprendre ici les termes plus « corsés » utilisés par Monsieur Bounoure) pour vive une aventure brève mais exceptionnelle.

Un vent de nostalgie flotte donc sur les travées du Rïnkla Stadium pour le coup d'envoi honorifique donnée par Tommie Hartogs et Sébastien Oprandi. Autres émotions pour les 1150 spectateurs, l'affrontement dans les cages entre Arnaud Goetz et Landry Macrez. Les habituels remplaçants dans leurs équipes respectives sont titularisés ce soir. Le passage de Léo Bertein avec Amiens mardi dernier a permis au public brestois de retrouver en l'espace de quatre jours le trio de gardiens ayant décroché le titre de Division 1 en 2013.

Sur le papier, les deux équipes se doivent d'être déterminées pour décrocher la victoire. Un point suffit à Brest pour s'assurer l'avantage de la glace en play-down, tandis qu'un mauvais résultat pour Morzine-Avoriaz-Les Gets pourrait être synonyme d'un tour préliminaire peu évident face à Angers ou Grenoble.

Les enjeux sont donc là, mais force est de reconnaître qu'on ne les voit pas forcément sur la glace. Peu d'intensité dans le jeu de la part de deux formations qui jouent la prudence. La peur d'une mauvaise blessure peut-être. Les premières minutes sont avares en occasions. La première grosse alerte est à mettre aux crédits de Nicholas Pard et Michal Dian mais leur ancien gardien s'interpose avec autorité (6'47"). Le HCMAG leur répond en la jouant « à la brestoise » à savoir en procédant par contres, offrant à Peter Szabo, qui restait traîner en zone neutre, un tir de loin capté par Goetz (8'10").

Le centre slovaque du HCMAG n'a pas plus de réussite en supériorité numérique, la faute à Arnaud Goetz qui réalise peut-être le plus bel arrêt de la saison vu à Brest. Le cerbère breton capte le tir de Szabo avec sa mitaine en effectuant un lancer de bottes (9'47"). Il faut bien cela aux Albatros qui ont beaucoup de déchets dans leur jeu ce soir avec notamment plusieurs palets perdus dans des zones critiques. Conséquence : Brest est pénalisé deux fois aux environs de la mi-tiers (8'20" et 11'19").

Étonnamment, c'est en infériorité numérique que les locaux vont ouvrir le score. Le jeu « à toi à moi » entre Jonathan Avenel et Erwan Pain déjoue Landry Macrez sous les yeux d'une défense alpine médusée (1-0 à 12'57"). Les Pingouins se sont fait piéger et le sont de nouveaux deux minutes après. David Croteau cause bien du souci à Carl Hudson qui se fait prendre de vitesse pour la première fois du match (mais pas la dernière) par le centre canadien au patinage affûté et stoppé incorrectement. L'arbitre accorde un tir de pénalité transformé de belle manière par Croteau à l'aide d'un freinage et d'une feinte sur la droite de Macrez (2-0 à 15'28").

Au même moment, des baisses de tensions électriques causées par la tempête Ulla affaiblissent ponctuellement l'éclairage de la patinoire. Après s'être assuré auprès des deux portiers que cela n'altérait pas leur vision du palet, le corps arbitral fait redémarrer la rencontre. Les Pingouins font le nécessaire pour couper leur retard de moitié avant la première pause et ils y parviennent par Numa Besson de la bleue qui marque d'un tir pas très puissant à mi-hauteur. Impossible pour Goetz de voir la trajectoire du palet à cause du trafic devant son slot (2-1 à 17'39").

La période médiane ne débute pas fort pour le HCMAG puisque Macrez fait trébucher un Nicholas Pard pressant (23'22"). Sans conséquence car le jeu de puissance des bleus est désastreux ce soir. La prison se termine tranquillement, moment choisi par Josselin Besson de placer un tir pleine lucarne sur un service de son frère Numa (2-2 à 25'23").

La domination est visiteuse et cette égalisation est logique. Brest pêche nettement par un excès d'individualisme avec d'innombrables solos peu efficients pour rentrer en zone adverse. Pain écope de 2 minutes pour accrocher (27'24"). Les Morzinois s'installent mais ne trouvent pas la faille malgré les canonniers Hudson ou N. Besson à la bleue.

De retour au complet, les Albatros retrouvent de leur élan par Gréverend en pleine course bien servi par Pard, mais Macrez fait l'arrêt du plastron sans laisser de rebond (29'31"). Croteau bénéficie encore d'une échappée après avoir semé une nouvelle fois Hudson mais sans réussite. Morzine échappe au tir de pénalité cette fois, mais pas avec la mise sur orbite de Michal Dian que Mickaël Brodin accroche deux fois. Sans sourciller, Dian conclut son lancer de pénalité en logeant le palet sous la barre pour déloger la gourde de Macrez (3-2 à 37').

C'était déjà le cas face à Amiens, l'équipe brestoise est souvent à la peine physiquement à l'approche de la fin des tiers-temps. Des signes inquiétants qui n'étaient pas vraiment visibles lors de la bonne séquence de matchs victorieux depuis le début de l'année 2014. Sébastien Oprandi prend même son temps mort à 39'14". Vu le peu discours sur le banc, le but est uniquement de reposer ses joueurs qui se préparaient à une mise en jeu en zone offensive.

Pour le dernier acte, Tommie Hartogs utilise au maximum son meilleur bloc. Beron-Szabo-J.Besson, le tiercé dans l'ordre des meilleurs pointeurs morzinois, a un temps de jeu démentiel durant les dernières vingt minutes. Chacune de leur présence sur la glace se remarque immédiatement par un jeu collectif léché qui met du danger sur la cage de Goetz. La barre transversale tinte sur le slapshot de J. Besson qui visait le doublé (54'04"), sans conséquence pour Brest qui parachève sa victoire dans l'ultime minute par une déviation de Pain sur un lancer d'Hennebert (4-2 à 59'07").

Victoire de Brest pour l'honneur qui leur assure l'avantage de la glace pour les play-down face à Caen. Un détail qui peut faire la différence étant donné que les Drakkars n'ont pas remporté un seul match à l'extérieur cette saison. Mais le jeu proposé était moins convaincant que ces derniers temps, beaucoup d'erreurs dans les relances, des actions parfois forcées et menées en solitaire donnant l'impression que cette dernière journée était l'ultime occasion de gonfler les statistiques de certains joueurs. Les deux équipes ont joué avec prudence, sans doute pour se préserver avec en vue les échéances décisives à venir : Amiens pour le HCMAG, Caen pour Brest.

 

Brest – Morzine-Avoriaz-Les Gets 4-2 (2-1, 1-1, 1-0)
Vendredi 14 février 2014 à 20h00 au Rïnkla Stadium. 1150 spectateurs
Arbitrage de Thomas Caillot assisté de Jérémie Douchy et Alexandre Hauchart.
Pénalités : Brest 6' (4', 2‘,0'), Morzine Avoriaz Les Gets 6' (0', 2', 4').

Évolution du score :
1-0 à 12'57" : Pain assisté de J. Avenel (inf. numérique)
2-0 à 15'28" : Croteau (tir de pénalité)
2-1 à 17'39" : N. Besson assisté de Jones et Papa
2-2 à 25'23" : J. Besson assisté de N. Besson et Hudson
3-2 à 37'00" : Dian (tir de pénalité)
4-2 à 59'07" : Pain assisté de Hennebert et Pard
 
Brest

Gardien : Arnaud Goetz.

Défenseurs  : Thomas Evans – Vladimir Holik ; Aurélien Gréverend – David Poulin ; Daniel Carlsson (C) – Gaëtan Cannizzo ; David Hennebert (A) (rotation à sept défenseurs).

Attaquants : Michal Dian – Jaroslav Prosvic (A) – Nicholas Pard [puis Rambelo à 30'] ; Nicolas Motreff – David Croteau – Aïna Rambelo [puis Pard à 30'] ; Jonathan Avenel – Erwan Pain – Graham Avenel ; (rotation de joueurs) – Quentin Berthon – Valentin Dumélié.

Remplaçant : Michael Dupont (G).

Morzine-Avoriaz-Les Gets

Gardien : Landry Macrez.

Défenseurs : Charlie Doyle – Teemu Linkomaa ; Numa Besson – Carl Hudson ; Balazs Goz – Mickaël Brodin ; Simon Barbero.

Attaquants : Kim Nabb – Cyril Papa (C) – Chris Jones (A) ; Grégory Béron – Peter Szabo (A) – Josselin Besson ; Loïc Gaydon (alternance avec Loïc Mora) – Jon Whitelaw – Janis Ozolins.

Remplaçant : Andrew Hare. Absent : Kevin Maso.